L’arithmétique pré-révolutionnaire du Front National

Le raz-de-marée Front national n’est que la partie visible d’une société française profondément malade.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Meeting Front National 1 mai 2012 credits Blandine Le Cain (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’arithmétique pré-révolutionnaire du Front National

Publié le 8 décembre 2015
- A +

Par Éric Verhaeghe.

Meeting Front National 1 mai 2012 credits Blandine Le Cain (CC BY 2.0)

Les élections régionales constituent un séisme majeur dans le paysage politique français, même si les partis de gouvernement s’efforcent, PS en tête, d’en minimiser l’impact. Les sondages avaient annoncé une victoire du Front National : c’est un raz-de-marée qui se produit, et qui aggrave brutalement le constat déjà préoccupant qui pouvait être dressé sur l’état de la société française. Dans la pratique, la France confirme l’entrée, qu’on pressentait après la manifestation du 11 janvier, dans une situation pré-révolutionnaire, que quelques chiffres permettent d’illustrer.
56% des électeurs du FN se sont abstenus.

Contrairement à l’idée répandue selon laquelle l’abstention, soit 50%, aurait profité au Front National, en sanctionnant surtout les partis de gouvernement, l’enquête IPSOS sortie des urnes suggère que l’abstention a touché le Front National dans les mêmes proportions que les autres partis : 56% pour le Front National, 55% pour le PS, 57% pour la droite classique. La victoire du Front National ne tient donc pas à une différence ponctuelle de mobilisation. Elle est beaucoup plus profonde et beaucoup plus systémique que les états-majors de partis institutionnels ne voudraient le faire croire.

De ce point de vue, pour les institutions de la Vè République, le défi est désormais de taille : les années électorales à venir pourraient très bien amplifier le phénomène électoral auquel nous avons assisté. La mobilisation des abstentionnistes ne changera pas forcément la donne.

6 millions de voix pour le Parti Socialiste

Avec une abstention à 49% et 24% des suffrages exprimés, le Parti Socialiste représente désormais moins d’un huitième des électeurs français, soit environ 6 millions de voix. Pourtant, le Parti Socialiste détient une majorité de sièges à l’Assemblée Nationale. Comment continuer à gouverner avec une si faible légitimité politique ? La question est ouverte et se posera forcément à l’occasion des prochaines réformes qui ont un impact fort sur les libertés publiques. Le gouvernement est-il encore légitime pour violer les Droits de l’Homme en instaurant ou en prorogeant l’état d’urgence ? Le gouvernement peut-il modifier la Constitution avec une si faible crédibilité collective ?

Toutes ces questions se poseront avec d’autant plus d’acuité que le Front National s’est opposé à la loi sur le renseignement et ne se montre pas très enclin aux mesures d’urgence.

12 millions de voix pour les partis de gouvernement

À eux deux, les Partis de gouvernement, socialiste et républicain, totalisent bon an mal an 12 millions de voix, soit un quart de l’électorat français. Là aussi, pour les institutions de la Vè République, cette situation constitue à la fois un défi et une menace. Comment trouver une quelconque légitimité aux débats de l’Assemblée Nationale quand ceux-ci se déroulent entre des élus avec une si faible légitimité électorale.

Il suffit de voir l’indifférence pour les débats budgétaires en cours : le poids de la représentation nationale, que ce soit à l’Assemblée ou au Sénat, n’est plus suffisant pour structurer le débat public.

La République est-elle une affaire d’initiés ou de profanes ? La réponse à cette question dans les mois à venir sera cruciale.

Le FN, première force politique chez les jeunes

Selon l’enquête Ipsos à la sortie des urnes, le Front National est désormais la première force politique chez les moins de 24 ans. Avec un tiers des intentions de vote dans cette catégorie, le parti de Marine Le Pen s’installe, en réalité, comme un parti d’avenir qui devrait ringardiser pour longtemps les partis de gouvernement.

C’est probablement le chiffre le plus gênant pour les « partis en place ». Il pose la question de la résilience : comment imaginer de rebattre les cartes, quand les générations qui accèdent au droit de vote sont d’ores et déjà convaincues par le parti traditionnellement considéré comme le plus extrémiste de la vie politique ?

2 régions pour un Front Républicain

Face à ces évidences arithmétiques fortes, les partis de gouvernement semblent tétanisés et bien décidés à reprendre les affaires comme avant et comme si de rien n’était. Est-ce la marque d’une incapacité à évoluer ? Ou le fait d’une cécité tenace dont la finalité est difficile à cerner ? Toujours est-il que Jean-Christophe Cambadélis, grand expert en combinazioni électorales, a annoncé hier le retrait des listes socialistes dans deux régions, le Nord-Picardie et Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Pourquoi dans ces deux régions seulement, et pas partout en France, dans les situations où la gauche est en troisième position ?

Incontestablement, ce genre de calculs nourrira le sentiment que le Parti Socialiste est décidément incapable d’adopter une ligne politique claire et préfère systématiquement les stratégies compliquées et opportunistes.

Une suite difficile à gérer 

On mesure ici l’écart qui sépare les attentes de plus en plus radicales et « carrées » de l’électorat d’un côté, et les pratiques pour ainsi dire congénitales des partis de gouvernement. Ceux-ci vont désormais affronter une longue période de pouvoir, un an et demi, où leur légalité est incontestable, mais leur légitimité très écornée.

Nul ne sait où cette pente glissante peut mener le pays.

Sur le web

Retrouvez sur Contrepoints tous les articles d’Éric Verhaeghe

Voir les commentaires (51)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (51)
  • une société malade parce que mal dirigée , mal soignée , mal éduquée ,et depuis fort longtemps ; qu’à fait la gauche durant toute la campagne des régionales à part vociférer contre le FN ?n’ont ils pas compris tout ces élus que leur parlottes , leur incompétence , leur mensonges nous ont lassé ?que leur faut il de plus pour comprendre le ras bol des français ?

    • pour être honnête on peut et on doit en dire autant de la droite, et c’est bien pourquoi ils ne ramasse pas la mise de la déception de la gauche…

    • « une société malade parce que mal dirigée »

      Discours typique des esclaves qui se cherchent un maître.

      • Ne sommes-nous pas déjà esclaves de très mauvais maîtres ???
        N’avons-nous pas déjà perdu notre liberté de penser ????
        « mais ils ont eu notre liberté de penser… lalalala »

  • La partie sur les jeunes est fausse: Avec une abstention de 66% les 18-24 ans ont massivement boycotté le scrutin, ce tiers qui a voté FN représentait donc une part très faible de la catégorie, dont une grande partie sont peu ou pas diplômés et donc motivés car sans perspective d’avenir dans la France actuelle, leur colère étant compréhensible.

    • cette manière de penser que les électeurs du front sont sous diplômés, mal insérés professionnellement, un peu crétins sur les bords (sous entendu, moi qui ai des diplômes, un travail, qui suis plus intelligent que ces crétins là, je vote pas pour le front) est une erreur fondamentale. je suis sûr que les électeurs du front sont beaucoup plus représentatifs que ça.
      quand ils étaient entre 5 et 10 %, on pouvait dire que c’était des excités un peu cons.
      quand au niveau de la france entière ils sont 30 %, quand au niveau d’une région entière ils sont 40 %, la thèse des excités un peu cons ne tient plus.

      • C’est exact. D’ailleurs, si il n’y a pas de révolution à prévoir c’est justement parce que le FN va canaliser la haine du peuple pour sa classe dirigeante et pour leurs copains qu’ils ont ramené en masse pour nous diviser et mieux régner.
        Je préfère mille fois un jeune qui vote FN qu’un religieux fondamentaliste qui tire dans le tas.`

        Le FN c’est comme la dette, y’a un truc à purger. Plus ce sera tard plus ce sera violent. DOnc ceux qui votent FN sont des gens lucides.
        Les malades sont ceux qui sont dans le déni de la réalité. Il faut sortir des fois.

      • Je tiens exactement le meme discours que vous. Cette thèse est finie.

      • Quand on voit comment il a obtenu ses diplômes, Cambadélis ferait bien de la mettre en sourdine.

    • les « jeunes » et les « pas diplômés – sans perspective d’avenir » votent nettement que les autres, comme tous les gens en colère contre le système d’ailleurs (Cf. les appels à l’abstention de libéraux …).

      C’est pas une raison pour considérer que la partie concernant les jeunes est fausse, il n’y a pas de raison de penser que ceux qui n’ont pas voter sont moins FN que ceux qui ont voter.

    • Du temps de Lepen père, c’était vrai. Ses électeurs votaient plus que la moyenne mais ce n’est plus vrai aujourd’hui. Tous les sondages le montrent: si le vote était obligatoire, le FN obtiendrait des résultats similaires. D’ailleurs, parmi les jeunes, ce sont justement ceux sans diplômes issus des classes populaires (autrement dit lélectorat du FN) qui votent le moins.
      Les jeunes ont tendance à vote bcp plus pour les extrêmes que le reste de la population et cela n’est pas propre à la France, c’est partout la même chose. D’ailleurs, les gens votent aussi plus pour le Front de gauche que le reste de la population. Cependant, je pense qu’en vieillisant, il y a de grandes chances que les jeunes votant aujourd’hui pour le FN change leur vote pour un autre parti plus modéré. Que vous le voulez ou non, c’est au sein des jeunes que les idées du FN ont le plus d’échos. Il n’y a pas que des jeunes non diplomés votant FN . Je connais des jeunes diplomés (avec des diplomes plutôt prestigieux) votant FN. C’est chez les vieux (plus de 65 ans) qu’il y a le moins de vote FN. Les vieux sont en général de droite et ils ne sont pas attirés par l’extrême droite.

    • @Akashi: Vous oubliez la moitié (cf article) qui soutiennent le FN mais ne sont pas allez voter !

    • Akashi… Madame soleil… Comment pouvez-vous savoir ce que ceux qui n’ont pas voté auraient voté???
      Grâce à votre bouille de cristal ????
      Autrement que par les « on dit » ou par les sondages, dont on connaît la fiabilité.
      Au fait que représente aujourd’hui Francosi Primere et sa clique de limiteur de libertés. Si j’en juge par les faits et les discours, c’est plutôt de ce côté là qu’il faut voir le paravent… l’épouvantail de la peur !!!!

  • vivement une démocratie ou ses représentants soient tirés au sort…

    • Clair, Ils ne seront pas du tout les jouets de la haute aristocratie en place.

      • Oh combien si ! Le tirage au sort mettrait entre les mains des médias l’avenir du pays… Les citoyens sont avant tout des consommateurs de médias, des avaleurs de vent, avant d’etre des citoyens parfaitement réfléchi.
        Ne révez pas, mais il est vrai que la vrai démocratie serait bien mieux que le système de coopté actuel, mais ne vous leurrez pas, les gens sont des moutons qui écoutent attentivement ce que les médias leur dise, comment et quoi penser a quel sujet et a quel moment.
        Citez moi les 5 sujets de préoccupations les plus importants des français, vous allez me citer :
        – le chomage (qui n’est qu’une résultante d’un état trop présent d’un point de vue fiscal pour les entreprises, donc vraiment qu’une résultante),
        – l’immigration (qui n’a jamais posé de probleme avant que les médias décide d’en faire un sujet important),
        – l’islam (idem avec la participation des politiques et des médias qui ont décidés en 2002, puis 2004 de faire le grand virage « c’est fini le méchant arabe et le méchant noir maintenant c’est le méchant musulman »,
        – les banques (truc que personne ne pensait avant le crack boursier de Madof, donc pas crédible a part par la surmédiatisation de cet evenement, et c’est cette surmédiatisation qui a créé cette crise économique),….

        Bref que des sujets et des opinions qui se sont créés a partir du moment ou les médias en ont parler et ont décider que ces sujets seraient importants. Alors que n’importe qui d’a peu près sérieux, c’est que le problème en France c’est une fraternité qui a foutu le camp a cause d’une surprésence de l’Etat, un taux d’impositions extraordinaire qui nous place en 2eme place Européenne avec l’Italie (donc les 2 pires élèves en terme de chomage comme par hasard), cette pseudo démocratie qui n’en est pas une puisqu’elle est confisqué par une poigné de malfrat/délinquants… bref pas des pseudos sujets sociétaux sans interet.

        • « ils ont déjà réussi » ils ont déjà essayé

        • Votre stratégie est contre productive et sert le FN. Ce n’est pas en niant la réalité et en méprisant les gens que vous arriverez à convaincre les gens.

          Je suis le premier à m’opposer au fait de prendre les banques comme bouc émissaire. Le système bancaire est le système sanguin de l’économie. L’économie a besoin des banques. Mai il ne faut pas être de mauvaise foi. On ne peut pas nier qu’il y a aujourd’hui un problème avec les banques. Il y a des dérives au sein de ce système bancaire. Ce n’est pas le cas m’adore ou la crise de 2007 qui font que les gens se méfient des banques. C’est une accumulation d’événements qui a commencé bien avant 2007. Bien sûr, le cas madoff et la crise ont empiré les choses. En tant que libéral, il faut montrer aux gens que contrairement à ce que l’on entends dire, ce n’est pas le libéralisme ou la déréglementation qui sont responsables des problèmes et des dérives dans le monde banquaire mais l’état. C’est lui le principal responsable. Il faut montrer le rôle qu’a joué les banques centrales dans la création de ses problèmes. Ce n’est pas en niant la réalité que vous aiderez le libéralisme. Au contraire, vous renforcerez le préjugé des gauchistes comme quoi les libéraux sont les suppôts des banquiers. Alors que rien n’est plus faux.

        • la finance est un élément consubstantiel à tout système capitaliste, il n’en reste pas moins que le secteur financier a pris aujourd’hui une importance particulièrement grande par rapport à ce qu’il était dans le passé, en particulier au niveau de l’importance des profits des banques dans le profit total. Contrairement à ce que disent les gauchistes ce n’est pas à cause du libéralisme.
          On peut avancer les raisons suivantes à cette hausse :
          pour l’École autrichienne d’économie, la création monétaire ex nihilo peut expliquer une déconnexion de la finance et de « l’économie réelle ». La nouvelle monnaie émise par la banque centrale devient le jouet de la spéculation et alimente des bulles dans certains marchés (actions, matières premières, etc.), sans forcément impacter le niveau général des prix (contrairement à ce qu’affirme la théorie quantitative de la monnaie). Certains accusent les banques centrales de soutenir artificiellement les marchés de cette façon. Antal E. Fekete indique que la nouvelle monnaie créée par la banque centrale s’épand sur le marché obligataire sans risque de « fuite vers les biens réels », ce qui explique le décrochage entre « économie réelle » et « économie financière ». La banque centrale étant un monopole d’émission monétaire combattu par les économistes autrichiens, on voit que la mise en accusation du libéralisme relativement au « capitalisme financier » est absurde ;
          l’endettement général (des entreprises, des particuliers, des états via la dette publique) accroît les flux financiers et les volumes gérés par le secteur financier (la dette d’un acteur économique étant toujours un placement financier d’un autre acteur), encore plus dans un contexte mondialisé. C’est moins le libéralisme qui est ici en cause que le comportement de chacun des acteurs économiques, états compris.
          la technique financière elle-même progresse et offre des opportunités d’échanges qui n’existaient pas auparavant, à travers des produits sophistiqués (produits dérivés, CDS, …).

          C’est l’interventionnisme étatique qui est le vrai coupable de la dérive de la finance . Je vais essayer d’être simple et conçis
          Dans les années 70 Nixon aux US (et l’Europe qui bien sûr a suivi) a destandardisé le dollar de l’or (en gros avant on ne pouvait pas créer plus d’argent qu’il n’y avait de réserve d’or, permettant ainsi une monnaie stable). Conséquence, l’état, dès qu’il en a besoin (pour se rendre plus important /légitime et/ou par opportunisme court_termiste électoraliste), crée de l’argent (Fiat money en anglais) sorti de nulle part (un faux monnayeur légal) et le diffuse dans l’économie. Cette création monétaire a plusieurs conséquences lourdes qui expliquent les dérives du système financier. Trois exemples :
          1) Toutes les Crises financières depuis 1929 ont toujours été précédées d’une politique de relance étatique par création monétaire directe(depuis la déstandardisation sur l’or) ou indirecte. cette offre monétaire fictivement augmentée envoie de faux signals aux investisseurs qui croient à tort qu’il est propice d’investir. Une offre se crée sans la demande qui va avec. Des bulles se créent et quand la demande ne suit pas, ces bulles éclatent et la crise se diffuse.
          2) En créant cet argent, l’état créé une offre inadéquate de monnaie et fausse le marché, les prix augmentent (inflation) et la monnaie perd de sa valeur. Du coup, un travailleur, par exemple, qui économise toute sa vie, s’il ne fait rien voit ses économies perdent en valeur chaque année, il va donc le placer dans les marchés financiers , chose qu’il n’aurait jamais pris le risque si l’état laissait la monnaie tranquille .
          3)Quand l’état créé cet argent, ou va t il en premier, les banques. Fortes de cette priorité elles achètent en premier à bon prix dans l’économie réelle et augmentent les prix pour nous les prochains acheteurs. Et Bien sûr elles spéculent et sont plus irresponsables avec un argent qui ne leur appartient pas. Le plus gros scandale, une loi bancaire de l’état appelé réserves fractionnaires : pour faire très simple, pour un million donné à une banque (par un état ou par un particulier) , celle ci peut en créer dix millions, en simplement quelques clics . Comme disait Ronald Reagan, l’état n’est pas la solution, il est le problème. Ce n’est ni le marché libre ou le capitalisme qu’il faut blâmer.

          Le système financier a son utilité mais l’état l’a perverti et rendu plus important que le marché libre ne l’aurai fait.

      • « Clair, Ils ne seront pas du tout les jouets de la haute aristocratie en place. »

        C’était ironique évidemment… 🙂
        Les hauts fonctionnaires inamovible et en place depuis des décennies forment une aristocratie qui détient réellement le pouvoir dans le pays. On parle d’un petit millier de gens avec un réseau de quelque dizaine de millier.

        Ils ont les connexions, conseillent ou refusent, attisent ou apaisent leurs troupes, le pauvre type élu au tirage au sort n’a pas une chance dans cette mafia.

    • Ca c’est sur : la démocratie ne marche pas, alors au lieu d’installer un système libéral, on veut plus de démocratie, histoire de détruire pour toujours le méchant libéralisme …

      • Stéphane Boulots: « Ca c’est sur : la démocratie ne marche pas, alors au lieu d’installer un système libéral »

        La démocratie marche quand elle est réelle – cf data 1000 fois envoyées.

        Et d’autre part ce sont des GENS qui vont devoir instaurer ton système libéral et ces GENS quand ils sont une minorité qui détiennent le pouvoir n’y ont aucun intérêt. D’où la démocratie pour légiférer parce que la foule ELLE n’a pas intérêt à ce qu’on limite sa liberté.

        Stéphane Boulots: « Ca c’est sur : la démocratie ne marche pas, alors au lieu d’installer un système libéral »

        C’est aussi naze que de dire qu’en cas de famine « il faut manger ».
        La démocratie n’est pas un système libéral mais un moyen d’y d’arriver.

        • Ilmryn, la démocratie se contourne facilement et nous en avons la preuve… Le tirage au sort? je n’y penses pas car le hasard ne fait pas toujours bien les choses… Et s’ils font mal que faire???
          Pour ma part je suis convaincu qu’il n’y a pas de mauvais système… il n’y a que de mauvais « dirigeants » représentants.
          … Des élus RESPONSABLES sur leurs actes et leurs décisions (et non sous immunité), en poste pour un seul mandat à la fois, non renouvelable au même poste (lesh valesa), et obligé de respecter un « carème politique » de 3 ou 4 ans entre deux mandats consécutifs, voilà déjà qui nous délivrerait des « pro dans le mauvais sens du terme » de la politique… Et je n’ai pas parlé des lobobotomisés astriste, des informagistes, ni des « les ducs assions » (j’en ai malheureusement fait parti… de la fonction non de la pensée).

          • Oui c’est vrai, pourquoi pas aussi tirer au sort les jurés d’assise ! Namého, y a des gens qui risquent de prendre perpète… oh wait !

          • tchayapluk: « Ilmryn, la démocratie se contourne facilement et nous en avons la preuve »

            Tu confonds « démocratie » dont l’étymologie signifie « pouvoir du peuple » avec le machin français qui signifie « abandonner son pouvoir » à une mafia bureaucratique qui vous a 1000 fois déçu.

            Si demain on demande au peuple de voter sur de sujets précis comme le cumul des mandats (75% de non selon les sondages) ou les régimes spéciaux (75% aussi) le peuple aura exercé un réel pouvoir>/b>. La France sera un pays démocratique ou le peuple est souverain au lieu d’une monarchie vaguement élective.

            ça fait 20 ans que le cumul des mandats par exemple est reprouvé par le peuple, pourquoi ce n’est pas réglé à ton avis si le peuple est vraiment « souverain » ?

            tchayapluk: Pour ma part je suis convaincu qu’il n’y a pas de mauvais système… il n’y a que de mauvais « dirigeants » représentants.

            C’est une conviction non fondée: En suisse 50% des gens font confiance aux politiques, en France c’est 13%. Soit vous n’avez vraiment pas de chance avec les politiques les plus cons du monde tous rassemblés au même endroit, soit votre système favorise le corporatisme, le copinage et la corruption.

        • La démocratie à tirage au sort, c’est le summum du gauchisme, du délire narcissique : ça ne marche pas, mais c’est populiste au possible !

          Les raisons qui poussent ce système sont toutes basées sur l’ego :

          Déjà la chance d’être tiré au sort.

          Puis l’arrogance de penser que le quidam serait comme « moi » : un membre du peuple : donc un homme ou une femme parfait : incorruptible, rigoureux, compétent…

          Ensuite le nombrilisme de penser que n’importe qui peut exercer des responsabilités : puisse que moi je peux bien le faire.

          Il n’y a que des arguments gauchistes dans la démocratie : absolument aucun qui ne garantisse la liberté individuelle : c’est totalement fallacieux de penser que « le peuple » est libéral : c’est nier que le racisme, la délinquance, l’intérêt personnel etc… font parti de la nature humaine : c’est se prendre pour Dieu ou Superman et faire croire aux gens que les autres (les hommes politiques) sont responsables de leur malheur.

          Bref c’est le discours pitoyable, arrogant et pleurnicheur de MLP entre autres, dans la grande lignée des sophistes psychopathes lancée par Rousseau.

          • Oui c’est vrai que les élus sont des hommes exemplaires, casier vierge.
            Combien de chances de tomber sur un pédophile ou un violeur ou un délinquant financier en tirant au sort ?… par contre près de 100% des élus de tête ont déjà été condamnés. Chef des voyous faut un bon CV.

            • Et ils sont quoi ? Élus et réélus…

              Il faut sortir de cette quadrature du cercle : les gens ne font leur boulot que quand ils sont 1 managé, 2 bien payés et 3 le plus important : quand il en sortent un intérêt narcissique : un épanouissement personnel quelconque.

              La démocratie c’est tout l’inverse : on part du principe que les gens vont faire un boulot de merde où ils ne vont faire que s’en prendre plein la tête pour pas un rond et sans aucune reconnaissance….

              C’est ridicule.

              Entre patron d’Apple ou de Microsoft et premier ministre de la Fraaaaaance … Je choisis sans hésiter une seconde.

              • Faudrait relire « la sélection par le bas » de Hayek.
                Le mode d’élection sélectionne les moins bons.
                Quand vous parlez à un allemand vous lui parlez en français ?
                …et donc quand vous parlez à un con vous utilisez son langage (cf Georges Frêche)

                « The probability of the people in power being individuals who would dislike the possession and exercise of power is on a level with the probability that an extremely tender-hearted person would get the job of whipping-master on a slave plantation. »

  • Entendu ce matin un journaliste du Nouvel Obs expliquer que le retrait du PS en PACA et dans le Nord sera surtout utile pour prouver que la droite n’est pas le bon rempart contre le FN. Ce qui veut dire entre les lignes que le PS joue le FN gagnant dans ces régions, qu’il ne se retire pas pour lui faire barrage, mais pour pouvoir dire à la prochaine élection présidentielle que seul un candidat PS peut battre le FN puisque LR n’y sont pas parvenu lors des régionales, qu’ils gèrent des régions avec le FN et que seul le PS a refusé de se salir les mains, allant jusqu’à sacrifier ses candidats …

    Bref, un calcul minable et une escroquerie de plus de la part des socialistes !

    • Quoi de surprenant ?

      Et les mêmes socialistes misent sur le FN (et union de toutes les listes de gauche) pour conserver la Région Ile-de-France ou Normandie.

      Minable comme d’hab’.

      Et le pire c’est que les centristes vont tomber dans le panneau.

    • Du jus de media toussa. Dilemme du prisonnier version suédoise. En économie ces politiques tomberaient sous le coup des lois sur l’entrave à la concurrence, entente illicite, cartel, dumping, criminalité en bande organisée et même terrorisme : pas de confusion des peines,1000 ans de prison !

  • « Selon l’enquête Ipsos à la sortie des urnes, le Front National est désormais la première force politique chez les moins de 24 ans. »

    Et pourtant, le gouvernement se pose la question du droit de vote dès 16 ans. Aurait-il d’autres infos ?

    • Le vote à 16 ans est un vieux fantasme, de l’époque où la gauche savait pouvoir faire ce qu’elle voulait avec les jeunes cons influençables via des « syndicats lycéens » et le corps enseignant.
      Ce calcul est nettement moins sexy depuis quelques temps …

  • « Le gouvernement est-il encore légitime pour violer les Droits de l’Homme en instaurant ou en prorogeant l’état d’urgence ? »
    Est-ce à dire que « violer les Droits de l’Homme… » n’est pas choquant si le gouvernement est « légitime » ?

    • Vous trouvez ce gouvernement légitime ????? Devant le peuple ???? et même devant la loi ????
      Il doit l’être en permanence et non une fois tous les 5, 6, 7 ans.

  • Les jeunes votent en majorité FN alors je ne comprends pas pourquoi il est question d’abaisser l’âge de la majorité à 16 ans ?

    • C’est simple à comprendre et typiquement socialiste.

      Nous sommes dans la phase critique du remplacement de la population. Dans 50 ans l’affaire sera pliée et la france sera soumis.
      Dans ce cadre, abaisser la majorité à 16 ans permet un afflux de nouveaux votants favorables au socialisme. Un peu comme l’ouverture des élections locales aux immigrés.

  • 56%, 24%, 49% …

    J’aime bien les articles de Éric Verhaeghe, mais la, il tombe dans le travers des journalistes qui font le jeu de la mafia politique – et refusent par corporatisme et intérêt de se remettre en cause.

    Ces chiffres changent en permanence, sont fort dépendants de la façon de compter et de classifier, et sont la base avant tout des calculs politiques pour se faire élire.

    Or il y a 2 mois, on ne comptabilisait que les réfugiés, il y a un mois on ne comptabilisait que le réchauffement, il y a 15 jours on ne comptabilisait que de terrorisme. Mais le FN lui monte régulièrement sur une moyenne à long terme, proportionnellement au rejet des politiciens et de leur absence de réponse aux vrais problèmes de la société. Et peu importe les chiffres exacts pour comprendre où l’on va à terme.

    Dans 15 jours, on comptabilisera autre chose et le FN continuera à monter : parce que l’on est incapable de cerner et nommer les priorités, de dénoncer les égarements contre-productifs en matière de sous-emploi (terme que je préfère à chômage car plus proche de la cause réelle) qui est la principale source du problème et cause d’une fracture sociale que les bobos au pouvoir refusent de voir.

    On peut voir et dénoncer une multitude de problèmes : terrorisme, insécurité, écologie, inégalités, pression fiscale, dette, niveau de vie, retraites, immigration, émigration, éducation, corruption … Mais il est évident que ces problèmes seraient différents, moindres et deviendraient gérables en situation de plein emploi.

    Il faut donc pour le moyen et le long terme résoudre le problème de l’emploi (et non pas par des cataplasmes) et d’urgence dénoncer et s’opposer à toutes les mesures défavorables à l’emploi (à peu près tout ce que le gouvernement socialiste entreprend ). Il faut faire avaler à Hollande sa courbe du chômage et poser clairement la question du modèle économique français.

    • « s’opposer à toutes les mesures défavorables à l’emploi »

      Pour être clair, aucune mesure de l’exécutif n’est justifiée si elle n’est pas favorable à l’emploi et encore moins si elle y est défavorable. Cela vaut même pour la sécurité, le niveau de vie, ou l’égalitarisme. Et cela doit être une évidence aussi bien pour ceux qui travaillent que pour ceux qui sont à la retraite, au chômage ou ne cherchent pas à travailler. Le seul point de compromis valable est la portée : court, moyen, long terme.

  • Eric Verhaege a raison et d’ailleurs toutes les analyses des instituts de sondage confortent l’idée d’une passation de relai entre un électorat actif (les générations X et Y) qui s’impose avec le temps, c’est la vie, et l’électorat des partis dits « de gouvernement » dont l’électorat devient de plus en plus celui des retraités, je simplifie, mais là également, c’est en train de changer.
    Pour le FN, il est connu qu’il fait ses plus mauvais scores chez les plus de 60 ans et ses meilleurs dans la tranche des 35/45 ans, en mordant maintenant très fort dans l’électorat jeune (les 18/25 ans). Il est bien installé maintenant chez les 25/35 ans
    De plus, l’âge moyen de ses cadres nationaux, présidente et vice présidents inclus, est en adéquation quasi parfaite avec la moyenne d’âge de son électorat d’adultes au travail.

    Les partis s’affirment puis déclinent au fil des générations. Ils déclinent parce qu’ils ne représentent plus les aspirations et ne répondent plus aux inquiétudes de la génération montante, ils véhiculent les idéologies ringardes propres à la génération précédente.
    C’était bien ce qui s’était passé en 1974 (mort de Pompidou) quand l’UNR, représentant la génération de la guerre, a cédé la place au RPR/UDF/PS (les baby-boomers « soixante »huitards », prise de pouvoir en 1981) aujourd’hui en perte de vitesse rapide, avec l’arrivée de la génération X et Y

  • Un peu d’Histoire politiquement incorrecte pour tenter de voir ce qui pourrait motiver la vague patriote. I la Révolution, II l’Algérie française, III la Ve République socialiste, IV l’iceberg FN.

    I la Révolution
    Sous l’Ancien Régime il y avait encore plusieurs peuples ayant conservé leur Etats, leur Parlements, et reliés par la personne du roi, en une nation, dans la communion d’un seul dieu trinitaire servi par l’Eglise.

    La Révolution a aboli toutes les institutions des provinces françaises pour les remplacer par un Etat absolu de jure (Louis XIV et Louis XV n’étaient monarques absolu que de facto). Les peuples du royaume ont été fondu un un seul peuple français.

    La Révolution a aussitôt divisé la Nation, car elle a introduit de nouveaux dieux. Il n’est pas question ici de l’émancipation des juifs par la Législative, les chrétiens et les juifs partagent pleinement le Décalogue, et dit le Christ « mon royaume n’est pas de ce monde ».
    Il n’y a pas d’antagonisme législatif irréductible entre chrétiens, et avec les juifs.

    Ce nouveau dieu est un dieu politique et matérialiste, c’est la République. Elle requiert l’impôt du sang pour lutter contre les ennemis qu’elle s’est fabriqué, elle exigera la dénonciation de ses amis par la loi des suspects, elle s’appropriera le patrimoine séculaire de l’Eglise de France (qui venait au secours des pauvres lors des famines) pour le vendre et financer son régime dictatorial.

    La République a aussi voulu fabriquer un Homme nouveau. Déchristianisé, déraciné, cet Homme nouveau, a tour à tour été promu par le fer et le sang en Vendée, puis dans l’Europe napoléonienne.

  • Historiquement incorrect, suite . (j’emprunte ce titre à l’historien Jean Sévillia, sans prétendre aucunement traduire sa pensée, bien plus affutée)

    II l’Algérie française

    En ces mois d’état d’urgence qui rappellent la Guerre d’Algérie, il est utile de se souvenir des revendications des indépendantistes algériens dans ces anciens « départements français d’Algérie ». Les mouvements algériens se revendiquaient « musulmans » et voulaient avoir leur institutions nationales, estimant être par eux même un peuple autonome.

    L’idéologie de la IVe République était que le peuple français était un et indivisible, même dans les départements d’outre méditerranée. Cette fiction s’est terminée par la « valise ou le cercueil » pour les colons et par le recrutement puis l’abandon des supplétifs de l’armée française (les harkis) à leurs égorgeurs du FLN. Le dieu nationaliste algérien avait chassé le dieu universaliste français. Dieux matérialistes.

  • Politiquement incorrect, suite. (Toujours librement inspiré du titre d’un ouvrage de Jean Sévillia)

    III la Ve République socialiste

    Le dieu républicain est toujours vénéré de nos jours, voyez plutôt son cortège : Sécurité sociale, RSI, Education nationale, tutelle administrative, réglementations et taxations en tous genres, redistribution (en lieu et place de la charité chrétienne).

    La fabrication de l’Homme nouveau universel ne faiblit pas. L’épisode du mariage unisexe et ses ramifications PMA et GPA nous le rappellent. Les vagues migratoires aussi puisque c’est maintenant l’Empire colonial et même au delà qui migre en metropole, avec le regroupement familial, le droit d’asile et les régularisations des sans papiers.

    IV l’icerberg FN

    Quelle est la revendication patriote aujourdh’ui ? Reprenons une formule du père Le Pen : « français de mille ans ! » Il y a bien un peuple français d’avant les vagues migratoires de ces 40 dernières années. Ce peuple n’a pas le même dieu que le peuple des migrants. Il veut être reconnu comme « paléo-français ».

    A partir de là au delà de l’horizon légal que tolère le régime en place et qui oblige un parti légal comme le FN, ce peuple paleo-français a toutes les revendications classiques des peuples colonisés : pas de taxation au profit des colons, le droit de se séparer topologiquement, le droit d’avoir ses propres institutions, sa propre police… etc

  • Le Fn à force de monopoliser Facebook depuis pas mal de temps à récolte pas mal de suffrages parmi les jeunes .Normal, en utilisant des montages honteux de vidéos truquées ,de photos falsifiées , ainsi que de chroniques mensongères. En fait les mêmes procédés que l ėtat Islamique.

  • Le FN au niveau politique et sa représentation c’est peanuts….Ils n’arriveront jamais au pouvoir présidentiel , le mur de l’argent s’y opposera….S’il y arrive il fera comme les autres et s’affadira sous les contraintes…Avant de disparaître…Je n’ai pas la solution, qui ne sera pas révolutionnaire…Qui ne sera plus l’émergence d’ un homme providentiel…Quelle sera t’elle…Le propre d’une crise étant de s’arrêter ????? Ce qu’il y a de sûr c’est que notre cinquième est définitivement morte…

    • Plus ils gagneront d’élections plus ils bénéficieront de subventions. Le problème serait qui mettre dans un futur gouvernement ?. Admettons qu’ils gagnent les élections ce qui est peu probable, je pense que beaucoup de politiques de droite comme de gauche rejoindront ce parti par opportunisme.

      • « qui mettre dans un futur gouvernement ? »

        Au vu de qui est dans le gouvernement actuel, je ne vois pas bien où est le problème pour Marine Le Pen. A moins que vous sous-entendiez qu’il sera difficile de faire plus nul, ce qui est en effet un défi majeur.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La première leçon de ces législatives françaises est l’échec patent, cuisant et retentissant de Jean-Luc Mélenchon. Tout de hargne et de fulgurances haineuses, cet étrange apparatchik ajoute un nouvel échec à sa riche collection chamarrée. La gauche façon Mélenchon obtient 24 % des sièges à l’Assemblée nationale, soit l’un de ses pires scores historiques. Le nombre de sièges guignés par l’improbable attelage mélenchonien est risible en comparaison cette majorité absolue dont il professait l’ambition.

Deuxième leçon, l’échec de la press... Poursuivre la lecture

Eric Zemmour
0
Sauvegarder cet article

La spirale de l’échec continue pour Reconquête!, le parti nationaliste d’Éric Zemmour : après un score médiocre à la présidentielle, le premier tour des élections législatives de dimanche a confirmé son décrochage avec 4,2 % des suffrages exprimés.

🔴🎥 La réaction des militants d’Éric #Zemmour - éliminé au premier tour - lorsque Jean-Luc #Mélenchon a pris la parole hier soir.@QOfficiel pic.twitter.com/T56ZFpexHO

— Élections 2022 🗳 | #JeVote (@2022Elections) June 13, 2022

Porté par des sondages ... Poursuivre la lecture

Comme à chaque élection, dans les états-majors des partis politiques, c’est un peu « l’école des fans » : tout le monde a gagné : Nupes, Ensemble!, Rassemblement national… Dans les médias (de plus en plus déconnectés de la réalité), on s’étonne du taux d’abstention de ces législatives 2022. Alors, pas de blablas, des résultats…

 

Au moins cinq gagnants aux législatives 2022 : les candidats élus ou réélus dès le premier tour !

Pour être élu dès le premier tour, un candidat doit obtenir 50 % des suffrages exprimés – qui désig... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles