Atlas, le nouvel androïde de Boston Dynamics (vidéo)

Le bipédoïde Atlas sera-t-il aux androïdes d’un lointain futur ce que Homo Erectus est à l’homme moderne ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Atlas, le nouvel androïde de Boston Dynamics (vidéo)

Publié le 26 février 2016
- A +

Par Charles Bwele

Boston Dynamics est un poids lourd de la robotique mondialement connu et reconnu notamment grâce à ses robots quadripèdes LS3 et Cheetah (alias TerminaDogs ?) et à son robot bipède Atlas. Basée à Waltham (Massachusetts, USA), l’entreprise vingtenaire est un partenaire du DARPA dans la robotique militaire et fut discrètement rachetée par Google en 2013. Corollairement, la firme de Mountain View avait confié sa toute nouvelle division automatisation & robotique à Andy Rubin, créateur du très populaire système d’exploitation Android. Objectifs : investir dans la robotique professionnelle (fabrication, logistique, commerce en ligne, etc) et concurrencer peu ou prou Amazon qui avait acquis Kiva Systems en 2011 afin de concevoir des robots pour ses immenses entrepôts.

Depuis ses années Google, Atlas (1m80, 150 kg) est devenu une véritable botstar au sein des milieux geek et militech. En effet, il avait occupé la seconde place du DARPA Robotics Challenge 2015 (derrière le bipède nippon Shaft… également racheté par Google !), compétition dans laquelle les robots doivent monter une échelle, transporter des débris et conduire une voiture.

Conçu pour évoluer dans des environnements difficiles et en zone de combat – car le DARPA cofinance et contribue à son développement, il est débarrassé de son câble d’alimentation électrique et pourvu de sa propre batterie à l’autonomie d’autant plus améliorée que sa deuxième version a perdu 10 cm en hauteur et 70 kg de sa masse initiale. Son système LIDAR intégré, similaire à celui des véhicules (semi)autonomes, permet d’éviter des obstacles, d’évaluer le terrain et de manipuler des objets.

La durée réelle de son autonomie demeure inconnue mais ses gains en équilibre, en flexibilité, en motricité et en réactivité sont plus que significatifs : il ouvre la porte, quitte les locaux de Boston Dynamics, marche dans une forêt enneigée, soulève et place des colis de plus de 4 kilos sur une étagère… et fait quasiment preuve de persévérance ou de sérénité face aux harcèlements d’un chercheur en robotique armé d’une crosse de hockey.

Le bipédoïde Atlas sera-t-il aux androïdes d’un lointain futur ce que Homo Erectus est à l’homme moderne ? En visionnant cette vidéo qui marque une étape décisive dans la R&D en robotique, les Cylons exigeront probablement réparations pour les préjudices infligés à leurs ancêtres…

Lire sur Contrepoints notre rubrique Sciences et technologie

Sur le web

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • J’ai vu ça hier et j’étais bluffé !

  • c’est génial mais aussi énervant de voir qu’ils ne cherchent qu’a imiter l’homme au lieu de l’améliorer..par exemple , 3 mains , il en manque toujours une , et un œil dans le dos !

    • Raisons commerciales je pense, des robots humanoïdes pourraient avoir une grande utilité dans le civil à l’avenir. Et peut-être pour rassurer les gens.

      • Ou tout simplement pour évoluer dans un environnement qui est essentiellement conçu pour les humains. Un robot bipède et de taille humaine est avantagé pour passer les portes, prendre l’escalier ou l’ascenseur, ou encore entrer dans une voiture.
        Et puis il ne s’agit que d’une option parmi beaucoup d’autres. Il y a des robots quadrupèdes, des robots rampants, des robots sauteurs et pleins d’autres saloperies pour vous atteindre là où vous vous croyez en sécurité.

      • en effet , et cela sera très amusant lorsque lors d’un diner une geisha demandera un bon verre d’hydrogène accompagné d’un bol de graisse de baleine pour lubrifier ses articulations 😉

    • Avec deux pattes ont peut quand même créer ED-209, c’est pas rien. https://youtu.be/G9IscZMYYw0

    • Ditons qu’ils s’inspirent dans un premier temps du vivant ! Et mettent à profit les 4 milliards d’années de l’évolution. Mais ils s’inspirent aussi d’autres être vivants, par exemple j’ai vu de cette même firme des robots quadrupèdes (comme des chateaux de trait pour transporter du materiel en terrain accidenté). Le plus impressionnant et Cheetah ! le robot guépard qui est aussi le plus rapide à l’heure actuelle.

    • C’est sûr il y a beaucoup de tâches humaines qui profiteraient de membres supplémentaires, mais pas toutes… et il faut bien commencer par faire simple.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
piscine - image libre pixabay
10
Sauvegarder cet article

En France, pendant que les médias persistent à s'inquiéter de la virilité ou non des barbecues, la crise énergétique enfle doucement. Cet hiver, les Français pourraient passer brutalement des coupures de presse aux coupures de courant. Alors oui, certes, la situation est grave mais pas désespérée et comme en 1974 où, à la suite du choc pétrolier, les Français découvraient qu'à défaut de pétrole, ils avaient des idées notamment nucléaires, il en ira de même en 2022 où ils n'ont toujours pas de pétrole et plus d'idées nucléaires mais au moins o... Poursuivre la lecture

Qui est le roi des États-Unis ? Jusqu’à il y a peu on pouvait lire Obama dans les premiers résultats de recherche en anglais. Alors que certains internautes s’amusent à détourner les résultats de recherche mis en avant par Google, le moteur de recherche a décidé de retirer les réponses farfelues. Que se cache-t-il derrière ce phénomène ?

 

Manipulation des résultats de recherche : késako

Le développement du web 2.0, qu’on appelle aussi web participatif, a profondément remanié notre usage d’internet, mais aussi notre rapport... Poursuivre la lecture

Par Vincent Martin, Université de Bordeaux et Christophe Gauld, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. 

 

« Bonjour Monsieur. Je vous en prie, installez-vous. Alors… comment allez-vous depuis la dernière fois ? »

Et si, dans quelques années, cette phrase anodine n’était plus prononcée par un psychiatre en chair et en os mais par une IA, une Intelligence artificielle ? Avec la résurgence récente de la psychiatrie dans le débat public, notamment en raison de la crise sanitaire, l’idée de proposer des systèmes de suivi d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles