Coluche trente ans après aux primaires à gauche

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Coluche trente ans après aux primaires à gauche

Publié le 21 juin 2016
- A +

Le regard de René Le Honzec.

coluche rené le honzec

Coluche disparu il y a 30 ans s’était rendu célèbre par ses blagues à deux balles qui faisaient rire la France des auditeurs radios, et surtout par son idée farfelue, poussée par un entourage gauchiste, à se présenter aux présidentielles de 1981 contre le système. Un étonnant sondage à 16 % d’intentions de vote lui fout les chocottes et il abandonne. À 14 %, Hollande reprend le flambeau et lance les primaires de la gauche gouvernementale par une manipulation de génie qui fit de lui, monsieur 3 % aux primaires de 2012, le candidat inattendu.

On ne peut que faire le rapprochement entre ces deux héros qui ont choisi le grotesque, l’un pour amuser, l’autre pour ne pas qu’on rigole de lui.

Une des blagues de Coluche les plus connues commençait par « C’est l’histoire d’un mec normal, blanc, quoi… ».

Flamby a repris le procédé : « Heu, c’est un président normal, moi, j’aurai un code de déontologie »… (rires dans la salle), moi président blanc normal je ferai en sorte que les partenaires sociaux puissent être considérés (rires, « Va-y- Flamby, interdis-leur leurs manifs ! »), moi, mec normal président j’aurai toujours le souci d’une proximité avec les Français (rires « Le scooter, le scooter ! »). Comme Coluche, Flamby a joué sur la répétition hilarante de « Moi, mec président normal » comme Coluche « un mec normal. »

Sentant venir la difficulté de cette lutte pour récupérer les meilleures salles de la tournée, Mélenchon, auteur du célèbre « Capitaine de Pédalo », monte son propre spectacle, qui ne plaît guère à l’un des managers de Flamby, Cohn-Bendit, l’ex-comique au nez vert, qui a traité Méluche de poule mouillée. Le monde du showbiz est implacable. Pour contrer tous ses concurrents, Coluche-Hollande a mitonné la primaire socialiste qui coince tous les apprentis-clowns de son académie et lui laisse toutes ses chances pour la tournée et le gala 2017, en vertu de sa devise : « À triompher sans gloire, on vainc sans péril mais je suis élu. »

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand les temps sont moroses, quand les perspectives semblent sombres, rien de tel qu’un peu de distraction sans prétention pour se changer les idées et rire un peu. En France, alors que les prix de l’énergie s’envolent et que la guerre en Ukraine nous désole, nous réalisons une fois de plus avec effroi que nous n’avons pas de pétrole et beaucoup trop d’impôts. Mais par chance, nous avons François Hollande pour nous dérider !

Ancien Président et héros improbable de virées amoureuses en scooter, il rêvait de rendosser l’habit de Capitai... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Jean-Philippe Feldman. Un article de l'IREF Europe.

Les supputations sont allées bon train après que François Hollande a récemment déclaré qu’« un ancien Président peut très bien être candidat à l’élection présidentielle ». Pourtant, la question essentielle n’a pas été posée : comment François Hollande peut-il encore exister en politique ?

L’exception française

Les commentateurs n’ont pas manqué de railler les ambitions présidentielles toujours vertes de l’ancien chef de l’État. On peut comprendre humainement que François Ho... Poursuivre la lecture

Suspense intenable ! François Hollande va-t-il bientôt nous annoncer sa candidature présidentielle ? Des propos habilement équivoques tenus récemment par l'ancien chef de l'État devant des lycéens relancent la machine à spéculation politico-médiatique : "pour l'instant", il n'est pas candidat. Mais comme "ça ne va pas bien" - sous-entendu, à gauche, vous l'aurez immédiatement compris - forcément, il s'interroge :

"Est-ce qu'une candidature de plus serait utile ? Je ne sais pas. Je ne le pense pas, d'ailleurs. J'ai les mêmes idées qu'av... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles