Baisser les impôts, c’est bon pour l’économie !

Les réductions d’impôts sur le revenu de tous les particuliers, incluant ceux qui ont les plus hauts revenus, entraînerait les effets les plus positifs sur l’économie, par exemple au Québec.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Baisser les impôts, c’est bon pour l’économie !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 27 mai 2016
- A +

Par Youri Chassin.

Les réductions d'impôts sur le revenu de tous les particuliers, incluant ceux qui ont les plus hauts revenus, entraînerait les effets les plus positifs sur l’économie du Québec.
Taxes By: Tax CreditsCC BY 2.0

Le Québec est la nation dans le monde qui dépend le plus de l’impôt sur le revenu des particuliers pour financer ses services publics, nous rappelait mardi matin le chroniqueur Francis Vailles, partageant le constat du fiscaliste Luc Godbout.

En gros, mieux vaut hausser les taxes à la consommation, comme la TVQ, que de hausser les impôts, explique M. Godbout. La raison étant qu’il s’agit d’une politique fiscale moins dommageable pour l’économie. En effet, des impôts trop élevés découragent le travail et l’investissement. Ce n’est pas très intéressant de faire des heures supplémentaires, par exemple, si vous devez donner près de la moitié de vos gains au gouvernement…

C’est un débat qui revient régulièrement. D’ailleurs, l’IEDM montrait déjà les avantages des baisses d’impôts dans un substantiel Cahier de recherche publié en… 2004 !

En fait, ce que fait Luc Godbout, c’est rappeler à quel point sont pénalisés les Québécois qui veulent contribuer à l’économie et améliorer leur sort ainsi que celui de leurs familles. Pourtant, n’est-ce pas la plus humaine et la plus digne des réalisations que d’assurer des jours meilleurs à nos enfants ?

Hausser la TVQ n’est peut-être pas idéal, surtout pour le commerce de détail québécois, mais ce serait moins dommageable économiquement. Par ailleurs, ce n’est pas la seule solution. Luc Godbout rappelle ainsi que la fiscalité ontarienne, si elle était appliquée au Québec, épargnerait 6,5 milliards de dollars aux contribuables que nous sommes. Et l’Ontario, ce n’est pas si différent de chez nous.

Les effets positifs des réductions d’impôts

Pour ceux qui n’aiment pas se comparer avec l’Ontario, comparons-nous avec nous-mêmes. En 2008, au Québec, les contribuables payaient en moyenne 527$ de moins en impôt sur le revenu. Le gouvernement vient donc chercher pas moins de 2,1 milliards de dollars de plus dans nos poches qu’il y a huit ans seulement.

La réduction de l’impôt sur le revenu de tous les particuliers, incluant ceux qui ont les plus hauts revenus, entraînerait les effets les plus positifs sur l’économie. Plus que la réduction des taxes de ventes ou la réduction des tarifs pour les services gouvernementaux, et ce n’est pas que moi qui le dit.

Le Premier ministre Couillard a déclaré que « Nous ne voulons pas [baisser les impôts], car le pouvoir d’achat des contribuables est fragile, et la croissance économique du Québec dépend beaucoup de la demande intérieure des ménages ». Or, justement, une baisse d’impôt augmenterait le pouvoir d’achat de tous et stimulerait la croissance économique. C’est même le remède tout indiqué !

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Canada traverse une importante crise de la représentation qui a culminé en février dernier durant la révolte des camionneurs. Si la confiance d’une partie de la population envers la classe politique est chancelante, sa confiance envers les médias traditionnels est en chute libre, la montée dudit « complotisme » étant la plus forte manifestation de cette récente rupture. Au Québec, 50 % des gens croient aujourd’hui que les journalistes cherchent délibérément à les tromper, selon un sondage de la firme Edelman, publié fin mars dernier.

<... Poursuivre la lecture

Si le vote des Français en France concentre logiquement toute l’attention, celui des Français à l’étranger donne des éléments sur la mentalité des expatriés, émigrés voire des binationaux. Un vote qui peut toutefois avoir une certaine importance.

Le vote des Français à l’étranger a représenté 500 000 votes sur 1,4 million d’inscrits (un taux de participation de 35 %). 45 % ont voté pour Macron et 22 % pour Mélenchon, Zemmour faisant 8 % et Le Pen ne représentant que 5 %.

Ces chiffres méritent d’être étudiés de plus près, car ils... Poursuivre la lecture

Des histoires surprenantes et riches d'enseignement surviennent au Québec, durant cette pandémie.

À l’approche des fêtes, le chef de cette province avait des comportements erratiques, il promettait des rassemblements familiaux jusqu'au moins 20 personnes. Soudainement, les médias y vont de nouvelles affolantes sur la croissance du nouveau variant omicron. Les pages du Journal de Montréal étaient particulièrement alarmantes. Il a donc réduit à 10 cette limite, le temps d’un réveillon. Une fois la fête finie, il y est allé de la fermetur... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles