Le lait artificiel, produit d’avenir ?

Lait artificiel By: Day Donaldson - CC BY 2.0

Encore cher, ce lait pourrait modifier le paysage agricole et écologique.

Par Le Minarchiste.

Lait artificiel By: Day DonaldsonCC BY 2.0

Selon certaines personnes, la quantité de terres dévouées à l’agriculture pourrait chuter de 80% au cours des quelques prochaines décennies. Comment ? En remplaçant les vaches par des produits synthétiques. Le produit le plus avancé à cet égard est le lait synthétique.

Il y a actuellement 9,2 millions de vaches laitières aux États-Unis produisant environ 22 000 livres de lait par année chacune, soit plus de 200 milliards de livres par année au total. Une entreprise nommée Muufri est arrivée à produire du lait artificiellement en utilisant la biotechnologie.

Il s’agit d’une mixture de 6 protéines et 8 acides gras produite par des levures auxquelles on a ajouté des gènes de vache. Muufri y ajoute ensuite des minéraux tels que le calcium et le potassium, ainsi que du sucre, mais pas de lactose car 75% des gens le digèrent mal. En variant les ratios de chaque molécule, Muufri peut même arriver à produire du lait de chèvre.

Ce lait peut être tout aussi bien transformé en fromage ou crème glacée que le lait naturel. Les chercheurs derrière le projet veulent s’assurer que le produit artificiel sera identique au lait naturel. Cependant, il ne nécessite pas d’hormones, ni d’antibiotiques, ni de pasteurisation. Le principe est semblable à celui de la production d’insuline synthétique.

Réduction des GES…

Selon l’USDA, il y a actuellement 2,3 milliards d’acres de terres agricoles aux États-Unis. De celles-ci, 408 millions sont utilisées pour les cultures servant à nourrir les vaches et 614 millions pour la pâture. L’élimination des vaches laitières pourrait permettre de libérer presque 100 millions d’acres, qui pourraient retourner à la nature. C’est la surface de la Californie !

Cela entraînerait une réduction substantielle des GES (dont beaucoup de méthane, qui a un effet de serre 25 fois plus sévère que le CO2), sans parler de la réduction de la pollution de l’eau occasionnée par l’agriculture. L’industrie laitière produit 3% de tous les gaz à effet de serre et nécessite de très grandes quantités d’eau.

Des progrès encore plus substantiels pourraient être réalisés grâce à la viande artificielle… mais ces technologies ne sont pas encore au point.

Conclusion

Ce lait coûterait deux fois plus cher que le lait traditionnel (mais je ne crois pas que le calcul inclut la valeur des subventions versées aux producteurs laitiers). On peut cependant imaginer que l’amélioration des technologies de production et les économies d’échelle viendront rendre le prix du lait artificiel comparable au lait de vache. Muufri est financée par le fonds de capital de risque Horizons Ventures, de Hong Kong, qui a aussi financé Facebook. Le produit devait être en rayon  à l’été 2015 mais le sera finalement en 2017.

Sur le web