Nouvelle loi sur les armes au Texas

walter P22 armes credits Anas Ahmad (licence creative commons)

Open carry : depuis le 1er janvier, les Texans ont le droit de porter leur arme de poing à la ceinture.

Par Sophie Auzerau

 "L’un des deux n’est pas le bienvenu chez Kroger. Devinez lequel."
« L’un des deux n’est pas le bienvenu chez Kroger.
Devinez lequel. »

 

Les cartes de Noël et les chocolats rouges et verts ayant disparu des magasins, je crois pouvoir vous annoncer que la nouvelle année a commencé. Exit les voeux de bonheur et les bonnes résolutions, la nouvelle année a commencé sous le signe des armes au Texas.

J’imagine que c’est avec incrédulité que la nouvelle a été reçue dans les foyers français. Depuis le 1er janvier, les Texans ont le droit de porter leur arme de poing à la ceinture, c’est l’ « open carry » comme on l’appelle ici. Ce qui de loin peut horrifier, étonner, questionner, est de près beaucoup moins impressionnant.

Personnellement, j’avais entendu parler de la loi depuis quelques mois sans vraiment lui prêter plus d’attention. Ici, la majorité des gens reconnait sans aucune gêne posséder une ou plusieurs armes, tirer régulièrement, et fréquenter les foires aux armes. Ce qui de France peut paraitre effrayant et mystérieux, est ici la norme. Il n’y a aucun tabou et il est arrivé à plusieurs reprises que des copains nous montrent leurs armes, modernes ou de collection, et en discutent avec nous, ou nous emmènent au champ de tir.

J’ignore comment la loi qui est entrée en vigueur le 1er Janvier a été présentée par les médias français, mais je suppose que le sensationnalisme a dû prendre le pas sur l’information. Que ce soit clair, la NRA ne m’a pas appelé dans ses rangs et je ne me sens pas plus en sécurité au Texas sous prétexte que tout le monde a une arme.

Le Texas est le 45ème État à autoriser l’open carry et le 15ème à imposer l’obtention d’un permis pour en avoir le droit. La population du Texas est d’à peu près 27,5 millions d’habitants pour un territoire un peu plus grand que la France. Le nombre de personnes possédant une arme au Texas est estimé à 36%.

À la louche, on va dire qu’environ 825 000 personnes possèdent le fameux permis de port d’armes appelé jusqu’à présent «  concealed handgun permit », ou permis de porter son arme de poing cachée. Il s’agit de « handguns » ici, donc pistolets et revolvers. Ici, les carabines et autres armes longues sont autorisées si elles ne sont pas portées de façon menaçante.

La nouvelle loi permet de porter son arme dans son holster, sans la cacher pour les détenteurs de l’ancien permis. Pas de John McClane avec le flingue enfoncé dans le pantalon, ils doivent être portés sur l’ épaule ou sur la hanche, uniquement, chargés ou pas.

Jusqu’à présent, je n’ai pas eu l’occasion de croiser une personne armée. Il faut préciser que certains magasins se réservent le droit d’apposer une pancarte sur la vitrine, annonçant qu’ils n’autorisent pas l’open carry dans leurs murs. Les magasins Sprout et la grande chaîne de supermarchés HEB ont donc décidé d’apposer ces pancartes. Le Huffpost américain a listé sept grandes chaînes supplémentaires :

Whataburger (LA chaîne de burgers du Texas), Chipotle, Panera Bread, Sonic, Chili’s, Starbucks et Target. Et je peux rajouter Whole Foods, puisque un matin j’ ai découvert ce panneau sur la porte :

IMG_0026

 

La plupart de ces magasins se sont déclarés contre l’open carry parce qu’ils savent que beaucoup de clients risquent d’être perturbés par la promiscuité avec une personne armée. Certains directeurs de magasins ont même déclaré être détenteurs d’armes, mais ne pas autoriser le port d’armes simplement pour ne pas effaroucher les clients. Le site Open Carry Texas s’est empressé de donner une solution. Un « wall of shame » (mur de la honte) a été créé sur le site, nommant ces magasins et surtout, car ils ont réponse à tout, il est possible d’acheter une petite carte « no gun = no money » à tendre à ces commerçants « anti-gun » pour qu’ils réalisent l’ampleur de leur perte.

Concrètement, ça change quoi dans la vie de tous les jours ? Je suppose que ma fille va continuer à rentrer de l’école en me disant « Aujourd’hui, on a eu un « lockdown drill », (un exercice de confinement) et plutôt que d’expliquer ce que c’est, voici en quoi cela consiste :

 

Elle m’a raconté plus d’une fois ces procédures, mais la voir de cette façon, m’a fait monter les larmes aux yeux. Une porte fermée, une pièce dans la pénombre, des enfants silencieux ? C’est la réponse à opposer à un fou qui a une armurerie dans sa poche.

Le prochain pas ? À partir du mois d’août, les étudiants et membres de faculté auront la possibilité de porter des armes cachées (concealed weapons) sur les campus. Le nouveau cheval de bataille des défenseurs de l’open carry ? Le « Constitutional carry », le droit de porter son arme sans attendre l’autorisation du gouvernement, c’est à dire sans permis.

Sur le web