Les 3 options qu’a l’Europe après le Brexit

Quelle Europe voulons-nous ? La question reste ouverte, car jusqu’à présent, aucune réponse claire n’a été donnée. Il y a pourtant trois options envisageables pour sortir de l’impasse.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les 3 options qu’a l’Europe après le Brexit

Publié le 6 juillet 2016
- A +

Par Jacques Garello.

Les 3 options qu'a l'Europe après le Brexit
By: fdecomiteCC BY 2.0

Brexit ou pas, la question se posera ces jours prochains : quelle Europe ?

Les Anglais ont eu à choisir : voulez-vous l’Europe de Bruxelles, l’Union Européenne telle qu’elle est actuellement organisée par les traités de Maastricht, Nice et Lisbonne, ou une autre Europe, ou pas d’Europe du tout ? En réalité, cette question se posait dès 1946 et n’a jamais reçu de réponse claire et consensuelle. L’ambiguïté européenne demeure. Elle se cristallise aujourd’hui autour du problème de l’immigration.

On peut décliner toutes les options possibles, entre lesquelles le choix n’a jamais été fait.

Europe des États, Europe des Nations, Europe des Peuples ?

Depuis le traité de Lisbonne ce sont les États qui règnent : les décisions importantes ne sont pas prises par le Parlement ni même par la Commission, mais par le Conseil de l’Union Européenne composé des chefs d’État ; il donne ses orientations au Conseil des Ministres au sein duquel chaque État a un droit de vote variable avec la population (traité de Nice). L’Europe des Nations est une pure fiction puisque les États ont absorbé les nations depuis fort longtemps. Quant à l’Europe des peuples, elle a du mal à survivre à travers un Parlement croupion, lui-même émanation de partis politiques, la société civile en étant savamment exclue.

Europe économique ou Europe politique ?

Adenauer, de Gasperi et Schuman, fondateurs de la CEE, ont estimé que les peuples vivent en paix quand ils travaillent ensemble, circulent dans un espace ouvert, et que les institutions politiques pouvaient attendre. L’acte unique (1986-1987) confirmait cette tendance. Mais en 1992, le traité de Maastricht marquait la revanche de Jacques Delors sur Margaret Thatcher : il répartissait les compétences entre Union Européenne et États membres et instituait l’euro et la Banque Centrale Européenne. Les « Européistes » disposaient des institutions de nature à mettre en œuvre des politiques monétaire, commerciale, industrielle et sociale. L’Europe cessait d’être subsidiaire pour devenir souveraine.

Europe marchande ou Europe planifiée ?

Dans l’Europe des Six l’ambiguïté régnait sur le concept de « marché commun » : marché réservé pour exclure la concurrence des autres pays, ou pour s’ouvrir au libre échange avec le reste du monde (comme le souhaitaient les pays membres de l’European Free Trade Area) ? Le traité de Rome est un non-choix : pour l’industrie on admet le marché et la disparition rapide du Tarif Extérieur Commun ; pour l’agriculture on met en place la PAC qui protège les paysans européens du reste du monde et leur garantit des prix (au détriment des consommateurs). Subsiste aussi la première génération d’organismes européens, inspirée par Jean Monnet : « Revenir au marché, c’est installer le désordre ». L’Europe porte les stigmates du « tiers système », utopie rejetant et le communisme et le capitalisme. Dans la Communauté Européenne Charbon Acier (CECA), dans le domaine des transports, de l’énergie, de l’atome, se sont installés des monopoles publics supranationaux, avec des productions et des prix administrés.

Toutes ces contradictions internes de l’Europe vont s’accentuer avec deux phénomènes : la mondialisation et l’élargissement de l’Union.

La mondialisation met les États en concurrence. Elle avantage les institutions plus productives : fiscalité allégée, réglementation plus souple, secteur public limité. Cette concurrence est considérée par les étatistes comme « dommageable » ils vont donc « harmoniser », c’est-à-dire détruire la diversité européenne et la compétitivité. L’Europe  « forteresse »  veut résister aux assauts des États-Unis et des pays émergents. Aux États Providence va se substituer une Europe Providence.

L’élargissement de l’Union aurait pu contrarier cette évolution, les peuples libérés du communisme ayant peu de sympathie pour la planification et la bureaucratie. Mais il y avait aussi les mirages de l’Europe Providence, avec ses subventions. Progressivement la concurrence de ces pays à bas salaires et faibles réglementations sera neutralisée au prétexte de dumping : plombiers polonais et routiers bulgares seront mis au pas. Une nouvelle vague de législation européenne va renforcer le dirigisme.

Aujourd’hui comme hier, le fond du débat demeure le choix entre socialisme et libéralisme. Le socialisme pousse vers l’étatisme, la construction d’un pouvoir européen centralisé, le rejet de la mondialisation et de la concurrence. Le libéralisme signifie libre échange, respect des diversités régionales et nationales, concurrence et circulation dans un espace ouvert. Qui va trancher ? Les peuples, les réalités économiques sociales, les cultures morales et religieuses, ou la classe politique qui prétend représenter peuples, réalités et cultures ?

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Je ne sais pas qui va triompher mais j’ai bien peur quand on voit tous les mouvements populistes au sein de l’Europe qui se battent pour plus d’état pensant se protéger (à tort), que le collectivisme ne renaisse malheureusement de ses cendres.

    Comme quoi, l’homme n’apprendra jamais rien…

    Terrifiant !

  • qu’est ce qu’un « peuple  » ?De quel peuple fais je partie ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Premier ministre britannique sera à Kigali à partir de jeudi 23 juin pour le sommet des chefs de gouvernement des pays du Commonwealth qui se clôture le 26 juin.

À Kigali, Rwanda, s’ouvrait lundi le sommet du Commonwealth. Boris Johnson va en profiter pour montrer qu’il n’a aucune intention de faire marche arrière sur l’accord avec le Rwanda signé mi-avril, pour que le pays des mille collines accueille sur son territoire – moyennant finance – des migrants et demandeurs d’asile acheminés depuis le Royaume-Uni en attente d’un éventuel... Poursuivre la lecture

La prolongation du pass sanitaire européen (appelé Certificat COVID numérique de l’UE) a été acceptée par le Parlement européen ce jeudi 23 juin avec une large majorité : 453 pour et 119 contre (avant correction des votes). Il est toutefois possible de savoir comment ont voté les députés sur ce document (pages 44 et 45). Celui-ci est riche en enseignement sur leurs positions individuelles, mais aussi sur le positionnement des partis sur la question sanitaire.

 

Le Rassemblement national, la France Insoumise et François-Xavier ... Poursuivre la lecture

Lors de leur session plénière à Strasbourg le mercredi 8 juin, les eurodéputés se prononcent sur huit des quatorze directives du paquet climatique Fit for 55, qui vise à limiter les émissions de gaz à effet de serre de l'Union européenne de 55 % d'ici 2030 dans le cadre du Green New Deal.

Dans ce deal, l’idéologie se taille la part du lion. Commission et Parlement européens sont désormais les deux principaux vecteurs de l’idéologie écologiste dans le monde — loin devant le plus zélé des États.

Ce que marquent ces directives est ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles