Régionales : la stratégie suicidaire de Manuel Valls

Trois objections contre le « Front républicain » proposé par Manuel Valls.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Manuel Valls en juin 2014 (Crédits : Parti Socialiste, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Régionales : la stratégie suicidaire de Manuel Valls

Publié le 13 novembre 2015
- A +

Par Frédéric Mas.

Manuel Valls en juin 2014 (Crédits : Parti Socialiste, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.
Manuel Valls en juin 2014 (Crédits : Parti Socialiste, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.

 

Face à la montée du Front national et sa très probable percée aux prochaines régionales, les partis peaufinent leurs stratégies ou anticipent les effets de la défaite, s’agissant du parti socialiste et de ses alliés. Pour tenter de se maintenir, les principaux représentants socialistes se creusent la tête, et certains sont même prêts à adopter la stratégie du pire, sans comprendre que les rapports de force politiques ne sont pas nécessairement en leur faveur.

Ainsi Manuel Valls a pu déclarer à plusieurs reprises qu’il n’était pas contre un « Front républicain » contre le Front national, c’est-à-dire contre une fusion des listes de droite et de gauche dans les régions qui risquaient de basculer à l’extrême-droite. Plus question de se désister en faveur de tel ou tel candidat jugé « républicain », comme le faisaient PS et UMP à une époque, mais bien de constituer les listes communes LR, PS, PC etc.

Plusieurs objections peuvent être formulées contre cette stratégie qui ne fera qu’aggraver la crise de nos institutions politiques.

La première est d’apporter de l’eau au moulin frontiste sur le thème la solidarité entre PS et UMP. En déplaçant le curseur du clivage entre formations traditionnelles vers les formations traditionnelles contre le Front national, on donne à Marine Le Pen le monopole de l’opposition. Il semblerait que la volonté affichée de Jean-Marie Le Pen de marginaliser la droite modérée, ce qu’il appelait il y a quelques années « assécher le marigot », soit partagée par une partie de l’état-major du PS. Comme on le dit pour les films hollywoodiens : « better is the villain, better is the movie ». Certains stratèges ayant la présidentielle pour tout horizon politique espèrent toujours marginaliser la droite modérée pour favoriser la droite radicale : c’est l’un des moyens les plus efficaces de se poser en recours face à la résistible ascension de Marine Le Pen.

La deuxième objection est de donner une image désastreuse, c’est-à-dire pire encore que celle d’aujourd’hui, de la classe politique, et en particulier des élus du Parti socialiste. Face à l’alternance démocratique, toutes les stratégies sont permises pour se maintenir au pouvoir, y compris aux adversaires d’hier, ceux-là même accusés à longueur de journée de faire le jeu du Front national.

La troisième objection est de ne penser qu’en termes d’élections, et non de gouvernance. Une fois élu, on voit mal ce que ce « front républicain » pourrait faire, si ce n’est reproduire l’immobilisme politique tant reproché aux partis au pouvoir. Ce court-termisme, qui semble être la marque de fabrique du gouvernement et de son aile marchante le parti socialiste, ne fait pas seulement que repousser le problème de la réforme de l’État aux prochaines élections, il participe à la dégradation du climat politique qui permet aux formations populistes de prospérer.

Pour conclure, proposer la fusion droite/gauche au nom de la résistance face au FN est un fusil à un coup : une fois la cartouche tirée, il n’est plus possible de la réutiliser. Si le PS décide de reprendre à son compte cette tactique, il sauvera peut-être quelques sièges en région, mais il risque de laisser le parti exsangue et déconsidéré par son immobilisme pour les élections à venir.

Plutôt que de se laisser porter par l’air du temps, Manuel Valls et les têtes pensantes du PS devraient dès maintenant s’interroger sur l’obstacle pratique qui empêche toute réforme politique de fond en France (et les condamne à la disparition à plus ou moins court-terme), la dégénérescence de l’État social en bureaucratie clientéliste.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • suicide du ps….la disparition pure et simple de ce parti qui nous éttouffe serait une véritable bulle d’oxygène pour le pays ;

  • Donc selon Valls il n’y a plus que 2 partis, FN et l’autre.

  • Le Premier ministre a déclaré qu’il était prêt à tout pour empêcher l’arrivée au pouvoir du FN. Ce « tout » a déjà été promulgué sous la IVe République. Il s’agissait de la loi sur les apparentement, qui permettait à des partis minoritaires (PS+ centristes) d’avoir la majorité à la Chambre aux dépens du PCF et des gaullistes.

    Aux objections de l’auteur sur le front républicain : monopôle de l’opposition au FN, manoeuvre pour rester au pouvoir (cf loi des apparentements), absence de mandat clair pour gouverner ; je préciserais que ce cartel républicain empêche ce même électeur républicain de sanctionner un exécutif régional (en 2017 national). Au plan moral ce cartel est fondé, non sur le désir positif d’arriver aux responsabilités, mais sur une manoeuvre pour empêcher un segment d’opinion d’avoir une responsabilité locale (municipales 2014, cantonales et régionales 2015) ou une représentation (législatives 2012 et partielles depuis). Ceci s’appelle du fanatisme. Qu’il soit justifié par une lecture des années 1930 est une circonstance aggravante, car il s’agit alors d’une histoire falsifiée de fabrication communiste. (pléonasme ! )
    C’est aussi un calcul pour bénéficier d’une rente électorale (1988, 1997, 2012 : trois mandature remportées sur une mise à l’écart d’un cinquième de l’électorat).
    Quel en a été le bénéfice pour le pays ?

  • le problème de la professionnalisation de la politique : élu, c’est une rente.

    il est urgent de limiter le nombre de mandats

    • Limiter le nombre de mandats empêcheraient les bons de rester, et il doit bien en avoir. En revanche, assécher les comptes des partis (financer par l’état en grande partie, c’est presque un autofinancement!) ferait bien fuir qq importuns. Et pourquoi pas, comme l’a défendu Weil, supprimer les partis tout court (note sur la suppression générale des partis politiques).

    • Il n’y a pas à limiter le nombre de mandats, mais le financement public de la vie politique.

  • Le PS est enfermé dans une stratégie qui date de Mitterand : être le sauveur de la France face à l’horreur absolue (le fascisme). Cette stratégie est fondamentalement réactionnaire et conservatrice : elle ne propose pas, elle défend (ou est censée défendre)

    Ajoutez à cela l’obscurantisme dogmatique du marxisme qui reste au cœur de la doxa socialiste et la synthèse démocratique qui met en avant tous les courants minoritaires et vous avez le parti politique le plus archaïque au monde ( en compétition avec le PC Nord coréen )

    Cette stratégie est responsable de la montée du FN et de l’archaïsme et du délabrement de ce pays.

    Qu’il se suicide, ca nous fera du bien !

  • Ce n’est pas un suicide mais une tentative désespérée pour survivre, prélude à 2017.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Patrick Aulnas.

Les élections régionales et départementales de 2021 constituent un évènement historique. Les deux-tiers des électeurs ne se sont pas déplacés. Par indifférence. Ils ont d’autres chats à fouetter. Voilà une leçon dont la classe politique devra tirer toutes les conséquences. C’est urgent.

L’abstention politique a des causes multiples et complexes brillamment analysées par les politologues. Deux facteurs majeurs sont à l’œuvre et s’amplifieront si rien n’est fait : la médiatisation de la conflictualité politique... Poursuivre la lecture

L’abstention est un phénomène complexe qui touche toutes les démocraties des pays développés et la démocratie française en particulier. Elle est devenue l’un des symboles de la crise que les démocraties traversent au XXIe siècle.

La sociologie électorale privilégie l’approche inductive et fait régulièrement le point sur l’évolution du profil des abstentionnistes. L’économie politique préfère l’approche déductive et l’hypothèse de rationalité.

Elle pose une question simple : est-il rationnel de voter ?

Cet article souhaite... Poursuivre la lecture

Par Pascal Salin.

La préparation des élections régionales et de l’élection présidentielle 2022 créent beaucoup d’incertitudes sur la nature et le rôle de la droite et de plusieurs partis politiques.

Comme on le sait bien, certains candidats essaient d’appartenir à la fois au parti LREM d’Emmanuel Macron et, par exemple, au parti Les Républicains ou de constituer un parti politique réunissant tous les politiciens considérés comme appartenant à la droite. Ces préoccupations actuelles prouvent bien qu’il n’y a pas une définition pr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles