Les attentats de Paris en 3 questions

Nous sommes unis face au terrorisme mais, quand il frappe, nous sommes seuls. Soyons prêts.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
policiers MKFautoyère-(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les attentats de Paris en 3 questions

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 15 novembre 2015
- A +

Par Baptiste Créteur

policiers MKFautoyère-(CC BY-NC-ND 2.0)
policiers MKFautoyère-(CC BY-NC-ND 2.0)

 

Le drame qui s’est déroulé vendredi soir à Paris pose de nombreuses questions.

Pourquoi la France ?

La France est une cible privilégiée et facile à atteindre. La France est ouvertement engagée dans la lutte contre l’État Islamique en Irak et en Syrie, mais aussi plus largement contre les islamistes radicaux au Mali et en Centrafrique. Elle est alliée aux États-Unis et arme les pays « mécréants et corrompus du Golfe et du Moyen-Orient ». Et elle est perçue comme une nation coloniale revendiquant ses racines chrétiennes et opprimant la minorité musulmane à coup d’interdictions du voile et de débats sur l’identité, les prières dans la rue et le porc dans les cantines.

Et la France est une cible facile : géographiquement plus proche des zones de conflit, des centaines de ses ressortissants sont acquis à la cause du djihad et circulent librement dans l’espace Schengen.

Pourquoi maintenant ?

Un an jour pour jour avant les attentats de Paris était promulguée la loi n° 2014-1353 du 13 novembre 2014 renforçant les dispositions relatives à la lutte contre le terrorisme : interdictions de sorties du territoire pour les présumés terroristes, renforcement des mesures d’assignation à résidence et des mesures répressives, renforcement des moyens de prévention et d’investigation.

Frapper la France à cette date anniversaire est un moyen pour les terroristes de montrer l’impuissance des pouvoirs publics à protéger le pays des attaques terroristes, qu’il s’agisse de la population (plus de 150 morts dans la capitale) ou du chef de l’État (explosions à proximité du Stade de France où se trouvait alors François Hollande).

Les services de sécurité français étaient déjà sous tension, entre les avertissements de spécialistes de la lutte anti-terroriste et les mesures de sécurité renforcées (sites sous surveillance et contrôles aux frontières) en préparation de la COP21 qui, dans deux semaines, réunira à Paris plus de 80 chefs d’État.

Comment éviter ça ?

Dans l’état actuel des choses, il n’y a malheureusement pas grand chose à faire. Le réflexe immédiat des dirigeants politiques face aux attaques terroristes est de renforcer les moyens de sécurité et de contrôle : pour la première fois depuis la guerre d’Algérie, l’état d’urgence a été décrété sur l’ensemble du territoire. Mais la remise en cause des libertés fondamentales ne marche pas.

Il y a un an, la France renforçait les moyens de lutte contre le terrorisme. Il y a quelques mois, la Loi Renseignement légalisait la surveillance généralisée des citoyens. Le plan vigipirate est déjà déployé. Ce qui n’a pas empêché les attentats d’hier, ceux de Charlie Hebdo, et les attaques déjouées par miracle de Villejuif et du Thalys. À chaque fois, des mesures d’urgences sont prises ; d’autres attentats surviennent.

Ces mesures renforcées ne fonctionnent pas, parce qu’elles ne peuvent pas fonctionner. Toute la bonne volonté de ceux qui veillent sur le terrain à notre sécurité ne peut rien face à un terrorisme qui peut frapper n’importe qui, n’importe où et n’importe quand.

Les policiers en faction pour protéger Charlie Hebdo ont été abattus par des terroristes mieux armés qui ont agi vite et par surprise. Il est impossible de déployer un périmètre autour de chaque terrasse de café où pourraient surgir des terroristes en scooter, de fouiller au corps chaque passant qui pourrait porter une ceinture d’explosifs, de faire escorter chaque citoyen par une escouade armée.

Renoncer à nos libertés fondamentales et embrasser État policier et société de surveillance ne sauvera pas nos vies, et encore moins notre mode de vie. Il est peut-être temps d’envisager d’autres solutions : la faillite de la lutte contre le terrorisme n’est pas un problème de moyens, mais de méthode.

Le terrorisme frappe les citoyens, qui sont en première ligne pour assurer leur propre sécurité mais n’en ont pas les moyens. Le port d’armes est tabou en France, mais force est de constater que les terroristes sont armés malgré l’interdiction, que les citoyens ne le sont pas et que les forces de l’ordre arrivent aussi rapidement que possible mais toujours trop tard. Si les honnêtes citoyens étaient armés eux aussi, les victimes seraient sans doute moins nombreuses.

Il serait bon de remettre également en cause l’implication de la France dans des conflits qui, de fait, deviennent les siens. La destitution des dictateurs part sans doute d’une bonne intention, mais les résultats sont plus que contestables. De l’Iran à la Libye et de l’Irak à la Syrie, l’ingérence des puissances occidentales a rarement eu de brillants résultats, au contraire : leur politique a contribué à créer les monstres que nous affrontons, aujourd’hui comme hier.

L’heure est au recueillement, et nos pensées vont aux victimes et à leurs proches. Ç’aurait pu être vous, ç’aurait pu être moi, et nous sommes tous profondément touchés. Face à un terrorisme qui frappe aveuglément, nous devons garder les yeux ouverts : nous ne serons pas plus en sécurité en renonçant à notre liberté. Nous ne vivrons pas plus longtemps en renonçant à notre mode de vie et à nos principes.

Nous devons ouvrir les yeux sur l’impuissance des pouvoirs publics et sur la responsabilité qui nous incombe de fait. L’État doit garantir la liberté et la sécurité des citoyens. Il ne parvient pas à l’assurer lui-même, même en se dotant de tous les moyens possibles ; il est temps de rendre aux citoyens les moyens de se défendre face à la violence et à la barbarie.

Il est impossible de dire si le carnage d’hier aurait ainsi pu être évité. Mais il est urgent d’éviter qu’une telle tragédie se reproduise. Nous sommes unis face au terrorisme mais, quand il frappe, nous sommes seuls. Soyons prêts.

Voir les commentaires (82)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (82)
  • La faiblesse des politiques ne donne pas les moyens aux renseignements et forces de l’ordre , idem l’armée en Afrique et frappes aérienne. La vrai question est de savoir si et quand la France sera gouvernée autrement que par des intérêts personnels de tous bords.
    Triste messieurs les politiques et ne vous étonnés plus du rejet dont vous faites l’objet.!

    • « quand la France sera gouvernée autrement que par des intérêts personnels »

      Jamais parce qu’il n’y a d’autres intérêts que personnels.

  • jamais le gouvernement n’acceptera que les citoyens aient de quoi se défendre ; ne serait ce que par la peur de voir les français se retournaient contre eux , les armes à la main ; cazeneuve a parlé de retirer aux particuliers leurs armes ; le gouvernement nous laissent complêtement démuni face aux térroristes ;

  • Pas d’accord sur tout, il y avait des choses à faire.

    Par ex, la sécurité de Charlie, le journal le plus menacé de france, à une période déclarée de risque terroriste max, était notoirement très insuffisante.

    Ensuite, c’est vrai que hvc (hollande vals cazeneuve) évite la critique en réclamant la concorde nationale, font des discours de circonstances surtout destinés à faire monter la popularité, sont ferme uniquement le lendemain des attentats, et en profitent pour faire des lois liberticides pour tous sauf pour les terroristes.

    A chaque fois c’est la même chose.

  • Je suis d’accord avec l’auteur sur de nombreux points et globalement favorable à un port d’armes plus accessible, afin de mettre les citoyens en mesure d’assurer eux-mêmes la sécurité que l’État n’arrive plus à assumer.
    Il me semble évident que dans la plupart de ces fusillades, et surtout dans le cas de la prise d’otages du Bataclan, plus de citoyens armés face à ces quelques terroristes auraient pu éviter des dizaines de morts supplémentaires.

    En revanche j’ai du mal à imaginer en quoi cela empêchera les terroristes de s’adapter. Par exemple comment protéger les écoles ? En armant les gamins ?

    Ces gens sont des fous furieux. Ils peuvent attaquer n’importe où, n’importe quand et n’importe qui…

    Selon moi il faut surtout arrêter de mettre de l’huile sur le feu en Syrie et en Irak, ou nous n’avons rien à faire.

    • que des citoyens soient armés parait effectivement être une bonne chose, à condition que ce ne soit pas seulement une autorisation de possession d’une arme dans un coffre à la maison. il faut défendre nos vies dans la rue, pas seulement à notre domicile.
      d’un autre coté, il serait relativement facile de connaître une large proportion de ces fous furieux comme vous dites, d’ailleurs beaucoup sont déjà connus. dès lors, pourquoi cette passivité de la part de l’état à leur endroit ?
      le risque zéro n’existe pas, certes. mais en matière de risque, ne vaut il mieux pas permettre à ceux qui veulent partir en syrie de le leur permettre et les exécuter là bas plutôt qu’en « surveiller » quelques uns ici avec des moyens démesurés et ne rien faire d’efficace pour empêcher le crime ? et lorsque le crime se commet, le risque zéro n’existe pas non plus, mais si dans la rue et dans les foules il y avait une personne sur 20 armée, le bilan de cette soirée aurait peut être été 10 fois plus faible.

    • En plus du libre port d’arme, il faut la possibilité de lancer des entreprises de sécurité privée.

      • « En plus du libre port d’arme, il faut la possibilité de lancer des entreprises de sécurité privée. »
        Disons qu’au pays du psychotrope ce n’est pas vraiment le port d’arme « pour tous » qui arrangera les choses, le moindre conflit autoroutier se soldera par un mort, n’oublions pas qu’on est dans un pays de doux anarchistes socialio-communistes prêts à tout pour casser du patron ou du cadre ou même de l’ouvrier bien installé.
        Le port d’arme, oui, mais pas à n’importe qui !!!
        En revanche je suis très favorable aux entreprises de sécurité privées.

    • Ça fait un certain temps que j’ai décidé de partir de France, et j’irai uniquement dans un pays où le port d’arme est autorisé.

  • « Si les honnêtes citoyens étaient armés eux aussi, les victimes seraient sans doute moins nombreuses. »

    Non. Je suis pour la remise progressive du droit du port d’armes mais cette phrase la est juste dangereuse.
    Pourquoi? Car penser que quelqu’un en situation de stress extrême armée d’une arme de poing arrivera à faire la différence est juste idéaliste et naif. La plupart des americains qui possèdent une arme avouent ne pas s’entrainer au tir très souvent et se contentent de se maintenir à un niveau minimum de tir . Donc comment imaginer qu’un citoyen aléatoire armé ne serait ce que d’un 9 mm pourra faire la différence . Certes l’héroïsme de certaines personnes pourraient changer la donne mais au prix de combien qui videraient leur chargeur au jugé dans la foule.

    Il n’y a pas de solution miracle contre le terrorisme , la réintroduction des armes pourrait réduire certaines agressions,vols et autres crimes de ce genre mais jamais ne réduira jamais le grand banditisme ou le terrorisme .

     » la faillite de la lutte contre le terrorisme n’est pas un problème de moyens, mais de méthode. »
    Non et oui. Il y a d’autres méthodes pour lutter contre le terrorisme en effet mais à l’heure actuel parler de faillite est une insulte craché au visage des Rg, de la police anti-terroriste et des gens qui veillent à la sécurité de notre pays , pour vous quelle serait la reusite de la lutte contre le terrorisme ? plus aucun attentat? Plus aucun Daech? La paix dans le monde?

    Je le répète,je suis pour le fait que le citoyen puisse s’armer pour se défendre mais penser qu’on peut régler le problème du terrorisme rien qu’avec une mesure pareil qui prendrait plusieurs dizaines d’années pour être réellement appliquée avec justesse est juste une connerie sans nom. Les terroristes cherchent le chaos , et qu’est il de plus chaotique que des gens armés paranoïaques.

    • Exactement.
      De plus un port d’arme légal dans la rue profiterait un peu plus aux petits voyous de banlieues qui en profiteraient pour chasser le pigeon avec une arme de poing en toute légalité de circuler !

      • Comme si l’illégalité de ce qu’il font les gênait aujourd’hui.

      • Le port d’arme devrait être réservé à des personnes sans casier judiciaire, et avec entrainement obligatoire. Pas aux ivrognes et aux malfaiteurs. Des munitions banales et pas de bazooka non plus…

        Ce serait des entreprises de sécurité privée qui en profiteraient le plus.

    • En effet, « il n’y a pas de solution miracle ». Essayons toutefois d’aller dans la bonne direction. Si les honnêtes gens étaient armés eux aussi, les criminels seraient plus prudents. Armer les écoliers? Non mais pourquoi pas les adultes dans les écoles? Du moins faut-il retirer les banderoles « VIGIPIRATE » qui ne font que stresser les écoliers & désigner les écoles comme des cibles.

      • Définissez honnêtes gens et criminels.

        • En l’occurrence, les criminels sont ceux qui ont tué & blessé, les honnêtes gens ceux qui ont subi les tirs. L’acte de tuer concerne une minorité de gens & des gens prêts à ça ne craignent pas de contourner les lois sur les armes. La libéralisation du port des armes à feu, ce n’est pas la panacée. Certains pourraient se défendre, dissuader, du moins tenter de résister.

          • « les criminels sont ceux qui ont tué & blessé »
            Donc si je prend l’exemple ce cet algérien étudiants en informatique sans casier qui a été arrêté dans le but de déjouer un acte de terrorisme, il aurait eu le port d’arme sans être inquiété avant qu’on ne sache sa radicalisation ?
            Le terrorisme que l’on vit aujourd’hui n’est pas seulement le fait de multi-récidivistes ou condamnés mais de n’importe quelle classe sociale (cf le 11 septembre), parfois même très cultivée.
            La solution n’est pas dans le port d’arme dans une société sclérosée par le socialisme et les psychotropes mais simplement les moyens à l’état régalien d’infiltrer les réseaux dormants afin de les déjouer. L’état gendarme n’existe plus, il faut le remettre en place rapidement.

            • Donc si je prend l’exemple ce cet algérien étudiants en informatique sans casier qui a été arrêté dans le but de déjouer un acte de terrorisme, il aurait eu le port d’arme sans être inquiété avant qu’on ne sache sa radicalisation ?

              Il a quand même obtenu des armes automatiques sans la moindre difficulté… Pas du joujou 22LR…

            • On ne peut pas priver de droits un musulman qui n’est pas passé à l’acte. A fortiori le commun des mortels.

              Je me demande même s’il ne faudrait pas laisser des armes à ceux qui ont purgé une peine. Un crime dans le passé (un vrai, contre les personnes & les propriétés) interdit-il de se défendre ultérieurement contre une agression?

              Des infiltrations, je présume qu’il y en a déjà. « Une société sclérosée par le socialisme et les psychotropes »: un argument contre toutes les libéralisations.

              • « un argument contre toutes les libéralisations. »
                Vous n’avez pas l’air de comprendre le terme « sclérosée » car c’est plutôt le contraire de ce que vous dîtes, c’est le socialisme qui crée un pays de dépressifs, pas la libéralisation. Les habitants des pays libres sont plutôt heureux alors qu’en France, à part les fonctionnaires c’est plutôt morose.

                • Je réponds à l’argument selon lequel la libéralisation du port d’arme ne serait pas efficace car la société française serait « sclérosée par le socialisme & les psychotropes ». Il ne faudrait pas rendre des libertés parce que les gens ne sauraient plus s’en servir?

                  • Vous n’avez pas l’air de comprendre que la liberté peut avoir aussi un prix si on la met entre toutes les mains irresponsables. Car il s’agit bien là de responsabilité ! Et c’est bien ce qui manque dans ce pays.
                    Donneriez vous le permis de conduire un jeune de 18 ans sans jamais lui avoir appris à conduire sous prétexte de liberté de se déplacer ? Vous ne lui donnez pas la liberté dans ce cas mais vous signez son prochain accident. Pour les armes, c’est exactement pareil, donnez une arme à feu à un impulsif qui ne sait pas se contrôler et ça fera un carnage, à un dépressif (et il y en a beaucoup en France) et dans un moment de cafard il passe à l’acte.
                    Lorsque vous apprenez un sport de combat, on vous apprend aussi le calme et le respect de l’autre. Pour les armes cela doit être pareil, on doit vous apprendre à vous en servir et quand vous en servir. Demandez donc à un flic si c’est si simple de savoir quand il doit se servir ou non de son arme.

                    • Parce qu’il n’y a de dépressifs, d' »impulsifs » & d' »irresponsables » qu’en France?

                      Faut-il d’ailleurs permettre l’accès à l’économie de marché à ces dépressifs, « impulsifs » & « irresponsables »?

                      Il n’y a pas de droit AUX armes, comme il n’y a pas de droit de tout être humain quel que soit son âge A l’achat d’une maison, comme il n’y a pas de droit A l’entrée à l’Académie Française pour les illettrés, comme il n’y a pas de droit AU mariage quel que soit le sexe…

                      A priori, le citoyen doit avoir le droit de porter une arme, d’acheter une maison, de créer une entreprise etc. & les responsabilités juridiques qui vont avec.

                    • « Parce qu’il n’y a de dépressifs, d’ »impulsifs » & d’ »irresponsables » qu’en France?
                      Arrêtons ces extrémités de langage.
                      La France reste tout de même l’un des pays le plus consommateur d’anti-dépresseur au monde (d’ailleurs le taux de suicide en France est particulièrement élevé). A noter aussi que la petite délinquance est particulièrement présente, celle qui ne rentre plus dans les statistiques parce que la police s’en contrefout.

                      Vous parlez du droit en oubliant totalement le devoir. Ceux qui oublient leur devoirs en n’évoquant que leurs droits sont les victimes du socialisme, à toujours quémander leur droit à telle ou telle allocation, ou service de l’état. Avoir le droit de porter une arme est une chose mais vous avez le devoir de vous en servir correctement, mais là il y a un paquet de gens d’apparences très saines qui ne sont pas à l’abri d’un pétage de plombs. Pour justifier, je reprends juste l’exemple routier, en France les gens se font leur propre justice sur la route et ne respectent presque rien, comparez donc avec la suisse et on reparlera du cas français.

                      Comment définissez vous qui peut ou pas porter une arme ?

            • « Donc si je prend l’exemple ce cet algérien étudiants en informatique sans casier qui a été arrêté dans le but de déjouer un acte de terrorisme, il aurait eu le port d’arme sans être inquiété avant qu’on ne sache sa radicalisation ? »

              Bah non il l’aurait pas eu, puisqu’il était algérien.

  • Que le président réclame l’unité nationale est du routage de gueule pur et simple.

    Depuis son accession au pouvoir en 2012, la gauche n’a cessé de prendre des mesures qui ont profondément divisé le pays, traitant avec un mépris total les objections de l’opposition.

    Valls, à peine nommé ministre de l’intérieur, a commencé par discréditer les unités d’élite de la police dans l’affaire Merah, accusant la France d’avor martyrisé un citoyen français, il a demandé aux policiers de s’excuser lors des contrôles de police, il a donné tous les droits aux gens du voyage, il n’a pas hésité un instant à faire « gazer les femmes et les enfants » qui manifestaient dans la rue.

    Valls premier ministre, est responsable en bonne partie du massacre de Charlie Hebdo, au point que les survivants du massacre aient refusé de le voir lors les cérémonies de deuil national. Pourquoi?
    Par contre Hollande s’est refait une santé politique sur le dos des morts. Macabre.

    Valls a entamé la guerre contre l’huumoriste Dieudonné, à l’humour déplacé contre les juifs. Par contre, nous apprenons aujourd’hui qu’un groupe de musulmans (français?) avait proféré de graves menaces de mort contre le Bataclan.

    Mais les menaces ne venant pas de Marine, de Nadine ou de Sarko, cela n’a ému aucun politique, aucun média. Il ne s’est trouvé aucun Procureur de la République pour ordonner une enquête, eux pourtant si prompts à défendre? « leur » République.

    Je pense que bientôt, le grand penseur philosophe de l’Obs va sortie un nouveau livre nous expliquant, pauvres crétins de français, que nous n’avons rien compris au silence assourdissant d’un SOS Racisme, d’un certain Recteur de mosquée, des habitants des banlieues, d’un Secrétaire Général du PS à l’humour d’habitude si prompt et décapant, d’un certain ministre socialiste chargé des relations avec le Parlement aux coups de gueule agressifs qui ignore encore que 95% de la viande parisienne provient d’abattoirs halal.

    Non, tous ces gens ressortiront de leurs trous pour accuser le FN de mener la France au chaos, accompagnés d’un Sarko prêt à toutes les compromissions pour exister, acceptant même les invitations de Hollande à venir lui faire la claque lors de cérémonies officielles.

    Et le monde entier de s’apitoyer sur ce qu’est devenu la France.

    Je m’excuse d’avoir été aussi long, mais l’éécoeurement que j’éprouve est mmense, et je compatis du fond du coeur avec les familles des victimes. D’autant que j’ai vécu cela pendant 5 ans, en Afrique du Nord.

    • D’autant plus un foutage de gueule que la cause des attaques est les raides en Iraq et en Syrie, que le chef d’Etat a organisé sans consulter la population française.

      Autrement dit, le chef d’Etat français a fait sa pub de chef de guerre international, au mépris de ce que veut la population, et au mépris des risques de représailles sur sa population (cf la forte population musulmane et immigrée en France).

      Et maintenant que ses actions ont causé la mort de centaines de français, et fait peser une menace permanente sur la population, il la ramène en voulant unir tout le monde autour de lui. C’est à gerber.

    • « Que le président réclame l’unité nationale est du foutage de gueule pur et simple »

      absolument !

      tentative de récupération pour taire les responsabilités.

      Pas d’unité avec celles et ceux qui sont responsables et coupables de ce désastre !

      Ce qui est extraordinaire c’est que personne n’exige la démission de ce gouvernment………..

    • Ça ne me réjouis pas du tout mais comment vous donner tort ?

  • L’état c’est la guerre, qu’il soit français ou non.

    Chez nous, c’est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde.

    Ceux qui nous attaquent sont la conséquence d’un moyen orient en décomposition depuis un siècle engendrée par les états occidentaux, pas la cause.

    Il faut maintenant assumer, se remettre en question au plus vite, et réparer nos erreurs, quitte à dépasser la démocratie.

    Si on ne choisit pas cette voie là, alors de facto, nous irons vers une escalade de la violence qu’on le veuille ou non. C’est surement en ceci que réside la stratégie d’ISIS (qualifiée d’organisation étatique, quelle ironie du sort, les choses se recoupent !)

    Comme exposé dans la doctrine des US Marines de lutte contre les insurrection (COIN doctrine, un siècle d’expérience militaire condensée) :

    « On ne combat des forces ennemies, on combat leur stratégie »

    • Il est à noter que dans tous les cas, on a déjà perdu :

      1/ Si la France attaque, elle servira la stratégie ISIS. Ils auront la main et ce sera encore pire.
      2/ Si on se retire, on n’a perdu en abandonnant la victoire par défaut à ISIS.

      • Pour le 2/ pas vraiment. Déjà les éléments ISIS en France peuvent être éliminés.

        Et hors de France, il y a déjà les russes et américains qui sont trop contents d’exterminer à tout va.

        • Ces imbéciles veulent « exterminer » ISIS mais ne se rendent même pas compte que la solution est chez-nous, sur notre territoire :

          La criminalité n’est plus sanctionnée, la racaille se développe à vitesse constante, les atteintes aux biens, les vols, les agressions. Le tout sous perfusions d’aides et de programmes publics, d’une justice publique complètement laxiste (tautologie) et d’une population qui s’est entièrement déchargée de ses responsabilités et nécessités vitales sur un état nounou et une bande de corrompus.

          ISIS est le reflet de nous-même que l’on voit dans le miroir quand on s’y regarde.

  • Permettre à des citoyens de porter en permanence une arme cachée, dans le train, au ciné, au resto, … Me semble en effet être une réponse certes imparfaite, mais plus adaptée dans le cadre de cette nouvelle forme de terrorisme.
    Je pense en revanche qu’il faudrait que cette autorisation s’accompagne de formations spécifiques, notamment de tir dans des conditions de stress

  • Port d’armes légal ?
    Inutile. D’une nous n’aurions pas le droit de porter des armes de guerre, donc un 9mm ou même un 45 contre des ak et des mecs qui ont en plus des gilets ça ne sert à rien.
    Admettons quand même que cela fonctionne, les terroristes feront des attentats suicides ou poseront juste des bombes. Va désamorcer des explosifs avec ton gun….

    • Fallait eco pour acheter un kit. Comprendra qui pourra.

    • oui et non.
      Une arme de poing, même en 22LR est très dangereuse de près alors qu’un FA est moins manœuvrable dans ces conditions. Ces sous-porcs seraient dont amenés à éviter d’aller au contact dans des foules et seraient donc beaucoup moins efficaces. Bien sur qu’ils pourraient utiliser d’autres moyens pour nuire et ils ne s’en privent pas actuellement. Quant a l’efficacité d’une arme, que pensez vous de « la pensée bien séante », n’a-t-elle pas un redoutable impact ? De plus cette arme se multiplie facilement, sournoisement, et même ceux qui devraient nous en protéger l’utilise !!! Dormez bien brave gens tout est calme, les mauvais penseurs on s’en occupe.

    • 1/ « nous n’aurions pas le droit de porter des armes de guerre » pourquoi donc ? si c’est libéralisé, ça pourrait l’être vraiment.

      2/ une libéralisation même partielle est meilleure que pas du tout,

      3/ 1 mec avec une AK47 a aucune chance contre 10 mecs avec des 9mms dans une foule .

  • Hollande a dit lors du flux de migrants : il n y a aucun terroriste Hier la presse l’enquete progressive vite et cible la piste syrienne ( la plus evidente mon cher Watson ) et les enqueteurs ont retrouve un passeport syrien. Sur un plateau le Marc Trevidic juge antiterroriste mentionnant le manque de moyen . Que l’on arrete vraiment de nous prendre pour des benets Les seuls qui sont a la hauteur sont le personnel medical et le Samu et policiers gendarmeries

    • Gardons nous des raisonnements émotionnels. L’administration des passeports syriens est passée sous contrôle de Isis plus tôt cette année.

    • trouver un passeport pres d’un terroriste, 🙂 🙂 il avait des explosifs « sélectifs » qui ont déchirés la chair des hommes mais « soigneusement évités » d’égratigner son passeport j’appelle ça du « moquage de figure » comme dirait un éditorialiste régulier de contrepoints,….

  • Je préfère 100 fois avoir une arme sur moi que d’attendre la mort sans rien faire.
    Après chacun ses goûts

    • Tout à fait d’accord ! Mieux vaut en porter une et ne pas s’en servir, que de pas pouvoir regretter de ne pas l’avoir eue sur moi !Si je peux sauver ma vie, voire une ou deux de plus…

  • Il n’y a qu’une seule solution à mon avis, définitive. C’est la solution libertarienne, anarcap, rothbardienne. En gros la DISPARITION pure et simple de tout « espace public » au profit d’un pays de propriétés juxtaposées avec des propriétaires identifiés et responsables. Evidemment sans aucune restriction sur le port d’arme.

  • @ B.C. [[ Renoncer à nos libertés fondamentales et embrasser État policier… ]]
    L-E-F …reste typiquement une disposition mentale française, historique, mais inefficace en contexte. Soit par pratique lénifiante du discours, tandis que nombre de dirigeants manifestent une frilosité chronique à engager l’ACTION (hors ceux de nos courageux policiers et soldats qui eux sont envoyés en première ligne, tandis que les autres s’auto-protègent) !

    Cette disposition L-E-F, philosophique, constitutionnelle, se révèle inexistante dans le réel.
    Nos adversaires islamistes l’exploitent tel le « ventre mou » de l’Etat français (qui n’en mène pas large … à la suite d’une hypocrisie de sa classe politique, des sempiternelles tergiversations de scribouillards parmi nos gazettes et celles TV-Radio rongées par la subordination aux idéologies qui les guident et/ou au pouvoirs, essentiellement des gauches. AUCUN MEDIA n’échappe aujourd’hui à ces travers. Hors les canaux Internet peu lus par les « masses inertes », qui me prouvera le contraire ?

    NB: Monsieur B.Créteur, j’apprécie toujours la qualité et la profondeur de vos billets. Il y a toutefois aujourd’hui un SEUIL largement dépassé. Celui-ci mériterait d’AGIR AUTREMENT, sans renoncement pour de prétendues raisons morales.

    • Que proposez-vous ?

      • Cher Mr B.Créteur,
        si un « tout sécuritaire » n’est ni souhaitable, ni évident à mettre en place devant des faits horribles si peu prévisibles en lieu et dates, vouloir défendre au tout prix le concept flou de « LA LIBERTE » (de quoi exactement ?) relève ici d’un leurre moraliste !

        Il est vrai que les attitudes et initiatives développées au sein de l’actuel gouvernement des fumistes PS portés au pouvoir en 2012 puis minorisés aux yeux de l’électorat ne résolvent en RIEN une situation intérieure française devenue à ce point critique, instable.
        L’AUTREMENT consisterait à aborder – légalement – toute intiative mettant à plat les inepties visibles en matière d’application de cette « justice des petits juges » et la déstructuration orchestrée de nos acquis institutionnels. D’exiger en premier des démissions de pseudo-responsables (= des lâches et hypocrites) que sont ces ministres-pantins de l’Intérieur et cette Garde des sceaux, chacun d’eux sapant le moral des acteurs de terrain ! Donner aussi aux militaires un rôle effectif en des lieux sensibles, avec un chargeur dans le fusil … en leur garantissant une protection juridique envers les abus répétés de nos gauches vociférantes sans qu’elles contribuent à sécuriser ce qui doit l’être : le CITOYEN innocent. Rêveries ?
        Bien à vous,

  • Le problème n’est pas l’utilité ou non de porter une arme. Le problème réside dans le fait que certains (en l’occurrence ceux qui détiennent le pouvoir sur nous) nous interdisent de porter une arme. C’est notre droit fondamental. Personne ne devrait être habilité à nous interdire quoi que ce soit sauf s’il est sur sa propriété privée. Et nous n’avons pas à nous justifier de nos actions (en l’occurrence porter une arme).

    • C’est vrai tout le monde devrait créer son propre état de droit délimiter par sa propriété individuel. J’attend avec impatience les élections dans ma collocation pour avoir la réponse au grand débat de qui devra descendre les poubelles.

      • Les poubelles de qui ?

        • Grand débat, la poubelle étant commune, doit elle être descendu par celui qui la remplit le plus fréquemment(un de mes collocs qui mange tout les jours à l’appart) ou à tour de rôles sur un roulement équitable?
          La question risque d’être mouvementé et on prévoit des occupations longue durée de la salle de bain.

          • Faites poubelle séparée, observez la fréquence de descente des poubelles et appliquez le ratio des fréquences individuelles dans le total aux poubelles communes une fois l’expérience achevée. Chacun descendra les poubelles à la même fréquence qu’avant relativement aux autres.
            Ou faites poubelles séparées durablement.

          • Y a un truc ça s’appelle la négociation, un autre ça s’appelle le contrat.

            Après pour celui dont la seule solution c’est l’usage de la force évidemment …

  • L’assouplissement du droit au port d’arme pour les citoyens me paraît du simple bon sens après ce qu’il s’est passé vendredi, malheureusement on ira plus probablement dans l’autre sens sous les vivats d’une population dont je doute qu’elle retrouve subitement l’envie de s’émanciper du giron protecteur de mamanétat…
    Pareil pour la politique étrangère, je pense que malheureusement Toumou ne sera que trop heureux de trouver une bonne excuse de fuite en avant dans l’engagement militaire, et n’aura pas trop de difficultés à convaincre une bonne partie des Français que c’est la réponse appropriée (nous en guerre, après tout, n’est-ce pas ?).

    • C’est vrai , exemple au bataclan :dans le noir complet, tout les spectateurs armés d’une arme de poing aurait surement pu tirer au jugé sur deux cibles habillés en noir et les tuer instantanément.

      • Un fonctionnaire de police a pu en abattre un…

        • … et il était membre d’un groupe d’intervention spécialisé, a subit un entraînement en conséquence, savait où il mettait les pieds, et était entouré de ses collègues. Pas tellement comparable avec un simple citoyen, pris par surprise pendant un concert. 😉

  • Que ceux qui ne veulent pas porter une arme n’en portent pas.
    Mais qu’ils n’empêchent pas les autres de le faire.

  • C’est marrant dans le noir complet et habillés en noir, les terroristes auraient donc pu se tirer entre eux alors…

  • Quand vous citez un article de h16 qui lie le nombre d’armes et l’apparente baisse du nombre de crimes

    These record gun sales and the subsequent reduction in crime square perfectly with a Congressional Research Service report covered by Breitbart News on December 4, 2013. That study showed that the number of privately owned firearms in America increased from 192 million in 1994 to 310 million in 2009. At the same time, “firearm-related murder and non-negligent homicide” fell from 6.6 per 100,000 Americans in 1993 to 3.6 per 100,000 in 2000.

    Une augmentation du nombre d’armes mais qui s’accompagne de moins de familles avec des armes

    http://www.newsweek.com/us-gun-ownership-declines-312822

    Donc c’est juste les mêmes qui achètent des armes, peut être se sentent ils plus en sécurité avec 5 pistolets, 2 fusils à pompe et 3 mitrailleuses. Donc la baisse du nombre de crimes par arme peut être s’expliquer par le fait que moins de familles possèdent armes complètement l’inverse de la conclusion de l’article cité

  • Les français sont désarmés intellectuellement et physiquement. Mais je constate que dans les cités les armes de guerre sont très nombreuses !………..

  • Ce massacre des innocents au Bataclan, m’a ouvert les yeux sur l’impuissance du monopole d’Etat, pour notre sécurité. Ce monopole inexistant sous l’Ancien Régime, fut hérité de l’aventure de la Révolution et de l’Empire. Il fut maintenu au fil des régimes successifs car il sert le pouvoir républicain et garanti (force ? ) le consentement à l’impôt. Le pouvoir ne le lâchera pas de sitôt.
    Cependant la société civile doit réclamer les moyens de se défendre d’elle même. En 1er lieu les municipalités, puis les entreprises de transport collectif sur leur réseau. Des entreprises privées de sécurité, dûment contrôlées et autorisées, doivent permettre aux acteurs de l’économie d’assurer la sécurité de leur public : centre commerciaux, entreprises, centres d’affaires, salles de spectacles.
    S’agissant du port d’arme individuel en ville, il n’est à délivrer à n’importe qui. Droit d’être armé chez soi oui, en ville pour tous, non. Exiger un casier judiciaire vierge, une bonne acuité visuelle, un entrainement régulier, un parrainage, et une caution !

  • Il y a eu un attentat. Fait divers. Occasion pour chacun d’y aller de ses convictions politiques personnelles ; il faut renforcer la sécurité, il faut changer de politique extérieure, il faut armer les citoyens, il faut les surveiller, il faut brûler les arabes, il faut éduquer les enfants sur la tolérance et la laïcité, il faut une bonne vieille guerre, il faut faire une minute de silence, il faut être choqué, il faut ceci ou cela et celui qui n’est pas d’accord avec moi est un con réagissant avec émotion, ou bien sans, le monstre !
    Comme si renforcer l’illusion de contrôle allait finir par le rendre réel. Comme si pleurer des inconnus servaient à quelque chose. Demain vous pouvez vous prendre une balle, une voiture, une météorite, et rien ne peut empêcher ça. Mourir, c’est un truc qui arrive 🙂 et mourir à cause de ses semblables, bah normalement quand on a suivi des cours d’histoire ou quand on lit l’actualité, on est censé savoir que ça arrive aussi.

    • Donc tout va bien dans le meilleur des mondes, si je vous suis bien?

      Plus sérieusement, il faut que vous compreniez que l’attentat de vendredi procède d’une crise qui prend la forme d’une guerre. Si nous ne faisons rien, nous n’aurons plus que les yeux pour pleurer quand les terroristes prendront pour cibles des écoles, des hôpitaux, des maisons de retraite, des commissariats, des mairies, des églises, des synagogues, des musées, des monuments ou des immeubles…

      • des églises, des synagogues

        Cela doit être dans la liste…

        quand les terroristes prendront pour cibles des écoles

        Ils sont tellement cons que l’on doit envisager toute hypothèse.

      • Général: « Donc tout va bien dans le meilleur des mondes, si je vous suis bien? »

        Quand les gens ont applaudi les frappes « chirurgicale » et les « guerres démocratique », c’était pour eux un simple clique dans un sondage pour des morts invisibles et des vivants virtuels dont les hurlements n’arrivaient pas jusqu’ici. Pourtant ces bombardements, ces frappes « ciblées » tuent énormément d’innocents et ramènent des pays à l’age de la sauvagerie. L’age ou tous les intégrismes s’épanouissent.

        Eh bien finalement, ce n’est plus, ni gratuit ni virtuel ni sans risque. Il y a maintenant un prix à payer pour l’interventionnisme et la prétention au dirigisme international.

        Général: « procède d’une crise qui prend la forme d’une guerre. »

        Si on est en guerre et avant d’envoyer encore plus de bombardiers « lutter contre le terrorisme » il va falloir mieux réfléchir si nous somme prêt à payer le prix du sang ici.

      • Comme le dit MichelC, n’importe quel endroit peut être une cible, et sans vouloir vous contrarier il n’existe aucune solution miracle ; nous n’avons pas de bouclier protecteur digne des films de sf à placer tout autour du pays ou de tous ses édifices ou de tous ses habitants.
        La recherche de la « sécurité » est une réaction naturelle importante pour notre survie, mais il n’y a qu’un pas vers l’illusion et les réponses irrationnelles ou inadaptées, si tant est qu’il existe une réponse rationnelle et adaptée.

        Comme le souligne Ilmryn, nous sommes en guerre, nous étions déjà en guerre avant les attentats, seulement il semblerait qu’il soit difficile d’en avoir conscience tant que cette guerre a lieu sur un autre territoire.
        Manifestement, la guerre est plus désagréable quand elle se produit sous nos pieds.

        • Je n’ai jamais dit le contraire. Mais il y a des mesures à prendre, comme par exemple renvoyer les imams radicaux hors de France, ou infiltrer les organisations extrémistes.

          • Je comprends bien l’envie de réagir, concrètement, le besoin de répondre par des solutions à un évènement de cette nature en le considérant sous l’angle d’un problème ; manifestement ces attentats ont produit des sentiments de peur, d’impuissance, de tristesse et de colère, mais au fond c’est à ces sentiments que l’on cherche à répondre (et non véritablement à l’évènement).
            La volonté de réarmer les individus est également une réponse à ces sentiments, mais à une échelle individuelle, et n’a en ce sens rien de plus raisonnable que celle de renforcer les pouvoirs de l’Etat, c’est une réponse émotionnelle.

            De mon point de vue notre gouvernement est intégralement responsable de cette situation, je n’hésite pas à le soupçonner d’avoir laisser les choses s’envenimer dans ce sens afin de pouvoir tirer partie de tous ces sentiments en instaurant un ensemble de lois et de mesures inacceptables dans une société se prétendant démocratique et garante de la liberté.
            Pourquoi les mesures auxquelles vous faites référence n’ont-elles pas été prises plus tôt ? Incompétence et stupidité ou manœuvre politique éclairée ? Probablement un peu des deux, la première option n’excluant pas l’opportunisme, mais clairement, l’industrie de l’armement se gave bien et les politiciens renforcent leur position. Gagnant / gagnant pour tous ceux qui ne risquent rien. Les hommes à abattre sont certainement plutôt ceux qui prennent l’ascendant sur nos chers politiciens en finançant leurs campagnes (et bien sûr que je vais vous offrir vos derniers missiles à envoyer sur Daech, avec tout ce que vous m’avez permis de gagner jusqu’ici, je peux bien faire un geste commercial !).

            La démocratie représentative et le libéralisme ont ceci de beau que l’on ne sait plus quelle tête couper, qu’elles sont bien protégées et ne se préoccupent des nôtres que sur la façon dont elles peuvent les contrôler et les exploiter (car plus on est de fous, plus on est cons). Pas que l’esprit libéral et démocratique (les principes et les idées) soient en tord (ou que le socialisme serait la solution, grand dieu non), entendons-nous bien.
            Pour dire les choses autrement, à notre échelle de chaire à canon, non seulement nous ne connaîtrons jamais le fin mot de l’histoire avec exactitude, mais aussi, un attentat revient à un accident de bagnole ou à une tornade contre lequel nous pouvons d’autant moins nous prémunir qu’il dépend de comportements humains à la fois au sein d’une sphère à laquelle nous n’avons pas accès et au sein d’une autre que nous connaissons mieux ; celle de notre monde moderne qui a de quoi faire péter un boulon à n’importe qui.
            En somme, nos prétendues solutions sont en décalage avec une réalité dont nous n’avons que vaguement connaissance et sur laquelle nous n’avons strictement aucun pouvoir. L’étau se resserre, et tant que nous ne rejetterons pas tous ensemble et tout en bloc le système en place, ça ne pourra qu’empirer.
            Cela dit, par rapport aux autres pages de l’histoire ou à bon nombre d’autres pays, nous ne sommes pas si mal lotis. Les hommes sont des pourris, mais à bien d’autres égards, la vie est belle 😉

          • https://www.youtube.com/watch?v=Oz0WKTmmTxs

            Comme quoi nous sommes loin de n’avoir que des imbéciles au sein de notre gouvernement, le problème étant que ce ne sont pas eux qui décident de quoi que ce soit.

            Et pour finir avec une touche de bonne humeur ;

  • Ce n’est pas le tout de porter une arme : il faut savoir s’en servir (cela demande beaucoup d’entraînement, sans compter le stress de la situation réelle)et les policiers devant Charlie Hebdo n’ont pour autant pas pu faire grand chose.

    on peut au moins supprimer les sommets qui ne servent à rien comme COP21.

    • Oui c’est vrai les policiers de faction devant C.H. n’ont pas été sauvés par leurs armes. Remarquez que, comme je le disais plus haut, les mousseux ont pris soin de les descendre de loin avant d’entrer dans les locaux ou il n’y avait plus de possibilité d’arme contre eux. D’accord les assaillants ont toujours un coup d’avance et l’avantage de la surprise et du temps de réaction, mais ces avantages sont inversement proportionnels à la capacité de réaction de l’attaqué. Remarquez aussi qu’au bataclan ils ont aussi commencé par les vigiles, les seuls potentiellement armés, donc dangereux pour leur « mission ».
      Il faut s’entraîner pour utiliser une arme… Oui et ceci d’autant plus qu’elle est efficace de loin, lourde et encombrante, et, qu’elle produit du recul; mais pour les petites armes de poing utilisées de près, ce n’est pas si difficile.
      Je voudrais aussi signaler qu’il faut s’entraîner pour « penser » et que de mauvaises pensées diffusées peuvent être plus dangereuses qu’une arme, il y a de nombreux exemples donnés par la « pangée dite intello »… La preuve, Ghandy.

  • Si, les vies des victimes de vendredi auraient pu être épargnées. Ils ont été la victime des inégalités dans la République. Si les citoyens Hollande et Fabius ne bénéficiaient pas de mesures de sécurité draconiennes, DAECH auraient pu s’en prendre à leur équivalents au lieu d’impliquer des innocents. Abolissons les privilèges sécuritaires!

  • Aux États-Unis, le port d’armes dans certains États ne serait-ce sur pour lutter contre la criminalité n’a jamais fonctionné. Plus d’inconvénients que d’avantages. Penser mieux et plus loin …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Outre la santé, l’immigration est sans doute le sujet politique le plus polémique aux États-Unis. Les deux principaux partis se renvoient constamment la balle sans apporter de solution constructive à ce problème criant.

Car n’en déplaise à la vice-présidente, à qui incombe le problème, la frontière est très poreuse. Selon les dernières estimations, deux millions de personnes pourraient avoir traversé la frontière d’ici la fin septembre. On vient même de nuit pour tenter sa chance, et depuis le Pakistan parfois.

Et ce ne sont pas... Poursuivre la lecture

Par Olivier Maurice.

Elles ne sont plus très nombreuses, les personnes qui ont connu la guerre. La guerre, la vraie, celle de 1914-1918, celle de 1939-1945, celle de Corée, d’Indochine, du Vietnam, d’Algérie ou d’ailleurs. Celle qui dévore, brûle, détruit, ravage. Celle où des gens tuent des gens parce qu’ils en ont à la fois le droit et le devoir. Celle où la mort est partout.

Cette guerre, nous ne la voyons plus que dans les jeux-vidéo, les images d’archive et des fictions cinématographiques. Parfois aussi dans quelques images... Poursuivre la lecture

Si la réalité du terrorisme est ancienne, le mot français est un héritage de la Révolution française. La Première République est née dans et par la Terreur.

La monarchie à peine renversée, une première Terreur pousse les révolutionnaires à massacrer dans les prisons de Paris plus de 1000 détenus considérés comme des « ennemis de l’intérieur » prêts à égorger les « patriotes » en septembre 1792. La plupart des victimes étaient de banals détenus de droit commun. Les éléments radicaux ne cessent de faire pression sur les organismes offici... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles