The Hunger Games : la fin de la chute

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

The Hunger Games : la fin de la chute

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 5 décembre 2015
- A +

Par Aurélien Chartier.

hunger games

Voici enfin le dernier film de la saga Hunger Games, adaptation de la série de films pour jeunes adultes de Suzanne Collins. Suivant une tendance relativement récente d’Hollywood, le dernier livre est adapté en deux films distincts. Comme pour beaucoup d’autres films, cela ressemble davantage à une stratégie marketing qu’un quelconque choix artistique, le film précédent s’étant montré particulièrement pauvre en développements scénaristiques, alors qu’il durait plus de deux heures. Souhaitant donner une deuxième chance à l’auteur, j’entrepris alors la lecture des livres. Si celle des deux premiers est divertissante, je dois me rendre à l’évidence que le troisième est nettement moins réussi, comme si Suzanne Collins se trouve brusquement moins à l’aise lorsque ses personnages ne sont plus des adolescents.

En effet, les deux premiers livres fonctionnent bien en étant centrés exclusivement sur Katniss et en laissant une place très restreinte aux personnages « adultes ». Ces derniers sont le plus souvent unidimensionnels, mais cela s’explique par le fait que la majorité joue un rôle pour survivre dans l’univers totalitaire de la série, couplé au style de narration du point de vue de l’héroïne qui est loin d’être un excellent juge de caractères. Les films sont construits sur le même modèle, se focalisant quasiment exclusivement sur Katniss et développant une poignée de personnages secondaires qui interagissent en priorité avec elle. Or, le troisième livre change totalement cet environnement, basculant dans une guerre engageant de nombreux personnages.

Difficile d’accabler le film quand on voit le peu de développement auquel ont droit la quasi-totalité des personnages dans le livre. Alors qu’on pouvait avoir des attentes légitimes concernant plusieurs personnages déjà aperçus ou totalement nouveaux, la plupart se contentent de rôles sans réel intérêt. La famille de Katniss est l’exemple le plus criant, en ayant uniquement un rôle de faire-valoir. Gale n’est présent que pour son intrigue amoureuse avec Katniss, qui est d’une platitude à mourir d’ennui. Finnick a droit à un minimum de développement, mais cela ne dépasse guère le statut de martyr du Capitole. Johanna a un rôle plus intéressant et complexe durant quelques chapitres, mais cette partie est totalement ignorée par le film. Seuls les chefs de la rébellion Alma Coin et Plutarch ont droit à des caractères plus complexes, mais on manque malgré tout sérieusement de contexte sur leurs motivations.

Le manque de rythme de la première partie de Mockingjay n’est qu’en partie résolue dans ce second volet. Les scènes d’action au sein du Capitole sont efficaces, soutenues encore une fois par de très bons effets spéciaux et on a droit à une poignée de séquences prenantes avec des monstres tout droit sortis d’un film d’horreur. Cela ne représente malheureusement qu’une partie du film, le reste étant constitué de scènes trainant en longueur et au rythme général confus. Si le livre se permettait de faire des ellipses temporelles plus ou moins longues par cohérence, celles-ci semblent absentes du film. Le résultat final est donc étrange avec de longs plans apportant peu à l’histoire et des scènes plus substantielles qui se retrouvent précipitées.

La qualité de la partie politique de l’histoire est également mitigée. On peut se réjouir d’avoir enfin un scénario de rébellion où les insurgés ne sont pas parfaits sous tous rapports. Le district 13 était déjà présenté comme une quasi-dictature dans le premier film avec sa hiérarchie rigide et sa propagande constante. Ce nouvel opus présente davantage la face militariste des rebelles que la soif de vengeance va transformer en monstres pour certains. On voit aussi que le renversement du système fasciste en place entraîne la mise en place d’un système tout aussi autoritaire. Malheureusement, si ces éléments pouvaient donner des pistes intéressantes, leur mise en place est brouillonne et le scénario présente de nombreuses lacunes, laissant un sentiment d’inachevé. On ignore ainsi le devenir de nombreux personnages après la bataille finale.

Ce dernier film de la saga risque donc de ne contenter que les fans de la série qui auront lu les livres et pourront passer outre les failles du scénario. Les autres risquent d’être décontenancés par l’absence sérieuse de ligne directrice, combinée au peu de profondeur de l’ensemble des personnages. C’est bien dommage au vu du potentiel qu’il y avait de donner une conclusion épique après deux premiers films globalement réussis. Au lieu de cela, Hunger Games finit sur un film d’action relativement banal et manquant dramatiquement de cohérence.

The Hunger Games – La Révolte : Partie 2, film d’aventure américain de Francis Lawrence avec Jennifer Lawrence, Josh Hutcherson, Liam Hemsworth, Woody Harrelson, Elizabeth Banks, Julianne Moore, Philip Seymour Hoffman, Donald Sutherland… sorti le 18 novembre 2015, durée 2h17.


Lire aussi le dossier de Contrepoints consacré à The Hunger Games

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Comme par hasard les critiques de ce navet arrivent APRES son exploitation en salle!

    • Faut arrêter la paranoïa. Je vous rappelle que les attentats du 13 novembre et ses conséquences quelques peu liberticides ont fait que contrepoints a publié des articles sur le sujet bouleversant le calendrier de publication d’autres articles (enfin, j’imagine).
      En plus, il y avait déjà plein de critiques sur ce film pour se forger une opinion avant d’aller au cinéma.

      • Moi jadore hunger games , et jaime josh.je lavoue, mais le dernier etait super je voudrai que ca continue. Car sans ce film je nai plus 1 didole 2 damoureu?? 3 de film favorie alors svp continuer la saga ??? svp

    • Vous connaissez Rotten Tomatoes ? Ils avaient déjà listé des reviews avant la sortie et beaucoup d’autres durant le weekend de sortie.

      Le film m’a surpris au box office, comme beaucoup j’attendais un énorme succès mais il a rapporté moins que les 2 films précédents.
      Les gens ne pensent plus qu’à Star Wars VII et moi aussi aha ?

  • Les deux premier étaient sympa mais La Révolte Partie 1 était absolument horrible aussi.

    Tout l’univers était centré autour d’une Katniss qui avait autant de charisme qu’un chancre mou.

  • J’ai pas vu ce film mais j’ai vu les deux premiers et j’ai lu les livres. Les livres sont bien mieux que les films.

  • De toute façon les films sont irregardables avec une camera qui bouge sans cesse (sur l’épaule et avec des bonds dans tous les sens) plus des plans rikiki. Toute cette manière de tourner est fatigante pour le spectateur et ne provoque aucune émotion mais que des sensations.
    De plus le role de l’héroïne est joué par une actrice au physique assez commun pour ne pas dire vulgaire.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
4
Sauvegarder cet article

Par Francis Mogador.

C’est à la fin des années 1980 que sont parus les albums de la bande dessinée intitulée SOS Bonheur. Sous ce titre énigmatique (pourquoi faudrait-il appeler au secours à cause du bonheur ?) se cache un conte politique dont plusieurs passages se révèlent, plus de trente ans après, criants d’actualité. En effet il met en scène des personnages dans lesquels chacun peut reconnaître un collègue, un voisin, un ami, un beau-frère ou soi-même aujourd’hui. Jugez-en.

Le monde du travail : des salariés conscients de l’... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Le scénario de cette bande dessinée se déroule à Paris en 2040. La pandémie mondiale n’a finalement jamais été endiguée et les variants ont causé d’immenses dommages humains, ce qui a conduit notamment à la fermeture des écoles, ainsi que des librairies et bibliothèques.

Le règne des GAFAM et de la censure

À l’ère du numérique, le savoir est tout entier digitalisé et les enfants apprennent de chez eux via des casques de réalité virtuelle diffusant des neuro-informations. Non seulement les livres papier ont pratiquement entièrement disp... Poursuivre la lecture

Par Bertrand Hartemann.

La sortie de Matrix 4 Resurrections est l'occasion de revenir sur cette saga emblématique. Écrit et réalisé par les Wachowski, il reste un objet de fascination. Ce patchwork culturel tisse des liens entre l’art du kung-fu, les mangas japonais, la philosophie post-structuraliste ou encore la culture cyberpunk. Outre le fait d’être un monument de la pop culture, c’est surtout une formidable machine herméneutique invitant à des jeux de piste théoriques. Le film façonne une réflexion, plus que jamais d’actua... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles