Netflix et le guichet unique

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Logo Netflix (Tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Netflix et le guichet unique

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 18 janvier 2016
- A +

Je vais en choquer plus d’un, mais force est de constater que parfois, le fait d’être Français peut être un inconvénient. Et histoire d’éviter les trolls, précisons tout de suite que je ne parle pas de port d’arme, de liberté d’expression ou même de fiscalité, mais, de façon plus étonnante, de cinéma et plus généralement, de produits audio-visuels.

Eh oui, si vous êtes un gros consommateur de films, de documentaires ou de séries, être Français pose un problème notoire, et pas seulement parce que la production franco-française laisserait à désirer ou verserait dans un militantisme délicieusement suranné, mais essentiellement parce que ce qui est disponible — légalement, j’entends — ne représente en réalité qu’une modeste partie de ce qui existe à d’autres endroits.

Je m’explique.

En tant que Français, respectueux de la loi et pointilleux à la fois sur les conventions sociales qui font de vous une référence en matière de bienséance et sur un fonctionnement harmonieux de l’économie reposant sur une juste rétribution de tous les maillons de la chaîne productive, vous n’envisagez pas, même de loin, de décharger un film ou une série en utilisant autre chose qu’une offre légale. Vous savez, de toute façon, que la HADOPI veille sur vous, et ne laissera pas la moindre transaction frauduleuse s’opérer sans sanctionner les coupables contrefacteurs.

Bref, vous avez par exemple souscrit à un abonnement à Netflix ce qui vous permet de dévorer les produits audio-visuels de votre choix dans le confort douillet de votre foyer, avec délectation et l’indispensable verre de Single Malt dans une main. Ou un bol de céréales ou des knacki-balls. Ça marche aussi.

Seulement voilà : votre soif cinéphile ne peut s’arrêter aux « nouveautés » proposées par le service en question. Arrivant en France avec un décalage parfois conséquent de plusieurs mois, les séries ou les films ont un petit côté défraîchi pour qui se tient au courant de l’actualité. En réalité, le catalogue offert, s’il est intéressant, n’en est pas moins incomplet. Sapristi, vous payez un abonnement mais ne disposez en réalité pas de tout le catalogue de la firme, seulement de cette sous-partie qui est réservée aux bestiaux clients français.

Jusqu’à présent, il existe une « solution », qui consiste à utiliser un « VPN » (un système de « réseau privé ») ou un « proxy » (un ordinateur intermédiaire placé à l’étranger) pour faire croire aux serveurs de Netflix que vous êtes américain, allemand, italien, etc… en fonction du catalogue auquel vous voulez accéder. Il y a même des applications spécifiquement construites pour vous aider dans les démarches techniques ; citons par exemple Smartflix.

La situation est alors la suivante : d’un côté, Netflix vous vend un abonnement à ses services. Vous le payez, l’entreprise est contente, encaisse l’argent et distribue les vidéos que vous voulez, et elle rétribue ensuite les ayants-droit honnêtement au pro-rata précis des distributions réellement effectuées. À la limite, qu’un film américain soit vu par un Français ou un Italien n’inquiète ni Netflix (dont la transaction commerciale est préservée), ni le producteur du film, ses acteurs et son équipe, dont les droits sont aussi préservés.

netflix week end alone

Un marché qui fonctionne, des producteurs et des consommateurs heureux ? C’en est trop pour les intermédiaires d’une économie mourante qui se sentent un peu exclus de ces transactions juteuses, qui se roulent par terre en tapant du poing et finissent par réclamer un dû de plus en plus hypothétique. En substance, les actuels distributeurs, qui se chargent de négocier les droits de ces producteurs de contenu auprès des différents canaux de distribution, n’entendent pas laisser aux acteurs internet distribuer sur toute la planète alors qu’ils peuvent de leur côté négocier point par point sur chaque réseau de distribution traditionnel (radio, télévision hertzienne ou câblée). Ils ont donc fait pression sur Netflix pour qu’il mette des barrières, c’est-à-dire empêche complètement les utilisateurs de services VPN ou proxy d’accéder aux catalogues de leurs choix.

De leur point de vue, la démarche est logique.

Un distributeur lambda tire ses sources de revenus des multiples accords qu’il va prendre avec les différents réseaux de distribution physique comme les télévisions ou les radios, au niveau de chaque pays. Un film américain, distribué par un tel distributeur, va donc voir ses droits négociés pour la France pour tel réseau de salles de cinéma, tel réseau de télévision, tel réseau de vidéoclubs. Les droits seront aussi négociés en Angleterre, en Italie ou partout ailleurs dans le monde pour d’autres réseaux.

Il y a trente ans de cela, l’idée était viable : le principe même d’un guichet unique était impraticable tant les législations différaient d’un pays à un autre. Pire encore, le cinéphile italien devait attendre que le film arrive dans son pays pour le voir, tout simplement parce qu’il n’y avait guère d’autres moyens pratiques et commercialement viables.

L’arrivée d’internet a bien évidemment tout chamboulé. Un internaute allemand n’a plus aucune difficulté technique pour obtenir un film américain sorti la veille, le temps d’acheminement de ce film comptant en minutes et non plus en mois ou en semaine comme auparavant.

Dès lors, la récente restriction de Netflix apparaît pour ce qu’elle est vraiment : un nouveau combat d’arrière garde qui vise à ralentir autant que possible la disparition pourtant inéluctable des distributeurs traditionnels. Je dis inéluctable parce que, même si beaucoup ne veulent pas y croire, les modes de distribution des médias (que ce soit d’information ou de loisir) ont été complètement bouleversés par l’arrivée du numérique.

netflix k7

D’une part, la télévision telle qu’on la concevait encore au début des années 2000 est mourante.

Devant batailler contre un médium qui permet de voir ce qu’on veut, quand on le veut, et sur le support qu’on veut, la télévision de papa tente bien sûr de s’adapter en proposant des « replays » ou d’autres formats de disponibilité, mais on sent nettement le décrochage des générations. De plus en plus souvent, l’écran de télévision est devenu d’abord un moniteur pour l’ordinateur ou la console. Dans ce contexte, la notion de bien culturel limité à une zone géographique perd rapidement son sens, et imposer des barrières rendues artificielles par la technique ne fait que frustrer le client.

Sur le long terme, ce n’est jamais une bonne idée. De ce point de vue, la négociation des droits de diffusion auprès de ces grands réseaux de chaînes va devenir de moins en moins intéressante pour les distributeurs.

D’autre part, la valeur ajoutée des distributeurs traditionnels est en train de s’effondrer.

Si, auparavant, le distributeur pouvait arguer de sa connaissance des milieux et des spécificités culturelles pour apporter dans son offre une plus-value évidente au producteur de contenu, cet aspect tend à disparaître à mesure que le numérique s’étend. Comme pour d’autres domaines, la désintermédiation joue ici un rôle de plus en plus important et même si c’est embryonnaire, il apparaît assez évident que seront gagnantes à long terme ces sociétés qui se placent dans le monde numérique (Netflix en fait partie, mais on peut aussi citer Amazon) et produisent directement le contenu pour le distribuer elle-même.

Autrement dit, on se dirige droit dans un monde où la production cinématographique, de films ou de série, se passera complètement de distributeurs spécifiques. Soit les producteurs utiliseront les médiums spécialisés comme Youtube ou Dailymotion, soit le trajet inverse sera fait, i.e. un distributeur numérique deviendra son propre producteur. En tout cas, le principe actuel, où le consommateur est traité différemment selon sa localisation géographique, ne pourra perdurer devant l’attente toujours plus grande d’obtenir un service unifié, indépendant du lieu. Le consommateur, très clairement, réclame un guichet unique.

Les actuelles multinationales du multimédia ont le choix de s’adapter ou de se battre contre cette tendance. Pour le moment, elles semblent avoir choisi de frustrer le consommateur et de se battre contre ceux qui, in fine, les rémunèrent.

Je ne gage pas cher de cette stratégie de court terme.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • Steam avec les jeux indé est un bon exemple.

    • Euh Joker sur steam, car malheureusement dans leur cas on est a l’étage supérieur du batiment netflix: Que faire de la démat’, sa license et son cout, de la revente et autre droit de retractation, quand en plus le magasin est capable de faire du 90% de solde sur son seul libre arbitre.

      🙂

    • Mais un très mauvais exemple pour les jeux triple A.

      • non, bon exemple justement.
        les distributeur comme universal et disney ont leur propres site de vod, comme ubi et ea ont leurs plateforme de distribution de jeux. avec le temps les gros films se trouveront sur le site du distributeur et pas sur netflix

        • Les boutiques en ligne « maison » concernent uniquement les productions pour PC. Sur consoles ce sont toujours les stores de Microsoft ou Sony qui ont l’exclusivité. Et pour les copies physiques, c’est toujours selon « l’ancien » modèle des chaînes de magasins plus ou moins spécialisés. Nous ne sommes pas encore tout à fait dans un système d’auto distribution généralisé, et je doute que tous les producteurs de contenu, notamment les plus petits, aient les reins assez solides pour supporter une telle charge.

          • sur console il y ea acces, même si sony freine des quatre fers.
            je ne parle pas d’un système d’auto distribution généralise, pour le cinéma comme pour les jeux les petit devront passé par une plateforme déjà en place pour avoir une visibilité, et les gros feront leurs propres plateformes avec un succès plus ou moins grand (comme pour les jeux).
            pour la vente de support physique, comme pour la musique certain préféreront toujours être propriétaire du support.

            • « pour la vente de support physique, comme pour la musique certain préféreront toujours être propriétaire du support. »

              Disons que dans une vingtaine d’années ou plus, quand les services en ligne n’existeront plus sous leur forme actuelle (voire auront coulé), il sera plus aisé de vendre son matériel éventuellement à prix d’or accompagné de supports physiques plutôt que de codes de téléchargement qui ne mèneront plus nulle part 🙂

  • Ca me rappelle l’analyse de l’avenir de FT en 2020 , avec 28 pages de descente aux enfers en préambule pour conclure « C’est totalement la merde. Cependant avec un peu de vision biaisée, cette entreprise est vouée a un bel avenir ».

    C’est evidemment non necessaire de noter que notre ex ministre de l’inculture était chairman du meeting hebdo.

  • Désolé, mais la téloch proposant peu de contenus intéressant mais beaucoup de cons-ténus, j’évite tous ses services. En plus, ça coûte une blinde pour ce que c’est. Le rapport combien ça coute, combien ça rapporte ne penchant pas en leur faveur. Il y a tellement de choses à faire sans se formater l’esprit avec ce truc qui ne sert qu’à une chose: la lobotomie.

  • Bon article, il aurait fallut aussi indiquer que la chronologie des médias joue un rôle majeur en France car elle s’applique à TOUTE la chaîne de distribution, en regard des USA ou elle évolue en fonction d’accord négociés au cas par cas.
    Singularité française qui confirme notre fameuse « exception culturelle » qui, avec internet et comme le souligne l’article, nous fait passer pour des dinosaures (et si ce n’était qu’au niveau du cinéma…).
    Donc, en effet, tous service de SVOD (Vidéo à la demande par abonnement) est tenu d’attendre 36 mois (oui vous avez bien lu : 3 ans…) après la sortie d’un film en salle pour le proposer à sa clientèle. Aux USA cette période est en moyenne de 15 mois.
    De facto vous ne trouverez pas de films sortis après janvier 2013 dans le Catalogue français de Netflix et Hadopipi est bien sûr là pour vous défendre d’utiliser les réseaux « illégaux », vous intimant l’ordre d’attendre sagement.
    D’ou l’intérêt de contourner ces limitations avec un VPN ou un service de SmartDNS et de constater qu’une fois connecté dans un pays moins restrictif en matière de distribution, le catalogue se rajeunit par miracle.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Chronologie_des_m%C3%A9dias

    A y réflechir les VPN, au-dela de leur fonction d’anonymisation (et encore, elle est relative car une majorité conserve des journaux de connexions : les logs) rendent à internet ce qu’il est : un réseau planétaire qui s’affranchit des frontières, rendant obsolète toute législation « géographique », merci H16 😉

  • Excellent comme toujours cher h16 🙂
    On vit des temps merveilleux en termes d’offres c’est certain, et les programmes Netflix sont de grande qualité, j’ai vraiment adoré Daredevil et Jessica Jones !

  • Pourquoi vouloir de toute force regarder les films et séries leur pellicule à peine développée (je sais…) ? Avec un recul suffisant, vous oubliez le battage publicitaire, et vous avez l’avis des vrais gens qui les auront vus avant vous et vous épargneront probablement de perdre votre temps et votre argent.

  • Abonne a Netflix et Amazon au RU (et j’en suis très content), je peux me connecter en république populaire sans problème et avoir accès a mon catalogue habituel. Netflix n’est il tout simplement en train de faire un jeu de dupe? Ou pire, fait le constat que le marche français ne comporte plus assez de foyers assez riches pour ses services, destines avant tout a la classe moyenne supérieure?

  • Ce qui est marrant, c’est que sous prétexte de « culture », il y a toujours 2 poids et 2 mesures en France. Même quand il faut chercher le contenu culturel au microscope à balayage.

  • bah , c’est une situation convenant a tout le monde , les salles de cinema se portent bien , les sites de streaming ou de stockage de fichiers aussi et les FAI internet vendent du débit alors qu’ on en a pas besoin.
    avec la THD , tout ça va se simplifier , nul ne pourra échapper a l’abonnement pour alimenter sa TV par satellite (la TNT et le blue ray étant dépassé, le cable ? ) , le cinéma reprendra des couleurs , nos artistes n’ont pas fini de s’empiffrer , leur age d’or , c’est demain ….si l’état et nos banques n’ont pas vidé nos comptes.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Nicolas Jutzet.

Dans Le parcours des tyrans, on apprend comment rester au pouvoir une fois en place, voire même rester présent dans les esprits après sa mort.

La docu-série met en lumière les tactiques communes de certains des pires dictateurs de l’histoire – principalement Adolf Hitler, Saddam Hussein, Kadhafi, Kim Jong-Un et Staline – afin de tenter de mieux comprendre leurs dérives.

C’est également une bonne occasion de rappeler l’importance des acquis dûs au libéralisme, qu'il s'agisse de la séparation des pouvoir... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Jutzet. Un article de Liber-thé

Aujourd'hui encore, selon certains, La Grève, le roman culte d’Ayn Rand fait partie des livres qui ont le plus d’influence aux États-Unis. Son impact a largement dépassé les frontières américaines et fait office de véritable soft-power en faveur de la liberté, en mettant en valeur les entrepreneurs dans leur rôle de force motrice des économies libérales.

En expliquant parfaitement la dynamique négative qui s’installe dans une société qui se collectivise, Ayn Rand a sans doute fait beau... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par h16.

Dans une redite résolument amusante de ce qui s'est passé il y a un peu plus d'un an en France, l'Australie passe au travers des mêmes soubresauts idiots provoqués par les luttes picrocholines entre les médias traditionnels et la Big Tech.

Pour rappel, l'Hexagone était passé par les mêmes bisbilles consternantes lorsque la presse avait tenté de faire chèrement payer à Google le droit de reprendre ses articles dans Google.News, alors même que le service de la firme de Mountain View, pourtant gratuit, leur rapportait un t... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles