Déconstruire officiellement les vilaines théories du complot

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Bonnet d'âne-Musée national de l'Education(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Déconstruire officiellement les vilaines théories du complot

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 25 novembre 2015
- A +

Le chef de l’État l’a dit, répété et expliqué, et il a même construit sa nouvelle politique socialiste de droite dessus : l’État est en guerre, notamment contre des terroristes. Ceci nécessite une mobilisation sans précédent (ou presque) de tous, jusqu’aux classes des écoles, des collèges et des lycées.

Devant la menace terroriste et celle, plus insidieuse encore, de cette population qui se rend compte de façon diffuse qu’elle est assez mal protégée, il fallait agir. Et chaque ministère est concerné. Au-delà de ceux de l’Intérieur, de la Justice et de la Défense, évidemment concernés au premier chef, l’une des actions d’ores et déjà posée par le ministère de l’Éducation consiste à fournir des ressources pédagogiques à destination des enseignants, afin de prévenir la menace éviter les radicalisations déconstruire les théories du complot (oui, de nos jours, on ne détruit plus, on ne dément plus, on déconstruit, c’est plus chic).

gifa cat conspiration

Et notez bien qu’ici, il n’est pas question de déconstruire cette propagande pourtant dégoulinante qu’on retrouve dans les petits manuels distribués à nos têtes blondes, mais plutôt ces complots qu’on trouve un peu partout sur les intertubes, cette vaste zone de non-droit où les cow-boys de l’octet fou s’en donnent à cœur joie, comme chacun sait.

Je l’ai dit, la menace est énorme, elle est partout, diffuse, et sournoise, s’apprête à bondir sur les jeunes influençables (et pour tout dire, un peu cons, c’est évident). Dès lors, il faut du lourd, du solide, et c’est donc sans attendre qu’on fera appel à Loïc Nicolas, chercheur en rhétorique du complot (!) à l’université Libre de Bruxelles et qu’on lui demandera son indispensable avis sur ces jeunes, particulièrement visés et propagateurs de ces ignoôobles théories du complot.

Sans hésiter, il le donne et estime le phénomène accentué par « la crise économique et le désœuvrement que peut ressentir une certaine part de la jeunesse », phénomène auquel le gouvernement répond par des ressources pédagogiques de déconstruction. Le lien entre « crise économique » et « déconstructions des complots » devient alors… pas évident du tout, mais assez bien illustratif des raisonnements de nos éducologues polytraumatisants.

De ce point de vue, ce chercheur (comme beaucoup d’autres, hélas) n’échappe pas aux mouvements mous de la troupe de baltringues qui nous dirigent puisqu’à son tour, il recommande de « travailler le débat en classe, mais de façon sereine et informée », alors que l’urgence, rappelée assez régulièrement par les classements internationaux, PISA ou autres, serait plutôt de faire un peu moins de débats, et un peu plus d’exercices opérationnels sur l’écriture, la lecture, les mathématiques, la recherche de l’excellence et la mise à niveau de tous dans les bases culturelles essentielles à la compréhension du monde moderne, bien avant les débats sur le complotisme.

cat conspiracy

Alors que les attentats sont encore très présents dans les pensées de tous, on peut se demander ce qui pousse ainsi le gouvernement à mettre en place aussi vite une telle initiative, des chercheurs à se propulser avec leurs idées lumineuses, des journalistes à les interroger. De façon indirecte, la réponse à cette question nous est donnée par le ministère lui-même :

Les collégiens et lycéens ne s’informent pas avec les médias traditionnels mais sur les réseaux sociaux. Pour eux, les informations des grands médias arrivent en même temps que des rumeurs et articles de sites complotistes, et ils ne savent pas forcément faire la différence.

Ce qu’on lit ici, au-delà d’une analyse à l’emporte-pièces des jeunes vus par le ministère, c’est surtout… de la peur, celle des gouvernants, que les enfants et les adolescents se construisent des références en dehors du cadre de ce que le pouvoir a décidé. Et par effet de ricochet, cela montre assez bien que ce pouvoir continue de ne pas comprendre ni la façon dont fonctionnent ces réseaux, ni la façon dont fonctionne l’individu en général, et les jeunes auxquels il tente de s’adresser en particulier.

Et dans une magnifique illustration d’un assemblage grotesque d’une charrue avant ses bœufs, cette démarche entend donc expliquer aux enfants ce qu’ils doivent penser de tel ou tel complot, plutôt que leur donner d’abord les moyens de réfléchir par eux-mêmes.

C’est, pour le dire gentiment, franchement agaçant de la part de l’Éducation nationale dont le but attendu (sinon officiel) est bel et bien d’instruire les enfants, et pas de leur distribuer une forme plus ou moins subtile de propagande, encore une fois !

Normalement, l’idée même de l’instruction, c’est d’apprendre à apprendre, c’est de fournir les clefs de compréhension des mécanismes qui animent le monde, donner les bases scientifiques, historiques, les codes utilisés par les sociétés humaines qui permettent de construire des raisonnements étayés par des arguments et des éléments tangibles. Et c’est avec ces bases que chacun jugera ce qui est vrai ou juste. Non, décidément, le but ultime de l’instruction n’est jamais de fournir prêt à consommer, une vision du monde complète qui permet de tout expliquer, même grossièrement. C’est de faire des individus aptes à analyser une situation nouvelle à l’aune des connaissances amassées sur les situations passées, d’en tirer un enseignement, et d’ainsi progresser.

Étymologiquement, instruire consiste à établir des bases internes sur lesquelles on pourra ensuite poser son esprit critique. Or, depuis que l’Éducation nationale s’est entichée d’éduquer au lieu d’instruire, elle a décidé de faire des citoyens, de construire des individus aptes à servir la société, ce grand tout collectif moelleux et douillet devenu apparemment indépassable pour notre élite, et ce bien avant de faire de ces élèves des individus autonomes, capables de choisir s’ils veulent ou non faire partie de ce grand tout joyeux, dans quelle proportion, à quel titre, et comment.

Or, si on peut admettre que la société a bien besoin de personnes qui la servent, elle ne peut réellement fonctionner sans que celles-ci soient un minimum autonomes. Autrement dit, avec cette nouvelle couche de « ressources pédagogiques » destinées à « déconstruire les théories conspirationnistes », on va encore mobiliser les enseignants pour occuper du temps de cerveau des enfants à une autre tâche que celle d’apprendre à apprendre.

Par dessus le marché, ce faisant, on oubliera un élément essentiel.

Si les cibles (les « jeunes ») en sont arrivées à regarder avec attention toutes ces théories complotistes, c’est aussi et avant tout parce que nos politiciens sont maintenant connus et reconnus pour une habitude dont ils ne parviennent pas à se débarrasser : ils mentent, pour tout et n’importe quoi, à tout le monde, en petit comité, dans les grandes occasions, aux Français et à eux-mêmes. Ils mentent sur leurs objectifs. Ils mentent sur leurs motivations. Ils mentent sur leurs relations et sur leurs patrimoines.

Dès lors, difficile de reprocher aux uns et aux autres de douter de la parole officielle lorsqu’elle est distribuée par de tels charlatans. Enfin, comment peuvent-ils prétendre combattre les théories de complot lorsque ces mêmes politiciens alimentent le plus gros d’entre eux, celui qui consiste à nous faire croire qu’ils nous sont utiles, qu’ils travaillent pour nous et que grâce à eux, nous sommes en sécurité ?

furniture conspiracy
—-
Sur le web

Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • Il n’y a pas de complot. Les français gobent ce que disent les politiciens par ce qu’ils le veulent bien.

    • Il n’y a pas de « complot », c’est vrai: c’est plutôt une dérive (mais volontaire et active) dont on voit bien que l’idée récurrente est, à chaque fois, de renforcer le pouvoir politique (surtout central), entre autres pouvoirs, et d’en garder le monopole: si on fait la somme des faits et des mesures qui vont dans ce sens, ça s’éclaire un peu plus, à chaque occasion.

      Chaque événement est utilisé (souvent par des manipulations assez grossières) et de façon régulière, les mesures prises n’ont pas toute l’efficacité qu’on pourrait en attendre mais vont bien dans le sens de la dite-« dérive », en l’accentuant dans un nouvel aspect.

      La police parlerait « d’indices convergents »… et ça commence à faire beaucoup!

  • quand on apprend que les élèves français sont les plus long à apprendre à lire , écrire et compter , je me dis que les politiques ont presque réussi leur sombre projet : faire des futurs citoyens ignares qui pourront être manipulés à tout va ; seul moyen pour la pourriture d’en haut de garder le pouvoir ;

  • rien de nouveau, sous des prétextes fallacieux, aujourd’hui c’est le terrorisme , dans quelques jours, cop 21 oblige, ce sera le climat, le but premier est de façonner les esprits au socialisme.

    Heureusement la jeunesse n’est pas aussi malléable que ça .
    En tout cas, les exemples donnés par tous les jeunes journalistes de contrepoint, redonnent de l’espoir

    • « le but premier est de façonner les esprits au socialisme. »

      Cela devient une idée fixe chez les socialistes : si le peuple n’est pas d’accord, c’est qu’il n’a pas compris et qu’il faut lui expliquer.

    • SVP Arrêtez d’appeler ça des socialistes, il y a bien d’autres mots pour désigner cette m…e
      et si vous ne pouvez vous résigner à utiliser d’autres lettre essayez setsilaicos.

  • Ah bah enfin, un combat intéressant ! Le valeureux État français part en croisade contre les théories du complot. Je vais suivre ceci avec délectation.

    C’est d’autant plus amusant qu’aujourd’hui, les termes de « complotiste » et « négationniste » sont employés pour tous ceux qui ne boivent pas les paroles de l’État de façon béate, ou alors qui remettent en cause le fait que les membres de l’État font tout pour le bien du peuple.

    Attention, h16, vous versez dans le complotisme, à ce rythme 🙂

  • Je cherche encore à comprendre comment le président chewing-gum SarkHollande a pu remonter de 7 points dans les sondages.

    Personnellement, je croyais u’il allait être mis en examen pour avoir fourni les armes aux djihadistes assassins ou à leurs sponsors, laissé en liberté les criminels du Bataclan qui étaient parfaitement connus de nos services de renseignements, laissé la justice libérer des assassins, et laissé en liberté des imams qui prêchent la haine et le djihad contre notre pays.

    Pendant que ses magistrats rouges et notre police passent leur temps à surveiller et traquer, dans la plus stricte illégalité, Sarkozy, Dieudonné, Zemmour, etc … de grands criminels comme chacun sait, pour délit d’opinion.

    En d’autres temps, notre président chewing-gum serait passé en Cour Martiale pour haute trahison

  • Cette accusation de complotisme est devenue le nouvel argument de ceux qui veulent couper court au débat.
    Ils oublient que:
    – que sauf exception, les gens cherchent d’abord leur intérêt, et que ceux qui détiennent le pouvoir sont en général les premiers à le faire
    – que bien souvent, il n’y a pas complot, mais rencontre entre une idéologie et des intérêts politiques et/ou économiques, dans un contexte social particulier. Par exemple, l’idéologie écologiste par se servait dans les années 70 du froid causé, disaient-ils, par la pollution. Cela n’a pas pris car l’époque était plutôt optimiste, les médias moins développés (et sans doute moins serviles).
    Quand on nous dit de ne pas voir de complot, il s’agit bien souvent de nier une convergence d’intérêts bien compris.

    Pour en revenir aux jeunes, il n’y a pas hélas, que l’Education Nationale. J’ai lu récemment avec une jeune fille le dernier Science et Vie junior. Pas beaucoup de science, encore moins de la vie, et beaucoup de manipulation. Heureusement qu’il y avait internet pour chercher des données un peu plus objectives… Mais les jeunes ont du bon sens, aux parents de le cultiver!

  • C’est dommage de voir sur Contrepoints des articles aussi stupides.
    Théories complotistes, rengaine du « tous pourries ». Un article idiot , pour les idiots. D’ailleurs les réactions le prouvent bien.
    Il faut se reprendre contrepoint on est habitué a mieux.

    • « C’est dommage de voir sur Contrepoints des articles aussi stupides. »

      @BGSon : C’est dommage de voir sur Contrepoints des commentaires aussi peu argumentés.

      L’article dénonce le fait que la solution du gouvernement face aux difficultés économiques de la France c’est de fournir aux enseignants « des ressources pédagogiques pour déconstruire les théories du complot. »

      Autrement dit : Il s’agit d’une solution complètement hors sujet…

    • @BGSon Les théories complotistes ne sont pas d’abord le fait de cet article, mais le nouvel argument de ceux qui nous gouvernent. Cet article, intéressant de mon point de vue, fait ressortir l’utilisation qui est faite de cette accusation de complotisme.
      C’est exactement la même chose quand on accuse les climatosceptiques de négationnistes. Ou le FN de fasciste. Je précise que je ne défends pas les idées de ce dernier…
      Ces accusations simplistes veulent simplement tuer le débat dans ce pays. Vis-à-vis des jeunes, cette opéération « déminage » pose question: ces jeunes oeuvent être amenés à se rendre compte que les arguments des prétendus complotistes sont… ceux de leurs parents.
      De Villiers l’expose tres bien dans son ouvrage: ils (les journalistes) ne veulent pas savoir ce que vous pensez, mais d’où vous pensez.

    • Régulièrement des lecteurs ,plus intelligents que les autres, se plaignent de la qualité des articles.

      Ça sent le complot !

  • En tout cas certains commencent déjà à évaluer la « facture économique » des attentats.
    La France était déjà en mauvais état mais là elle va s’effondrer.

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/11/25/20002-20151125ARTFIG00088-les-attentats-couteraient-2-milliards-d-euros-a-l-economie-francaise.php

  • BGson dis nous qui tu es et pour qui tu travailles .. toi qui défend nos maîtres , ceux qui sont élus naïvement par le peuple et qui sont en train de déconstruire la FRANCE.
    Honte à toi et à tes réflexions endoctrinés

  • @PIM: « Il n’y a pas de complot. Les français gobent ce que disent les politiciens par ce qu’ils le veulent bien. »
    Pas parce qu’il le veulent mais parce que peu de citoyens prennent la peine d’aller chercher l’inffo ailleurs que dans les médias aux ordres qui déversent des tombereaux d’inepties.
    L’info » officielle  » relève davantage de la manipulation que de l’information …
    Pensée unique quand tu nous tiens …. il faut être solide pour protéger nos neurones.

  • Définition du nm complot d’après le Larousse :
    – atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation ; – résolution concertée de commettre un attentat et matérialisée par un ou plusieurs actes ; – par extension, projet plus ou moins répréhensible d’une action menée en commun et secrètement.
    Il n’y a que depuis peu que ces trois phénomènes sont considérés comme relevant du phantasme, de la paranoïa ou toute autre forme de fragilité mentale et de stupidité, qu’il s’agirait au mieux plus poliment de théories.
    Combien de cailloux va-t-on me jeter si je rappelle que les attentats sont des complots ? Que les complots en fait, ça existe (non tais-toi arrête, tout ça c’est dans ta tête, tout va bien, c’est l’heure des pilules, ah ça va mieux, la télé c’est bien en fait, les gens sont si bienveillants, et je me sens tellement mieux dans ce monde parfait et harmonieux lalalastroumphlala).

  • C’était prévisible, mais j’ai envie de vomir quand je vois avec quelles vitesse et intensité, quel mépris des victimes et des français, les socialistes récupèrent ces dramatiques événements, soit pour se faire mousser
    http://www.expressio.fr/expressions/se-faire-mousser.php
    soit pour accentuer leurs manipulations. Maintenant il est question de formater, d’endoctriner nos enfants en conformité avec la doxa socialiste, le prétexte est tout trouvé. Ils sont vraiment maîtres en manipulation, c’est du reste la seule compétence dans laquelle ils ne sont pas nuls.

  • Sans entrer dans la théorie du complot, peut-être, sûrement même, doit on s’interroger sur les raisons des attentats qui nous frappent durement ?

    Serions nous exposés à cette barbarie si notre leader éclairé ne s’ingéniait pas à jouer les va t-en-guerre ? La réponse coule d’elle même.

    Comment cet hurluberlu, qui s’est permis (il se permet tout et n’importe quoi d’ailleurs, les plus grandes débilités sont dans sa panoplie) de critiquer son prédécesseur (au demeurant les résultats de l’intervention en Lybie sont très probants…) sur son caractère va t-en-guerre peut-il nous expliquer son attitude d’aujourd’hui ? Les dégâts présents et à venir en vies humaines sont et seront importants. Les dégâts économiques et financiers seront encore financés par les mêmes quand les autres qui ne participent en rien, sinon à dépenser le fric gagné par les autres regarderont passifs, satisfaits cette politique de dingue.

    Notre pays se dirige droit dans des abysses sans fond…et surtout sans fonds.

    Dehors !

  • J’aime particulièrement le paragraphe sur le mensonge.
    C’est devenu tellement gros, tellement énorme.
    Ce gouvernement pulvérise les records également pour les virages à 180° sur les chapeaux de roues.

    Remarquez qu’il remonte dans les sondages. Inquiétant, non ?

  • A propos d’éducation, pendant la prise d’otages à Bamako, un habitant a été interrogé par un journaliste : Diction parfaite, syntaxe parfaite, pas de faux-sens, pas de « euh », pas de : « voilà  » pour pallier au manque de mots.
    On pouvait comprendre sans hésiter qu’il n’était pas allé à l’école en France. Le veinard.

    • Ah bah en Afrique francophone, ça n’a rien à voir : éducation à l’ancienne et tout, l’Africain francophone moyen est plus cultivé et a une meilleure orthographe que le Français moyen d’après ce que je constate. M’enfin, l’EdNat assume, elle n’est pas là pour ça mais pour « faire de bons citoyens ».

  • Cette théorie du complot j’ essaie d’ y voir clair : les événements récents tragiques seraient une barbouzerie le pouvoir en place aurait manipulé les terroristes en vue d’ en retirer profit ?
    Bon ces attentats ne sont pas une malédiction divine c’ est une des conséquences des politiques en Fr depuis une quarantaine d’ années ce n » est pas un complot

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie Mp Meyer.

Quel parent n’a jamais eu à subir le « syndrome » du professeur absent non remplacé ? Au fil des rentrées scolaires, notre presse régionale égrène la complainte de familles désespérées par les heures d’enseignement que leurs enfants n’auront pas (par exemple en 2019, ou en 2021). Suivent des pétitions en ligne puis des articles dans les grands médias nationaux lorsque la situation devient franchement intenable.

 

Le rapport de la Cour des comptes épingle les profs absents de courtes durées

Comm... Poursuivre la lecture

parcoursup
1
Sauvegarder cet article

Par Jean-Baptiste Noé.

Nous l’évoquions dès novembre, au moment où la réforme Parcoursup a été annoncée, le risque de crash était majeur. Il fut moins important que ce que beaucoup craignaient, mais bien là. Dès 18 heures, au moment de l’ouverture de la plateforme, les lycéens se sont rués pour voir leurs résultats, provoquant un bug du site puis le bug des sites de débordement. La normale est revenue dans la soirée.

Seule la moitié des lycéens a eu des réponses positives, contre plus des trois quarts avec l’ancien système, APB.... Poursuivre la lecture

Lorsque les premiers jeunes réfugiés ukrainiens arrivèrent en France au début du mois d'avril, ce fut une véritable surprise pour leurs petits camarades français qui les accueillirent dans leurs écoles : leur niveau en mathématiques était notoirement meilleur que le leur et certains professeurs de notre Édulcolration Nationale s'en ouvrirent abondamment dans la presse.

Eh oui : apparemment, en Ukraine, les élèves ne lambinaient pas trop sur les exercices simples de mathématiques. Les opérations de base en arithmétique, y compris sur le... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles