Quand le français s’est-il imposé en Provence ?

Le français s'est substitué au provençal beaucoup plus tard qu'on ne le croit.

Par Guillaume Nicoulaud.

Quand le français s'est-il imposé en Provence ?
By: Elliott BrownCC BY 2.0

Je me demandais juste depuis combien de temps, à peu près, on parlait français en Provence. Éléments de réponse volés à Auguste Brun, La Langue française en Provence (1927) :

Christophe de Villeneuve, Statistique du département des Bouches-du-Rhône, T. III, 1826 (pp. 197-198) :

« La langue française, introduite dans l’administration après l’acte de réunion1, se répandit lentement dans la Provence. Pendant long-temps elle borna son influence à altérer le provençal de manière à le rapprocher du français2 ; mais elle ne fut étudiée que des personnes qui étaient obligées de la savoir, et dans les meilleures sociétés de la Capitale on ne se servait que de la langue du pays. Cette répugnance qu’avaient les provençaux pour le français, ne tenait pas seulement au caractère de la nation ; le provençal avait beaucoup plus d’affinité avec l’espagnol et l’italien, et si d’un côté les Provençaux avaient le cœur français, de l’autre il leur était difficile, dans les commencemens, de s’accoutumer à une langue qui, surtout dans sa prononciation, contraste si fortement avec le provençal.

« On sait que lorsque le feu roi, n’étant encore que comte de Provence3, vint visiter cette province, on eut de la peine de trouver dans plusieurs villes des personnes capables de le haranguer en français, et même à Marseille il y avait alors peu de négocians à qui cette langue fût familière. On l’enseignait dans les colléges, on l’écrivait, elle était même assez généralement connue dans les classes aisées, et cependant on n’avait pas l’habitude de la parler, et le provençal était toujours seul en usage dans les familles et dans les sociétés.

« La révolution, qui a changé tant de choses, eut seule le pouvoir de rompre les habitudes du pays. On donna tout à coup d’un excès dans un autre. Le peuple, qui ne savait que le provençal, crut savoir le français, parce que les orateurs des assemblées populaires affectaient de haranguer dans cette langue. D’ailleurs, la nécessité de l’apprendre se fit sentir tous les jours d’avantage, et toute la population se mit à la parler tant bien que mal. Alors elle se répandit avec une incroyable rapidité, et aujourd’hui la Provence est, sous ce rapport, de niveau avec les autres provinces méridionales.

« Cependant le peuple reste toujours attaché à la langue du pays, et on la parle habituellement, non-seulement dans les campagnes, mais encore dans les petites villes et même dans les chefs-lieux en tout ce qui concerne les usages communs de la vie. Tout le monde entend pourtant le français, mais la masse de la population tient à ses habitudes, et il s’écoulera encore bien des années et peut-être des siècles avant que la langue française devienne populaire.

« Dans la bonne société cette langue est seule reçue, et on la parle même avec pureté. Dans les classes moyennes on est dans l’usage singulier d’intercaler des mots provençaux dans le français, et cet usage est si général qu’il a gagné toutes les classes commerçantes et industrielles4. Cela est cause que les provençalismes sont très-communs et qu’on les emploie dans la conversation et même dans les lettres. Un recueil de ces provençalismes serait un ouvrage fort utile pour le pays. »

Dans le Tableau historique et politique de Marseille ancienne et moderne, 3ème édition, 1817 (p.161) :

« La langue favorite du pays est la Provençale, c’est-à-dire, un composé des Langues Grecques, Italienne, Espagnole et Française, assez dur et pourtant expressif […] : les habitans tiennent beaucoup à cet idiome patois : il n’y a pas bien long-temps qu’ils n’en connaissaient pas d’autre. Ce n’est que depuis une quarantaine d’années que la Langue Française est généralement accueillie par les Marseillais, et qu’on la parle dans les sociétés. La quantité d’étrangers dont la Ville abonde […] a beaucoup contribué à la répandre : bientôt les parens ont cru de leur devoir, comme de bon ton, d’en exiger l’usage de leurs enfans, en sorte que la langue que l’on parle dans toute l’Europe n’est plus étrangère pour la jeunesse Marseillaise. »

Dans les grandes lignes, les provençaux considéraient le français comme une langue étrangère jusqu’au milieu du XVIIIè siècle. C’est dans les toutes dernières années de l’ancien régime que l’aristocratie et la bourgeoisie s’y sont mises, pour faire chic, et il a fallu attendre la révolution pour que le commun des provençaux suive le mouvement. La plupart des provençaux nés avant la seconde guerre mondiale parlait encore provençal et ce n’est qu’à partir de la libération que le rouleau compresseur républicain a fait son œuvre ; jusqu’à faire pratiquement disparaître cette langue ancestrale.

Sur le web

  1. L’union des États de Provence à la couronne de France en 1486.
  2. Principalement dans sa construction qui, d’italienne, devient plus française.
  3. Il s’agit du futur Louis XVIII qui visite la Provence en juillet 1777.
  4. C’est d’ailleurs toujours le cas : bien des marseillais utilisent fréquemment des mots provençaux ou d’origine provençale sans même le savoir : dégun (personne), cagnard (fort soleil), marroner (faire la tête), pèguer (coller), gabian (goëlan) etc. Notez aussi une bonne fois pour toutes qu’il ne faut pas écrire « kézako ? » (qu’est-ce-que c’est ?) mais qu’es acò.