Spartacus, chef de guerre, par Yann Le Bohec

En historien, Yann Le Bohec décape les vernis littéraires et fait ressurgir les véritables couleurs du héros Spartacus.

Par Jean-Baptiste Noé.

Spartacus chef de guerre yann le bohecLe propre d’un historien est d’abattre les mythes pour révéler la véritable histoire. Grand connaisseur de l’armée romaine, auteur de plusieurs livres sur Jules César, les guerres puniques et les légions, Yann Le Bohec s’attaque à un mythe cinématographique et marxiste : Spartacus.

À l’aide des sources éparses dont il dispose, il démontre que cet homme n’est pas l’esclave révolté luttant pour la liberté des siens et des hommes en général, ni le héros généreux qui se lève contre un système injuste. Spartacus est un homme libre de Thrace capturé lors d’une guerre et vendu comme esclave, au mépris de sa condition d’homme libre. Il échoit à un propriétaire d’une école de gladiateurs de Capoue, qui le forme à ce type de combat.

Refusant le sort et son injustice, Spartacus se soulève contre son maître et enrôle des compagnons. Son but est de quitter l’Italie pour rejoindre la Thrace. Les soldats envoyés contre lui échouent à l’arrêter. Il forme ses hommes au combat et parvient à tenir tête à Rome pendant au moins deux ans. Rome doit envoyer Crassus, un de ses meilleurs généraux, pour le vaincre lors d’une bataille et faire ainsi cesser les exactions commises dans les régions où le révolté sévissait. S’il a pu ébranler Rome, Rome a trouvé les moyens de mettre un terme à son combat. Spartacus meurt en chef de guerre, les armes à la main.

Il restait à la légende à s’emparer de lui, à trouver un bel acteur pour incarner le mythe, et que le Spartacus imaginé efface le Spartacus réel. En historien, Yann Le Bohec décape les vernis littéraires et fait ressurgir les véritables couleurs du héros.

Sur le web

Lire sur Contrepoints notre dossier spécial histoire