Budget, fiscalité : le Québec bon élève

Il reste à réduire l’impôt sur le revenu, véritable frein à la croissance.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Budget, fiscalité : le Québec bon élève

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 8 février 2016
- A +

Par Youri Chassin

Drapeau du Quebec abdallahh (CC BY 2.0)
Drapeau du Quebec abdallahh (CC BY 2.0)

 

Voici une bonne nouvelle pour le Québec, aujourd’hui. Le gouvernement du Québec se classe en deuxième place parmi les gouvernements provinciaux pour sa performance fiscale et budgétaire. Et pas loin du premier rang, selon le classement de l’Institut Fraser, puisque le gouvernement Couillard obtient 78,2 sur 100 contre 78,5 pour le gouvernement de Christie Clark (Colombie-Britannique).

Le classement du Fraser s’appuie sur trois critères pour évaluer les gouvernements. Les dépenses publiques augmentent-elles moins vite que la croissance économique et que la population ? Le fardeau fiscal est-il raisonnable ? Le déficit et la dette sont-ils sous contrôle ?

Lorsqu’on compare les réponses à ces questions pour chacun des gouvernements des provinces, on se rend compte que le Québec tire bien son épingle du jeu. On note toutefois que le gouvernement Couillard se classe mieux au chapitre du contrôle des dépenses que sur le fardeau fiscal. Indirectement, le classement donne donc les bonnes pistes pour s’améliorer l’an prochain.

Comment devenir numéro 1 ? Il y a un effort à faire du côté des impôts sur le revenu. Saviez-vous que les taux d’impôt du Québec sont les plus élevés pour un contribuable qui gagne 50 000$ ? On parle de la classe moyenne ici.

Le Québec a aussi le deuxième taux le plus élevé pour les gens ayant un revenu de 150 000$. Le taux d’impôt marginal à ce niveau de revenu est de 21 % en Nouvelle-Écosse et de 20,97 % ici (sans ajouter le taux fédéral). On savait déjà que les riches payaient beaucoup d’impôts, et on comprend encore mieux pourquoi il serait irréaliste d’augmenter leur impôt davantage.

Au contraire, le gouvernement pourrait diminuer l’impôt des particuliers comme le lui proposait le Rapport Godbout et comme Philippe Couillard l’a promis en campagne électorale. Rappelez-vous que tout surplus budgétaire servira à diminuer la dette et les impôts. Bref, le classement de l’Institut Fraser ne fait qu’encourager le gouvernement à tenir ses propres engagements.

Bien entendu, l’objectif premier n’est pas d’arriver en tête d’un classement des provinces. Le gouvernement devrait surtout se préoccuper du pouvoir d’achat des contribuables. Le mois dernier, l’Institut de la statistique du Québec traçait un portrait inquiétant de notre revenu disponible, les Québécois arrivant derniers par rapport aux autres provinces.

Si l’on souhaite une économie plus dynamique, qu’il y ait davantage d’entrepreneurs, que la pauvreté recule et que les familles québécoises puissent améliorer leur sort, il est grand temps de réduire les impôts sur le revenu. C’est le meilleur levier pour améliorer notre performance à tous les points de vue.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Notre système économique basé sur l’impôt est appelé à s’améliorer, à s’améliorer toujours, et à s’effacer au niveau de l’impôt sur le revenu pour réaliser autrement sa mission de service public.

Supprimer un impôt n’est pas supprimer les autres impôts. Notre système économique est malade. La suppression de l’impôt sur le revenu signifie 20 % des recettes de l’État afin de relancer l’emploi par la consommation. Il serait alors judicieux de s’interroger pour savoir si les 80 milliards dédiés au plan de relance de l’industrie seront util... Poursuivre la lecture

Par Oliver Rancourt[1. économiste à l’IEDM], depuis le Canada.

Le chancelier allemand Olaf Scholz vient de visiter le Canada pour parler, entre autres, d’importation de gaz naturel canadien vers l’Europe. À la suite de l’invasion de l’Ukraine et des sanctions qui ont suivi, l’Allemagne, qui importait 55 % de son gaz naturel de la Russie en 2021, a dû rouvrir des centrales au charbon et a commencé à chercher d’autres sources d’approvisionnement en gaz naturel.

Bien que cette situation soit difficile pour le public allemand, ce tr... Poursuivre la lecture

Parmi les quatre thèmes proposés par Emmanuel Macron pour le Grand débat national nous voudrions évoquer un certain nombre de problèmes qui nous paraissent particulièrement importants et qui se trouvent concerner les deux premiers thèmes (fiscalité et organisation de l'État).

Le débat sur la fiscalité est à l'ordre du jour et l'on peut d'ailleurs considérer comme positif qu'il y ait une prise de conscience des excès de la fiscalité française et de ses effets destructeurs. Comme on le sait bien, la France bat – malheureusement – un reco... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles