Paris : les bibliothèques municipales boivent la tasse !

Les inondations répétées des bibliothèques parisiennes entraînent des fermetures.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Marco-Fascino del libri (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Paris : les bibliothèques municipales boivent la tasse !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 29 novembre 2015
- A +

Par Serge Federbusch

Marco-Fascino del libri (CC BY 2.0)
Marco-Fascino del libri (CC BY 2.0)

 

Le phénomène commence à être bien connu… Quand il pleut sur la capitale, il arrive que certaines bibliothèques se retrouvent inondées et doivent fermer dare-dare leurs portes au public. Au moins quatre établissements ont été concernés ces derniers mois : Parmentier (XIe), Saint Éloi (XIIe), Italie (XIIIe) ou encore Benjamin Rabier (XIXe). Du côté de Parmentier, c’est la verrière qui avait fait des siennes au mois de septembre et l’eau était tombée et les collègues avaient dû installer onze seaux (oui 11) pour colmater la fuite. N’empêche, l’eau avait envahi partiellement les deux niveaux ainsi que les locaux du personnel lesquels…. venaient d’être rénovés !

D’après la mairie de Paris, bien que le problème soit connu et récurrent, il serait difficile de réparer la verrière car celle-ci est en multi-copropriété avec les immeubles voisins. Ce qui permet à chacun de se renvoyer la balle. En l’occurrence de water-polo.

http://www.delanopolis.fr/Paris-les-bibliotheques-municipales-boivent-la-tasse-_a2674.html
http://www.delanopolis.fr/Paris-les-bibliotheques-municipales-boivent-la-tasse-_a2674.html

Si la bibliothèque Benjamin Rabier a connu deux fuites successives, le 16 et le 19 novembre, la bibliothèque de la place d’Italie a, elle aussi, défrayé la chronique météorologique en fermant encore en catastrophe la semaine dernière. Là aussi, à chaque épisode un peu pluvieux, les personnels ressortent seaux, bâches et serpillières. Et ça dure depuis de nombreuses années. L’origine des fuites vient cette fois du toit-terrasse. Celui-ci a parait-il été l’objet de travaux d’étanchéité. « Une rénovation pas correctement menée » a déclaré dans la presse la direction des affaires culturelles dans un art consommé de la litote. Seulement, cette fois pas d’excuse, et la Ville de Paris ne peut pas se retrancher derrière de tortueuses histoires de copropriété car les murs de la bibliothèque Italie appartiennent à la mairie via la RIVP (Régie Immobilière de la Ville de Paris)

Toutefois la palme (et le tuba) revient à nos infortunés collègues de Saint Éloi. Après avoir été inondée à chaque épisode pluvieux entraînant parfois des fermetures de plusieurs semaines, pour là aussi, parait-il, une histoire de terrasse, la bibliothèque a dû carrément fermer au printemps dernier après avoir reçu toutes les eaux usagées de l’immeuble qui se trouve au-dessus de sa tête ! On vous laisse imaginer l’état des sols, des murs et des collections. Sa réouverture n’est pas attendue avant plusieurs mois, hélas. Là aussi, les murs appartiennent à la RIVP. Le directeur des affaires culturelles doit bientôt rencontrer son homologue de la RIVP pour mettre fin à ces inondations répétées. Dans le cas contraire, des bibliothèques devront encore être fermées à chaque fois qu’il pleut sur Paname. Pas très fluctuat et même parfois carrément mergitur. Et il faudrait alors changer la devise de la Ville de Paris.

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Très révélateur de la politique du maire.
    Pardon, du maire-e.

    • De la Maire, tout simplement.

      Sinon de nombreux adjectifs me viennent à l’esprit à la lecture de cet article. « Consternant » est le plus gentil pour Mme la Maire.

  • La « mer-de » Paris (sic) dans toute sa splendeur: l’accueil des migrants est beaucoup plus important que l’accès à la connaissance et à la culture. Quand on voit qu’un bon nombre de places dans les bibliothèques sont occupées par des élèves venus potasser leurs cours, on imagine l’inconvénient pour la bonne marche de leurs études…

  • C’est les petits détails qui montrent qu’il n’y a pas que les bibliothèques qui prennent l’eau…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
ntf
0
Sauvegarder cet article

Les cours des cryptomonnaies ont fortement baissé ces dernières semaines. La nature cyclique de ce nouveau type d'actif est bien connue même si l'ampleur de la baisse a surpris et démotivé de nombreux observateurs et spéculateurs. Beaucoup d'amateurs de la technologie blockchain sur laquelle repose ces projets y voient néanmoins l'occasion de continuer à construire un écosystème dans une optique plus long-termiste, persuadés que la situation redeviendra plus favorable.

 

Que sont les NFT (non-fungible token)

Une des applica... Poursuivre la lecture

Ce qui s'est passé aux abords du Stade de France, samedi 28 mai 2022, pour la finale de la ligue des champions[1. Cette finale aurait dû avoir lieu à Saint-Pétersbourg.] opposant Liverpool au Real de Madrid, est malheureusement emblématique d'une France qui part à vau-l'eau.

Pour fuir leurs responsabilités, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, et la ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, ont rejeté la faute sur la prétendue détention de 30 000 à 40 000 billets non valables par des supporters anglais.

Un peu d'arithmé... Poursuivre la lecture

Anne Hidalgo
5
Sauvegarder cet article

Si l’on se risque à écrire que Paris est devenu un cloaque anxiogène et cradingue, infesté de rats, d’embouteillages, de travaux et de détritus, beaucoup croiront à une caricature. Et pourtant. La réalité n’est pas si éloignée de cette description, à laquelle s’ajoutent une insécurité endémique et une dette abyssale tutoyant les dix milliards d’euros.

Paris est l’une des villes les plus sales d’Europe, d’après The Guardian. Les riverains exaspérés se voient en outre imposer de coûteux réaménagements pris sans concertation, maintenus ma... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles