Le parti démocrate américain se radicalise-t-il ?

Le parti démocrate américain, sous la pression de Bernie Sanders, est-il en train de l’européaniser, c’est-à-dire d’aligner sur la gauche de la gauche ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Bernie Sanders By: AFGE - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le parti démocrate américain se radicalise-t-il ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 17 juin 2016
- A +

Par Bernard Zimmern.

Bernie Sanders
Bernie Sanders By: AFGECC BY 2.0

De Franklin Roosevelt à Bill Clinton en passant par Lyndon Johnson, le parti démocrate a été lié aux syndicats, multipliant autant que faire se peut la création ou le développement d’avantages sociaux en faveur des plus déshérités, mais comprenant que son succès dépendait au final de celui du secteur privé.

Le rôle de Bernie Sanders

Le sénateur Bernie Sanders a bouleversé cet équilibre : le rôle du secteur privé est de fabriquer de la richesse que l’État peut et même doit seul distribuer.

Le président Obama en a lancé les nouveaux fondements juridiques : ils ne sont plus définis par le Code fiscal ou les lois votées, mais bien par les menaces que font peser les agences gouvernementales : la Justice, le Travail, le NLRB (National Labor Relation Bureau, qui décide des relations de travail au sein des entreprises) et le nouveau Consumer Finances Protection Bureau dont Elisabeth Warren, sénatrice, qui pourrait être la vice-présidente du ticket Clinton, a été l’instigatrice.

Ces agences gouvernementales se sont vu donner des pouvoirs souvent en conflit direct avec ceux du Congrès par un président utilisant l’ordre exécutif, dépassant largement le cadre légal dans lequel est théoriquement limité cet ordre mais forçant le secteur privé à s’incliner avant qu’une Cour n’ait eu le temps de rendre nul l’ordre présidentiel (comme par exemple celui qui étendait au gaz carbonique l’application de la législation du « clean air act » Cross-State Air Pollution Rule, promulgué par l’EPA et forçant les centrales à charbon à fermer ou à dépenser des sommes considérables avant que l’ordre exécutif puisse être annulé par la Cour fédérale du district de Columbia ).

Obama est au fond lui-même un Bernie « Sanderista » car au temps où il était à l’université de Colombia, il appartenait aux groupes dont l’objectif avoué était la destruction du capitalisme américain.

Les politiques menées par John Kennedy et Bill Clinton, fondées sur la compréhension de l’importance du secteur privé sont abandonnées, comme le prouve la chute de la croissance du PIB de 3% à moins de 2% depuis 2008.

Hillary Clinton isolée

Le succès de Bernie Sanders est d’avoir isolé Hillary Clinton de la plupart des jeunes, votant démocrate, beaucoup plus préoccupés par la lutte des classes, se dissimulant derrière la lutte contre les inégalités de revenus ou pour la justice sociale, que de voir l’économie américaine se développer pour offrir à tous un travail.

En témoignent le poids croissant de ceux qui sont sortis du marché du travail et simultanément, les discours pour (comme en France) distribuer des droits et des revenus qui ne sont plus fondés ni sur le travail ni sur la prise de risque, mais sur ces droits sociaux que multiplient les leaders politiques de gauche.

L’économie et la société française ont été déjà complètement étouffées par l’absence de leaders capables de démontrer l’absurdité, ou plus exactement, le suicide, auquel conduisent ces politiques.

Mais il va être intéressant de voir si un homme dont le parcours personnel est un symbole de l’antithèse, un homme qui représente le succès le plus abhorré par ses adversaires, le milliardaire, sera capable de gagner l’une des plus grandes batailles de sociétés de notre temps, même si son succès ne reflète pas toujours les aspects les plus admirables du capitalisme.

  • Cet article est en grande partie inspiré par l’article du Wall Street Journal du 10–12 juin 2016 paru dans « Opinion » intitulé « Bernie should hold out » de Daniel Henninger.

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Bernie Sanders, ce riche qui fait croire qu’il est pauvre, comme les socialistes français. J’espère que les américains ne seront pas assez fous pour y croire. Il n’y a que les jeunes qui pensent que ça marche, ils s’en mordront les doigts.

  • Trump cumule à lui seul autant de poursuites judiciaires et contentieux que tous ses concurrents dans l’immobilier… Pain béni pour les avocats !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Selon le média russe Kommersant, la Turquie aurait signé un contrat avec la Russie pour la fourniture du deuxième régiment de systèmes de missiles antiaériens S-400. Celui-ci prévoirait en outre la localisation de la production de composants individuels. Une coopération aussi bien commerciale que technique.

Ankara, quant à elle, nie l'existence d'un tel contrat, arguant que le deuxième régiment était prévu dans le contrat original signé des années auparavant.

Dans tous les cas, la coopération entre la Russie et la Turquie se mai... Poursuivre la lecture

Trump
0
Sauvegarder cet article

Depuis la présidentielle de 2016, il semble que l’establishment médiatique et Washington veulent la peau de Donald Trump coûte que coûte. Ça a lamentablement échoué durant sa présidence et même après avec la commission hyper-biaisée du 6 janvier.

Mais maintenant, le ton monte d’un cran. La semaine dernière, non seulement le FBI est arrivé sans crier gare à son manoir de Floride, mais l’État de New York l’a longuement questionné sur ses pratiques fiscales, soupçonnées frauduleuses.

Sur ce dernier point, il est demeuré muet comme ... Poursuivre la lecture

Par J. Bracken Lee.

C'était, bien sûr, "la patrie des libertés et le pays des braves". Les Américains étaient libres simplement parce que le gouvernement était trop faible pour intervenir dans leurs affaires privées - il n'avait pas l'argent pour le faire - et ils étaient courageux parce qu'un peuple libre est toujours audacieux. La condition de la liberté est la volonté de se tenir debout sur ses pieds.

C'est ce que voulait le premier Américain. Il se méfiait de l’État, surtout s'il était hors de sa portée. Il venait de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles