L’Italie face à la menace terroriste

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Matteo Renzi (Crédits : Palazzo Chigi, licence CC-BY-NC-SA 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Italie face à la menace terroriste

Publié le 9 février 2016
- A +

Par Francesca Willemsen.
Un article de Trop Libre.

Matteo Renzi (Crédits : Palazzo Chigi, licence CC-BY-NC-SA 2.0), via Flickr.
Matteo Renzi (Crédits : Palazzo Chigi, licence CC-BY-NC-SA 2.0), via Flickr.

Le 13 janvier 2016, le ministre de l’Intérieur italien Angelino Alfano signait le premier décret d’expulsion de l’année, à l’encontre du ressortissant macédonien Ljimani Redjep. L’homme, salafiste, et dont la radicalisation devenait pour l’Italie une menace terroriste, habitait l’Italie depuis 1998.

Ce décret, le 67ème depuis 2014, s’inscrit dans la ligne d’action choisie par le gouvernement italien de Matteo Renzi pour faire face à la menace terroriste. Cette action a subi une intensification depuis les attentats de Paris du 13 novembre dernier et touche désormais plusieurs secteurs, bénéficiant en outre, fin 2015, d’une augmentation des fonds disponibles.

La culture pour contrer le terrorisme

L’Italie appuie sa réponse au terrorisme sur deux facteurs clés : l’informatique et l’échange d’informations entre les agences nationales antiterroristes. “Une réponse de prévention qui passe par la police et par la voie législative”, expliquait Alfano, à l’occasion d’une rencontre avec Gilles de Kerchove, coordinateur de l’UE pour la lutte contre le terrorisme. Le plan d’action italien est intégré par un travail aux frontières centré sur la cyber-sécurité et sur les investissements technologiques pour permettre l’identification faciale des sujets qui y passent.

Toutefois, à la suite des attentats de Paris en novembre dernier, le gouvernement de Matteo Renzi a dû adapter son action à la situation et face à l’inquiétude grandissante des Italiens. Il a élaboré des mesures concrètes qui ont débouché sur un plan d’action doté d’un budget conséquent.

Son discours a surpris : un rôle prépondérant y est accordé à la culture. Ainsi, le slogan “un euro à la culture pour chaque euro à la sécurité” caractérise la proposition de budget de deux milliards d’euros annoncée : un milliard pour la défense, l’autre pour la culture. Ainsi, chaque Italien recevra à ses 18 ans un budget de 500 euros qu’il pourra dépenser en tant que « carte culture ».

Les sondages d’opinion laissent transparaître une hausse de confiance de la population italienne envers ses dirigeants politiques. Le 20 novembre dernier, selon le sondage Ixé, réalisé par une émission télévisée d’information, Ballarò, la confiance du peuple italien envers le gouvernement de Renzi était aux alentours de 32%, avec une hausse de 2 points par rapport aux semaines précédentes. Le rapport annuel “Les Italiens et l’État”, publié fin décembre dernier par le site Demos, révèle, quant à lui, une timide reprise de confiance de la population italienne dans les institutions.

L’insécurité profite-t-elle à l’extrême-droite ?

Italie terrorisme René Le HonzecLa réponse du gouvernement italien s’avère d’autant plus sereinement menée qu’elle semble jusqu’ici freiner l’ascension d’une extrême droite qui, ailleurs en Europe, profite de l’insécurité.

Au lendemain des attentats du 13 novembre, espérant pouvoir instrumentaliser la vague de peur et de panique qui déferle sur l’Italie, le parti d’extrême droite La Lega Nord choisissait de réaffirmer sa position radicale. Le parti propose ainsi une possible intervention italienne en Libye contre Daech et réaffirme son refus catégorique de voir dans l’Islam une religion modérée.

En reprenant les sondages d’opinions, il est intéressant de constater que cette exclusion de toute une communauté ne procure pas à la Lega Nord le soutien populaire dont bénéficient les autres partis populistes d’Europe. Contre toute attente, Salvini a perdu des points de confiance dans les sondages (Ballarò).

La solution sera européenne ou ne sera pas

Le plan d’action italien s’inscrit dans un contexte européen de peur et d’insécurité générale. La menace du terrorisme touche désormais l’Europe entière et l’Italie n’est pas exemptée : en novembre 2015, le FBI mettait urgemment l’Italie en garde contre cinq suspects et une possible attaque à Milan. L’Italie, qui manifeste depuis plusieurs années sa peur d’isolement quant à la question des conséquences du chaos en Afrique et en Orient sur ses côtes, rappelle régulièrement l’importance d’une réponse à échelle communautaire. C’est d’ailleurs là que pourrait prendre forme une société civile européenne, dont l’attachement aux droits fondamentaux et l’ADN pacifique est un acquis communautaire indélébile.

Sources :

www.interno.gov.it  – Site du Ministère de l’Intérieur italien

www.ilsole24ore.com – Terrorismo espulso padre ragazzo che inneggio all’isis attentati Parigi

www.lastampa.it – Renzi e il piano da miliardi, sicurezza e cultura contro l’Isis

www.repubblica.it – Consiglio Europeo, vertice UE

www.ilfattoquotidiano.it – Terrorismo Renzi : rafforzeremo cyber security ma investimenti anche in cultura

  • Article rédigé en partenariat avec l’Association du Master Affaires Européennes de Sciences Po

Sur le web

Lire sur Contrepoints notre dossier spécial Italie ainsi que l’article « la droite italienne en décomposition« 

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour les uns l’euro serait la cause de tous nos maux économiques : hausse des prix, chômage, désindustrialisation, etc.

Pour les autres, l’euro est une bénédiction, un des socles sur lequel sera construite une Europe fédérale rayonnante des droits de l’Homme, puissante et paisible à laquelle tout individu cultivé et évolué doit aspirer.

Pratiquement, l’euro est à terme condamné.

Concrètement, il a simplifié la vie de ceux qui exportaient et circulaient en Europe, c’est indéniable. Plus de comptes en devises, de frais de c... Poursuivre la lecture

Ce 19 janvier, Emmanuel Macron a pris la parole au parlement européen pour faire un discours dans le cadre de la présidence européenne de la France.

Arrivé de Macron au parlement... pic.twitter.com/rBEkIdJfG6

— Esposito Corinne (@coconuts1315) January 19, 2022

Le propos s’est concentré sur les valeurs qu'il souhaite défendre. Il a été critiqué par les représentants français des groupes européens de l’opposition comme Jordan Bardella du RN, Yannick Jadot d'Europe Ecologie les Verts, François-Xa... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

La campagne de Valérie Pécresse semble piétiner, après que sa victoire au congrès des Républicains a fait remonter sa cote. Mais celle-ci est depuis un peu retombée, elle est maintenant au coude-à-coude avec Marine Le Pen et Éric Zemmour.

Il est évident que la candidature d’Éric Ciotti a été un catalyseur pour LR et les a encouragés à un programme davantage axé sur la sécurité.

Mais il manque à cette campagne une autre priorité : l’économie.

Les choix étranges de LR

Pour des raisons qui restent obscures LR a tout fait pou... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles