Dossier spécial législatives en Espagne : suspense à son comble

Les électeurs espagnols se rendent aux urnes dimanche pour un scrutin historique. Nous avons fait intervenir trois experts pour décrypter les enjeux du vote.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Vote élections urne (Crédits JaHoVil, licence CC-BY-NC-SA 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dossier spécial législatives en Espagne : suspense à son comble

Publié le 19 décembre 2015
- A +

Par Alexis Vintray.

La campagne électorale pour les élections législatives espagnoles s’achève alors qu’aucun parti ne semble avoir pris un ascendant définitif. Les électeurs espagnols iront aux urnes demain dimanche dans une élection plus ouverte que jamais et qui pourrait sceller la fin du bipartisme entre le PSOE (socialiste) et le PP (conservateur). Alors qu’un parti au discours libéral, Ciudadanos s’impose comme la très grosse surprise du scrutin avec Podemos (extrême gauche), nous avons fait intervenir trois experts, sur la meilleure option libérale du scrutin :

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • « Tour de France » tour de force non ?

  • Le suspense des élections législatives en Espagne est lié à l’émergence d’une forme de tripartisme intégrant une revendication d’économie politique libérale.
    Reste à voir le résultat du scrutin et, en cas d’arbitrage du parti libéral, reste à voir si les libéraux seront en état d’apporter des solutions pouvant convenir à leurs électeurs…ceci tout en se conformant aux exigences des instances européennes.

  • Les elections législatives espagnoles devraient être l’occasion pour tous les Français de s’interroger sur le fonctionnement de notre démocratie et comprendre pourquoi la France est ingouvernable.Pourquoi ça ne marche pas
    Très peu de politologues osent le dire.
    Le problème politique en France ce sont des élections avec deux tours de scrutin.
    Quand va t-on en finir avec cette connerie à deux tours et toutes les magouilles politiciennes et compromissions qui s’y rattachent ?
    Aucun autre grand pays démocratique ne connait ce système.
    Il faut en finir avec ça en France !

    • Rintintin
      Vous affirmez: « Les elections législatives espagnoles devraient être l’occasion pour tous les Français de s’interroger sur le fonctionnement de notre démocratie et comprendre pourquoi la France est ingouvernable. Pourquoi ça ne marche pas ».
      Effectivement, il faut se demander pourquoi l’économie française se dégrade tous les ans un peu plus.
      L’une des causes de cette dégradation provient du fait que les dépenses de l’État restent largement supérieures aux recettes et, que l’on tente de ramener l’équilibre budgétaire par une augmentation des prélèvements fiscaux et sociaux sur les acteurs économiques n’ayant pas le statut de fonctionnaire.
      Le résultat est que la plupart des grandes entreprises françaises n’ont de cesse de créer des filiales à l’étranger et ainsi, à supprimer des emplois en France….

  • L’Espagne semble promise à un bel avenir entre les courageuses réformes éco de Rajoy et la montée de Ciudadanos. 🙂

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mesdames et messieurs les Français, vous avez les félicitations de Antonio Luis Santos da Costa, de Pedro Sánchez Pérez-Castejón et d’Olaf Scholz, et vous ne serez donc pas sanctionnés par Ursula von der Leyen comme de simples pays africains.

Dans un mouvement tout à fait inédit sur le plan diplomatique, les chefs des gouvernements socialistes du Portugal, de l’Espagne et de l’Allemagne ont exercé leur « devoir d’ingérence » en intervenant dans les élections démocratiques d’un autre pays de l’Union Européenne (UE), et pas des moindres,... Poursuivre la lecture

La découverte de l’espionnage pratiqué par la direction nationale du Parti Populaire à l’encontre de la présidente madrilène Isabel Diaz Ayuso a plongé la formation dirigée par Pablo Casado dans une crise inédite. À plus d’un an des élections législatives nationales, son successeur devra faire un choix qui déterminera l’avenir de la droite espagnole : quelles relations le Parti Populaire entretiendra-t-il avec Vox ?

Pablo Casado, un président soumis aux diktats moraux de la gauche

La députée et porte-parole du PP, Cayetana Alvarez de T... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Klein. Un article de Conflits

Communauté autonome la plus vaste d’Espagne avec 94 000 kilomètres carrés (soit plus que neuf pays membres de l’Union européenne), la Castille-et-León est une terre de contrastes. Peu densément peuplée (25 habitants au kilomètre carré), elle est marquée par un imaginaire rural. Pourtant, une bonne partie de sa population vit dans les aires urbaines de Valladolid (plus de 400 000 habitants), Burgos, León et Salamanque (environ 200 000 personnes chacune). La droite y a gagné les élections régiona... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles