[Mise à jour] Les sabres laser de Star Wars, bientôt une réalité ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

[Mise à jour] Les sabres laser de Star Wars, bientôt une réalité ?

Publié le 20 décembre 2015
- A +

Par Charles Bwele.
Un article EchoRadar

Laser credits Tom Simpson (CC BY-NC-ND 2.0)
Laser credits Tom Simpson (CC BY-NC-ND 2.0)

 

La technologie des armes repose essentiellement sur deux procédés : atteindre un objet avec un projectile (flèche, boulet, obus, balle, etc.) ou le soumettre à une brutale émission d’énergie thermique (armes à énergie dirigée). À ce jour, les lasers de combat demeurent confinés à la R&D militaire, à des démonstrateurs et à la science-fiction. En quelques lignes sobres, nous comprendrons pourquoi le phaseur du Capitaine Kirk et les canons laser de Star Wars relèvent toujours d’un mythe…

1. La consommation énergétique

Toute arme à énergie dirigée (laser, faisceau de particules, micro-ondes) exige une grande quantité d’énergie et donc une volumineuse batterie qu’il faut remplacer ou recharger, à l’instar d’un stock de munitions classiques. Un seuil minimal de 100 Kw est nécessaire afin qu’un pistolet/fusil laser soit véritablement destructeur ou létal. En deçà, il ne sera qu’un gros pointeur capable d’endommager irrémédiablement un œil humain ou des systèmes opto-électroniques. Par ailleurs, le canon d’un pistolet/fusil laser produira et dégagera une très forte chaleur et devra intégrer une technologie supraconductrice ou un système de refroidissement également très énergivore.

En l’état actuel de la technologie, le fantassin au laser devra se déplacer avec une énorme batterie dans son dos, réduisant considérablement sa mobilité et augmentant drastiquement sa signature visuelle et thermique. Ses ennemis munis d’armes à feu s’en donneront à cœur joie…

2. Le blooming

Les lasers de forte puissance convertissent l’air traversé en plasma, d’où une réfraction et une dispersion énergétique de leurs faisceaux – communément appelé blooming, d’autant plus importantes dans le brouillard, la fumée, la poussière, la pluie et la neige. Dans de telles conditions, Mr Spock ferait mieux de se munir d’un pistolet HK USP et d’un fusil d’assaut AK-47. En outre, compte tenu de la vitesse des balles (de 500 à 900 m/s), les armes à feu – de surcroît équipées de systèmes de visée sophistiqués et chargées de munitions intelligentes – offrent une précision et un impact quasi instantanés et donc une efficacité plus que suffisante sur un champ de bataille où les distances usuelles s’étendent jusqu’à un peu plus d’un kilomètre.

3. La prise en main

Fondamentalement, les lasers à onde courte causent plus de dommages sur une petite zone mais requièrent une grande précision de tir tandis que les lasers à onde longue infligent moins de dégâts sur une vaste zone mais permettent un ciblage plus facile. D’une certaine façon, les premiers sont comparables au fusil de précision d’un sniper, les seconds au fusil de chasse de votre oncle.

Un pistolet/fusil laser pleinement opérationnel doit neutraliser sa cible sur un champ de bataille sans trop de difficultés en délivrant plusieurs impulsions de puissances différenciées (ondes courtes et longues) et espacées de quelques millisecondes, toutes concentrées sur une seule et même zone. Un tel exploit exigeant une attention, une fermeté, une dextérité et une rapidité proprement électroniques, n’est guère à la portée d’un tireur humain a fortiori sur des cibles mouvantes… pour peu que l’arme soit équipée de systèmes de visée et tir assistés qui font toujours rêver les ingénieurs en armement.

Le vrai laser de combat étant invisible – contrairement aux rayons rouges, verts ou bleus émis par les armes de la science-fiction, le fantassin aura d’autant plus de mal à ajuster son tir et un faisceau lumineux traceur (évoquant les balles traçantes d’une arme à feu) ne fera qu’augmenter la consommation énergétique de son fusil.

Chômage - René Le Honzec - contrepoints 185Les chercheurs du MIT, de l’US Army et de l’US Navy contournent passablement ces multiples difficultés techniques (énergie, ciblage) en recourant à des impulsions très courtes de petits faisceaux lasers très concentrés et de facto faiblement affectés par le blooming. Parallèlement, les électrolasers émettant une puissante charge électrique à travers le faisceau généré sont également moins sujets au blooming.

Toutefois, ces lasers ne sont guère adaptés à des armes personnelles du fait notamment de leurs contraintes énergétiques et d’une ergonomie nettement moindre que celle des armes à feu, mais se révèlent plus prometteurs sur des plateformes terrestres ou maritimes qui seront abordées dans le prochain volet.

Sur le web

Voir les commentaires (25)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (25)
  • 100kW correspond à une puissance et pas une énergie. Il faut connaître le temps d’exposition pour parler d’energie. Ceci dit, un peu comme dans le cas d’une arme à feu, c’est bien la puissance qui renseigne sur les dégâts « en impact ».

  • Rien ne dit que les blasters et les phasers doivent utiliser forcément la technologie laser.
    Ce sont des armes à énergie avant tout.
    Maintenant, le futur étant techniquement inconnu, qui sait ce qui arrivera ?

    Sinon, plus que quelques mois pour inventer le hoverboard, faire des nike qui s’ajustent, des vêtements autonettoyant, ressuciter MJ, tourner 13 jaws, utiliser des voitures volantes, des mini-centrales de 2,21 gigowatts qui carburent aux déchets… 😉

  • En défense anti-missile on commence à produire des choses capables : https://www.youtube.com/watch?v=StC9nRB_AVY

  • Dans l’espace c’est le vide. Il n’y a pas d’air de brouillard, d’oxygène, d’azote ou de poussières. Il est donc impossible dans le vide d’avoir un rayon lumineux. Dans l’espace le rayon laser est invisible…

    • de voir… ben si si on le reçoit dans l’oeil.

    • « Dans l’espace le rayon laser est invisible… »
      Bon, secouons bien fort ce tissu d’ânerie et laissons décanter avant d’analyser.
      « Dans l’espace c’est le vide. Il n’y a pas d’air de brouillard, d’oxygène, d’azote ou de poussières »; Jusque là, ça va. Sauf pour les nébuleuses qui constituent les formations les plus volumineuses de l’Univers et qui sont à l’origine des étoiles les plus récentes.
       » Il est donc impossible dans le vide d’avoir un rayon lumineux. » Ouille! Ici perte d’adhérence et saut de carpe par dessus le fossé pour aboutir dans les décors.
      Rappelons ici que les « rayons lumineux » sont des ondes électro-magnétiques qui seraient toutes visibles, depuis les rayons gamma jusqu’aux grande onde radio, si l’œil humain avait la capacité de les détecter. Or il ne peut « voir » que des fréquences comprises entre 0.4 et 0.8 micron.
      Répétez après moi : la visibilité d’une onde électro-magnétique ne dépend que de sa fréquence d’émission et non de son éventuelle absorption.

      • non je pense qu’il ne faut pas lire « d’avoir « mais « de voir »..du moins c’est comme ça que je l’ai compris…car sinon c’est évidemment idiot..en encore….ça dépend de la définition que vous donnez du « vide »… est ce que le vide est ce machin qui peut contenir une énergie ..du vide ( mais qui devient assez similaire à un ether des anciens.avec la relativité par dessus le marché) ou un machin sur lequel on ne sait rien…et dans lequel il est assez difficile de savoir si une onde electromagnétique peut se propager…

        bon je plaisante mais le vide avec de la lumière ou une onde électr’omagnétique dedans..ce n’est pas le vide..ça n’a l’air de rien, mais c’est assez fondamental me semble til…le vide ‘est ce le rien dans notre univers…ou le presque rien?
        le vide est d’abord une hypothèse.enfin bref…
        moi j’ai vu une erreur…avoir ecrit au lieu de voir…

      • @radius
        Arrêtons de pinailler. On a tous compris, il voulait dire que le rayon ne sera pas visible en dehors de sa cible, car pas de rée-émission ni de diffusion par les molécules de gaz placées sur le chemin du faisceau. Et votre histoire des nébuleuses… cela n’a aucun intérêt pratique, le seul espace qui est digne d’intérêt ici est l’espace intra système solaire, qui pour n’être pas strictement vide, l’est quand même suffisamment pour que les rayons lumineux ne diffusent pas de signature sous forme de pinceau…

        A noter, puisque si vus voulez être puriste, que les formations les plus volumineuses de l’univers ne sont pas les nebuleuses, et de très très loin, puisque les nebuleuses sont déjà un ordre de grandeur plus petites que les galaxies, et que les galaxies se regroupent en amas de galaxies et que les amas se regroupent encore etc etc…

    • « Dans l’espace le rayon laser est invisible… »
      Quel fatras… Ce ne sont pas les poussières ni les gaz qui rendent visible un rayonnement électro-magnétique tel que le laser dans l’espace, mais son énergie propre. Cette dernière est inversement proportionnelle à sa longueur d’onde car à chaque niveau d’énergie correspond une longueur d’onde spécifique.
      Si cette longueur d’onde se situe dans le spectre visible (0.4 à 0.8 micro-mètre) elle sera spontanément visible. En dehors, non par l’œil humain, mais oui par certains animaux ou une simple technologie de luminescence.

  • La prochaine génération d’arme qui remplacera la poudre ce sont les armes à rail magnétique

    • Poudre, rail…

    • Les armes à rail magnétique remplace la poudre par de l’énergie pour la propulsion (un courant électrique généré un champ magnétique qui propulse le projectile en lévitation dans un canon) mais vous gardez un bon vieux morceau de métal comme projectile. L’avantage c’est que vous supprimez les frottements dans le canon et donc vous pouvez augmenter la vitesse initiale du projectile. Des tests actuels permettent d’envisager des vitesses dix fois supérieurs à la sortie du canon (jusqu’ à 10km/s). Or, comme on sait que la puissance délivrée est dépendante de la vitesse au carré (énergie cinétique), un projectile dix fois moins gros propulsé dix fois plus vite produit dix fois plus d’énergie à l’impact. un projectile de même taille 100X plus, de quoi exploser tout type de blindage ou de fortification, maintenant contre un être humain c’est un peu inutile parce que le projectile traverserait le corps comme du beurre sans délivrer l’entièreté de son énergie et ferait peu de dégât. C’est pourquoi d’ailleurs le standard OTAN est passé du 7.62 au 5.56 qui reste dans le corps et ne traverse pas délivrant toute son énergie en plus de se fragmenter à l’intérieur du corps causant des dégâts sur une zone plus grande et augmentant ainsi la probabilité d’impacter un organe vital.

      • ah mais oui..et la question est l’usage de l’arme…

        une question ça sert à quoi ce genre d’arme contre un gosse avec une ceinture d’explosif..

        identifier et pouvoir toucher son adversaire de plus loin que lui…neutraliser ses armes…

        donc une grande partie du débat porte sur les armes de l’adversaire.

        Pourquoi une arme laser là est d’abord la question.

  • il faudrait parler des avantages de l’arme laser par rapport à une arme à propulsion « chimique » sinon pourquoi se faire suer avec une arme laser si un fusil fait l’affaire.

    • AlainCo (@alain_co)
      6 février 2015 at 22 h 26 min

      vu a propos des armes sur vaisseaux : pas de munition qui explosent.
      peux ratisser large et très vite avec une optique …
      c’est plus facile d’abattre une mouche avec un ordinateur, une camera, et des miroirs asservis, qu’avec un flingue, même asservi

      • oui….mais pour un fantassin…face à un fantassin..en gros le pistolet laser ou fusil…

        • u fait jouons un peu ….on pourrait imaginer une façon de pile laser…en somme deux miroirs dont on peut rendre l’un semi transparentà volonté vous chargez la pile comme vous faite pour générer un faisceau laser normal et creez un faisceau laser se réfléchissant dans la pile entre les deux miroirs….. dommage que ça ne marche pas…mais c’est la plus simple pile pour arme laser imaginable je pense…pour lâcher le faisceau vous rendez un miroir legerement transparent…

          Ce doit etre ‘un peu’ possible mais au final guère moins lourd tout compris qu’ne arme embarquée avec une puissance moindre…
          je n’ y ai pas reflechi non plus..a priori la puissance doit être limitée par la taille du bidule ou le nombre d’états quantiques propre à creer le laser dans la pile… mes cours sur le laser sont oubliés aie

  • Et la BFG 9000, c’est pour quand ? :mrgreen:

  • Mais que vient faire une caricature sur le PS dans un article de vulgarisation scientifique sur les sabres laser ?

    Un peu de rigueur journalistique si il vous plait.

  • Publié en décembre 2015 et commenté en février 2015 ?!?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce vendredi 7 janvier 2022 marque le coup d'une grande première mondiale : le cœur d'un porc génétiquement modifié a été greffé sur un patient âgé de 57 ans. L'intervention chirurgicale a duré plusieurs heures. L'école de médecine de l'université du Maryland explique dans un communiqué que l'opération aura permis de montrer que le cœur d'un animal pouvait continuer à fonctionner à l'intérieur d'un humain sans rejet immédiat. Il s'agit d'une avancée de taille pour le monde de la santé.

David Bennett était trop malade pour être éligible ... Poursuivre la lecture

Par Marc Bidan et Meriem Hizam.

Cette contribution évoque une drôle d’histoire. Il s’agit d’un simple grain de sable dans un scénario pourtant bien huilé. Ce grain de sable, cette anomalie, ce bug, cette erreur permet de replacer l’intelligence humaine au centre de ce qui est présenté – bien souvent par abus de langage – comme artificiel. Ainsi, même les robots sauront bientôt mentir !

À partir de ce paradoxe, cet article montre la persistance de la présence humaine dans l’intelligence artificielle. Il s’agit de dérouler et décr... Poursuivre la lecture

Par Guillaume Levrier. Un article de The Conversation

Parmi les récits scientifiques qui se sont développés autour de l’émergence de CRISPR, dont la découverte a été récompensée du dernier prix Nobel de Chimie, celui de la course technologique a le vent en poupe.

Le chercheur et médecin américain Carl June, spécialiste du développement de thérapies utilisant l’utilisation de l’édition du génome, va jusqu’à parler de confrontation de type « Sputnik 2.0 » entre les États-Unis et la Chine.

Par CRISPR, la modification du géno... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles