Hooligans : interdire l’alcool ou la diffusion dans les bars réglera-t-il le problème ?

Contre les hooligans, le gouvernement veut interdire la diffusion des matchs sur la voie publique et sur les terrasses après avoir interdit l’interdiction de la vente d’alcool. Le meilleur moyen de tuer la convivialité de l’Euro 2016 !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Euro 2016 By: Patrice CALATAYU - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hooligans : interdire l’alcool ou la diffusion dans les bars réglera-t-il le problème ?

Publié le 15 juin 2016
- A +

Par Pierre Rondeau.

Euro 2016
Euro 2016 By: Patrice CALATAYUCC BY 2.0

Après les débordements qui ont eu lieu le weekend dernier entre « supporters » anglais et russes, le ministère de l’Intérieur a imposé la prohibition de l’alcool aux abords des stades et dans les lieux dit « sensibles ». Cette décision se rajoute à celle lancée par Thierry Braillard qui, au micro de RMC jeudi 9 juin dernier, avait proposé d’interdire la diffusion des matchs sur les terrasses. Un climat de suspicion et de tension pèse véritablement sur la France.

Certes, le pays a connu des attentats terroristes sanglants en novembre dernier, a encore subi une attaque revendiquée par Daesh contre les représentants des forces de l’ordre lundi 13 juin et a vécu des affrontements sanglants entre fans de foot, mais poursuivre une politique d’interdiction et de contrainte ne permettra pas d’améliorer les choses. Au contraire, cela risque de maintenir une certaine ambiance anxiogène et délétère, préjudiciable à toute possibilité de reprise économique et morale.

Hooligans : l’alcool n’est pas le problème

Tout d’abord, l’alcool n’est pas le problème des heurts entre hooligans. Il en a été un élément déclencheur mais n’est pas l’unique responsable. Autrement, que pourrions-nous dire des supporters irlandais fortement alcoolisés dès dimanche dernier à Paris qui n’ont causé aucun problème ? Des supporters belges, à Lyon, amateurs de houblon et qui n’ont posé aucune difficulté aux agents de police ? Ou encore des Allemands à Lille ?

À Marseille, d’après les différents observateurs, les rixes ont commencé avec l’arrivée des Russes. Ces derniers n’ont pas consommé une goutte d’alcool, sont arrivés à jeun et très entraînés. Leur seule volonté était d’en découdre avec les Anglais. Selon Robin Évain, doctorant en sciences politiques et spécialiste du supportérisme, « ils voulaient se faire un hool anglais. […] Les Russes considèrent le foot comme une occasion d’affrontements, se retrouvent dans des salles de sport, pratiquent les arts martiaux et organisent des stratégies très précises. […] Sur les réseaux sociaux, avant l’Euro, ils ont affiché leur volonté de s’imposer comme les hooligans numéro 1 d’Europe. […] Dans l’inconscient collectif, les Anglais restent les créateurs de l’hooliganisme alors qu’il a quasiment disparu outre-Manche, les Russes ont voulu récupérer « la ceinture » ». Comment a-t-on pu laisser entrer sur le territoire de tels délinquants ?

Ce n’est pas la faute de l’alcool mais le fruit d’une mauvaise gestion des autorités publiques. Les sociologues Ludovic Lestrelin et Nicolas Hourcade considèrent que la préparation en amont a été un échec, que toute la politique de répression appliquée depuis 2 ans n’a strictement servi à rien. « La France n’a plus l’habitude de l’hooliganisme. Ces dernières années, un choix a été fait : celui de multiplier les interdictions de déplacement et, du coup, on n’a plus d’incidents mais on n’a pas permis aux policiers de s’entraîner et de se faire des routines de travail. Quand on n’a pas d’expérience, c’est très difficile de gérer les hooligans ».

Interdiction et contrôle à la française

Alors que la doctrine libérale proche des courants américains, de John Dewey à John Rawls, d’essence social-libérale, prône une application stricte de la justice et une garantie absolue de toute forme de liberté, l’idéologie française impose l’interdiction et le contrôle. Force est de constater que cela a été un échec. On a interdit de déplacement tous les supporters, on a contraint leur liberté de s’exprimer, empêché toute forme de dialogue, de médiation, et altéré la condition des forces de l’ordre. Au final, on en paye les pots cassés avec les incidents de Marseille.

Malgré tout, le gouvernement s’entête. Après l’interdiction de la vente d’alcool, qui va très certainement bouleverser le chiffre d’affaires des nombreux commerçants pendant l’Euro (certains estiment que le seul mois de juin allait représenter plus d’un quart de leur chiffre d’affaires annuel), il veut maintenant interdire la diffusion des matchs sur la voie publique, sur les terrasses. Au lieu de se demander si les 40 000 litres de bières vendus sur le Vieux Port ont été les seuls responsables des affrontements ultra-violents, on peut aussi se dire pourquoi il n’y avait que 1 200 CRS au stade Vélodrome alors qu’à chaque match OM – PSG, on en compte au moins 2 000 ? Pourquoi avoir fait l’autruche pendant des années en refusant toute forme de négociation avec les fans de foot, interdire les déplacements, les contrôles et les organisations ? Où est la liberté d’expression, la liberté de jouissance et la liberté de défoulement ?

Le rapport du Centre de Droit et d’Économie du Sport de Limoges, en 2014, prédisait un retour sur investissement de 1,2 milliard d’euros pour le PIB français grâce à l’Euro 2016, dont 200 millions de retombées fiscales. Atteindra-t-on ces chiffres avec autant de contraintes pesant sur l’économie locale et les petits commerçants ? Il ne faut pas de la répression et de l’interdiction à outrance, il faut du dialogue, de la compréhension mais surtout un strict exercice de la justice et de la prévention.

L’Euro doit être une fête mais aussi une réussite économique, il ne doit pas devenir un problème à cause d’une minorité stupide et sotte. Les millions de touristes attendus ne doivent pas voir leur liberté d’action, de boire et de regarder un match de foot contraintes par des ahuris ignorant la beauté et la fraternité du sport. D’ailleurs, avec une meilleure préparation, peut-être que le budget estimé à 24 millions d’euros en faveur de la sécurité aurait pu être consacré à autre chose…

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • le problème c’est qu’on est un pays de p’tites b.t..s. Si notre cher état qui se mêle de tout et rien était ferme et annonçait la couleur avant ,on ne serait pas la risée du monde entier. Que ce soit pour les Hooligans, les casseurs de la CGT ,pour tous ceux qui pensent que casser c’est bien , il faut taper là où ça fait mal ,au porte monnaie . 200000 euros d’amende et 5 ans de prison ferme sans sursis ,5 ans plein et quoi qu’il arrive les 200000 euros sont à payer et tu payes toute ta vie si il le faut. Et on ne fait une justice à la gueule du client, c’est pour tout le monde pareil . Pour les étrangers pas de retour au pays sans le paiement de l’amende, point barre, plus une amende de 50000 euros au pays d’origine du hooligan. Si on prenait la peine de communiquer sur les peines encourues avant chaque événement chaque manif, de les respecter strictement ça en refroidirait beaucoup .Il est temps de mettre tous ces dégénérés en face de leur responsabilité.

    • 200000 euros d’amende et 5 ans sans sursis mdr je me rappelle pas qu’on ai demandé la même chose pour les bonnets rouges qui ont fait des dégâts bien plus chiffrés , ah l’indignation sélective 🙂 de toute manière ces violences était prévisibles quand au critiques sur la sécurité elles ont bon dos, les français sont vraiment râleurs 🙂

      • vous n’avez pas compris . le reproche va à aux blaireaux qui nous gouvernent et qui prennent des décisions débiles toujours après la bataille. je dis seulement que si l’état communiquait AVANT sur les peines encourues et que ces peines soient appliquées FERMEMENT ,tous ceux qui cassent réfléchiront à deux fois avant de tout saccager. Il n’y a aucune indignation séléctive là dedans.

  • Bonjour
    Je me pose la question de savoir si les autorités Russes ont été questionnées sur leur connaissance ou non des hoolligans dans leur pays et si des informations ont été données (et acceptées) à la France. Une petite émeute provoquée par des « russes » pourrait très favorablement alimenter la russophobie Française actuelle.

    • ahah mais ça c’ est le hors d’oeuvre mon cher attendez un petit Russie Ukraine ou Autriche Turquie là on va rigoler

  • Accuser l’alcool c’est facile, ça permet de se dédouaner à bon compte et ça permet une action visible par tous.

    Et ça colle bien avec le discours hygiéniste ambiant.

    Comme le dit l’article, rien sur les carences du gouvernement, rien sur celles (encore pire) de l’Uefa (pas de séparation dans les stades par exemple alors que c’est l’Uefa qui est responsable de la sécurité, pas d’alcool dans les stades mais Carlsberg autorisé à abreuver les fans zones…), rien sur celles des gouvernements russes ou anglais qui ont (semble-t-il) laisser partir des personnes dont l’intention avérée était de casser….

    PS – Pour les casseurs des manifs d’hier, ça va être plus difficile d’invoquer l’alcool comme responsable.

    • Sans doute mais pour moi une teille de bière brisé dans la rue c’est amende direct ou fin de journée au poste, on peut très bien se mettre minable en respectant autrui et la c’est loin d’être uniquement les supporters étrangers.
      Quant à la Russie et l’Angleterre elle s’en tape et je pense que la France ferait pareil si des marseillais foutait la merde à Londres ou Berlin.

  • J’en ai marre que mes impôts servent à payer les CRS pour contenir les footeux avinés. il faut que la FIFA’ l’UEFA et les supporters payent leurs stades, leurs service d’ordre et toute la casse lors des matchs.

  • Singapour est la solution…Chatiments corporels publics imédiats et grosse amande pour ce genre de délits.La prison etant chère et peu dissuassive a mon avis…

    • Encore une mesure partisane, cette interdiction de vendre de l’alcool: les Anglais marchent à la bière, ils ne peuvent pas se trimbaler 20 litres de bière, tandis que pour les Russes, une fiole de vodka dans la poche suffit.

  • On voit que ce monsieur, habitant des beaux quartiers, n’a pas vu les séquelles de la crapulerie des supporteurs irlandais ;
    La nationalité m’importe peu, ce sont eux que j’ai été amené à côtoyer, j’en dirais autant de n’importe quel autre pays !
    Et en s’inspirant de Frédéric Bastiat et son exemple de la vitre brisée, à quoi sert que des bistrotiers ou autres revendeurs d’alcools fassent de gros chiffres d’affaires si la communauté doit repayer par derrière, le nettoyage des souillures laissées par tous ces tristes individus en sus de la facture du « maintien de l’ordre » sans compter le manque à gagner du aux services de transport par autobus interrompus par crainte des débordements ?

  • Bon, au moins les hooligans ne s’attaquent pas aux hopitaux contrairement aux militants d’extrême gauche.

  • La vente d’alcool interdite ? Qu’à cela ne tienne, l’UEFA déversera gratuitement des pots de vin avec les avions du GLAM !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En 1974, Valéry Giscard d’Estaing avait affirmé que son adversaire n’avait pas « le monopole du cœur. » Les démocrates d’aujourd’hui et leurs supporteurs auraient grand intérêt à méditer sur cette phrase. En effet, ils adorent pointer du doigt la moindre faute de leurs adversaires – le raisonnement fût-il fautif – mais esquivent plus vite que le Flash quand on tente de leur appliquer la formule.

Prenons la triste fusillade d’un suprématiste blanc présumé à Buffalo récemment. Très vite, les laquais médiatiques des démocrates ont pointé ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Jean-Baptiste Noé.

L'amer Picon d'Algérie

Le Picon nous renvoie à une page coloniale de l'histoire de France, celle où l'Algérie était intégrée au territoire national et où les soldats mouraient de dysenterie et d'eau contaminée. Dans le désert saharien, la soif est une contrainte perpétuelle et les eaux sont très souvent impropres et tuent les corps en transportant de nombreuses maladies. Envoyé en Algérie au début des années 1830, Gaétan Picon découvre le paludisme et les fièvres qui rongent de nombreux soldats.

Lui aussi ... Poursuivre la lecture

Par Dora Triki, Alfredo Valentino, and Anna Dimitrova.

Bien que le nombre de décès dus au terrorisme ait diminué de 14 % en 2021, le nombre d’attentats terroristes dans les pays de la région Afrique du Nord et Moyen-Orient (MENA) reste élevé, et en conséquence, le terrorisme demeure une menace importante dans ces pays. Encore récemment, un attentat revendiqué des forces rebelles Houthis du Yémen a eu lieu à quelques kilomètres du site du Grand Prix de Formule 1 d’Arabie saoudite, qui réunissait fin mars l’élite du sport automobile inte... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles