Taux négatifs : quels risques ?

Quels sont les dommages collatéraux créés par les taux négatifs ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
JulianBleecker-Drowning danger(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Taux négatifs : quels risques ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 15 février 2016
- A +

Par Régis Yancovici.

JulianBleecker-Drowning danger(CC BY-NC-ND 2.0)
JulianBleecker-Drowning danger(CC BY-NC-ND 2.0)

 

Si au cours des premières semaines de 2016, la corrélation entre les marchés d’actions et le pétrole pouvait laisser croire que le second guidait le premier, la baisse récente a été exacerbée par les valeurs bancaires en Europe comme aux États-Unis. Ce n’est guère rassurant car les raisons d’une telle défiance ne sont pas encore bien cernées. Hausse des défauts en provenance du secteur de l’énergie, récession, exposition pays, courbe des taux plate pour longtemps sont évoqués… ou peut-être est-ce la politique de taux négatifs des banques centrales.

La politique de taux négatifs des Banques Centrales (NIRP : Negative interest Rate policy) a pour objectif d’inciter les banques à prêter et donc à stimuler l’activité en « rémunérant négativement » leurs réserves. Le risque est que, devant le faible appétit des emprunteurs et les risques de défaut allant crescendo, les banques décident de leur faire supporter le coût des taux négatifs en augmentant les taux d’emprunts. Pour le moment, ce risque ne s’est pas matérialisé en Europe puisque les taux d’emprunt baissent.

Pourtant, au fur et à mesure que le club des pays « NIRP » s’élargit (déjà 30% du MSCI World se trouvent dans un pays NIRP), cette politique, pour en espérer des effets positifs via la dévaluation compétitive, ne peut qu’aller en s’accentuant.

À partir d’un certain stade, que nous avons peut-être déjà atteint, les banques ne seront plus capables d’augmenter leur volume de crédit pour compenser les pertes auprès de leur Banque Centrale. Cela pourrait expliquer la chute du secteur bancaire en bourse.

C’est également ce qui expliquerait la réaction du yen suite à la récente décision de la BoJ qui aurait épuisé l’arme des NIRP (comme la BCE). Une extension des politiques NIRP pourrait finalement poser plus de problèmes qu’elle n’apporte de solutions.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Frank Shostak.

 

La demande de biens s'explique par les avantages perçus. Par exemple, les individus demandent de la nourriture parce qu'elle les nourrit. Ce n'est cependant pas le cas des morceaux de papier que nous appelons monnaie, alors pourquoi les acceptons-nous ?

Selon Platon et Aristote, l'acceptation de la monnaie est un fait historique entériné par un décret de l’État. C'est ce décret, dit-on, qui fait qu'une chose particulière est acceptée comme moyen général d'échange. Néanmoins, Carl Menger doutait d... Poursuivre la lecture

Le responsable de la supervision bancaire de la Banque centrale, Andra Enria, est monté au créneau lundi 19 septembre avec un discours inquiétant :

« La Banque centrale européenne (BCE) tient à ce que les établissements de crédit vérifient leurs prévisions en matière de fonds propres avant un hiver sans doute difficile […] Nous incitons les banques à mettre vraiment l’accent sur la concentration d’expositions aux secteurs qui sont particulièrement dépendants de l’énergie et vulnérables aux chocs énergétiques. »

Aïe … Il ne s’agi... Poursuivre la lecture

Par Manuel Tacanho.

 

L'inflation, et plus précisément l'inflation monétaire, est aussi souhaitée et nécessaire à l'État que la nourriture est nécessaire à l'alimentation humaine. Plus que la fiscalité, elle est le principal aliment qui permet à l'État de lentement mais sûrement se transformer en un appareil bureaucratique vaste et étendu qui intervient dans presque tous les aspects des affaires sociales et économiques.

Sans inflation, l'État se retrouve enfermé dans les limites de ce qu'il peut confisquer par le bia... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles