Terres agricoles : la Chine en passe d’acheter 1% de l’Australie

La Chine va acheter une marque nationale australienne, l’entreprise S. Kidman and Cо, dont les terres agricoles occupent 1 % du territoire australien.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Terres agricoles : la Chine en passe d’acheter 1% de l’Australie

Publié le 23 avril 2016
- A +

Par Charles Sannat.

Les terres agricoles australiennes bientôt au main de la Chine ?
Australia By: Marko MikkonenCC BY 2.0

 

Après l’acquisition de 1 700 hectares de terres en France, la Chine poursuit sa stratégie d’acquisition internationale de terres agricoles en ciblant cette fois l’Australie, pays dans lequel le prix des terres arables a explosé ces dernières années en raison justement des rachats à prix d’or par les Chinois des propriétés des fermiers australiens.

Il se pourrait que dans le futur, la terre appartienne à de grosses corporations internationales qui seront censées nous nourrir… Une véritable dépendance, un vrai cauchemar.1

La Chine devrait se procurer une marque nationale australienne, l’entreprise S. Kidman and Cо, dont les terres agricoles occupent 1 % du territoire australien.

Le contrat de 307,7 millions de dollars américains serait conclu entre le consortium faisant partie de l’entreprise chinoise Dakang Australia Holdings et la compagnie australienne Australian Rural Capital (ARC), a rapporté la chaîne ABC (Australian Broadcasting Corporation).

Ce n’est pas la première tentative de S. Kidman and Cо. de vendre son entreprise fondée en 1899. Ses troupeaux de bétail (185 000 bovins) assurent de la viande de bœuf aux marchés du Japon, des États-Unis et de l’Asie du sud-est.

René Le Honzec
René Le Honzec

Dans le même temps, ce n’est pas la première fois que les capitaux chinois tentent d’avoir un morceau du gâteau australien équivalent à la surface de l’Irlande.

Le contrat précédent, qui était prévu pour novembre dernier, a été rejeté par le ministre australien des Finances Scott Morrison. Il a critiqué le contrat à venir puisqu’il « allait à l’encontre des intérêts nationaux ». Pourquoi ? Primo, la taille de la société ; secundo, une des régions hébergeant des prés et des fermes de l’entreprise avoisine le polygone australien d’essais de missiles Woomera.

Et selon les lois australiennes, la vente des biens immobiliers aux étrangers ne se réalise qu’après avoir été approuvée par le ministère des Finances et par le Conseil pour les investissements étrangers.

Aujourd’hui, on espère que le même destin n’arrivera pas au contrat actuel. Les terres d’exploitation agricole près du polygone ont été exclues du contrat, ce qui accroît la probabilité que 80 % des avoirs de S. Kidman and Cо se retrouveraient bientôt dans les mains de la Chine. Le reste des avoirs deviendra la propriété de la compagnie Australian Rural Capital.

Cependant, l’inquiétude que le contrat menace la sécurité nationale reste toujours profondément ancrée dans la société australienne.

« La tendance à introduire diverses mesures restrictives pour contrer l’exploitation des marchés étrangers par des entreprises chinoises reflète la théorie de la ‘menace chinoise’ bien aimée à l’étranger », estime la responsable du Centre pour l’étude de l’économie mondiale de l’Institut chinois des relations internationales Chen Fengying dans un entretien accordé à Sputnik.

Selon elle, les entreprises australiennes craignent que les sociétés chinoises empêchent qu’elles aient une existence confortable. L’arrivée d’une compagnie chinoise dans tel ou tel pays suggère la possibilité de concurrence de production avec ce pays. Les partenaires étrangers sont d’avis qu’indépendamment du domaine où sont arrivés les Chinois, cela reste tout de même une menace.

« Cependant, l’accaparement global et l’absorption des entreprises constituent une tendance inévitable, c’est un pas nécessaire de la restructuration de l’économie globale », explique Mme Fengying.

« On peut comprendre en partie les inquiétudes de certains pays s’agissant de la participation de la Chine dans les fusions et acquisitions, mais il n’est pas possible d’arrêter l’arrivée des entreprises chinoises sur les marchés à l’aide d’interdictions puisque c’est un processus économique objectif », résume l’interlocutrice de Sputnik.

Sur le web

  1. En attendant, pour investir dans la terre et savoir comment faire, n’hésitez pas à me rejoindre et à vous abonner à la lettre Stratégies. Pour en savoir plus, c’est ici. La terre sera le meilleur placement des 50 prochaines années.
Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Permettez-moi de rajouter que cette expansion chinoise n’est pas un hasard de l’histoire: les accords de coopération entre Israël et la Chine ont conduit, partout sur la planète, la diaspora israélite à commercer avec les chinois, pour des raisons financières évidentes: 3000 milliards de dollars de réserve de change chinoise, libéralisation du cours des matières premières agricoles, convertibilité du Yuan, …. En France, ils sont vendeurs de terres agricoles (les vignobles), intermédiaires commerciaux, juristes, financiers. Le profit est là et le libéralisme le justifie. Tant que la législation le permettra , porte sera ouverte à toutes les mafias…car de fait, la « menace chinoise » n’est que celle des « mafias rouges ».

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Le 17 janvier 2022, aux Cafés Géographiques, Michel Bruneau a présenté son livre, L’Eurasie. Continent, empire, idéologie ou projet.

Voici ce que j’en ai retenu.

L’idée générale est de comprendre que l’Europe et l’Asie forment un seul continent et notamment que les États ou les empires (une vingtaine) ont souvent été à cheval sur les deux. Les plus connus sont ceux d’Alexandre, l’empire romain puis byzantin, ceux des turco-mongols dont l’empire ottoman, et la Russie.

La géo-histoire

Michel Bruneau commence par une rapide ... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Ce qui m’a frappé au cours de cette année 2021, ce n’est pas le virus, mais l’extension de l’autoritarisme sous sa forme dramatique comme sous sa forme rampante et bureaucratique. J’ai remarqué également la numérisation et le retour en force des marchés qui « se vengent » des dictatures notamment par l’inflation. Bien sûr, le virus a joué son rôle, mais il a plutôt été l’occasion que la raison de fond.

La violence autoritaire

Cette violence a gagné une grande partie du monde, et s’il fallait donner un premier prix, il reviendrait au My... Poursuivre la lecture

Par Chloé Froissart. Un article de The Conversation.

Les élections législatives qui ont eu lieu le 19 décembre à Hong Kong ont parachevé l’alignement du système politique hongkongais sur celui de la Chine.

Pékin célèbre ce scrutin comme une victoire de la démocratie, en dépit du fait que les Hongkongais ont voté Non avec leurs pieds.

Ces élections, marquées par un taux d’abstention record (la participation n’a été que d’environ 30 %), ont vu les candidats pro-Pékin rafler 89 des 90 sièges du Parlement.

L’orchestration... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles