Terres agricoles : la Chine en passe d’acheter 1% de l’Australie

La Chine va acheter une marque nationale australienne, l’entreprise S. Kidman and Cо, dont les terres agricoles occupent 1 % du territoire australien.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Terres agricoles : la Chine en passe d’acheter 1% de l’Australie

Publié le 23 avril 2016
- A +

Par Charles Sannat.

Les terres agricoles australiennes bientôt au main de la Chine ?
Australia By: Marko MikkonenCC BY 2.0

 

Après l’acquisition de 1 700 hectares de terres en France, la Chine poursuit sa stratégie d’acquisition internationale de terres agricoles en ciblant cette fois l’Australie, pays dans lequel le prix des terres arables a explosé ces dernières années en raison justement des rachats à prix d’or par les Chinois des propriétés des fermiers australiens.

Il se pourrait que dans le futur, la terre appartienne à de grosses corporations internationales qui seront censées nous nourrir… Une véritable dépendance, un vrai cauchemar.1

La Chine devrait se procurer une marque nationale australienne, l’entreprise S. Kidman and Cо, dont les terres agricoles occupent 1 % du territoire australien.

Le contrat de 307,7 millions de dollars américains serait conclu entre le consortium faisant partie de l’entreprise chinoise Dakang Australia Holdings et la compagnie australienne Australian Rural Capital (ARC), a rapporté la chaîne ABC (Australian Broadcasting Corporation).

Ce n’est pas la première tentative de S. Kidman and Cо. de vendre son entreprise fondée en 1899. Ses troupeaux de bétail (185 000 bovins) assurent de la viande de bœuf aux marchés du Japon, des États-Unis et de l’Asie du sud-est.

René Le Honzec
René Le Honzec

Dans le même temps, ce n’est pas la première fois que les capitaux chinois tentent d’avoir un morceau du gâteau australien équivalent à la surface de l’Irlande.

Le contrat précédent, qui était prévu pour novembre dernier, a été rejeté par le ministre australien des Finances Scott Morrison. Il a critiqué le contrat à venir puisqu’il « allait à l’encontre des intérêts nationaux ». Pourquoi ? Primo, la taille de la société ; secundo, une des régions hébergeant des prés et des fermes de l’entreprise avoisine le polygone australien d’essais de missiles Woomera.

Et selon les lois australiennes, la vente des biens immobiliers aux étrangers ne se réalise qu’après avoir été approuvée par le ministère des Finances et par le Conseil pour les investissements étrangers.

Aujourd’hui, on espère que le même destin n’arrivera pas au contrat actuel. Les terres d’exploitation agricole près du polygone ont été exclues du contrat, ce qui accroît la probabilité que 80 % des avoirs de S. Kidman and Cо se retrouveraient bientôt dans les mains de la Chine. Le reste des avoirs deviendra la propriété de la compagnie Australian Rural Capital.

Cependant, l’inquiétude que le contrat menace la sécurité nationale reste toujours profondément ancrée dans la société australienne.

« La tendance à introduire diverses mesures restrictives pour contrer l’exploitation des marchés étrangers par des entreprises chinoises reflète la théorie de la ‘menace chinoise’ bien aimée à l’étranger », estime la responsable du Centre pour l’étude de l’économie mondiale de l’Institut chinois des relations internationales Chen Fengying dans un entretien accordé à Sputnik.

Selon elle, les entreprises australiennes craignent que les sociétés chinoises empêchent qu’elles aient une existence confortable. L’arrivée d’une compagnie chinoise dans tel ou tel pays suggère la possibilité de concurrence de production avec ce pays. Les partenaires étrangers sont d’avis qu’indépendamment du domaine où sont arrivés les Chinois, cela reste tout de même une menace.

« Cependant, l’accaparement global et l’absorption des entreprises constituent une tendance inévitable, c’est un pas nécessaire de la restructuration de l’économie globale », explique Mme Fengying.

« On peut comprendre en partie les inquiétudes de certains pays s’agissant de la participation de la Chine dans les fusions et acquisitions, mais il n’est pas possible d’arrêter l’arrivée des entreprises chinoises sur les marchés à l’aide d’interdictions puisque c’est un processus économique objectif », résume l’interlocutrice de Sputnik.

Sur le web

  1. En attendant, pour investir dans la terre et savoir comment faire, n’hésitez pas à me rejoindre et à vous abonner à la lettre Stratégies. Pour en savoir plus, c’est ici. La terre sera le meilleur placement des 50 prochaines années.
Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Permettez-moi de rajouter que cette expansion chinoise n’est pas un hasard de l’histoire: les accords de coopération entre Israël et la Chine ont conduit, partout sur la planète, la diaspora israélite à commercer avec les chinois, pour des raisons financières évidentes: 3000 milliards de dollars de réserve de change chinoise, libéralisation du cours des matières premières agricoles, convertibilité du Yuan, …. En France, ils sont vendeurs de terres agricoles (les vignobles), intermédiaires commerciaux, juristes, financiers. Le profit est là et le libéralisme le justifie. Tant que la législation le permettra , porte sera ouverte à toutes les mafias…car de fait, la « menace chinoise » n’est que celle des « mafias rouges ».

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Brad Polumbo.

L'adoption généralisée du bitcoin et d'autres crypto-monnaies a laissé de nombreux fonctionnaires à l'écart. Pour tenter de participer à l'action, de nombreux gouvernements ont lancé l'idée d'une "monnaie numérique de banque centrale" (CBDC), c'est-à-dire une crypto-monnaie émise par le gouvernement et utilisant la technologie blockchain. Le président Biden a demandé au gouvernement fédéral d'explorer cette idée, et de nouveaux rapports suggèrent que l'administration Biden pourrait bientôt faire avancer les efforts po... Poursuivre la lecture

asie Chine Russie UE Pologne
1
Sauvegarder cet article

La Russie sera-t-elle encore un pays européen dans les années à venir ? Le conflit en Ukraine a accentué le tournant asiatique de la Russie. La coupure politique et économique avec l’Occident depuis le 24 février 2022, pousse Moscou à chercher des alternatives géopolitiques en Asie, et plus précisément avec la Chine et l’Inde. Le récent exercice militaire commun entre les trois pays en est un exemple.

Cette posture russe, bien qu'ancienne, va dans le sens d’un tournant asiatique de l’ordre mondial avec en toile de fond, la rivalité ent... Poursuivre la lecture

Après le scandale de la manipulation des données du classement Doing Business, qui a ensuite été confirmée par l'enquête interne institutionnelle, la Banque mondiale a décidé de ne plus publier ce rapport annuel sur la régulation des affaires.

Au cours des deux dernières décennies, ce rapport a permis une description importante de la qualité de la régulation des affaires dans les pays du monde entier et a contribué à la mise en œuvre de nombreuses réformes qui ont facilité les affaires et accéléré les taux de croissance économique.

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles