Le terrorisme est-il l’ennemi que l’on croit ? (1)

Quelle est la véritable ampleur de la menace terroriste ?

Par David Stockman.

Orage foudre CC Flickr Toby1909
Orage foudre CC Flickr Toby1909

L’année dernière, Sonya Jones est morte alors qu’elle était en train de cueillir des myrtilles ; Carla Grow a été tuée au cours d’un pique-nique en famille ; Megan Nickell est morte en jouant au volley-ball sur une plage ; et Gage McFadden connut le même sort en jouant au disc golf. William Clevenger fut frappé alors qu’il était en train de rassembler son bétail, tout comme Frankie Roberts tandis qu’il promenait ses chiens.

Dans tous ces cas, il n’y avait qu’un seul assassin : la foudre !

Selon les services météorologiques du pays, depuis le 11 septembre 2001, plus de 400 personnes ont été tuées aux États-Unis par la foudre.

En outre, au cours des quatorze années qui séparent les événements terribles et à la fois improbables du 11 septembre et le massacre du 2 décembre à San Bernardino, seuls six civils ont été tués sur le sol américain par des terroristes djihadistes, deux à l’aéroport de Los Angeles en 2002 et quatre lors du marathon de Boston en 2013.

On compte également cinq morts dus aux attaques non élucidées à l’anthrax en 2001, attaques qui n’étaient vraisemblablement pas l’œuvre de terroristes, sans oublier la fusillade meurtrière à Fort Hood en 2009 et la tuerie au centre militaire de Chattanooga l’été dernier. Mais la plupart des Américains n’ont jamais mis le pied sur une base militaire et n’ont guère de risque de se retrouver exposés à la violence qui pourrait se déclencher dans de telles infrastructures.

Clairement, la semaine dernière, nous avons assisté à un acte commis par des loups solitaires, ce qu’un correspondant de guerre de CNN a décrit comme du « terrorisme amateur. »

Cependant, la meilleure chose que les dizaines de millions de citoyens ordinaires puissent faire face à ce danger est de ne pas écouter ce que les hommes politiques ont à dire à ce sujet.

Le rôle des politiques

Pourquoi ? Parce que pour 99,99% des gens, le risque d’être tué ou blessé par un loup solitaire jihadiste est plus faible que celui d’être frappé par la foudre ; et il est très certainement bien plus faible que leur exposition à l’éruption périodique de massacres par des psychopathes nationaux et des déments mécontents qui ont lieu avec une inquiétante régularité.

Rien que ces quatre dernières années, dans une dizaine de villes différentes à travers tous les États-Unis, 105 personnes ont été tuées et 100 blessées par des fusillades qui n’étaient pas le fait de jihadistes. J’inclus ici les récents événements dans un centre de planning familial à Colorado et sur le campus de la ville de Roseburg, en Oregon, ainsi que la terrible fusillade dans une église noire à Charleston en juin dernier, la tuerie à l’école élémentaire de Newton en décembre 2012 et le massacre dans un cinéma de la ville d’Aurora en juillet 2012.

Au total on dénombre 26 fusillades depuis le 11 septembre, y compris celle du campus de l’université de Blacksburg qui a fait une cinquantaine de morts et de blessés. Environ 425 Américains ont été tués ou blessés durant ces fusillades, des crimes commis principalement par des jeunes gens malades, avec souvent la suprématie de la race blanche comme support idéologique ou d’autres motivations basées sur la haine.

Ces deux types de terrorisme pourraient-ils être supprimés, les agissements haïssables et déments des Syed Rizwan Farook et des Dylann Storm Roof ? Les responsables politiques ne peuvent quasiment rien faire, excepté ne pas empirer les choses en essayant de bombarder, d’envoyer des drones, d’envahir et d’occuper des régions dans l’espoir d’éradiquer la forme djihadiste du terrorisme.

Après tout, n’est-il pas évident, après deux décennies de terrorisme djihadiste, qu’il soit quasi-organisé, inspiré à distance ou en loups solitaires, que celui-ci est entretenu en réaction au chaos généré par l’impérialisme de Washington ? Et plus particulièrement par la terrible violence militaire du 21ème siècle que les États-Unis ont infligé aux populations musulmanes au Moyen-Orient ?

Pour plus d’analyses et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

Retrouvez sur Contrepoints notre rubrique terrorisme