Bon vin me fait chanter

À travers cet ouvrage, c’est un visage de la littéraire française populaire et paysanne qui se dévoile.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bon vin me fait chanter

Publié le 21 décembre 2015
- A +

bon-vin-me-fait-chanter-l-histoire-du-vin-a-travers-les-chansonsLes plus belles dégustations sont celles que l’on fait en musique, quand les notes du piano et les cordes du violon accompagnent les mots, les mélodies, les arômes et les saveurs. On chante le vin en son absence pour se remémorer sa présence. On chante le vin après avoir bu, parce que la bonne ivresse rend plus joyeux, plus drille et plus apte à édicter les sons. Même les grands crus font chanter et achèvent les dîners dans les volutes vocales. Les chansons d’après boire sont souvent des chansons à boire, mais des chansons qui, aussi, témoignent d’une histoire de la viticulture où l’on suit les lieux et les temps de la vigne. Les chansons qui donnent du courage pour vendanger et pour presser, les chansons d’hiver et celles de la mise en perce.

Ce sont toutes ces chansons, de l’antiquité à nos jours, que Sylvie Reboul recense dans un ouvrage qui, par ses rimes et ses sonorités, propose une autre histoire du vin. Bon vin me fait chanter, et si les bouteilles, les coupes et les tonneaux sont de la partie, ce sont essentiellement les rimes et les images que l’on entend et qui parlent au cœur des œnophiles.

Le vin en chanson rappelle la face éminemment populaire de ce breuvage. Il rappelle aussi que le vin est l’espace de la liberté, et notamment de la liberté créatrice et de l’inventivité. À travers cet ouvrage, c’est un visage de la littéraire française populaire et paysanne qui se dévoile, un visage de la longue capacité des Français à écrire, à parler, à boire et à chanter.

L’ouvrage de Sylvie Reboul se lit au fil des pages, soit de façon chronologique, comme un livre d’histoire, soit en sautant ici et là de page en page, pour aller au gré des découvertes et des surprises. Avec ces chansons, c’est une autre dimension de l’histoire de France qui se dessine, faite de joie mais aussi de désastres, comme les guerres ou l’invasion du phylloxéra. Une autre histoire de France, qui rejoint l’essentiel de l’histoire de la France, celle de l’invention, de la créativité, et de la capacité toujours renouvelée d’aller au-delà des mots pour assurer un modèle de vie sociale.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Laetitia Strauch-Bonart
2
Sauvegarder cet article

Cet essai de Laetitia Strauch-Bonart, rédactrice en chef au journal Le Point, vient utilement alimenter le débat sur ce qui caractérise l’évolution historique vers la France d’aujourd’hui, tout en posant un diagnostic approfondi et des réflexions d’avenir quant aux voies à emprunter pour espérer s’engager vers de meilleures orientations.

 

La vacuité du politique

Dès l’introduction de l’ouvrage, comme un trait caractéristique de notre inénarrable France d’aujourd’hui, la journaliste décrit ce fameux grand débat avec 60 inte... Poursuivre la lecture

lectures
2
Sauvegarder cet article

Par la rédaction de Contrepoints.

Avec l’été viennent pour beaucoup les vacances, et l’occasion de lire les livres qui s’accumulent sur votre table de chevet.

Nous vous proposons des lectures de plage certes, mais des lectures qui font réfléchir et qui sont utiles à une époque où dominent le pessimisme et le socialisme. Elles défendent la liberté, respirent l’optimisme et dessinent une véritable alternative libérale pour le monde de demain. Ménagez vos méninges et respirez un peu d’air frais !

-- Pascal Salin, Le vrai lib... Poursuivre la lecture

C’est à croire que l’histoire est sinon cyclique, du moins ironique. Autant de dynamiques socio-économiques persistantes qui constituent des clés de lecture essentielles pour analyser le présent. Le retour du tragique, cher à Raymond Aron, avec la guerre en Ukraine, une colère sourde contre les élites et les technocrates, une archipellisation croissante de notre communauté nationale qui n’a plus de société que le nom.

L’élection présidentielle de 2022 faisait figure d'îlot de continuité, croyait-on, avec la réélection du président sort... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles