Ces charges sociales qui pèsent si peu…

Pourquoi sous le vocable de « charges sociales » se cache la plus grande machine à fabriquer du chômage.

Par Jacques Clouteau.

Burdens by Josh james (CC BY 2.0)

Nous sommes à la fin de l’année 2015.

Et depuis des décennies, j’entends des hommes politiques de gauche comme de droite, des journalistes de toutes opinions, des économistes de toutes obédiences, mâcher à chaque interview qu’ils accordent, avec onctuosité, le vocable de « charges sociales » : « Il y a trop de charges sociales, il faut baisser les charges sociales, il faut exonérer de charges sociales, etc… »

J’ai l’étrange et terrible impression que ces doctes personnes ne connaissent pas le sens de la première lettre du premier mot de ce vocable. Il est vrai que la plupart n’ont jamais mis les pieds dans une véritable entreprise et que la majorité n’en ont jamais créée. Ils ne savent donc pas ce qu’est de remplir un bordereau Urssaf et d’y agrafer le chèque qui vous plombe une trésorerie. Demander aux hommes politiques d’expliquer ce que sont les charges sociales, dans le concret, c’est un peu comme si vous demandiez aux fidèles, à la sortie de la messe, la signification du Kyrie Eleison. Tous savent le chanter, mais sans doute pas plus d’un sur mille serait capable de traduire et d’expliquer cette prière.

Ces gens qui prétendent nous gouverner et influencer notre opinion parlent de charges sociales comme si c’était un morceau de jambon dans lequel on pourrait tailler du gras selon les aléas de l’économie. Et surtout il semble fort qu’aucun d’entre eux, jamais, n’a cherché à savoir à quoi pouvaient bien correspondre ces fameuses charges sociales, et quelle mystérieuse entité se cachait dessous… Car s’ils l’avaient fait, voilà bien longtemps qu’on aurait changé de vocabulaire et que notre pays se porterait mieux.

Refluons une centaine d’années en arrière et imaginons la tête d’un honnête laboureur auquel un homme en noir aurait annoncé tout de go : « À partir de maintenant tu vas payer des charges sociales sur ton revenu ». Le mot « charge » lui aurait rappelé le contenu d’une charrette, pour l’adjectif « social » il aurait fait la grimace, quant à l’assemblage des deux termes, notre homme de la terre aurait soulevé son béret pour se gratter longtemps l’occiput. Et puis, au moment où l’homme en noir lui aurait susurré qu’en fait on allait lui enlever, pour son bonheur bien sûr, la moitié de son revenu, le laboureur aurait empoigné son tromblon et chevrotiné sans pitié l’escroc.

Dans le même registre, tentez d’expliquer aujourd’hui à un Américain que vous allez lui soustraire la moitié de son gain en cotisations sociales et apprenez à courir plus vite qu’il ne tire…

Revenons à aujourd’hui et, si vous le voulez bien, décortiquons en choses compréhensibles ce que sont réellement les charges sociales. Il s’agit tout simplement d’assurances obligatoires mises en place après la dernière guerre, et prélevées sur le salaire pour les salariés et sur le bénéfice pour les indépendants. Une assurance contre la maladie, une assurance contre la vieillesse, une assurance contre la perte d’emploi, une assurance contre la perte de revenu en cas de maternité, une pseudo-assurance pour se payer un éventuel temps de formation, une seconde assurance complémentaire contre la vieillesse car la première n’est pas suffisante, une assurance contre le veuvage, une assurance garantie des salaires si l’entreprise disparaît, et tout récemment une assurance mutualiste obligatoire car la première assurance contre la maladie n’est pas suffisante, etc. Dans ce monde dangereux, voyez-vous, il est important d’être bien assuré contre tout ! Ne manque plus qu’une assurance contre la famine et des magasins d’État chargés de nous fournir à manger… Ça ressemble furieusement au paradis soviétique tout ça…

Bien évidemment, on n’a jamais demandé leur avis aux gens qui allaient devoir payer ces assurances toute leur vie. Ils n’auraient pas compris, les pauvres. Il importe en effet que le prolétariat laborieux soit guidé par la lumière fulgurante des camarades cadres… On a seulement demandé, à chaque réforme, l’avis des partenaires sociaux (encore l’adjectif « social », décidément…), qui ont applaudi à tout rompre, d’autant que c’est à eux qu’on a confié les clés des organismes chargés de gérer les milliards de ces fameuses charges… Quand la soupe est bonne, on ne va pas cracher dedans…

Bien évidemment (bis), ce qui devait arriver arriva : quand on donne un capital à faire fructifier à un incompétent, il le gaspille. Et il demande encore plus de sous pour boucher le trou qu’il a creusé. On est à 250 milliards d’euros de pertes cumulées seulement pour l’assurance-maladie… Brillante gestion…

Bien évidemment (ter), il est totalement inacceptable de critiquer quoi que ce soit dans le système, sous peine de passer pour un individu réactionnaire et anti-social. Depuis un amendement de l’automne 2014 proposé par une brouettée de députés socialement corrects, c’est même devenu un délit passible de 15.000 € d’amende et six mois de prison.

Bien évidemment (quater), il devient de facto impossible de modifier ou de réformer, puisqu’on touche alors à un acquis social conquis de haute lutte ou imposé par un quelconque gouvernement progressiste (progressiste, pour celui qui paie, ça signifie progresser dans le pourcentage de taxes). Inutile de discuter avec un syndicaliste : il vous répondra que ce système est excellent et qu’il protège les salariés contre les aléas de la vie en obligeant les patrons à mettre la main à la poche. Il vous rajoutera sans doute un couplet sur le Conseil National de la Résistance. N’essayez pas de lui prouver que ledit système met ses enfants au chômage et ruine ses petits-enfants, il ne vous écoutera pas.

Si vous demandez à un salarié lambda comment se passe d’un point de vue financier le transfert des charges sociales. Il saura vous dire qu’on lui prélève des cotisations pour sa maladie et ses vieux jours, toujours trop à son goût. Il ajoutera dans la plupart des cas que heureusement, le patron paye aussi sa part. Il n’imaginera pas une seconde qu’en réalité c’est à lui qu’on vole tout cet argent, qui normalement devrait aller dans sa poche. Et que si on le lui laissait, il en ferait bien meilleur usage que les guignols incapables qui le spolient dans le système actuel.

Voilà comment, sous couvert d’une expression absconse, charges sociales, s’est mise lentement en place, entre 1945 et 2015, la plus monstrueuse escroquerie du siècle, la plus efficace machine à créer du chômage de masse, la plus belle mécanique à casser du pouvoir d’achat. Et curieusement, plus le terme demeure vague, plus il porte cette onctuosité sociale et protectrice, moins il devient possible d’en discuter sereinement. Et si toutefois, par le plus grand des hasards, on trouvait un jour dans un gouvernement un ministre qui ait quelques notions d’économie réelle, sa volonté de réforme serait immédiatement bloquée par les partenaires sociaux auxquels il ne manquerait pas de demander leur avis…

Si on veut transformer aujourd’hui la France en pays efficace, la solution est simple, et de nombreux grands pays l’ont adoptée, qui nous dépassent désormais dans les classements internationaux : on raye du vocabulaire le terme de charges sociales, on supprime d’un trait de plume l’ensemble des organismes para-étatiques qui gèrent si mal le risque de maladie, de vieillesse et de chômage. On dissout l’Urssaf, la sinistre police politique qui terrorise les entreprises et les mène à la ruine, ainsi que Pôle Emploi, qui n’a jamais créé d’emploi. On donne au salarié la totalité de son salaire, c’est-à-dire le net à payer + les cotisations salariales + les cotisations patronales et on laisse au travailleur indépendant l’intégralité de son revenu. Ensuite chaque citoyen s’assure librement contre les risques qu’il souhaite couvrir auprès de la compagnie d’assurance de son choix. Dans les dictionnaires, on nomme tout ça d’un joli mot : la LIBERTÉ… Pourquoi diable les Français se sont-ils laissés voler cette liberté pour laquelle ont combattu leurs ancêtres ?

Quant aux hommes politiques, ils ont une peur bleue de toute réforme sur le sujet de la Sécurité sociale. Posez la question à l’immense majorité d’entre eux, et vous aurez toujours la même réponse, copiée-collée sur le trouillomètre : « La Sécurité sociale, à laquelle les Français sont très attachés…, » le tout accompagné d’un sourire docte et mielleux. Ils y sont même tellement menottés, ces pauvres Français, qu’on leur interdit de la quitter…

La Sécurité sociale est le dernier monopole d’État communiste encore en place. Elle fait très mal son boulot d’assureur, elle engendre la ruine et la misère des entreprises, elle crée un chômage massif, elle décourage le courage et l’initiative en spoliant la moitié de la richesse produite par tous les travailleurs de France, au nom d’une solidarité qui ne protège que les plus abrités des citoyens.

Les charges sociales n’existent pas. Il n’y a pas de charges sociales. Il n’y a qu’une mafia qui vit sur le dos des travailleurs français et qui les ponctionne, chaque mois, de la moitié de leurs revenus.

Retrouvez sur Contrepoints tous les articles de Jacques Clouteau