Poutine : mais qu’est-ce qu’ils lui trouvent tous ?

Pourquoi Poutine fascine-t-il à droite comme à gauche ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Vladimir Poutine 2 (Crédits World Economic Forum, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Poutine : mais qu’est-ce qu’ils lui trouvent tous ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 13 novembre 2015
- A +

Par Nathalie MP.

Vladimir Poutine 2 (Crédits World Economic Forum, licence Creative Commons)
Vladimir Poutine 2 (Crédits World Economic Forum, licence Creative Commons)

 

Tous, c’est presque le mot juste au sens propre. Selon un sondage d’opinion mené en Russie en octobre dernier, les Russes ne sont pas loin de 90% à approuver l’action de leur Président ! Les frappes militaires en Syrie sont leur premier et principal motif de satisfaction. Le sondeur précise que la marge d’erreur n’excède pas 3,5%, mais à ce niveau soviétique de popularité, l’erreur n’est sans doute pas à chercher du côté des calculs et des échantillons. À l’autre extrémité du globe, le magazine Forbes vient de décerner son titre d’homme le plus puissant du monde à Vladimir Poutine pour la troisième année consécutive, sa très haute popularité intérieure n’étant pas pour rien dans cette nomination. 

En France aussi, Poutine a ses adeptes, disons même ses idolâtres, disons même de plus en plus nombreux et disons même de plus en plus dithyrambiques. On les trouve essentiellement aux extrêmes, Front de gauche et Front national en tête, chez toutes les variantes possibles de souverainismes anti-européens, anti-américains et anti-libéraux. Pour eux, Poutine est le type même de « l’homme fort » qui défendrait les valeurs traditionnelles de l’Occident chrétien face à la poussée islamiste d’un côté et à l’impérialisme débridé des États-unis et de l’Union européenne de l’autre. Mais je vois aussi des libéraux vanter le régime russe parce que l‘impôt sur les sociétés y est de 20% et que l‘impôt sur le revenu consiste en une « flat tax » de 13%, comme si ça suffisait à assurer le respect des libertés individuelles.

Comment la recherche de « valeurs morales », de sécurité, de démocratie, de droit des peuples peut-elle s’accommoder du recours à un Poutine, c’est un mystère pour moi. Car enfin, qui est ce Poutine, porté aux nues encore tout récemment par un Philippe de Villiers tout émoustillé de l’intérêt du Président russe pour son festival du Puy du Fou et convaincu qu’il est un nouveau Saint-Louis pour la Chrétienté ? Qui est ce Poutine visité par un Sarkozy tout sourire et surtout obsédé par l’idée de retrouver des couleurs de présidentiable ?

Brève biographie : Vladimir Poutine est né à Léningrad (ex-Saint-Pétersbourg) en 1952 dans une famille modeste. Il ne se distingue guère à l’école si ce n’est dans les sports, puis il entreprend des études de droit à l’université. Son rêve de jeunesse d’entrer au KGB se réalise. À ce titre, il passera plusieurs années en Allemagne de l’Est. À la chute de l’URSS en 1991, il démissionne du KGB avec le grade de lieutenant-colonel et entre à la mairie de Léningrad où il devient l’un des hommes les plus influents autour du maire. En 1996, il est nommé à Moscou dans les services de la présidence de Boris Eltsine. C’est à ce moment-là que commence sa fulgurante ascension politique.

En 1998, il devient directeur du FSB (ex-KGB), puis en 1999, Boris Eltsine lui confie le poste de Président du gouvernement, c’est-à-dire l’équivalent de notre fonction de Premier ministre. Il ne s’interdit pas de forger des scandales de mœurs de toutes pièces afin de mieux asseoir son autorité sur le système judiciaire russe et écarter les gêneurs pour lui-même ou pour Boris Eltsine. Ce dernier démissionne fin 1999 et Poutine lui succède à la Présidence russe en 2000 puis en 2004. Les présomptions de fraude électorale sont nombreuses.

En 2008, ne pouvant se présenter une troisième fois consécutive, selon les termes de la Constitution, Vladimir Poutine soutient son Premier ministre Dmitri Medvedev, lequel gagne les élections présidentielles et le nomme Premier ministre. En 2012, Vladimir Poutine se présente à nouveau à la magistrature suprême et devient le 4ème Président russe. Medvedev réintègre alors le niveau de Premier ministre. Rien que ce petit jeu de fausse application démocratique de la Constitution entre Poutine et Medvedev, qui a permis au premier de conserver le pouvoir depuis 1999, devrait inciter à la méfiance.

En fait les entorses à l’État de droit sont légion. Depuis l’accession de Vladimir Poutine au pouvoir, les opposants au régime ont la fâcheuse tendance à disparaître dans des conditions violentes. Après la journaliste Anna Politkovskaïa en 2006 et de nombreux autres, ce fut au tour de Boris Nemtsov (1959-2015), ancien vice-Premier ministre de Boris Eltsine, d’être assassiné en plein Moscou le 27 février dernier.

Boris Nemtsov faisait partie des jeunes ministres réformateurs dont Boris Eltsine s’était entouré pour mener à bien la transition entre le système soviétique et une Russie ouverte sur le monde. L’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine et sa rhétorique sur la « grande Russie » et la « verticale du pouvoir » fut saluée positivement par une majorité de russes déconcertés, désenchantés1 par l’abandon des automatismes et des protections que le système communiste impliquait. Elle se traduisit par une reprise en main politique de toutes les instances gouvernementales et un renforcement des services de renseignement et de police. Boris Nemtsov entra alors dans l’opposition au régime instauré par Poutine.

Suite aux attentats de janvier perpétrés par des terroristes islamistes contre les dessinateurs de Charlie Hebdo, Boris Nemtsov manifesta son soutien à ces derniers. Au lendemain de son assassinat, le gouvernement russe exploita cette prise de position en arrêtant des activistes tchétchènes (musulmans). Mais cette piste ne parait crédible ni à sa famille ni aux mouvements d’opposition pour lesquels il s’agit purement et simplement d’un meurtre politique orchestré par le tsar actuel du Kremlin.

Il se trouve que Boris Nemtsov comptait parmi les opposants qui avaient appelé les Russes à une marche d’opposition aux politiques de Vladimir Poutine. Cette manifestation devait avoir lieu le dimanche qui a suivi son assassinat. « Cette marche demande l’arrêt immédiat de la guerre avec l’Ukraine, elle exige que Poutine cesse son agression », avait-il expliqué avec force à la radio. Il s’agissait aussi de dénoncer la situation économique catastrophique et la mauvaise gestion du gouvernement dans un contexte de chute des prix du pétrole et de sanctions occidentales consécutives à la guerre en Ukraine.

Si l’économie russe a connu de belles performances au début des années 2000, notamment grâce aux prix élevés du pétrole, elle connait maintenant une dégringolade tout aussi spectaculaire. Sa structure faiblement diversifiée, largement dépendante des hydrocarbures, ne lui permet pas de lisser facilement les changements conjoncturels. On s’attend à un recul du PIB de l’ordre de 3 à 4% pour l’année 2015 et à une inflation de 15% après 8% en 2014. Dans une note de conjoncture du 2ème trimestre 2015, BNP Paribas indiquait en conclusion :

« Au total, l’économie russe présente les caractéristiques d’une économie de guerre avec 1) une inflation générée par la dépréciation du change mais aussi par le rationnement (notamment des produits alimentaires), conséquence indirecte des mesures de rétorsion prises par le gouvernement russe envers l’UE, 2) des restrictions budgétaires nécessaires pour financer les dépenses militaires. »

Il est très étrange de lister à la suite : popularité à 90%, rationnement alimentaire, économie de guerre, frappes en Syrie, alors que la Russie n’est attaquée nulle part. D’autant plus étrange qu’en ce qui concerne les opérations militaires contre Daesh, la position de Vladimir Poutine a changé du tout au tout en quelques semaines. Si le Président russe a systématiquement assuré Bachar El Assad de son soutien, il n’a pas toujours été d’avis d’intervenir militairement. L’extase des poutinistes français à propos de la cohérence, de la fermeté et de la sûreté de jugement de Poutine sur la politique anti-terroriste est donc largement surfaite.

De même, le rempart que Poutine est supposé représenter contre l’Islam conquérant ne semble pas si solide qu’on veut nous le faire croire. Célèbre pour avoir déclaré qu’il irait « buter les terroristes musulmans de Tchétchénie jusque dans les chiottes », il n’en a pas moins installé à la tête de cette région un homme à lui qui s’est fait remarquer après les attentats de Paris en organisant une manifestation monstre de 800 000 personnes contre les dessinateurs de Charlie Hebdo. Pas pour, contre.

Ajoutez en vrac à tout cela, et ce ne sont que quelques bribes de poutinisme, des soupçons persistants d’enrichissement personnel, des assassinats au polonium, la lutte contre certains oligarques et le soutien à d’autres, une curieuse analyse de l’histoire qui pousse Poutine à justifier le pacte Molotov-Ribbentropp, une liberté de la presse peu glorieuse (152ème rang contre 38ème pour la France) et une population en baisse à cause des ravages de l’alcool (projection de 129 millions d’habitants pour 2030 contre 143 millions aujourd’hui), et je trouve qu’on a un tableau vraiment rafraîchissant de ce qu’un pays devrait aspirer à devenir.

On ne peut s’empêcher de remarquer que du jour où l’économie a commencé à flancher, Poutine s’est lancé dans une politique extérieure agressive. Il exerce sur son peuple une sorte de fascination perpétuellement entretenue par un culte de la personnalité à base de photos de lui dans des situations martiales ou viriles qui semblent sorties d’un très mauvais film américain. Complétez cela par un discours grandiloquent sur la Russie éternelle et veillez à disposer de services de renseignement au taquet et vous obtenez un peuple convenablement domestiqué.

J’ai eu du mal à me décider à aborder ce sujet Poutine tant il me semble soulever des réactions passionnelles y compris en France. L’attribution, il y a un mois, du prix Nobel de littérature 2015 à Svetlana Alexievitch, que j’ai découverte à cette occasion, m’a donné du courage pour me lancer. Voici ce qu’elle a déclaré dans une interview au journal Le Monde :

« Cette génération de l’après-1990 soutient fortement Poutine, elle reprend ses discours sur l’humiliation, sur le besoin d’un leader fort. Nous, on imaginait que des gens différents apparaîtraient, des gens libres.

Peut-être faut-il d’abord, pour que disparaisse cette mentalité d’esclave, que ceux d’en haut changent… »

On en revient toujours au même point. Je me demande : « Mais qu’est-ce qu’ils lui trouvent tous, à ce Poutine ? » Car comme disait Copeau à la fin de son livre que j’ai commenté dernièrement : « Nous ne voulons simplement pas d’esclaves. » Une seule conclusion possible : les admirateurs de Poutine, plongés dans une quête éperdue d’un modèle alternatif vécu sur le mode de « l’illusion lyrique » entretenue par l’image de « l’homme fort », ne se rendent pas compte qu’en réalité « ils veulent des esclaves » ou sont des esclaves en puissance.


Sur le web

  1.  Je suis en train de lire (petit à petit, parce que c’est compact) La fin de l’homme rouge, ou le temps du désenchantement, par Svetlana Alexievitch, Éditions Actes Sud.
Voir les commentaires (266)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (266)
  • Rien de nouveau, mais un rappel utile.
    Attendez-vous à voir débarquer la palanquée habituelle de commentateurs à 5 roubles venus expliquer que Poutine va sauver le monde. Car la propagande, ce n’est pas seulement payer des relais dans les hautes sphères du pouvoir, c’est aussi mobiliser les bas-fonds du Net pour inonder les lecteurs de commentaires dithyrambiques sur le guide.

  • C’est juste un psychopathe paranoïaque, il est atterrant plus qu’il n’est fascinant, et forcément la bêtise ça se fait remarquer, et puis cette capacité formidable à bousiller une économie avec un tel potentiel c’est forcément fascinant ! Hollande fait petit bras à côté !

    • Votre commentaire …..Que dire….. est totalement faux du début à la fin.

    • « cette capacité formidable à bousiller une économie avec un tel potentiel c’est forcément fascinant ! Hollande fait petit bras à côté » non, je pense que l’eleve a depasse le maitre et que la (F)rance sera foutue bien avant la Russie

    • Poutine est un lâche, il était planqué lorsque le mur de Berlin s’effondrait, il était planqué lors du coup d’état contre Gorbatchev. Ce type n’a jamais voulu vivre la liberté.

      Yelstin l’a choisi uniquement pour qu’il assure son avenir, l’élection a été avancé de trois mois pour que ses opposants ne puissent pas faire campagne après que Yelstin ai lancé une guerre en Tchétchénie et demandé à ses amis oligarques qui possédaient les grands médias de faire croire que Poutine était un chef de guerre.

      Le premier décret de Poutine a permit a Yelstin de pouvoir vivre sans jamais être inquiété d’être poursuivi pour les affaires de corruptions et c’est la seule et unique raison pour laquelle Poutine a été choisi.

  • Par quel bout prendre cette fascination ?

    Pour les russes je me dis qu’ils ont toujours vécu dans un régime autoritaire, de l’empire des Tsars à la chute de l’URSS. Cela ne m’étonne guère alors que le régime actuel soit une projection adoucie néanmoins, peut être plus intelligente de ce qui fut.

    Pour une partie des français c’est de même sans doute une fascination pour le mythe de l’homme fort providentiel. Il n’est qu’à voir notre histoire depuis la mort de Louis XVI, deux Napoléon et un De Gaulle; des hommes éminents aux grandes qualités mais qui ont contribué à l’infantiliser les français.
    L’attrait de Poutine actuel me semble en rien différent de l’aveuglement des intellectuels d’après guerre qui n’avaient d’yeux que pour l’URSS patrie des travailleurs.

    Il ne faut sans doute pas nier l’attrait du manteau de défenseurs de valeurs que certains diront réactionnaires, du moins très conservatrices. Ainsi pour ceux qui se pensent libero-conservateur il y a un hiatus entre les valeurs absolument pas libérales et celles franchement conservatrice du personnage, lesquelles vont triompher sous les têtes ?

    Il ne faut enfin pas nier deux aspects antédiluviens de l’esprit humain, l’amour de la pompe et de la force. Ce n’est pas pour rien que des générations de monarques ont mise en scène la puissance et la force, cela parle à l’esprit humain…

    • « une fascination pour le mythe de l’homme fort providentiel »

      +1 Exactement ce qui empêche la liberté d’avancer dans les deux pays.

  • du moment que poutine a des admirateurs aussi nombreux , y compris en dehors de la russie , c’est que les dits admirateurs considèrent leur propre dirigeants comme des minables , voire des marionettes dont les fils sont tenus par plus puissants qu’eux ;

    • VVP n’est pas à proprement parler admirable.
      Il y a trop de côtés gris pour cela.

      Mais il mérite notre respect. Sa denigration systématique est pathétique.
      Il faut respecter ses adversaires. Pas par grandeur d’âme, mais pour les comprendre et donc mieux les combattre.

      En revanche nos propres dirigeants se vautrent choquent jour dans la médiocrité, avec une telle joie et une telle suffisance que les respecter est une mission impossible. Et les ficelles qui les manipulent sont tellement visibles qu’elles nous gâchent le paysage.

  • On sent une fascination refoulée pour l’homme de la part de Nathalie MP, qui est sans doute à mettre en relation avec la frustration de constater que jamais aucune personne qui défend les libertés ne sera jamais aussi plébiscité.
    Voyons si Poutine est là et bien là ce n’est certainement pas que sur des illusions. Evidemment si on se focalise seulement sur les libertés on est borgne dans sa lecture des événements.
    Maintenant que tous aveugles du libéralisme pur me lapident avec leurs idéo-étiquettes habituelles. Aie ça fait mal !

    • Souffrez que dans un site d’information libéral l’on ne goûte que fort peu des personnages autoritaires et profondément ennemis de la liberté.
      Depuis Pisistrate, c’est le propre des tyrans que de se faire plébisciter. Qui peut encore être impressionné par ce triste fait au 21e siècle ?

      • « Qui peut encore être impressionné par ce triste fait au 21e siècle ? »

        L’histoire est le résultat des actions des individus, qui pour la plupart ne connaissent pas grand chose au passé. C’est ce qui explique que l’on répète sans cesse les mêmes erreurs.

      • « Depuis Pisistrate, c’est le propre des tyrans que de se faire plébisciter. Qui peut encore être impressionné par ce triste fait au 21e siècle ? »

        C’est vrai que je suis impressionné à chaque élection. M’étonnerait que le vrai tyran puisse se faire plébisciter. Alors poutine est autoritaire mais certainement pas un tyran.

        Vous savez José, c’est aussi le deuxième prénom de ma compagne, nous partageons 2 points commun : les libertés et le bouc.

        • « M’étonnerait que le vrai tyran puisse se faire plébisciter. »

          C’est votre opinion… Et une opinion, c’est comme un trou de balle, tout le monde en a une…

          • Ah que c’est fin on en mangerait sans faim. Bizarrement l’opinion de José ne provoque pas ce type de réaction. C’est fou comme l’appartenance à un groupe et sa défense provoque des réactions anti libérales. CQFD

            • ph11 fait usage de sa liberté d’expression pour apporter un vent de fraicheur et de légèreté =)

              Sinon vous avez raté le fond de son message ou il vous demande d’argumenter pour transformer ce qui n’est qu’une opinion en démonstration.

    • Pas de lapidation, pas de knout, rien, ce n’est pas le style de la maison.
      Juste la remarque en passant que vu la profonde stupidité de votre première phrase, je ne suis guère impressionnée par les suivantes.

      • Nathalie ,

        Les libéraux , dont je pense faire partie , de toutes les chapelles et faubourgs qu’ils soient , sont comme le commun des mortels , ils ont des lectures , des principes mais ils ont aussi leurs petits arrangements avec la dure réalité ( quand le peuple vote avec ses pieds , comme disait Lénine , à quoi servent les grands principes …) et nos libéraux , si d’aventure devait se présenter un homme fort , un chef charismatique qui leur mette en place un régime libéral , fondraient comme les Russes pour Poutine …

        • « si d’aventure devait se présenter un homme fort , un chef charismatique qui leur mette en place un régime libéral , fondraient comme les Russes pour Poutine … »

          Si vous ne voyez pas ce qui cloche dans cette phrase, c’est que vous n’entravez pas grand chose au libéralisme.

          Avec de tels amis, le libéralisme n’a plus besoin d’ennemis.

      • La fascination n’est pas un objet rationnel, alors détendez-vous personne ne vous en voudra. Lorsqu’une personne ne correspond à son prototype idéologique c’est facile de lui dénicher des défauts mais c’est beaucoup plus difficile de lui accorder des qualités. Il me semblait que votre article à charge était trop unilatéral pour être sincère. Je le dis sans ambiguité car comme tout le monde vous vivez dans le monde réel avec ses concessions permanentes alors il n’est pas absurde ou impardonnable de défendre les libertés avec un peu de réalisme. Sinon continuez à vous regarder le nombril entre vous.
        Maintenant c’est peut-être stupide alors tant mieux pour vous et tant pis pour moi.

  • sortie russophobe !

    ici on a l’habitude.

    Cette personne a-t-elle vécu en Russie. Connait-elle l’Histoire russe ? Pratique-t-elle la langue pour comprendre « l’âme russe » ?

    Juste un détail : en Russie on défend des valeurs sociétales. Ici, en France on les détruit !

    Poutine, qui a son peuple derrière lui, on ne peut pas en dire autant de nos dirigeants ( à supposer qu’ils dirigent !) , incarne une certaine virilité qui manque cruellement à nos oligarques européens.

    Je note qu’un sondage récent montrait qu’un nombre important de nos compatriotes étaient favorables à un régime autoritaire pour résoudre les maux qui accablent notre pays.

    • « Je note qu’un sondage récent montrait qu’un nombre important de nos compatriotes étaient favorables à un régime autoritaire pour résoudre les maux qui accablent notre pays. »

      Et ça a marché quelque-part ? Juste une foi ?

    • Depuis quand Poutine incarnerait la Russie ?

      Sinon, est-ce vraiment un signe de virilité que d’être autoritaire ? Cette manière outrageuse avec laquelle Poutine surjoue son look bad boy pourrait éveiller des doutes – si l’on était mauvaise langue – quant à son orientation sexuelle.

    • « en Russie on défend des valeurs sociétales »

      Mouhahahahaha !

      Vraiment, vous devriez arrêter de fumer du sputnik…

      « Poutine, qui a son peuple derrière lui, on ne peut pas en dire autant de nos dirigeants ( à supposer qu’ils dirigent !) , incarne une certaine virilité qui manque cruellement à nos oligarques européens. »

      Oui, ce sont les caractéristiques des dictateurs… C’est ce qu’on reproche aussi aux démocraties, dites molles…
      Durant les années 30, ce n’était pas différent…

      « Je note qu’un sondage récent montrait qu’un nombre important de nos compatriotes étaient favorables à un régime autoritaire pour résoudre les maux qui accablent notre pays. »

      Et après, on vient dire que les poutinistes ne sont pas fascistes…

  • Que lui trouvent-ils tous ? Ca me paraît simple : il s’efforce (ou affiche vouloir s’efforcer) de répondre aux attentes de ses sujets, et y réussit mieux que tous ceux avec lesquels ils peuvent le comparer. On ne peut pas en dire autant d’autres qui frappent en Syrie ou qui ne savent pas non plus sortir leur économie du marasme. Le peuple est pragmatique, il se moque pas mal qu’on zigouille quelques opposants auxquels il ne s’identifie pas plutôt que de manifester pour la liberté d’expression tout en évinçant des administrations ceux qui ne pensent pas comme il faut. Tout ce qui compte pour lui, c’est qu’il ait le sentiment d’une convergence de vues avec lui sur l’objectif à atteindre et d’un cadre ordonné et fonctionnel apporté par l’état à la grande majorité. On peut le déplorer en tant que libéral, mais c’est comme ça. Et à ce filtre, le contraste avec nos propres dirigeants joue en sa faveur.

    • « …il s’efforce (ou affiche vouloir s’efforcer) de répondre aux attentes de ses sujets… »

      C’est bien pourquoi il poursuite de sa vindicte implacable toute velléité d’opposition de la part de ses « sujets ».
      Sinon, vous croyez vraiment que les Russes seraient incapables de goûter de la liberté comme nous tous ? Sous Staline, les Russes étaient aussi « pragmatiques ».

    • Je crois comprendre dans votre discours que Poutine est en osmose avec un peuple (généralisation néncessaire) qui depuis 2000 ans vie dans un cadre autoritaire. Un peuple qui donc sur une lancée historique continue de demander un homme fort qui les guide à coup de pied dans le fion si il le faut.

      Sinon pour étayer le système Russe http://www.letemps.ch/monde/2015/11/09/patriarche-russie-adoube-staline
       » Kirill a déclaré en fin de semaine dernière que «les succès d’un homme d’Etat (Staline) qui a permis la modernisation du pays ne doivent pas être remis en question, même si ce dirigeant s’est permis de mauvais gestes».
      le Kirill, il sait manier l’euphémisme !! chapeau !

      • Je ne parle pas d’osmose avec un peuple, mais de prise en compte, apparente au moins, des aspirations d’une grande majorité. C’est regrettable, mais si vous interrogez les Russes dans les campagnes, ils veulent un état fort qui maintienne l’ordre et organise les services d’éducation, de santé, etc. parce que l’alternative dans leur esprit est la loi de jungle, avec mafias, pots de vin, etc. et pas du tout des systèmes privés et honnêtes. Les grands principes de liberté, ils ne voient pas ce qu’ils en feraient, ils en sont privés depuis un siècle (au minimum) et la connaissance s’est perdue, en supposant qu’elle ait jamais existé. Quand vous condamnez à juste titre Staline à cause des millions de morts de son règne, eux pensent que vous condamnez aussi le système éducatif, le système de santé, et les emplois publics qui prévalaient avant la chute de l’URSS. Ils voient dans Poutine celui qui rétablit ces bienfaits, et dans les sanctions occidentales contre la Russie un obstacle à ce rétablissement.

        • Et c’est bien parce Poutine prend en compte les aspirations d’une grande majorité des Russes, qu’il s’acharne impitoyablement contre toute opposition.

          • Ben oui. A l’école en France, 90% des élèves soutiennent le harcèlement des 10% restants. Tous les efforts pour soutenir ces 10% restent vains. Il y a une grande analogie.

            • Le fatalisme : c’est exactement tout ce dont a besoin un tyran.

              • Se résigner, ou prétendre lutter mais avec des moyens totalement inefficaces, en fait pour sa seule propagande personnelle à la Valls, le tyran s’en tire pareil…

                • Mettre Valls et Poutine sur le même plan !?

                  C’est pas sérieux…

                  • OH que oui on peut les mettre sur le meme palnquand on lit bien la loi « renseignement » 🙂
                    qui fait de la France le 3eme pays le plus fliqué en matière de cotrole d’internet, apres la Coree du Nord et la Chinbe mais avant la Russie et les USA !!!

                    • le 3eme pays le plus fliqué en matière de cotrole d’internet, apres la Coree du Nord et la Chinbe mais avant la Russie et les USA !!!

                      Et le pire, c’est que cela n’a servit à rien. La preuve ce soir, hélas.

            • Je suis tout à fait d’accord avec vous ! Que l’on aime ou pas Poutine, il détient un pouvoir qui lui est donné par son peuple. On est loin d’une démocratie (90 pour cents en faveur de poutine au élection c’est louche quand même). Cela dit quand je vois les donneurs de leçons Européens qui ne font que des aneries depuis 40 ans et nous enlèvent jours après jour nos libertés avec la plus grande décontraction des ânes qu’ils mènent (nous en l’occurrence) . Je me dis que au moins les russes connaissent poutine et savent ce qu’il veut pour son peuple. Alors que nous, on nous bassinent du matin au soir avec la libérté (mon cul), la liberté d’expression (mon cul) et le vivre ensemble (nos autocrates autoproclamés siègeant à Strasbourg ne vivent qu’entre eux et font des lois pour les autres mais surtout pas pour eux n’est ce pas.
              Alors les chantres de la liberté qui ne défendent que « leur liberté », je ne les respecte et ne les respecterai jamais.
              Je comprends le peuple russe qui ne cessent de se faire flouer par l’Europe et pour cause il y a du pétrole et du gaz. Comme me disait un ami africain au pays des aveugles les borgnes sont rois. Il y a beaucoup d’aveugles dans nos démocrassies européennes (et pas seulement en europe) effectivement.
              En tant que liberale je ne pourrais jamais soutenir les ceinglés qui nous gouvernent en Europe, nous n’avons que des petits nazillons en puissances. Au moins avec Poutine on est pas déçu.

              • « En tant que liberale… »

                Vous libérale ? Vous galéjez.
                Ce qui est amusant, c’est votre parfaite contradiction décontractée : vous reprochez aux Européens de subir ce dont vous vous félicitez pour les Russes, à savoir vivre dans un système qui érode les libertés.
                Sinon, oui, les libéraux sont les chantres de la liberté individuelle. Pour tous, y compris les Russes.

                • Je ne les félicite pas bien au contraire mais c’est leur choix, et qu’on le veuille ou non nous n’avons pas à interférer dans leur choix. Vu le résultat des choix géopolitiques des EU et de son assistant européen au proche Orient et le KO qu’ils ont engendrés c’est sûr…lls méritent la palme d’or, on peut eux aussi les féliciter. Je reproche l’hypocrisie et le cynisme des technocrates Européens Point barre, rien de plus, rien de moins.
                  Qui sont les libéraux qui au non de la liberté individuelle s’immisce dans les choix des autres et considèrent que leur vision des choses est la meilleure. Si vous aimez les légumes et que d’autres ne les aiment pas, vous allez les gaver de force de légumes ? Ben moi non, je respecte leur choix.
                  Lorsque les Russes voudront se rallier à la liberté individuelle (bien qu’elle soit de plus en plus dévoyés par les donneurs de leçon comme vous) eh bien laissez les aller à leur rythme.

                  • La liberté inclut la liberté d’expression, non ?
                    Les libéraux ont parfaitement le droit de dénoncer le régime autoritaire de Poutine et regretter les agressions violentes et répétées à l’encontre de la liberté en Russie. Comme ils le faisaient du temps de l’URSS et du temps de l’empire tsariste.

                  • Et pourquoi les médias du monde entier n’auraient pas le droit de remettre en cause la façon dont est conduite la Russie? Pourquoi voulez-vous nous l’interdire? Excusez-moi mais il me semblait que le libéralisme c’était au moins questionner l’étendu du pouvoir de l’Etat, c’est donc la moindre des choses que de remettre en cause celui de l’Etat russe.

                    • Mais je n’interdis rien à personne ! Vous avez tout loisir de critiquer la Russie tout comme j’ai tout loisir de la critiquer aussi. Est ce que j’ai écrit quelques part que j’admirais Poutine et ce qu’il faisait était de l’eau bénite ???? Non, j’ai beau relire mon commentaire certes je l’admets pas très clair sur certains points et je m’en excuse.
                      Mon commentaire ne faisait absolument pas l’apologie de Poutine mais je faisais remarquer, en faite, que lorsque l’on regarde pire que soit, on ne voit plus ce qu’il se passe réellement chez nous (l’europe de l’ouest en l’occurrence)
                      Je ne faisait que remarquer un point qui, je l’avoue, m’agace au plus haut point, que nos dirigeants européens sous leurs airs de grands défenseurs de la liberté, de la liberté d’expression, nous enferment malgré nous vers un système qui nous éloigne de plus en plus du libéralisme. C’est pour cette raison que je n’ai aucune confiance dans ces hypocrites, cyniques mais qui, en fait, nous envoie droit dans le mur.
                      Maintenant je vous laisse tout loisir d’houspiller à qui mieux mieux ….. Bonne journée

                  • > Vu le résultat des choix géopolitiques des EU et de son assistant européen au proche Orient et le KO qu’ils ont engendrés

                    Parce que les Russes n’ont évidemment aucunes responsabilités dans l’état de l’Orient. Voyons voir… guerre d’Afghanistan : naissance des mouvements moudjahidinnes. Guerre de Tchétchénie : apparition de mouvements terroristes transnationaux (détail intéressant et édifiant : beaucoup de cadres sup de l’EI sont Causaciens…). Soutien depuis toujours au régime de Bachar El Assad, ce sympathique despote que fuient les réfugiés plus que l’EI, qui a pris une nouvelle dimension avec l’envoi de l’armée russe sur place…

                    Les Russes ont certainement une responsabilité aussi grande que les EU dans le chaos au proche et moyen Orient.

                  • « Je ne les félicite pas bien au contraire mais c’est leur choix, et qu’on le veuille ou non nous n’avons pas à interférer dans leur choix. »

                    Personne ne veut interférer dans le choix des russes… Les voisins de la Russie veulent juste que Poutine arrête de les menacer.

                    « Vu le résultat des choix géopolitiques des EU et de son assistant européen au proche Orient et le KO qu’ils ont engendrés c’est sûr… »

                    C’est qui qui a créé un chaos (et non un KO) incroyable en soutenant à bout de bras son dictateur contre le peuple ? De tout les pays ayants connus le printemps arabe la Syrie est celui qui s’en est le moins bien sorti…

                    • Très vrai, la Syrie va bien plus mal que le reste, l’intervention russo-iranienne a empiré les choses.

                    • « Très vrai, la Syrie va bien plus mal que le reste, l’intervention russo-iranienne a empiré les choses. »

                      Je dirais bien encore heureux, car si une opération pour maintenir en place un régime issu d’un constructivisme réussissait la théorie libérale aurait un gros problème.

                • Vous ne seriez pas monsieur je sais tout ?

              • « Je comprends le peuple russe qui ne cessent de se faire flouer par l’Europe et pour cause il y a du pétrole et du gaz. »
                Je ne comprends pas, quelqu’un a des lumières sur ce que peut être la signification de cette phrase ?

                • « Je ne comprends pas, quelqu’un a des lumières sur ce que peut être la signification de cette phrase ? »

                  Les gens qui défendent les libertés individuelles, s’opposent à l’invasion de l’Ukraine et aux massacres de civils syriens, écoutent ce qu’on a dire les opposants de Poutine ou ne voient pas l’évidente supériorité morale de la Russie (qu’elle ne fait pourtant que clamer) ne veulent en réalité que voler le pétrole russe.

              • « Que l’on aime ou pas Poutine, il détient un pouvoir qui lui est donné par son peuple »
                Le peuple n’a pas toujours raison.

                « On est loin d’une démocratie »
                Oui oui on connait la chanson. C’est quand même une démocratie où le peuple vote pour un président et un parlement. Ça me rappelle ceux qui disaient que l’URSS c’était pas le communisme…

                « Cela dit quand je vois les donneurs de leçons Européens qui ne font que des aneries depuis 40 ans et nous enlèvent jours après jour nos libertés avec la plus grande décontraction des ânes qu’ils mènent (nous en l’occurrence) . »
                Ce qui n’est pas notre cas ici, nous n’enlevons pas de libertés a personne, nous pouvons donc critiquer. Mais même le personnel politique européen, malgré tous ses défauts pourrait se permettre de critiquer. En terme de libertés civils, la Russie est à la traîne dans le monde entier, elle est 152ème en terme de liberté de la presse, 143è me en terme de libertés économiques. La plupart des personnels politiques de ce monde, malgré leur nombreux défauts pourrait se permettre de critiquer Poutine.

                « Je me dis que au moins les russes connaissent poutine et savent ce qu’il veut pour son peuple »
                Lol. Poutine le petit père sauveur des peuples. Décidément à chaque génération les dirigeants russes savent bien enfumer tout le monde, on peut au moins leur reconnaître ça. Ils avaient déjà enfumé les occidentaux du temps du communisme, et maintenant ils le font avec les identitaires occidentaux. Il y a même une légende à propos de cela qui tient sa source dans la Russie tsariste:
                https://fr.wikipedia.org/wiki/Village_Potemkine

                « Alors les chantres de la liberté qui ne défendent que « leur liberté », je ne les respecte et ne les respecterai jamais »
                En soutenant Poutine vous ne défendez pas la liberté des russes. Il va falloir que vous en preniez conscience.

                « Je comprends le peuple russe qui ne cessent de se faire flouer par l’Europe et pour cause il y a du pétrole et du gaz »
                Ben voyons. Le chantage russe avec les prix du gaz ça n’existe pas ça ?! Il est d’ailleurs assez drôle de voir canadiens et américains bousiller le chantage de Poutine avec le gaz de schiste en faisant baisser les prix.

                « En tant que liberale je ne pourrais jamais soutenir les ceinglés qui nous gouvernent en Europe, nous n’avons que des petits nazillons en puissances. Au moins avec Poutine on est pas déçu »
                Oui je crois surtout que vous ne savez pas ce qu’est le libéralisme.

              • Libérale ? Les poutinistes ne sont pas libéraux et considèrent que les libéraux sont des pantins de Washington…

                • Je ne suis pas poutiniste mais je pense effectivement que les libéraux (de gauche chez les anglo-saxons mais aussi français) sont les pantins de Washington. Le néolibéralisme n’est pas né pour rien ! ce n’est que du libéralisme socialiste ! les deux mots accolés piquent les yeux mais c’est ce vers quoi nous allons à l’heure actuelle. Un espèce de bouzin qui ressemble à du libéralisme mais qui est du socialisme pur et dur Si les « dits libéraux » n’ont pas compris, tant pis pour eux !!!

            • Et à l’école il n’y a que des enfants… Il faut se méfier des analogies qu’on utilise.

        • « Je ne parle pas d’osmose avec un peuple, mais de prise en compte, apparente au moins, des aspirations d’une grande majorité. »

          Sauf que si c’est juste apparent cela fait de Poutine un imposteur comme n’importe quel politicien, et pas le grand chef que l’on veut nous faire croire qu’il est.

          « C’est regrettable, mais si vous interrogez les Russes dans les campagnes, ils veulent un état fort qui maintienne l’ordre et organise les services d’éducation, de santé, etc. »

          Et si vous interrogez les français ils veulent des services publiques et de la protection sociale et vous commentez pour expliquer pourquoi c’est une erreur et un problème. Hors ici vous ne faites qu’encenser Poutine…

          « la loi de jungle, avec mafias, pots de vin, etc. »

          C’est exactement ce qu’a la Russie aujourd’hui… C’est bien pire que sous Yelstin car maintenant tout ceci est institutionnalisé et sanctuarisé…

          « Les grands principes de liberté, ils ne voient pas ce qu’ils en feraient, ils en sont privés depuis un siècle (au minimum) et la connaissance s’est perdue, en supposant qu’elle ait jamais existé. »

          Et vous vous opposez à cet erreur intellectuelle quand c’est le peuple français mais trouvez ça très bien quand c’est le peuple russe ?

      • « Sinon pour étayer le système Russe http://www.letemps.ch/monde/2015/11/09/patriarche-russie-adoube-staline »

        « The Devil’s on my side, he’s a good Communist » Joseph Stalin.

        Un patriarche adoube un admirateur de Satan. Encore un bel exemple de l’état de déliquescence dans lequel se trouvent les valeurs chrétiennes en Russie.

        Si la Russie défendait les valeurs chrétiennes, elle renierait totalement le communisme comme l’ont fait les autres pays.

    • « il s’efforce (ou affiche vouloir s’efforcer) de répondre aux attentes de ses sujets, et y réussit mieux que tous ceux avec lesquels ils peuvent le comparer. »

      Les dictateurs africains aussi bénéficiaient et bénéficient encore d’un large appui en gagnant les élections avec des scores allant au-delà de 80%. On a vu ce qu’il en était vraiment sur la supposée réussite de ces dictateurs.
      Quand on a réduit l’opposition au néant et bien il reste moins de gens à soutenir hormis Poutine, quand on a réduit la critique et la presse au néant et bien il est moins bien vu de s’opposer forcément, quand on a donné à la classe moyenne haute les fruits des nationalisations et de la hausse artificielle des hydrocarbures on s’assure de bons relaies dans l’électorat forcément, quand on contrôle les médias qui donnent beaucoup d’importance aux agitations de Poutine et font passer la Russie pour un gigantesque Calimero et bien forcément Monsieur apparaît comme un sauveur.

      Au-delà de ça les identitaires et conservateurs européens se font avoir par les agitations anti-musulmanes, anti-gays et anti-US, et les quelques libéraux qui le soutiennent se font avoir par le niveau d’impôt sur le revenu sans regarder ce qu’il en est du reste (impôts officieux avec les bakchichs à l’administration, la corruption, la faible protection du droit de propriété, les réglementations énormes pour créer une entreprise, le code du travail pire qu’en Europe,toutes les nationalisations et subventions au marché,les droits de douane,les discriminations aux entreprises étrangères, intervention étatique dans le secteur financier et secteur bancaire possédé en partie par l’Etat russe et largement influencé par la banque centrale russe). Lire le lien:

      http://www.heritage.org/index/country/russia

      La Russie, tout comme le Brésil, le Venezuela ou l’Argentine dépend bien trop des hydrocarbures, il n’y a eu aucun diversification sous Poutine. La Russie, comme ces pays a déjà amorcé la chute, finie la bulle des hydrocarbures, fini le village Potemkine. Mais bon, on est habitué avec la Russie, depuis longtemps déjà ils savent maquiller la réalité à l’étranger et à leur propre population, c’est un art chez eux.

      En réalité Poutine a un grand avantage, il permet de mettre à jour que même en démocratie les grandes manipulations sont possibles.

    • « Ca me paraît simple : il s’efforce (ou affiche vouloir s’efforcer) de répondre aux attentes de ses sujets, et y réussit mieux que tous ceux avec lesquels ils peuvent le comparer. »

      Il y a un domaine dans lequel l’action de Poutine n’a pas échoué ? Et ne me parlez pas de la progression de l’économie russe… Poutine n’a rien fait depuis les réformes de Yelstin. Et avec une chèvre aveugle au pouvoir le prix du pétrole aurait aussi augmenté.

      « On ne peut pas en dire autant d’autres qui frappent en Syrie »

      Les frappes en Syrie de Poutine échouent… Poutine a agressé la Géorgie, le peuple ne veut plus de la Russie, Poutine a agressé l’Ukraine, le peuple ne veut plus de la Russie, Poutine agresse la Syrie, le peuple ne voudra plus de la Russie.

      Si Poutine était pragmatique et s’intéressait au long terme, il aurait accepté de faire quelques compromis avec les nouvelles administration plutôt que de se lancer des des guerres d’agressions.

      « Le peuple est pragmatique, il se moque pas mal qu’on zigouille quelques opposants auxquels il ne s’identifie pas »

      Massacrer des civils c’est pragmatique ? Et après vous vous dites libéral ?

      • A tort ou à raison, les Russes voient les réformes d’Eltsine comme ayant remplacé un ordre pauvre mais organisé et ne laissant personne au bord de la route par une corruption généralisée et une loi de la jungle anarchique. Poutine a rétabli la prééminence de l’état sur l’anarchie et un cadre où chacun peut à nouveau espérer voir sa situation s’améliorer, ça suffit pour être considéré comme une réussite majeure par les Russes et c’est un progrès considérable par rapport à Eltsine dont le règne s’est achevé sans surmonter la crise russe de 1998 dont tout le monde le voit comme le principal artisan.

        Les Russes voient aussi les velléités ukrainiennes ou géorgiennes comme des défenses de ces systèmes corrompus au détriment des populations pro-russes, et il est difficile de leur donner totalement tort. En tout cas, la position russe est bien plus proche de l’autodétermination libérale que ne l’est la position des dirigeants ukrainiens ou géorgiens…

        Enfin, oui, se moquer des massacres de personnes dont on n’est pas proche est pragmatique. Je ne vois pas ce qu’il y aurait de libéral à aller se mêler de toutes les bagarres : ils veulent se tuer, qu’ils se tuent ! Par ailleurs, je peux aller défendre ceux que j’estime dans leur bon droit, mais ça n’est certainement pas un principe libéral, j’y verrais même une exception au libéralisme pur.

        • « les Russes voient les réformes d’Eltsine comme ayant remplacé un ordre pauvre mais organisé et ne laissant personne au bord de la route par une corruption généralisée et une loi de la jungle anarchique. »

          Pourquoi ont ils alors voté en 2000 pour un inconnu sponsorisé par Yeltsin ?

          Le « framing » du dirigeant précédent est une tradition en Russie. Vous devriez lire Ion Mihai Pacepa, qui sait de quoi il parle car il était responsable de la propagande et est le plus haut responsable communiste a avoir jamais fait défection. Il explique comment la propagande russe est produite, car cette propagande est bien russe, elle provient de la Russie impériale avant d’avoir ensuite été appliqué à l’URSS puis naturellement à la Russie poutinienne.

          http://www.amazon.fr/Disinformation-Strategies-Undermining-Attacking-Promoting/dp/1936488604

          Le fait est que Yeltsin, avant son framing, était vu comme celui qui avait redonné leurs libertés aux russes et empêché les communistes de revenir au pouvoir. Il ne faut pas oublier que pendant l’ère Yeltsin, les communistes étaient puissants, revenchars et dangereux.

          En empêchant les communistes de revenir au pouvoir tout en réformant la Russie, Yeltsin est le vrai homme fort et courageux qui a aidé la Russie, pas Poutine. Malheureusement Yeltsin était aussi corrompu et il a mit Poutine au pouvoir car il savait qu’il n’allait pas le trahir et lui accorder l’immunité pour ses méfaits.

          L’ère Yeltsin était aussi celle ou les oligarques se menaient une guerre médiatique, et ou, dans ce but, tout d’un tas de journalistes honnêtes pouvaient travailler à mettre en lumière les crimes des oligarques pour lesquels ils ne travaillent pas. Les Russes avaient accès à de vrai informations libres et plurielles.

          C’est pour ça que la corruption de cette époque est resté dans les mémoires, car les russes en étaient informés. Aujourd’hui, la presse contrôlé verticalement par le Kremlin met tout sous le tapis.

          « Les Russes voient aussi les velléités ukrainiennes ou géorgiennes comme des défenses de ces systèmes corrompus au détriment des populations pro-russes »

          Quoi ? J’aimerais bien vous répondre, mais la je vois vraiment pas ce que vous voulez dire… Les ukrainiens et géorgiens n’aspirent qu’a la liberté… Ils ne comprennent justement pas la comment les russes peuvent supporter leur système politique et, depuis que la Russie a envahi leur pays, la population pro-russe a beaucoup diminué.

          « En tout cas, la position russe est bien plus proche de l’autodétermination libérale que ne l’est la position des dirigeants ukrainiens ou géorgiens… »

          Mais de quoi parlez vous donc ?

          « Je ne vois pas ce qu’il y aurait de libéral à aller se mêler de toutes les bagarres »

          Car cela nous retombe dessus sous forme de réfugiés et de terroristes ? Comment pouvez vous trouver ça bien que la Russie produise des islamistes en quantité industrielle en massacrant la population syrienne ?

  • La seule chose intéressante dans cette article, c’est une liste à charge assez complète des critiques faites à la Russie. Peut être manque-t-il le tourisme et le sport…. On pourra s’en servir comme référentiel d’évolution.

    A propos de l’économie, il faut rappeler que le rouble était sur-évalué et que le pétrole était une source de revenu bien pratique, 2 choses qui n’aident pas à constituer une économie large et diversifiée.
    Mais la chute du second permet celle du rouble et rend l’industrie local plus compétitive. Et il faudrait m’expliquer les termes d’économie de guerre et de rationnement, quand une entreprise comme Bonduelle fait d’excellents résultats en Russie…

    A contrario, on pourrait se demander pourquoi les plus libéraux libertaires sont si critiques à propos de la Russie. Le parallèle avec la politique américaine extérieure est si proche qu’on peut se poser la question… La recherche d’un bouc émissaire fantasmé est la réponse évidente, comme le CMI se chercha quelques temps un ennemi après la chute du l’URSS.

    • À la grosse louche, je dirais que les « libéraux libertaires » sont aussi critique des États-Unis que de la Russie poutinienne.

      • En lisant ce blog, j’ai surtout l’impression qu’il y a autant de libéraux que de races de chiens. Mais bon !! C’est pas une critique. c’est juste un constat. Chacun prend ce qui lui serait bon pour lui mais pas forcément bon pour les autres !

        • Moi j’ai l’impression qu’il y a deux genre de libéraux.
          – Ceux qui se disent « libéraux » et qui défendent les libertés individuelles, toutes les libertés individuelles.
          – Ceux qui se disent « libéraux mais… »

          Faut-il vraiment expliquer en quoi cette deuxième catégorie est incongrue?

          Or, c’est toujours de cette seconde catégorie que vient l’argument « il y a autant de libéraux que de race de chien »… allez savoir pourquoi.

          • Je fais partie de la première catégorie. Mais restreindre les libéraux en défenseurs de la liberté individuelle c’est un peu court. Certains n’ont pas dû lire des auteurs libéraux pour avoir un esprit aussi étriqué.

            Excusez moi mais je ne savais pas que chez les libéraux tout le monde à la même vision des choses. Le libéralisme serait il comme le communisme ou il n’y aurait qu’une façon de penser ? Et les minarchistes, les utilitaristes, les libéraux classiques, l’école Autrichienne……etc… L’histoire des races des chiens c’était de l’humour… Faut pas tout prendre au pied de la lettre.
            Mais certains, au nom de la liberté d’expression, s’octroient le droit de vous clouer le bec parce que vous critiquez un système qui se fait passer pour libéral. C’est trop fort quand même. Ces libéraux s’octroient le droit de me dire « toi, t’es pas libéral’.

            • Le libéralisme ne se résume pas à la liberté individuelle. Mais tous les libéraux prônent la liberté individuelle.

            • Personne ne prétend que les libéraux ont une seule et même vision des choses, ce serait parfaitement absurde.

              En revanche,comme vous le soulignez fort bien, les libéraux ont bien une notion en commun: la tolérance.

              Je vous renvoie à la définition que Revel en donnait: « La tolérance n’est point l’indifférence, elle n’est point de s’abstenir d’exprimer sa pensée pour éviter de contredire autrui, elle est le scrupule moral qui se refuse à l’usage de toute autre arme que l’expression de la pensée ».

              Personne ici (pas moi en tout cas , ni la rédaction de Contrepoints, qui,auquel cas, supprimerait purement et simplement vos commentaires) ne cherche à vous faire taire.

              Par contre, il se peut que je soit en désaccord avec certains de vos commentaires. Et dans ce cas, je l’exprime. Après tout, n’est ce pas le but même des commentaires?

              • Je ne vous empêche nullement de faire un commentaire, bien au contraire ! On peut avoir une opinion sans pour autant être taxée d’antilibérale ou pire quasi socialiste ! C’est ce que je reproche à certains qui dès qu’on exprime un avis contraire ! c’est épuisant cette façon de penser de manière binaire ! Toute personne qui ne pense pas comme moi ne peut être libéral ! c’est fort de cacao, je trouve, pour des libéraux! Mais ce n’est pas la première fois que je le remarque.

                • Vous semblez défendre un tyran à la tête d’un système liberticide,qui plus est avec des arguments invalides quand ils ne sont pas à coté de la plaque.

                  Ne soyez donc pas choquée que l’on vous réponde avec fermeté.

                  Vous en avez assez que l’on vous traite de canard? Cessez de marcher comme un canard et de parler comme un canard. Cela devrait arranger les choses.

                  • Oh là tyran !! Poutine, autocrate certes mais tyran faut pas pousser mémé dans les orties non plus. Je ne savais que poutine avait zigouillé des millions de gens ?
                    Je n’ai jamais défendu de tyran mais même si j’émettais un avis positif sur le cas Poutine , j’en ai tout à fait le droit non ! Vous avez fait un doctorat es dictateurs ? Vous connaissez comment les tyrans arrivent au pouvoir ? Avec l’aide de qui, ils prennent les reine d’un pays ?
                    Posez vous la question au lieu de partir tête baissée lorsqu’on a, en plus, mal interprété une opinion.

                    • « Poutine, autocrate certes mais tyran faut pas pousser mémé dans les orties »
                      Allez expliquer ça aux tchétchènes (entre autres). Je sens que vous allez vous amuser.

                      Et c’est moi qui aurais mal interprété vos propos?

                      Vous n’avez même pas la décence d’assumer vos idées.
                      À moins que vous ne vous rendiez même pas compte de ce que vous défendez.
                      Je ne sais pas ce qui est le plus inquiétant en fin de compte.

                    • J’ai juste dis que Poutine n’était pas un tyran (il me semble qu’il a eu le pouvoir de manière légitime non ? Bon alors !!!) mais un autocrate ?
                      Allez voir la définition d’un tyran et celle d’un autocrate et vous aurez la réponse.
                      Il faut utiliser les termes adéquates! je reitère et j’assume : Poutine n’est pas un tyran mais un autocrate.

                    • Donc selon vous, frauder la constitution, faire élire une marionnette, assassiner ses opposants politiques et ses détracteurs, museler la presse, etc.. pour rester au pouvoir, c’est parfaitement légitime et pas du tout tyrannique?

                      Dites non à la drogue.

                    • « Je ne savais que poutine avait zigouillé des millions de gens ? »

                      Tchétchénie, Géorgie, Ukraine, Syrie…

                      « Je n’ai jamais défendu de tyran mais même si j’émettais un avis positif sur le cas Poutine »

                      Vous ne pouvez pas vous dire libéral après. Je suis contre les procès politiques que font sans cesse certains libertariens, mais le libéralisme c’est la défense de la liberté (le débat c’est de savoir quelle est la définition de la liberté) et Poutine et sa clique (Douguine, Kadyrov, Girkin, Zaldostanov…) s’expriment régulièrement contre la liberté.

                      « Vous connaissez comment les tyrans arrivent au pouvoir ? »

                      Poutine est arrivé au pouvoir après que les amis de Yeltsin qui possédaient les grand médias ont inventé de toutes pièces le « Poutine chef de guerre » grâce à la guerre lancé par Yeltsin en Tchétchénie. Les élections ont été avancé de 3 mois pour que l’opposition ne puisse pas faire campagne.

                • « On peut avoir une opinion sans pour autant être taxée d’antilibérale ou pire quasi socialiste ! »

                  Ben non, justement. Vous défendez là un droit à.

            • @ Libellule
              Faudrait savoir :

              1) « En lisant ce blog, j’ai surtout l’impression qu’il y a autant de libéraux que de races de chiens. Mais bon !! »
              2) « Excusez moi mais je ne savais pas que chez les libéraux tout le monde à la même vision des choses. Le libéralisme serait-il comme le communisme ou il n’y aurait qu’une façon de penser ? »

              J’aimerais vous prendre au sérieux, mais c’est difficile. Quel est votre avis finalement ?

              • Eh bien, mon avis est qu’il existe un libéralisme avec à l’intérieur des variantes. Le libéralisme ne se résume pas (mais fondamental puisque c’est la socle) à la liberté individuelle. Il y a plein de gens qui sont pour la liberté individuelle pour eux mais pas pour les autres ou veulent imposer leur point de vue persuadé de détenir LA VERITE. Je n’ai ni de certitudes ni de bonne leçon à donner aux autres, sur ce qu’ils doivent penser ou faire. Chacun est maître de son royaume. Sur les races de chiens, c’est une boutade pour dire qu’il a des personnes qui se disent libérales mais peuvent voir les choses une façon obtus voire fausse de ce qu’est le libéralisme, du coup cela donne un mélange des genres un peu canin.

                • libellule ,

                  «  »Il y a plein de gens qui sont pour la liberté individuelle pour eux mais pas pour les autres ou veulent imposer leur point de vue persuadé de détenir LA VERITE » »

                  Exact , et à cette aune , les socialistes sont de féroces libéraux!!!

                • « Il y a plein de gens qui sont pour la liberté individuelle pour eux mais pas pour les autres »

                  Un peu comme des oligarques russes quoi…

                  « les autres ou veulent imposer leur point de vue persuadé de détenir LA VERITE »

                  Un peu comme les fous d’extrême droite comme Douguine qui définissent la politique étrangère russe…

                  « Je n’ai ni de certitudes ni de bonne leçon à donner aux autres, sur ce qu’ils doivent penser ou faire. Chacun est maître de son royaume. »

                  En effet, chaque individu est maitre de son royaume, et, à ce titre, les libéraux ne doivent pas défendre les tyrans comme Poutine.

                  • Bon sang ! vous êtes franchement pénibles ! vous êtes bornés ou quoi ???? Vous faites quoi pour libérer les Russes des griffes de Poutine? C’est facile de dire Poutine, il est méchant et pis nous on est des libéraux donc tout ceux qui ne voient pas les choses comme vous genre « bas de plafond » c’est des méchants, méchants, méchants…..
                    Nan c’est la 5 ème B du collège trucmuche qui postent ici ou quoi ?????

                    • « Vous faites quoi pour libérer les Russes des griffes de Poutine? »

                      Il dénonce ce qu’il estime injuste. C’est un début.

                      Et vous, que faites vous, hormis invectiver ceux qui dénoncent ces injustices?

                    • Oui comme pisser dans un violon ?

                    • Je n’impose rien ! je ne critique pas les pro russes tout comme je n’avais pas envie de critiquer les anti russes comme vous. Vous me faites sortir de mes gonds avec vos arguments à 2 balles.
                      Vous obstinez à voir en moi une pro russe alors que ce n’est pas le cas. Vous avez cru trouver un bon nonos à ronger ou quoi ? Il est ou votre problème ? Mon dieu j’ai dis autocrate au lieu de tyran, et alors cela fait de moi une pro russe. Je critique les EU pourquoi ? tout simplement parce que c’est un pays qui devient de plus en plus socialiste et alors !!! Je considère OBAMA comme le pire président des EU ! j’ai le droit ?

                    • « Je considère OBAMA comme le pire président des EU ! j’ai le droit ? »

                      C’est surement le seul truc sensé que vous avez dit. Avec Reagan, Poutine ne ferait pas le malin et les intérêts du monde libre seraient correctement défendus.

                    • «je ne critique pas les pro russes tout comme je n’avais pas envie de critiquer les anti russes comme vous. »

                      Critiquer Poutine, ce serait donc être anti-russe ?
                      C’est là qu’on voit que l’agitprop fonctionne…

            • « Mais certains, au nom de la liberté d’expression, s’octroient le droit de vous clouer le bec »

              Vous êtes libres de dires des sottises, nous sommes libres de vous prendre pour un sot…

              • PH11 au lieu de poster pour poster relisez mes commentaires au lieu de prendre une phrase pour la commenter. C’est des méthodes socialistes et débiles pour appuyer votre commentaire ! OUi les « dits libéraux vous clouent le bec lorsqu’ils ne sont pas d’accords alors qu’ils s’arrêtent à une phrase! je me dis que les libéraux sont des socialistes comme les autres ! Et je pense que beaucoup de socialistes en herbe se cachent et osent se faire passer pour des libéraux.

                • « je me dis que les libéraux sont des socialistes comme les autres ! Et je pense que beaucoup de socialistes en herbe se cachent et osent se faire passer pour des libéraux. »

                  Le Kremlin nous a refilé un troll de mauvaise qualité, heureusement que c’est gratuit…

                  • Un lecteur : Votre pseudo est lié au fait que vous avez lu un livre dans votre vie ? Relisez mes commentaires au lieu de d’écrire des âneries c’est fatigant.

                    • Je vous conseille de lire Hayeck, Bastiat, david freedman et d’autres….. les libéraux dignes de ce nom plutôt que de vomir des commentaires débiles. Merci (les cons c’est pesant à la fin)

                    • Les commentaires pro russes ou anti russes finissent aussi mal que les pro mariage gay ou anti mariage gay mais à l’envers. Les commentaires pro mariage gay finissent toujours avec le point goodwin en prime (t’es pro c’est bien, t’es contre t’es fascho). Bon ! au moins cela élimine le raisonnement c’est pratique !

                    • Je donne mon avis le mariage Homosexuel parce qu’ on va en déduire tout de suite que je suis anti (mariage pour tous). Je considère que l’Etat n’a pas à donner son avis sur le mariage et qu’il s’éloigne des affaires d’alcôves de ses concitoyens. Ceux qui veulent un contrat de mariage aillent chez le notaire ou l’avocat pour la partie contractuelle et ceux qui veulent un mariage folklorique qu’ils aillent à l’église (les bouffeurs de curés peuvent avoir droit au mariage folklorique même s’ils ne sont pas croyants, la plupart des prêtres acceptent les mariages sans être croyants)

    • Les libéraux critiquent toutes les interventions guerrières sans la justification de légitime défense. Donc ils critiquent autant les russes que les américains ou les européens avec leurs interventions humanitaires.
      Par contre sur le plan intérieur, malgré le fait que les US et l’Europe reçoivent beaucoup de critiques de leur part, on ne peut que constater que la Russie c’est champion hors-catégorie!

  • En fait Poutine tient sa puissance et sa popularité d’une mesure de bon sens adoptée en 2002 qui sauve la Russie de la faillite.
    La Flat Tax.
    En faillite, retraites non payées, impôts clientélistes, recouvrement ridicule et corruption généralisée, la Flat Tax permet 6 années de croissance continue très élevée. Un exploit économique assez incroyable.
    Du jour au lendemain, l’uniformité de la taxe supprime la corruption liée aux niches fiscales. Les impôts rentrent et l’économie se développe fortement pendant 6 années.
    Il a profité de ces années 2000 de bonne santé économique pour asseoir un pouvoir autocratique.

    • Ce sont les hydrocarbures et l’inflation sur les marchés internationaux qui a permis à la Russie de sortir de la faillite. Les BRICS ont tous connu même sort en même temps. Aujourd’hui idem, ils chutent tous.

  • Je ne suis ni front national ni front de gauche mais je trouve stupide la façon dont on traite Poutine en France. Cest le président élu d’une grande nation. Quon l’aime ou pas il faut faire avec. En ces temps degrands désordres dangers mondiaux, notre intérêt à nous européens est de dialoguer de travailler avec lui, avec les USA, la Chine, de nous montrer forts, en lui faisant raisonnablement confiance. On nous ressort en permanence les droits de l’homme. Pourquoi voulons nous que le monde entier soit exactement au même niveau que nous et en même temps. Par ailleurs, si une certaine elite intellectuelle russe n’aime pas Poutine, elle ne représente qu’un faible pourcentage. Les autres, les sans dents, s’expriment aussi et le plébiscitent, cest beaucoup le problème des Russes et très peu le nôtre.

    • Chávez aussi était l’élu d’une nation.

      Sinon, « sortir les droits de l’homme », c’est quand même un peu le minimum syndical sur un site d’information libérale, non ?

    • Quoi de mieux pour mettre de l’ordre dans le monde …que de déclencher des conflits en Ukraine et foutre un peu plus la merde en Syrie!

  • c’est le syndrome d’Astérix , on aime les rebelles ..qu’est ce que Poutine et la Russie face à une Amérique dominant le monde depuis plus d’un siècle ? la Russie ne serait plus qu’ une datcha pour l’oncle sam sans le soutien de la plus part des pays en ‘voie de développement’ , ils ont aussi leur champion
    quant à sa ‘dictature’ , la politique n’est jamais toute rose , sa couleur dépend des adversaires que l’on doit affronter !

  • Comparez un Poutine à un Hollande !

    Il n’y a pas photo. Après, le crédit que l’on peut apporter à n’importe quel politicien est toujours injustifié, surtout si on ne se renseigne pas et si on ne juge pas sur les résultats. Mais le problème de base reste pour moi la nullité des autres.

    • Sur quel point il n’y a pas photo?
      En quoi ce que fait Poutine est mieux qu’Hollande? Dites-nous

      • La bonne question est : que fait Hollande que Poutine ferait mieux d’imiter ?

        • On me souffle qu’il est malvenu de répondre à une question par une autre question.
          Sinon, pour vous répondre, à tout hasard, je dirais: arrêter d’assassiner ses opposants.
          J’ai bon?

          • Ah bon Hollande a arrêter d’assassiner ses opposants ? Il tente par le biais de la justice mais froidement je ne pense pas ?

          • 1. Ca n’est pas une autre question, mais une forme plus adaptée aux positions respectives de donneur et de receveur de leçons.
            2. Toutes ces bombes que la France déverse sur divers pays du monde, ça ne tue personne ?

            • 1/Vous lui posez bien une question sans avoir pris le temps de répondre à la sienne.

              2/ Vous voulez vraiment compter le nombre de bombes lâchées (et de morts perpétrées) par chacun des 2 protagonistes? En fait vous roulez pour Hollande dans cette histoire! 🙂

        • « La bonne question est : que fait Hollande que Poutine ferait mieux d’imiter ? »

          En ramenant la Russie au niveau de la France dans tous les domaines, la Russie ferait un bon d’une centaine de places en libertés individuelles, économiques, de la presse… L’économie de la Russie se développerait et serait plus diversifié… Bref, la France, avec tout ses défauts, est incroyablement mieux que la Russie.

          • Un bond d’une centaine de places, ça c’était l’an dernier. Cette année, ça n’est déjà plus que six douzaines, à vue de nez. Quant à dire que l’économie de la Russie s’en développerait, c’est une affirmation parfaitement gratuite. Il me paraît bien plus probable qu’on aurait une explosion de la corruption et un retour à une certaine anarchie. Il me semble que les Russes comme moi pensent que la liberté et l’économie se bâtissent sur l’ordre et non dans l’ordre inverse.

            • « Quant à dire que l’économie de la Russie s’en développerait, c’est une affirmation parfaitement gratuite. »

              Non, l’état de droit est bien plus présent en France qu’en Russie… La France est plus compétitive, plus ouverte sur le monde, la population est plus productive et créative…

              « Il me paraît bien plus probable qu’on aurait une explosion de la corruption et un retour à une certaine anarchie. »

              C’est le socialisme qui produit la corruption et la Russie est plus socialiste que la France.

              « Il me semble que les Russes comme moi pensent que la liberté et l’économie se bâtissent sur l’ordre et non dans l’ordre inverse. »

              C’est faux. L’ordre, le vrai, celui qui est spontané, est postérieur à la liberté. Si la liberté semble d’abord produire le désordre c’est à cause des grands ajustements nécessaires. Vous ne défendez pas l’ordre mais la tyrannie.

              • « Non, l’état de droit est bien plus présent en France qu’en Russie… La France est plus compétitive, plus ouverte sur le monde, la population est plus productive et créative… »

                Il est clair qu’en ce qui concerne l’Etat de droit il est bien plus présent en France y a pas photo, en France on assassine pas encore les opposants, on ne les mets pas en prison non plus pour éviter de se les taper aux présidentielles. Il faut être complètement à côté de ses pompes pour suggérer que la Russie est meilleure à ce niveau là o_o

                Quand à la compétitivité vous avez tout à fait raison, un Russe produit en moyenne 29 000$ par an de richesse, comparé à 36 000$ pour un Grec et 63 000$ pour un Américain, je n’ai pas le chiffre de la France mais il se situe dans les 50 000$/an, autant dire le double de la Russie.

    • ils ne sont pas comparables car il ne sont pas dans la même situation. Hollande se fout des français comme ses prédécesseurs, il fait en sorte d’avoir le moins de problèmes possibles et passe un quinquennat plutôt tranquille en jouant les rois. Poutine..il peut sans aucuns problèmes avoir la même vie que notre François..facile, mais il est un Homme, les courbettes non mérités ne lui suffissent pas, il veut être actif , pas soumis…la politique est uniquement une histoire sexuelle , on fait ou on subit , on est au dessus ou au dessous et chacun y prend son plaisir 😉

      • « mais il est un Homme, les courbettes non mérités ne lui suffissent pas, il veut être actif , pas soumis…la politique est uniquement une histoire sexuelle , on fait ou on subit , on est au dessus ou au dessous et chacun y prend son plaisir »

        Et revoilà ces histoires de virilité, de sexualité..Les pro-russes me rappellent beaucoup les islamistes qu’ils prétendent combattre, avec ces gros complexes sexuels qui débordent et cachent un mal-être, une frustration. Un homme, un vrai, ne ressent pas le besoin de le montrer ou de le crier sans arrêt car c’est évident qu’il l’est, il impose le respect de sa seule présence, naturellement.

        • C’est bizarre de voir à quel point les prétendus conservateurs chrétiens poutinistes sont obsédés par le sexe, j’ai vraiment l’impression que ce sont des gens malsains…

        • « Les pro-russes me rappellent beaucoup les islamistes qu’ils prétendent combattre »

          D’ailleurs de nombreuses ukrainiennes ont eu le privilège de se faire violer par des anciens prisonniers russes au nom de la défense de la chrétienté (qui, comme on le sait tous, fait face au risque homo-nazi en Ukraine).

          Vous pouvez ici voir un courageux soldat de dieu russe fouetter une femme pour être allé dans un bar :

          https://veriteperdue.wordpress.com/2014/12/01/retour-au-moyen-age-en-novorossia/

          « Les femmes ne devraient pas aller dans les bars, si elles le font, nous devrions toutes les violer. »

          • Ça ne me surprend pas, la défense des valeurs chrétiennes n’est qu’une excuse, Poutine et ses potes n’en ont cure.

            • Je trouve ça vraiment gênant car je pense sincèrement que le libéral-conservatisme existe et que ce n’est en rien une compromission des idées de liberté mais un tout cohérent permettant d’analyser le monde. En voyant les poutinistes, je comprend ce que ressentent les musulmans voyant IS agir.

  • Et si on essayait de définir Vladimir Poutine par ce qu’il n’est pas.
    Il n’est pas médiocre, tout simplement.

    Il n’est pas notre allié, et ne le sera jamais.
    Il ne défendra vraiment personne que les siens; son pays, sa classe, sa caste.
    Mais au moins ne le cache-t-il pas.
    Son jeu est largement transparent; aussi transparent que peut l’être une partie d’échecs. On voit ce qu’on voit, et on essaie de deviner le reste.

    On peut ne pas l’aimer, c’est même assez facile. Mais ne pas le respecter, cela relève du déni de réalité.
    Combien de membres éminents de la classe politique française mériteraient une fraction de ce respect ? Les russes sont-ils si sots, de le plébisciter à ce point ? Internet n’est pas censuré, en Russie, ou alors très mal …

    Le dégoût que notre propre classe politique suscite, et de façon croissante, peut inciter à chercher des modèles ailleurs.
    Entre divers maux, il faut choisir le moindre. La dignité est très, très haute dans la pyramide des besoins essentiels. C’est ce que Vladimir Poutine apporte à son peuple. Et c’est ce qu’il propose aux partis politiques européens « populistes » d’essayer de reconquérir.

    Notre classe politique nous cocufie chaque jour, sans fard, avec un sourire mielleux, et en mettant en place une police politique qui n’a pas grand chose à envier à la police politique russe actuelle.

    Les réactions officielles au discours récent de Philippe de Villiers vont être intéressantes à suivre.

    • Depuis quand faudrait-il respecter un tyran ?
      Quelle dignité il y a-t-il à vivre dans un régime autoritaire ?

      • Il m’arrive de me demander si effectivement il n’y a pas une franche de la population qui a une pensée suffisamment libérale pour dire que la démocratie n’est pas l’optimum qu’ils souhaitent, que la classe politique est médiocre mais qui n’ayant pas « l’imagination » d’une société réellement libérale qui n’a sans doute jamais encore existé; aspire du coup à la destruction de la démocratie pour l’autoritarisme.

        Un paradoxe sans doute.

      • Chacun a les critères de respect qu’il veut bien avoir.
        C’est un sujet très personnel.

        Personnellement je mesure très égoïstement le caractère tyrannique d’un système aux contraintes qu’il me fait subir à moi. Comme je ne suis pas fonctionnaire, je n’ai rien à gagner à vivre dans un régime qui me contraint chaque jour, me confisque une part dominante de la valeur que je crée, et piétine gaillardement tout ce en quoi je crois.

        Dans son récent discours Philippe de Villiers a été jusqu’à faire un appel public à la désobéissance civile et fiscale : « il ne faut pas nourrir un système qui ne respecte pas nos valeurs ». J’attends avec gourmandise les suites judiciaires à la chose, où le « pouvoir » prendra en compte l’effet Streisand, et aussi son désir de promouvoir des candidats à la présidentielle qui viendraient prendre des voix à la droite traditionnelle et / ou au Front National.

        Le croiriez-vous ? Le système russe actuel est beaucoup moins liberticide que ce que qui existe en France en ce moment.
        Et, comme nous, les russes peuvent voter librement à des élections libres. LOL
        (je me rappelle avoir voté une fois, quand j’étais plus jeune, il y a très longtemps, avant de conclure que cette imposture ne méritait pas que je me déplace; la situation a plutôt empiré …)

        Héritage de la période soviétique, les russes savent qu’ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes, depuis longtemps. Mais au moins personne ne vient leur faire la morale. Personnellement je n’oublierai jamais l’heure passée dans un commissariat la première fois où des djeunes m’ont poliment demandé de leur céder mes objets de valeur, à cinq contre un; si ce n’était le fait qu’un des objets appartenait à mon employeur, qui exigeait une déclaration de police, j’aurais du me contenter d’une main courante.

        Quelle est la liberté dans un système de contraintes multiples et de prédations multiples, à commencer par les prédations étatiques ? Le tyran n’est jamais un individu isolé; celui-ci n’est rien seul, sans son ecosystème. Le tyran lui-même est un sujet indifférent. Le vrai sujet, c’est la tyrannie, c’est à dire le degré de liberté, quelle que soit la façon dont elle est exercée.

        Quelle est la liberté quand un météorologue compétent vient s’exprimer publiquement, mais hors antenne, pour se faire débarquer ? Devoir de réserve ? Vaste blague : combien y-a-t-il de météorologues compétents qui ne dépendent pas directement ou indirectement du pouvoir politique ou administratif, en tant qu’employé ou en tant que fournisseur ? Probablement un zéro pointé.

        La télévision russe est massivement iconoclaste, et elle est drôle.
        Vladimir Poutine lui-même ne dédaigne pas de se rendre à des spectacles où les acteurs se paient publiquement sa tronche, et est le premier à en rire. Je doute que René Le Honzec fasse rire les pantins qu’il croque au quotidien.

        Elle a aussi ses sujets tabous. Il y est mal vu de vomir sans retenue sur la Russie et ce qu’elle représente. Celui qui enfreindrait cette règle serait aussi viré; mais pas principalement pour lèse-majesté : tout simplement parce que l’audience réagirait mal. Chacun a la dignité qu’il mérite.
        Je préférerais que la France médiatique et culturelle adopte un système de valeur de cette nature.

        • « Le système russe actuel est beaucoup moins liberticide que ce que qui existe en France en ce moment. »

          Ça, il faut le dire très vite.
          Mais vraiment vite.
          Genre vitesse du son.
          Et on ne parle même pas d’économie.

          • Pas belle, la vie ?

            La Russie souffre de trois choses :
            – l’héritage soviétique et les rigidités administratives qui vont avec
            – une criminalité économique assumée – dans bon nombre de secteurs on ne fait pas concurrence impunément à des intérêts constitués
            – la « malédiction du pétrole », où la rente pétrolière renchérit le coût des facteurs locaux, et a réduit l’incitatif à tous les niveaux à produire mieux et exporter

            Elle a cependant comblé une partie de son retard depuis la chute du mur; et les récentes sanctions vont un peu plus l’aider dans ce sens, tout comme la disparition de la rente pétrolière et gazière donne les moyens politiques d’une nouvelle restructuration de l’économie, sans quantitative easing.

            Culturellement la France et la Russie ont longtemps été proches; les mentalités sont voisines, les cinémas se ressemblent, les élites russes étaient francophones et les français finançaient le chemin de fer russe; et la PCF idolâtrait Joseph Staline. Elle sont en train de se croiser : la France s’enfonce dans le totalitarisme, pendant que la Russie s’en éloigne. Pendant que les français s’indignent du sort des russes, ces mêmes russes nous plaignent de notre décadence en mouvement rapide et s’amusent du spectacle que nous donnons. Peu de pays ont un clown et un pion de lycée à la tête de l’état.

            Concernant la politique syrienne, les russes ont le sentiment que leur armée bombarde les bonnes cibles. A tort ou à raison ils se sentent solidaires des chrétiens d’orient, dont le martyre pourrait amuser à Canal+ ou chez Charlie Hebdo, pendant que nous fournissons des armes modernes à leurs tortionnaires. Cette cohérence-là et ce système de valeur sont perçues comme pesant plus lourd que la possibilité de voter pour Pierre ou Paul, surtout quand Pierre et Paul se contrefichent de nous pendant 4 ans et dix mois après chaque élection.

            Vous, et Natalie MP, vous avez payé des impôts qui ont servi à fournir des armes à de vrais tortionnaires. Et apparemment vous ne regrettez rien. Je suis heureux qu’il existe encore un Vladimir Poutine pour aider à neutraliser ces armes que nous avons livrées.

            Il faut le dire vite, en effet. Mais on peut le dire. Tout est question de pondération des critères.
            Rendez-vous dans un an.

            • J’observe que, du moment que Poutine va casser du musulman, le sort des droits naturels des Russes vous importe assez peu.
              Effectivement, chacun a ses critères de ce qui fait la dignité d’un homme.

              • Ces « musulmans » que la Russie combat sont des bêtes sauvages, que quelqu’un doit contenir.

                Les premières victimes de ces bêtes sauvages sont d’autres musulmans, qui ne souhaitent simplement pas singer leur mode de vie un peu trop traditionnel à leur goût, ou se soumettre à l’impôt ou à la conscription. Essayez de vivre vos choix LGBT à Raqqa …

                Ne pas les combattre serait envoyer un signal clair à ces autres musulmans que c’est une situation acceptable et qui durerait; cela pérenniserait un système de société barbare, et condamnerait ces autres musulmans à y vivre, et à laisser éduquer leurs enfants pour que ces mêmes enfants viennent nous faire la guerre.

                Padamalgam, hein ???

                • Parce que, bien sûr, les LGBT sont mieux traités dans la Russie poutinienne…
                  Enfin, on l’aura compris : vous n’avez cure du sort des Russes vivant sous un régime autoritaire ; vous aimez simplement un tyran qui frappe des gens que vous détestez.
                  Vous rappeler que les ennemis de nos ennemis ne sont pas forcément nos amis devrait être une perte de temps.

                • « Ces « musulmans » que la Russie combat sont des bêtes sauvages, que quelqu’un doit contenir. »

                  La Russie combat en priorité l’opposition et pas l’IS. Elle est responsable de la radicalisation des sunnites syriens en protégeant le régime de Bachar al-Assad. Le constructivisme aboutit toujours à l’effet inverse de celui recherché. En soutenant coute que coute les barbaries du régime syrien on ne fait que créer de nouveaux terroristes. D’après vous, qu’est ce que pense un syrien dont les proches, qui ne sont pas des islamistes, ont été tué dans une bombe russe ? Ne va il pas se dire qu’après tout les islamistes ont raison ?

                  Si vous voulez diminuer le nombre d’islamistes, il faut arrêter de tirer sur tout ce qui bouge et trouver des sunnites pour se battre contre les islamistes sunnites. N’importe quoi d’autre aboutira à un pourrissement de la situation.

                  « Les premières victimes de ces bêtes sauvages sont d’autres musulmans, qui ne souhaitent simplement pas singer leur mode de vie un peu trop traditionnel à leur goût »

                  Vous parlez de l’état islamique, hors les gens qui se sont révolté pendant le printemps arabe n’avait rien à voir avec ça. Aujourd’hui, de tout les pays qui ont connu le printemps arabe, la Syrie est celle qui a le plus d’islamistes à cause de la répression qui s’en est suivie…

                  « Ne pas les combattre serait envoyer un signal clair à ces autres musulmans que c’est une situation acceptable et qui durerait »

                  Les combattre en faisant de la bouillie de civil donne du poids au message des islamistes et pousse de nombreuses personnes désespérés à se tourner vers les terroristes.

              • AH MDR. J’aime pas Poutine mais la mauvaise foi, c’est magistrale. Quand Poutine casse du musulman c’est dégueulasse par contre Obama c’est bien (il arme en plus des extremistes ! bien joué, y a pas à dire, il casse la Barack  » ! Laisssez le peuple russe décider de leurs sorts. Vous vivez en russie pour penser à la place des russes ?
                Le deux poids deux mesures d’un spécialiste de la liberté.

                • Non, quand Obama casse du musulman, ce n’est pas bien. Quand Poutine casse du musulman, ce n’est pas bien. Et quand Poutine viole les droits naturels des Russes, c’est encore moins bien.

                  Je suis, bien sûr, le premier à dire que les Russes sont les seuls à décider de leur sort. J’observe néanmoins que Poutine semble être d’un avis contraire en faisant tout pour étouffer toute opposition à son régime autoritaire.

                • Mais que viennent faire les USA dans cette histoire? Il ne me semble pas avoir vu une quelconque mention à ce pays dans l’article. Si?

                  Qui a parlé des USA et d’Obama? Personne, hormis les défenseurs du régime russe.

                  Étrange non?

                  Vous illustrez parfaitement les propos de l’auteur de l’article quant aux fanboys de Poutine et leur anti-américanisme primaire. Chapeau!

                  • J’ai été une américaniste convaincue pendant très longtemps mais depuis quelques temps. Disons que je trouve qu’ils filent mauvais coton et qu’ils nous entraînent dans leur chute. Les chiffres économiques des EU sont très alarmants ce qui n’est pas bon du tout pour nous.
                    Je ne répondrai pas sur votre dernière phrase, elle d’un niveau…. primaire !

                    • « Les chiffres économiques des EU sont très alarmants ce qui n’est pas bon du tout pour nous. »

                      LOL Vous vivez dans quel monde ??? On récapitule :

                      Croissance du PIB des USA 2013 : +2.3%
                      Croissance du PIB des USA 2014 : +2.4%
                      Croissance du PIB des USA 2015 : +2.4% (prévisions)

                      Croissance du PIB Russie 2013 : +1.3%
                      Croissance du PIB Russie 2014 : +0.6%
                      Croissance du PIB Russie 2015 : -4%% (prévisions)

                      Ecart USA/Russie : +9.2 points en faveur des USA. C’est raté, désolé mais l’économie américaine est pratiquement la seule à aller bien aujourd’hui avec celle du Royaume-Uni.

                    • Vous tapez encore à coté de la plaque.

                      Ce que j’essayais (en vain apparemment) de vous montrer dans mon précédent commentaire c’est que seuls les pro-russes viennent mettre le sujet des USA sur le tapis. Peu me chaut que vous ayez été atlantiste ou pas. là n’est pas la question.

                      Personne n’a parlé des USA à part les pro-Poutine. Pourquoi selon vous? (essayez cette fois de regarder la lune et non le doigt)

                    • @Oliber

                      C’est un raisonnement frauduleux appelé whataboutism :

                      https://en.wikipedia.org/wiki/Whataboutism

                      Contrairement à d’autres sophismes, on ne peut pas savoir si c’est non intentionnel ou malveillant. C’est ce qui explique que malgré sa grossièreté par rapport à d’autres escroqueries intellectuelles il est massivement utilisé.

                    • OUI oui, les EU vont très bien c’est sûr !! Sortez vos petites statistiques !
                      Ils y a les petits mensonges, les gros mensonges et les statistiques, vous ne saviez pas ?
                      Vous vous focalisez sur le PIB qui ne veut rien dire ! allez chercher des chiffres plus pointus sur l’économie américaine et on en reparlera !

                    • @ un_lecteur: Ah mais je le sais bien, c’est justement ce que j’essayais de lui faire pointer. 🙂

                      @libellule:Va falloir vous le dire en quelle langue? On s’en tamponne des USA! ce n’est pas le sujet. Ça n’a jamais été lé sujet. Et ça ne le sera pas.

                      Seuls vous et vos amis pro-russes nous bassinez avec ça.

                      D’où ma question (que je vous pose pour la 3e fois car vous semblez volontairement l’éluder): Pourquoi ce sont toujours les pro-russes qui remettent systématiquement ce sujet sur la table? (un_lecteur vous a donné une piste, suivez la!)

                    • « Pourquoi ce sont toujours les pro-russes qui remettent systématiquement ce sujet sur la table? »

                      Car ce sont les juifs qui ont payé Socrate, Platon et Aristote pour qu’ils inventent un truc foireux appelé « sophisme » en prévision du moment ou ils allaient prendre le contrôle d’un pays construit sur un nouveau continent pour s’en servir contre la Russie.

                      Avec des complotistes tout a toujours un sens…

                    • Oliber : je crois que vous êtes bouché du bulot. JE NE SUIS PAS PRO RUSSE est ce clair? Pourquoi je parle des EU (qui n’est pas le propos du billet, merci je l’avais remarqué) c’est tout simplement parce qu’il y a une telle admiration, vénération des EU chez certains que cela en devient risible. Tout comme, j’aurais eu la même réaction vis à vis de ceux qui ont une vénération pour Poutine. Je n’apprécie guère les attitudes binaires lorsque l’on connait pas les buts et les aboutissants de la politique étrangère.
                      Je parle des EU parce que je connais bien mieux l’histoire de ce pays que la russie et pourquoi, je fais souvent un parallèle entre les deux et aussi l’europe, c’est tout simplement parce je pense très sincèrement à un glissement vers l’autocratie des pays occidentaux.
                      Le libéralisme économique n’a jamais existé en france et n’existera jamais car il défend des valeurs individuels que les pays occidentaux tentent de refréner par tous les moyens. Nous ne nous dirigeons vers plus de libertés mais bien au contraire. Si vous croyez encore que je défends poutine alors là, je ne peux rien pour vous.
                      Le rêve américain s’étiole avec son économie et la notre. Regardez autour de vous, lisez autre chose que la presse subventionnée, et pensez par vous même.

                    • « c’est tout simplement parce qu’il y a une telle admiration, vénération des EU chez certains que cela en devient risible. »

                      On voit que vous avez pas fréquenté les articles ou on parle que des USA… Évidemment que ce pays fait face à de nombreux problèmes et tout les contributeurs en sont conscient. Ce pays est juste mieux que la Russie sur tout les plans.

                      C’est un peu comme si vous décidiez de défendre bec et ongle la 205 car selon vous l’Audi RS7 n’est pas la meilleur berline sportive construite… Moi je vous dit qu’on peut évidemment critiquer l’Audi et qu’elle n’est pas la voiture parfaite mais qu’elle est au dessus de la moyenne et que votre diatribe sur le 205 n’est pas tenable.

                      « Tout comme, j’aurais eu la même réaction vis à vis de ceux qui ont une vénération pour Poutine. Je n’apprécie guère les attitudes binaires lorsque l’on connait pas les buts et les aboutissants de la politique étrangère. »

                      On ne la pas vu, pourtant ce ne sont pas les kremlinophiles qui manquent.

                      J’ai vraiment l’impression que vous vous lancez dans l’escroquerie de la fausse impartialité…

                      « Je parle des EU parce que je connais bien mieux l’histoire de ce pays »

                      Contrepoints fait des tas d’articles sur les USA ou vous pouvez nous faire part de votre savoir. Ici c’est du whataboutism.

                      « je pense très sincèrement à un glissement vers l’autocratie des pays occidentaux. »

                      Ce qui n’a rien à voir avec tout les mouvements gauchistes que la Russie soutient depuis l’URSS et maintenant avec l’addition des mouvements d’extrême droite. En glissant vers l’autocratie, l’occident se rapproche de la Russie plutôt que de défendre ses valeurs.

                      « Le libéralisme économique n’a jamais existé en france et n’existera jamais car il défend des valeurs individuels que les pays occidentaux tentent de refréner par tous les moyens. »

                      La France était un des pays les plus libéral du monde avant la WW1.

                    • Prenez le temps de relire mes billets et vous verrez que je n’ai jamais défendu Poutine. J’ai parlé des russes mais pas de poutine.

              • Et en plus il le fait mal, le régime syrien fait du surplace…

            • « Concernant la politique syrienne, les russes ont le sentiment que leur armée bombarde les bonnes cibles. »

              C’est vraiment un sentiment…

              « A tort ou à raison ils se sentent solidaires des chrétiens d’orient »

              Les bombardements de Poutine on ramené pleins de sunnites furax de se prendre des bombes sur la tête (car ils se croyaient en sécurité dans les zones contrôlés par l’opposition) vers les zones peuplés de chrétiens. Ainsi, la guerre va être ramené à cet endroit et les chrétiens vont continuer à partir petit à petit à cause des violences, du ressentiment et de l’absence d’opportunités économiques. En massacrant des tas de civils aussi brutalement en prétendant protéger les chrétiens Poutine va bientôt sceller la fin du christianisme en Syrie…

              Si vous voulez protéger les chrétiens il faut arrêter ces frappes et séparer la Syrie en trois états. Sinon c’est que vous cherchez autre chose, comme protéger une dictature socialiste, mais pas protéger les chrétiens…

              « pendant que nous fournissons des armes modernes à leurs tortionnaires. »

              On a fourni des missiles TOW, qui ne fonctionnes que sur des blindés, ils ne peuvent que aider à réduire le nombre de morts civils. C’est des armes purement défensives.

              « Je suis heureux qu’il existe encore un Vladimir Poutine pour aider à neutraliser ces armes que nous avons livrées. »

              C’est les missiles TOW qui vont neutraliser les blindés de l’armé syrienne et empêcher des tortionnaires de massacrer des gens.

          • Bravo José, la vérité fait mal mais elle est nécessaire 🙂

          • Ahahaha j’ai bien ris, merci de remettre ces gens à leur place ?

      • c’est quoi un ‘tyran » ?
        un type qui s’adapte aux circonstances( bien sur les malades sont hors course) . on peut surtout se poser la question avec le coréen du nord, c’est un tyran , mais , peut il être autre chose avec ses voisins chinois ou autres qui verrait mal la réunification de la Corée?
        d’autres tyrans sans tirent mieux , je pense aux émirs par exemple ou à l’Arabie saoudite

    • Jamais je ne respecterais un tyran, jamais! Poutine je lui crache à la figure !

    • « Internet n’est pas censuré, en Russie, ou alors très mal … »

      La Russie, avec le projet SORM, a réussit à mettre au point la parfaite dystopie orwellienne. Contrairement à la Chine, ou la censure est visible, arrivant souvent à des situation absurdes (blocage de Github par exemple), elle est bien plus précise et pernicieuse en Russie. Ainsi, l’internaute russe peut consulter toutes les futilités qu’il veut, mais si il cherche à s’informer il fera face à énormément de difficultés. Mettez ça à coté des grand médias du Kremlin et de l’armé de trolls Poutinistes et vous avez la dictature de l’information parfaite.

      Je conseil de lire « the red web », de deux opposants russes, qui, si ils ne sont pas de parfaits libéraux, sont au moins des défenseurs des libertés individuelles.

      http://www.amazon.fr/The-Red-Web-Dictators-Revolutionaries/dp/1610395735

  • La Russie n’est pas européenne, elle n’est pas non plus asiatique elle est russe et singulière.

    On peut aisément critiquer le régime Russe et son chef Poutine mais quand on y regarde de plus prêt la seule chose qui change par rapport aux démocraties occidentales c’est que la confiscation du pouvoir se fait au grand jour alors que chez nous elle se fait en coulisse.

    Certes chez nous européens les élections sont moins truquées mais c’est parce que le résultat n’a aucune importance et ne décide en rien de l’avenir des pays car c’est l’administration qui a pris le pouvoir les élections ne servant le cas échéant qu’à ralentir un peu son expansion et sa main mise sur la population.

    • « La Russie n’est pas européenne, elle n’est pas non plus asiatique elle est russe et singulière. »

      Et serait-ce pour cela que les Russes n’auraient pas le droit de connaître enfin dans leur histoire un régime non autoritaire et liberticide ?

      • Non mais analyser la Russie avec une grille de lecture purement occidentale est pour moi le meilleur moyen de passer à côté de la singularité de la Russie.

        Que reproche-t-on à Poutine?
        D’intimider et de mettre hors d’état de lui nuire ses opposants?
        D’avoir fait de la télévision d’état un instrument de propagande?
        La corruption?
        D’interférer dans les décisions de justices?
        D’avoir annexé le territoire russe de Crimée sans effusion de sang?

        Alors oui Vladimir il n’est pas très subtil et il n’avance pas aussi caché que nos gouvernants occidentaux, mais au final il n’est guère pire que les autres gouvernants que nous avons à supporter mais c’est une ennemi assez commode que l’on peut dénigrer à peu de frais et jeter en pâture sans relâche à l’occident comme étant pour certain (je ne dis pas que c’est votre cas ou celui de l’auteur) un bien plus dangereux personnage que Staline tout ça pour montrer à quel point nous avons de la chance de vivre dans nos démocraties occidentales.

        • Les droits naturels des individus et leur protection, ce n’est pas qu’une grille occidentale de lecture. C’est universel. Et cela concerne également les Russes.
          La singularité de la Russie, c’est surtout que d’aucuns veulent nous faire accroire qu’il faut analyser ce pays selon un angle de vue bien spécifique. De manière assez curieuse, ce genre de réflexion ne concerne jamais que la Russie. J’attends le jour où l’on nous assurera qu’il ne faut pas analyser le Venezuela, le Soudan ou la Birmanie selon une « grille de lecture purement occidentale ». D’ailleurs, qu’est-ce qui n’est pas occidental en Russie ? S’il y a une chose que les communistes ont réussi à faire en Russie, c’est bien d’avoir définitivement occidentalisé ce pays.

        • « la singularité de la Russie. »

          La Russie n’est pas singulière… En 1917 les sociaux démocrates étaient majoritaires et se sont fait voler la révolution par les bolchéviques. En 1990 ils croyaient avoir enfin réussit, mais il n’ont pas été vigilants et se sont fait voler le pouvoir par Poutine, qui les a trahis car il venait justement du camp des réformistes.

          « On peut aisément critiquer le régime Russe et son chef Poutine mais quand on y regarde de plus prêt la seule chose qui change par rapport aux démocraties occidentales c’est que la confiscation du pouvoir se fait au grand jour alors que chez nous elle se fait en coulisse. »

          Cela serait le cas si la Russie était comparable aux pays occidentaux au niveau des libertés… Hors elle est incroyablement plus bas que la France.

          « Que reproche-t-on à Poutine? »

          En plus de ce que vous venez de dire on peut ajouter l’agression de tas de « pays frères » qui voulaient juste retrouver un peu plus de liberté…

  • Mon article est à charge, oui. Et le titre n’a pas été choisi au hasard.
    80% (à la louche) des commentaires de ce fil prennent fait et cause pour un dirigeant autoritaire et criminel et se chargent de lui tresser des louanges, certains en protestant de leur grand libéralisme !
    Et on voit à peu près la même hystérie pro-Poutine sur les réseaux sociaux, généralement alimentée en toute « indépendance » par le média poutinien par excellence, Sputnik.
    En conséquence, je me sens totalement justifiée dans ma démarche.

    • Il est difficile d’être « pro-Poutine ».

      Ce n’est ni un ami, ni un allié, ni quelqu’un dont on aimerait être l’adversaire.
      Si j’étais russe, résident en Russie, je pourrais le détester, tout en ne voyant rien ni personne pouvant faire mieux dans les circonstances présentes.

      Mais je suis français, et je ne peux pas vraiment détester ce que je vois chez nous; cela ne le mérite même pas. Le sentiment dominant est la honte, et c’est cent fois pire. J’ai honte du spectacle que donne notre pays et sa classe dirigeante; j’ai honte de l’état de délabrement dans lequel le pillage systématique par nos zélytes laisse le pays pour les générations qui nous suivent. J’ai honte de la lâcheté avec laquelle la communauté française se rend sans combattre à un système qui ne leur porte aucun respect et ne leur veut aucun bien. J’ai honte de l’immense hypocrisie du politiquement correct que l’on nous impose au quotidien.

      Il n’y a pas d’amour envers des gens qui ne le méritent ni ne le recherchent. Mais du respect, certainement.

      • « ni quelqu’un dont on aimerait être l’adversaire. »

        En tant qu’individu Poutine est un lâche. Il se cachait à Dresde lors de la chute du mur de Berlin, se cachait lorsque les russes retrouvaient leur liberté, se cachait lors du coup d’état des hardliner… Ne croyez pas toute cette communication qui veut le faire passer pour quelqu’un de courageux.

        « Si j’étais russe, résident en Russie, je pourrais le détester, tout en ne voyant rien ni personne pouvant faire mieux dans les circonstances présentes. »

        Ils sont tous morts, enfermés, en exil ou simplement terrifiés…

        « Mais du respect, certainement. »

        Tout ce que nos dirigeants font à la France, ce que vous faites remarquer, Poutine le fait en pire à la Russie… Pourquoi le respecter ?

        • Parce qu’il évite à son pays de tomber dans l’orbite étasunienne.
          Où en tant que chef d’état, il se sentirait obligé de traiter les Pussy Riots comme nous autres traitons les FEMEN. (c’est à dire très bien)

          Parce que, bon gré, mauvais gré, il fait évoluer, ou accompagne l’évolution de la société russe, en la traitant telle qu’elle est. Il n’est ni un magicien, ni un saint. Et de très loin s’en faut, bien sûr. Mais les choses progressent, en partant de très bas.

          Parce que, s’il faisait ce que ses rivaux attendent de lui, la Russie se retrouverait en moins d’une génération dans la situation de l’Ukraine ou de l’Afrique. L’Ukraine est en pratique une Russie avec un pouvoir central faible, des oligarques encore plus puissants, et où l’influence des services secrets atlantiques n’est pas tenue en échec. On a vu ce que cela a donné récemment. Plonger ses rivaux dans le chaos est une stratégie vieille comme le monde; on peut ensuite les dépecer à loisir.

          Vous ne croyez quand même pas que « Maidan » était un mouvement spontané ?
          Vous ne croyez quand même pas que les mêmes plans n’existent pas pour la Russie ?

          Nous sommes dans la 2ème guerre froide; et Vladimir Poutine tient bon, malgré un extraordinaire déséquilibre des forces. La population russe peut voyager et comparer; elle peut regarder Euronews et CNN, et personne ne peut forcer personne à voter pour qui de droit. (même si un administrateur local sera sanctionné si sa circonscription vote mal, comme quand l’état socialiste français peut couper les vivres à une commune qui voterait FN) Et pourtant elle soutient son dictateur. C’est leur choix.

          A la différence du temps de l’union soviétique, les mécontents peuvent partir. Comme les dizaines de milliers, voire bientôt centaines de milliers de personnes qui font ce choix en France chaque année. Ceux qui restent votent massivement pour le parti en place. Cela me paraît très cohérent.

          Les russes ont connu le chaos des années Yeltsin. Avant toute chose beaucoup d’entre eux recherchent ordre et sécurité. Ils ne l’ont pas vraiment, mais c’est mieux qu’avant, et un « tien » vaut mieux que deux « tu l’auras ».

          • « Parce qu’il évite à son pays de tomber dans l’orbite étasunienne. »

            Encore cette chimère dont on ne sait pas ce que ça signifie ni pourquoi cela serait négatif… Au passage vous remarquerez que Poutine ne fait que agresser ses pays « frères » soit disant pour lutter contre les USA.

            « Où en tant que chef d’état, il se sentirait obligé de traiter les Pussy Riots comme nous autres traitons les FEMEN. (c’est à dire très bien) »

            Et c’est c’est à cause des USA, rien à voir avec des mouvements gauchistes que la Russie a soutenu dans tout les pays d’occident en vue d’y mettre en place des amis socialistes…

            « Parce que, bon gré, mauvais gré, il fait évoluer, ou accompagne l’évolution de la société russe, en la traitant telle qu’elle est. »

            Poutine n’a rien fait depuis les réformes de Yeltsin a part regarder le pétrole monter…

            « Mais les choses progressent »

            Non elles régressent actuellement.

            « Parce que, s’il faisait ce que ses rivaux attendent de lui, la Russie se retrouverait en moins d’une génération dans la situation de l’Ukraine ou de l’Afrique. »

            Ou plus vraisemblablement la Russie serait au niveau de la Pologne ou de l’Estonie, deux pays qui n’ont pourtant pas de pétrole.

            « L’Ukraine est en pratique une Russie avec un pouvoir central faible, des oligarques encore plus puissants, et où l’influence des services secrets atlantiques n’est pas tenue en échec. On a vu ce que cela a donné récemment. »

            L’Ukraine est un pays envahi par la Russie, c’est ce qui explique ses difficultés. Toutefois, si la plupart des régions ont stagné, certaines on enregistré une belle croissance cette année, jusqu’à 3%. Le Donbas, qui a reçu un gentil câlin fraternel russe, a lui vu son économie se contracter de 80%.

            « Vous ne croyez quand même pas que « Maidan » était un mouvement spontané ? »

            Ben si… C’est ce qui a le plus de sens…

            « Vous ne croyez quand même pas que les mêmes plans n’existent pas pour la Russie ? »

            Ben voyons… Je suppose que les sociaux démocrates qui se sont vu voler leur révolution en 1917 étaient des agents du sionisme et que les bolchéviques ont sauvé le pays ?

            « Nous sommes dans la 2ème guerre froide; et Vladimir Poutine tient bon, malgré un extraordinaire déséquilibre des forces. »

            Poutine a le champ libre de n’importe quoi… Obama ne s’est jamais sérieusement opposé à lui. Les ukrainiens et les syriens se seul face à sa tyrannie… Une des seules choses vrai que Poutine a dit c’est « négocier avec Obama c’est comme jouer aux échecs avec un pigeon ».

            « La population russe peut voyager et comparer »

            Seulement la population aisé, car la Russie est un pays pauvre, et celle-ci s’enfuit massivement de ce pays en déclin.

            « elle peut regarder Euronews et CNN »

            Avec beaucoup de difficultés et au prix d’être fiché sur SORM… Par contre elle ne peut plus avoir de presse libre. La censure c’est une des premières choses que Poutine a faite, après protéger son mentor, Yeltsin, de toute poursuite.

            D’ailleurs, la seule année ou il était chef du KGB est celle ou a été mit en ligne le projet SORM, aboutissement de longue années de recherches, commencé par Kopolev, à Kuchino, sous Staline, avec son programme de « phonoscopie », qui avait pour but de mettre en place une société totalitaire de nature orwellienne.

            « et personne ne peut forcer personne à voter pour qui de droit. »

            Les élections sont toutes truqués depuis 1996…

            « Et pourtant elle soutient son dictateur. C’est leur choix. »

            Tellement qu’a certains endroits Poutine atteint des scores staliniens, que la participation est au dessus de 100%, que même les morts se lèvent pour voter ! Ha la ferveur démocratique russe !

            « Avant toute chose beaucoup d’entre eux recherchent ordre et sécurité. Ils ne l’ont pas vraiment, mais c’est mieux qu’avant »

            Forcément, la Russie décline doucement dans sa sclérose après que Yeltsin ait (malgré tout ses défauts) réussit les réformes nécessaires à la sortie du communisme.

    • En seconde réflexion, et à l’occasion de la mort de René Girard, il est difficile de ne pas voir dans la poutinophobie orchestrée la création d’un bouc émissaire, tellement utile au pouvoir en place pour détourner l’attention de sa propre médiocrité et de ses propres turpitudes. Les minutes de la haine de « 1984 ».

      Avant de crier au loup et de vouloir réformer le monde, il est sain de balayer devant sa propre porte. Je ne crois pas que nous ayons des leçons à donner. Iraq, Libye et Syrie sont dans une situation 100 fois pire depuis qu’elles ont été l’objet de la pesante sollicitude de nos « démocraties ». Et c’était presque totalement prévisible.

      Votre article appelle à hurler avec les loups, ceux qui hurlent là-bas, dehors, dans les orchestres de la presse subventionnée. Je crois que vous vous trompez de cible et de débat; dans l’absolu et en particulier sur Contrepoints.

      • « En seconde réflexion, et à l’occasion de la mort de René Girard, il est difficile de ne pas voir dans la poutinophobie orchestrée la création d’un bouc émissaire, tellement utile au pouvoir en place pour détourner l’attention de sa propre médiocrité et de ses propres turpitudes. Les minutes de la haine de « 1984 ». »

        Ou c’est une réaction saine aux agissements de la Russie, qui est, elle, réellement orwelienne ?

        Lisez ceci, de quelqu’un qui justement s’oppose à Poutine et dont le courage et la simplicité mérite justement le respect : http://www.amazon.fr/The-Red-Web-Dictators-Revolutionaries/dp/1610395735

        « Iraq, Libye et Syrie »

        L’Irak se portait très bien avant la politique sectaire de Nouri al-Maliki et la Lybie est dans un état infiniment mieux que la Syrie ou il y a deux états totalitaires… On nous disait que si on massacrait pas quelques milliers de civils ce serait le chaos, on a déjà massacré 200 000 personnes et le chaos est total… Il est tant de trouver une autre stratégie.

        • Soutenir Bachar aura en effet empiré les choses, la Syrie est dans un Etat bien pire que le reste et c’est bien à cause de la Russie et de l’Iran qui ont aidé Bachar.

    • Je suis tout à fait d’accord avec les réponses que vous fait « J’écris ton nom ». Si votre article est uniquement à charge, alors il est ambigu : j’avez compris que vous vous interrogiez sur les raisons que certains peuvent avoir de soutenir un personnage que vous condamnez. Moi et d’autres, nous vous avons répondu que d’une part, un personnage condamnable peut néanmoins être le moins mauvais choix disponible, et d’autre part que tout le monde n’étant pas libéral, certains pouvaient préférer des valeurs étatiques et que l’honneur libéral est de respecter leur choix quelque amertume qu’on en ait.
      Qu’attendiez-vous ? Que nous fassions chorus « Ah oui, quel mauvais homme ! Faut-il que les 90% de Russes qui le soutiennent soient malavisés ! » ? Ou bien que nous recherchions ensemble le pourquoi de ce soutien qui vous choque, pour peut-être en déduire une ligne d’action ?
      Si c’est bien le deuxième terme de l’alternative, je crois que tant votre article que ses commentaires ont permis d’y voir plus clair sur la responsabilité dans l’affaire des comportements lâches et méprisables de nos propres dirigeants, et du fait que nous n’avons aucun modèle crédible non-utopique alternatif à proposer aux brebis russes égarées.

      • +++
        Les peuples ont les dirigeants qu’ils méritent ?

      • « ….un personnage condamnable peut néanmoins être le moins mauvais choix disponible »

        Quand le jeu consiste à choisir entre la peste et le choléra, le bon réflexe est de refuser d’entrer dans cette danse macabre, surtout pas de prendre parti.

        « Qu’attendiez-vous ? Que nous fassions chorus « Ah oui, quel mauvais homme ! Faut-il que les 90% de Russes qui le soutiennent soient malavisés ! » ? Ou bien que nous recherchions ensemble le pourquoi de ce soutien qui vous choque, pour peut-être en déduire une ligne d’action « ?

        La réponse au pourquoi à été donnée il y a plus de 2000 ans par les Romains : panem et circences. (quoi que pour le pain, on repassera)

        Le plan d’action? Et si on commençait par dénoncer ses errements? Oh wait…

      • « j’avais compris que vous vous interrogiez sur les raisons que certains peuvent avoir de soutenir un personnage que vous condamnez. » :
        Mais oui, pour les écarter car beaucoup trop raccord avec un certain schéma de montée du totalitarisme tel que je l’ai relu chez Hayek récemment (et j’en ai fait un commentaire). Le culte de « l’homme fort » en fait partie.

        Sur mon blog, un commentateur m’a dit, en se basant sur un extrait amusant de OSS117 N°2, que Poutine était un dictateur à la De Gaulle. Je crains qu’il ne soit bien au-delà, et ce serait dommage de finir avec le Dernier Roi d’Ecosse.

        Si vous êtes d’accord avec j’écris ton nom, alors on n’est certainement pas d’accord.

        Je ne suis pas la dernière à critiquer « les comportements lâches et méprisables de nos propres dirigeants ». Je perçois très bien aussi les atteintes régulières faites aux libertés chez nous (lois mémorielles, loi renseignement .. article aussi). Je ne souhaite qu’une chose, c’est voir s’enclencher un processus progressif de régression de l’Etat (nounou, stratège, employeur, décideur, instructeur etc..) pour ne garder qu’un Etat garant de l’état de droit (et sur ce point, le nôtre peut certainement mieux faire).
        Je ne vois pas comment ce peut être compatible avec l’homme fort qui pourvoit à tout d’en haut, même à supposer que « l’homme fort » soit totalement vertueux, ce qui n’est pas le cas de Poutine. C’est à nous-mêmes par nos activités, nos inventions etc.. de former une nation forte et intéressante.

        Je vais vous donner un exemple : j’ai assisté le 1er mai dernier à une conférence de Lech Walesa. Parmi les questions qui lui furent posées à la fin, l »une commençait par : « Il faudrait que l’Eglise se manifeste plus et prenne position contre la montée de l’islamisme etc… etc… » Notons d’abord que Walesa ne s’est pas montré plus préoccupé que ça par la montée de l’islamisme. Mais surtout, il a répondu à la personne qui posait la question :  » Mais Madame, c’est qui l’Eglise ? C’est vous, c’est moi, c’est chacun ici, ce sont les prêtres. Il n’existe pas d’Eglise entité supérieure au-dessus des chrétiens ».

        C’est qui l’Etat ? C’est nous.

        • Votre article est très intéressant et je l’ai lu avec beaucoup intérêt sur votre blog ! Je comprends à la fois ceux qui soutiennent Poutine et à la fois ceux qui s’y oppose. L’histoire de la russie est complexe et on ne peut en tant que non russe, s’arroger le droit de penser à la place des autres. C’est aussi cela, la liberté. Le monde est très complexe et peu de gens savent ce qui se passent dans les arcanes de la politique internationale.

          Personnellement, je n’avais aucune envie de défendre Poutine mais certains se sont persuadés tous seuls que j’étais Pro poutine. C’est extraordinaire !!
          La réponse à votre question à savoir « mais qu’est ce qu’ils lui trouvent tous ». La réponse est simple, ils ne lui trouvent pas grand chose de positif mais en tout cas/ilsles énervent terriblement. Ils rêvent tous d’être l’homme ou la femme providentielle béatifié par le bon peuple mais sans trop se fouler et puis il y a les copains, c’est important les copains en politique et pis il faut les placer en échange de services rendus hein !!!
          N’en déplaise, Poutine est malgré tout apprécié pas dans une grande majorité mais apprécié tout de même. Et puis parler de Poutine cela évite de parler des réels problèmes en Europe. Quand on a rien à dire et rien à proposer, on parle des autres.
          la fascination a toujours son pendant la haine.
          Haïr Poutine ne changera rien sur les libertés individuelles en Russie. Les seuls a pouvoir changer les choses sont les Russes. Ont ils envie de changer ? je ne sais pas.

    • Et vous avez parfaitement raison, ne vous laissez pas intimider par tous ces bots financés par les organes russes de propagande. Je lirais vos prochains articles sur le sujet avec grand plaisir.

  • « Ce dernier démissionne fin 1999 et Poutine lui succède à la Présidence russe en 2000 puis en 2004. »

    Pas un mot sur les attentats de Moscou en 1999 ? c’est pourtant un évenement majeur qui lui à vallu d’être élu et dont l’origine serait à chercher du côté du KGB…

    • Vous nous faites un article dessus ?
      Et ensuite vous pouvez passer au 11 Septembre 2001 et aux armes de destruction massive irakiennes.
      Les éléments à charge dans le premier dossier sont une goutte d’eau dans l’océan des incohérences des autres dossiers. Personne ne détient la vérité, et la glace est fragile, si l’on veut y mettre vraiment les pieds.

      Nous ne vivons pas dans un monde de bisounours (sauf en France, si on en croit h16 !)
      Beaucoup de choses sont possibles, et beaucoup de choses sont réelles.
      Il nous faut cultiver notre propre jardin, et regarder les évènements extérieurs en fonction de nos propres intérêts.

      La politique menée par la France depuis 10 ans a une relation très incertaine avec la poursuite de nos propres intérêts. Ce n’est pas seulement dommage. C’est aussi criminel. Cela s’appelle « forfaiture ».

      • Le KGB a été pris la main dans le sac, qu’est-ce qu’il vous faut de plus ? un papier signé de Poutine lui-même ?

      • « Les éléments à charge dans le premier dossier sont une goutte d’eau dans l’océan des incohérences des autres dossiers. Personne ne détient la vérité, et la glace est fragile, si l’on veut y mettre vraiment les pieds. »

        C’est pour ça que Litvinenko a été assassiné ?

        Le fait est que Yeltsin avait absolument besoin que Poutine soit élu pour qu’il puisse le protéger (le premier décret de Poutine a permit de sauver Yeltsin de toutes les affaires qui le touchait). C’est Yeltsin qui est l’architecte de la guerre et ses amis oligarques qui possèdent les grands médias qui ont œuvré à mettre en place le culte de la personnalité autour de Poutine. Les élections ont même été avancés de trois mois pour que les opposants n’aient pas le temps de faire campagne.

        Cela vous étonnerait tant que ça que Yeltsin ai préféré faire sauter quelques gens plutôt que de voir tout son plan gâché ? N’avait il pas déjà transformé les élections de 1996 en simulacre de démocratie ?

  • Il faudrait arrêter de penser que les « conservateurs » ou les « libéraux-conservateurs » sont gagas devant le pouvoir poutinien.

    Pourquoi Poutine attire-t-il tant en France? Pas parce qu’il censure la presse, assassine les opposants ou s’appuie sur un mode de gestion autoritaire de l’Etat. Non, il s’attire les faveurs de beaucoup, tout simplement car il se fait l’âme de la résistance face aux Etats-Unis et à la mondialisation telle qu’elle existe aujourd’hui. Les gens en ont assez de voir nos gouvernants assujettis à des puissances étrangères ou complétement dépassés par la situation. Donc ils idéalisent la figure de Poutine, sans avoir non plus envie de vivre sous un régime dictatorial.

    On peut néanmoins critiquer cette vision. En effet:

    1) Poutine n’est pas un bon chef d’Etat car il n’est pas parvenu à assurer l’indépendance économique de la Russie, dont l’industrie est peu puissante et appartient majoritairement à des capitaux étrangers.

    2) Il n’a pas modernisé l’Etat russe, l’impôt est encore difficilement collecté, l’administration corrompue ou inefficace, le régime politiquement faible (l’autoritarisme est le cache-sexe des Etats faibles, l’autorité est l’émanation de tout Etat fort, c’est la différence, et Poutine n’a pas d’autorité, il est seulement autoritaire).

    3) La puissance militaire russe ne vaut pas celle de l’Europe, des Etats-Unis ou de la Chine, ce qui n’est pas un gage de réussite géopolitique de long terme.

    La réalité réside bien dans l’incapacité de Poutine à manager un pays qui peine à retrouver la prospérité ou à trouver sa place parmi les grands de ce monde, donc, pour essayer de donner le change, il se fait passer pour un dirigeant à poigne, censurant et corrompant à tous les échelons afin de masquer le fait qu’il ne vaut pas mieux que ceux qui nous gouvernent. Il a juste le panache en plus.

    Bref, ne soyons pas aveugles ni excessivement pessimistes, discutons avec la Russie, faisons du commerce avec elle, investissons sur son sol sans être son allié, ni l’allié des Etats-Unis, ni celui de la Chine… La faiblesse de la Russie est qu’elle se fait détester de tout le monde. La faiblesse de la France est qu’elle se fait vassaliser par les Etats-Unis, qui se font eux aussi détester de tout le monde… En fait, c’est un combat de coqs arrogants, rien de plus. La clé est de réussir à profiter au mieux des quelques avantages politiques de la mondialisation pour être, en Europe, un bloc indépendant et inséré dans un monde qui devient multipolaire.

    • Le régime soviétique a été une catastrophe économique, et la transition vers une économie de marché, tellement nécessaire et encore imparfaite, un immense traumatisme.

      Au moins la Russie, toute débarrassée de son empire soviétique, n’a-t-elle pas perdu le contrôle de ses immenses richesses minières et de son territoire, alors que la pérestroika à la Yeltsin conduisait tout droit à une telle dépossession.

      La manne pétrolière a à la fois assuré l’indépendance de la Russie, et y a créé tous les désordres que crée la « malédiction pétrolière » quand elle est présente. Mais la Russie n’est pas le Venezuela, comme les combattants de la liberté coupeurs de têtes sont en train d’en faire l’expérience en Syrie.

      J’aime bien votre conclusion – il nous faut effectivement chercher l’intérêt de notre pays et de notre communauté. Mais vous jetez la pierre très vite à VVP :
      – imaginez ce que serait la RDA, toute « meilleur élève de la classe » qu’elle ait été dans l’ex-Europe de l’Est, si elle n’avait pas bénéficié de transferts massifs de la RFA, et d’une politique de ré-industrialisation massive, qui allait bien au delà des simples transferts financiers
      – quelqu’un qui prend le pouvoir dans un système pesant et puissant, par définition n’a ce pouvoir que de façon relative, et a rarement les moyens de réformer et moderniser tous azimuths … s’il le tente, le système le rejette; le grand mérite de VVP a été de mettre au pas les oligarques, qui croyaient, après avoir essentiellement volé les ressources qu’ils contrôlaient, pouvoir en disposer librement, protégés par un système juridique international, et en disposer pour jouer contre le pouvoir en place; s’il ne l’avait pas fait, la Russie serait aujourd’hui administrée depuis Washington, comme la France l’est aujourd’hui; pour réformer l’administration, cela prendra une autre génération …
      – la Russie n’a clairement plus les moyens de politiques militaires offensives de grande envergure; leur intervention en Syrie est donc d’autant plus représentative d’un état d’esprit et d’une détermination; VVP a donc joué ses petites cartes d’atout avec un brio consommé, attendant le moment propice pour placer l’alliance islamo-atlantiste devant ses contradictions, et démontrer la pertinence technique des ses armes à défaut de démontrer leur supériorité numérique

      Nous aspirons effectivement à un monde multi-polaire, même si l’Europe Occidentale a renoncé à constituer l’un de ces pôles. La Russie joue un rôle essentiel dans ces équilibres, et la poutinophobie n’est rien d’autre que le résultat d’une manipulation de masse pour affaiblir ce protagoniste essentiel. Le Putin-bashing est donc essentiellement une démarche contre-productive.

      • On aimerait bien savoir ce que gagnerait la liberté dans un monde multipolaires où plusieurs des pôles seraient liberticides.
        Curieusement, les gens qui prônent un monde multipolaire n’ont en tête que la Russie – vous savez, celle qui tabasse du musulman et du gay. Et pourquoi pas un monde multipolaire où les pays musulmans auraient leurs bombes atomiques et pourraient également peser dans cet équilibre de la terreur ?

        • C’est surtout que dans un monde multipolaire l’occident serait un pole en soit. L’Europe est un continent, une réalité géologique. L’Occident est une civilisation, une réalité humaine. L’Europe et l’Amérique ainsi que quelques autres pays seraient donc ensemble dans le pole représentant leur civilisation. Pendant ce temps la la Russie serait isolé, car son identité proviendrait d’un constructivisme absurde inventé par les pseudos intellectuels comme Douguine pour la séparer de sa civilisation.

          • La multipolarité du monde peut être pesée sur un mode culturelle, c’est vrai, mais aussi et surtout sur un mode politique.

            Or la multipolarité culturelle est difficilement tenable, car les nations ont des intérêts divergents, ce n’est pas la culture qui guide la politique internationale, c’est la géopolitique, à la limite l’économie. La France n’est pas le même pays que les Américains, les mentalités y sont différentes et les intérêts géopolitiques de chacun sont souvent différents, parfois même contradictoires. De Gaulle avait la position la plus intelligente: penser la France en tant que nation libre, indépendante, forte à l’international, se servant de l’union politique européenne pour jouer un rôle d’équilibre dans les relations internationales et peser face à des superpuissances. Celles-ci chercheront toujours à bouffer les nations plus petites. Les nations plus petites (comme par ex l’Europe occidentale) doivent donc s’unir politiquement (confédération) pour continuer à faire entendre leur voix face aux géants comme les Etats-Unis et la Russie. Assujettir la France aux Etats-Unis, ou à l’inverse à la Russie n’équivaut en fait qu’à se faire manger par le fort.

            C’est pourquoi le monde sera multipolaire politiquement ou ne sera pas.

            • « Or la multipolarité culturelle est difficilement tenable, car les nations ont des intérêts divergents, ce n’est pas la culture qui guide la politique internationale, c’est la géopolitique, à la limite l’économie. »

              Si on recherche la paix et la cohabitation, la multiparité culturelle est la seule tenable, car si il est compréhensible de ne pas se comprendre entre gens différents il est logique que l’ont soit solidaire entre gens semblables et que l’ont défende les mêmes valeurs. Dans l’idéale les valeurs chrétiennes pour la civilisation occidentale.

              Faire entendre sa voie c’est bien, avoir quelque-chose de sensé à dire c’est mieux. Quelque-soit les intérêts à cours terme que nous pouvons avoir avec des pays éloignés culturellement, sur le long terme notre intérêt est d’être allié avec les gens qui nous ressemblent.

              C’est le fait que les pays d’Europe cherchaient sans arrêts à se tirer dans les pâtes les uns aux autres qui ont créé tant de guerres sur ce continent.

              « La France n’est pas le même pays que les Américains, les mentalités y sont différentes »

              C’est du à l’érosion des valeurs chrétiennes en France, en 1900, quand la France était un des pays les plus libéral du monde c’était beaucoup moins évident. C’est pour cela que les idées internationalistes avaient du succès dans le passé, l’occident était beaucoup plus homogène idéologiquement, ce qui n’empêchait pas chaque pays d’avoir ses spécificités culturelles.

              « les intérêts géopolitiques de chacun sont souvent différents, parfois même contradictoires. »

              Si on y réfléchit bien non. La DDHC française et la constitution américaine défendent les mêmes valeurs. C’est les valeurs qui tout conservateur chrétien de ces deux pays doit défendre.

              « De Gaulle avait la position la plus intelligente: penser la France en tant que nation libre, indépendante, forte à l’international, se servant de l’union politique européenne pour jouer un rôle d’équilibre dans les relations internationales et peser face à des superpuissances. »

              « Les nations plus petites (comme par ex l’Europe occidentale) doivent donc s’unir politiquement (confédération) pour continuer à faire entendre leur voix face aux géants comme les Etats-Unis et la Russie. »

              Pour défendre quoi puisque visiblement selon vous cela ne soit pas être les valeurs chrétiennes ?

              « Celles-ci chercheront toujours à bouffer les nations plus petites. »

              L’URSS avec tout les pays annexés ainsi que la guirlande de dictatures socialistes qu’elle a laissé tient quand même la première place.

              « Assujettir la France aux Etats-Unis, ou à l’inverse à la Russie n’équivaut en fait qu’à se faire manger par le fort »

              Vous ne semblez pas voir la différence entre assujettir et remarquer que l’on mène le même combat…

        • « Curieusement, les gens qui prônent un monde multipolaire n’ont en tête que la Russie »: ah bon? Vous sortez ça d’où? Prôner un monde multipolaire revient à prôner un système géopolitique international où les relations entre les nations les plus puissantes et les nations les moins puissantes s’équilibreraient par le rassemblement politique des secondes face aux premières. En fait, cela revient à vouloir l’émergence d’un équilibre international, où le monde ne serait pas dominé par une hyperpuissance.

          On est loin du délire de vouloir que Poutine ou Obama régissent le monde. J’irai même plus loin en affirmant que les gens faisant allégeance inconditionnelle à l’un de ces deux guignols entre en contradiction totale avec l’idée de multipolarité.

          • « un système géopolitique international où les relations entre les nations les plus puissantes et les nations les moins puissantes s’équilibreraient par le rassemblement politique des secondes face aux premières. »

            L’Europe doit donc se rassembler pour défendre l’Ukraine face à l’agression russe. Après tout ce pays ne souhaite que venir dans notre pole et il est culturellement compatible.

            • Votre argument ressemble à de l’idéalisme béat.
              Si vous regardez les forces militaires en présence, tout d’un coup vous verrez mieux de quoi il en retourne et vous ne resterez plus ancré dans le microcosme du simple « bouh il est méssant » ou le « han c’est pas gentil ce qu’il fait ».

              Quand sur le terrain stationnent: armée US avec ses bases militaires à 2-3h à vol d’oiseau, notamment en Pologne et en Lettonie, quand stationnent des forces loyalistes aux abords des frontières mouvantes Ukrainiennes, quand stationnent des lanceurs de missiles (notamment drones) et de contre missiles dans les deux côtés, vous verrez mieux à quel point la situation est tendue du slip.

              Le monde est régenté par des forces armées, par par le vernis de l’idéalisme des droits de l’homme. Toutes les politiques internationales le sont. Depuis la construction d’îles dans les zones disputées de mer de Chine (tiens v’la les USA) jusqu’à l’Ukraine (tiens encore les USA) ou au moyen orient (tiens encore… bon ok, les USA et ses alliés).

              L’Europe ne peut rien face à la Russie. Les seuls pays qui peuvent encore se permettre de projeter leur armée se comptent sur les doigts d’une main. France et Royaume Uni.
              Economiquement? La prétendue arme secrète anti-dictateurs? On voit bien qu’il y a des effets Kiss Cool.

              Les guerres proxy que se livrent toutes ces « puissances » est juste à vomir. Comme d’habitude c’est le citoyen lambda qui est touché.

              • C’est pourquoi il est nécessaire d’avoir une armée puissante, c’est-à-dire bien équipée, moderne, dotée de l’arme nucléaire et surentrainée, mais aussi une industrie dynamique, une économie prospère et une vision pragmatique de long terme. L’œuvre de De Gaulle en fait, que ses successeurs incapables essaient de démanteler au profit de l’Etat social.

      • La France joue un rôle essentiel dans ces équilibres, et la Hollandophobie n’est rien d’autre que le résultat d’une manipulation de masse pour affaiblir ce protagoniste essentiel. Le Hollande-Bashing est donc essentiellement une démarche contre-productive.

        Ah oui, ça marche aussi avec Flamby! C’est fou non?
        Avec un peu de chance, ça devrait vous mettre la puce à l’oreille…

        • Ça marche aussi avec l’Iran. Et même le Venezuela.
          C’est dingue, ça !

          • Anéfé.

            Mais avouez que Hollande, protagoniste essentiel de la scène géopolitique, ça envoie du steak en terme de comique de situation.

            C’est presque aussi drôle que de lire des personnes défendre Poutine au nom de la liberté! 🙂

            • forcément si on compare Hollande et Poutine sur le plan géopolitique , là on se fait mal , on se dit qu’on ne tire pas dans la même catégorie.
              sur le plan intérieur , les Russes ont plutôt l’air satisfaits de Poutine , c’est leur problème pas le notre. ( bon , sur le plan intérieur , nous on a Hollande …. )

    • « 3) La puissance militaire russe ne vaut pas celle de l’Europe, des Etats-Unis ou de la Chine, ce qui n’est pas un gage de réussite géopolitique de long terme. »

      C’est une blague ?

    • Général, je vote pour vous si vous vous présentez .

  • Ce que dit Fillon de Poutine dans son livre est très intéressant. Il n’y est pas d’abord question de sentiments mais de géopolotique, cela me semble plus important. Et cela met en relief l’incompétence de ceux qui nous gouvernent, obsédés qu.ils sont par leurs schémas idéologiques.

    • La géopolitique serait supérieure à la protection des droits naturels des individus ?
      Poutine serait un salopard et il serait judicieux d’en faire notre salopard ?

      • Oui, absolument.
        Depuis toujours et pour l’éternité.
        Cela s’appelle la « raison d’état ».

        Les droits naturels sont un concept qui nous permet d’exprimer nos aspirations et nos priorités.
        Mais le chaos ne permet pas à ces droits de s’exprimer.
        Le système de gouvernement qui permet un certain niveau de ces droits est donc prioritaire par rapport au désir de disposer de plus de droits.

        Si un état russe fort ne disposait pas des ressources pour protéger les ressources de son sous-sol, croyez vous que la population russe en disposerait longtemps ?

        Croyez-vous qu’il en soit autrement chez nous ?

        La part des dépenses de l’état dans le PIB national est supérieure en France à ce qu’elle est en Russie. 24 contre 20% (http://data.worldbank.org/indicator/NE.CON.GOVT.ZS). Ce chiffre ne comprend bien sûr pas les chiffres de la santé et de la retraite, où l’écart est beaucoup plus grand. Le degré de coercition économique et social en Russie est très inférieur à ce qu’il est chez nous. Comment l’état s’est-il procuré ces ressources, et qu’en a-t-il fait ?

        • Je prends note que vous vous moquez éperdument des droits naturels des gens en général et de la liberté en particulier.
          Je comprends que votre fascination pour la force brute et épaisse puisse vous faire apprécier l’autoritarisme d’un triste personnage comme Poutine. J’observe également que vous illustrez à merveille les propos de l’auteur de l’article.
          Ce que je me demande, c’est ce que vous venez faire sur un site d’information libéral. (À votre place, je changerais quand même de pseudo, qui tache un peu, là…)

          • Mais José, ou donc seraient vos sacro-saints droits naturels sans etat/frontiere/armée pour les défendre? Croyez vous que les états se maintiennent sans l usage de la force ?

            • Donc, si je vous comprends bien, Poutine serait autorisé à violer les droits naturels de ses concitoyens afin de pouvoir faire usage de la force pour pouvoir maintenir un État qui protégerait les droits naturels que lui-même viole allègrement.
              La logique des groupies à Poutine ne cessera jamais de me surprendre.

        • « Oui, absolument.
          Depuis toujours et pour l’éternité. »

          Fort, heureusement cet argument n’a pas été retenu lors de l’abolition de l’esclavage.

          Fatalisme quand tu nous tiens…

          • L’esclavage existe encore.
            Allez faire un tour dans la péninsule arabique. Prenez votre passeport philippin ou pakistanais avec vous pour que l’expérience soit plus réussie.

            Et croyez vous que l’esclavage a été aboli par humanité ?
            Les américains les plus opposés à l’abolition de l’esclavage, plus encore que les planteurs propriétaires, étaient les syndicats ouvriers du nord, qui y voyaient, à juste titre, les prémices d’une concurrence massive à leurs adhérents. A juste titre, parce c’est pour cette raison que l’esclavage a été aboli aux USA …

            Vous confondez fatalisme et souci de se concentrer sur ce sur quoi on a de l’influence.

            Si vous avez de l’influence sur les politiciens français qui se plaisent tellement avec leurs amis et sponsors qataris, essayez d’obtenir que les « travailleurs temporaires » sur les chantiers soient traités humainement, et aient un recours même minime contre leurs employeurs, et une protection sociale, même minime.

            Chiche …
            Si vous ne le faites pas, vous n’avez pas de leçons à donner à ceux qui admettent très clairement que l’on doit, souvent, faire avec une réalité que l’on aurait préférée autre.

            Et, pour revenir au fond du sujet, aller se plaindre des méchants dictateurs qui ont été désignés de façon très sélective à la vindicte des pays du monde libre n’est pas tant le reflet d’un esprit généreux que celui d’un comportement grégaire à l’extrême. Vous ne faites que ce que d’aucuns ont décide que vous fassiez :
            – pour affaiblir ceux qui sont avant tout des rivaux géopolitiques
            – et pour détourner votre attention de ce qui se passe sous votre nez, au quotidien

            La sociale démocratie à la française ressemble chaque jour un peu plus à ce qu’était l’URSS. A de multiples égards. La prospérité en plus; mais pour combien de temps ?
            On y enferme aussi les dissidents dans des hôpitaux psychiatriques.
            Demandez à Jean-Louis Caccomo, par ailleurs un excellent contributeur de Contrepoints.

            Le combat pour la liberté en France est un vrai combat.
            Le combat pour les injustices que la France commet encore ou tolère chez ses partenaires commerciaux les plus proches est un vrai combat.
            Le combat contre les adversaires désignés, au nom des droits de l’homme, est une tartufferie. Les millions de victimes en Iraq, Libye et Syrie de notre immense générosité nous seront éternellement reconnaissantes de notre hauteur d’âme.

            • « désignés de façon très sélective »

              Ils n’ont pas été désignés ils se sont fait remarquer tout seul en organisant des massacres de grande ampleur…

              « Le combat contre les adversaires désignés, au nom des droits de l’homme, est une tartufferie. »

              Encore une prétendu défenseur des valeurs chrétiennes qui veut abandonner le conservatisme en faveur du nihilisme.

              « Les millions de victimes en Iraq, Libye et Syrie »

              On été tués par des dictateurs socialistes ou des islamistes… Bref les gens que vous défendez… Ha non, pas les islamistes, alors qu’ils remplissent tout les critères pour que vous les appréciez, vous êtes injuste.

              En attendant, pas de manifestation pour le retour de la dictature en Irak, même dans les provinces sunnites qui ont pourtant beaucoup perdue… Pareil en Libye… En Syrie, c’est votre méthode nihiliste qui a été appliqué et c’est le pays qui est dans l’état le plus catastrophique.

        • Le chaos est le résultat de la primauté de la « raison d’état » sur les liberté individuelle… Dans un monde ou l’individu prime sur l’état, il n’y a que l’ordre, le vrai, celui qui est spontané.

          • ça dépend dans quel but est orientée la raison d’Etat.

            Encore une fois, vous êtes trop catégoriques dans vos affirmation. Il y a deux sortes de raison d’Etat:

            1) une raison « dictatoriale », qui, comme vous le dites, est utilisée ou invoquée par l’Etat afin de justifier un régime de terreur, totalitaire, répressif, etc… En fait, ce n’est une raison qui n’en est pas vraiment une, car c’est avant tout un prétexte, un mensonge.

            2) une raison géopolitique, qui fait que l’Etat défend les intérêts de la nation à l’international. L’Etat de droit a donc lui aussi une raison, car il a forcément des intérêts géopolitiques.

            • Le problème c’est que votre 2 est souvent utilisé pour justifier les actes de ceux qui en réalité pratiquent le 1. Que l’état ait une stratégie géopolitique oui, mais que cela justifie des restrictions de liberté non. Les intérêts de la nation ne sont que ceux des individus qui la composent, donc l’état ne peut pas défendre les intérêts de la nation en se battant contre la population.

              C’est ce que j’entends quand je parle de primauté des individus sur l’état. Aussi mon post n’est pas un exemple de ce domaine mais j’ai remarqué qu’il y a beaucoup de confusion entre « état » et « nation ». L’état est une organisation de nature coercitive formé par des individus, la nation est l’ensemble des individus vivants sous cet état.

  • Vous ne comprenez pas les russes et vous interrogez sincèrement sans condescendance sur leurs choix et motivations ? Allez vivre quelques jours en Russie, pas dans un hôtel mais avec des russes, divers russes, allant de l’universitaire au doyen d’un village paumé, tiens, même mieux, faites déjà cela en France, ouvrez-vous au monde, confrontez-vous au monde, et puis, vous verrez bien. Vous verrez bien que les gens pensent tous de façon complètement différente. Sortez de vos petits cercles pour en trouver d’autres, et vous arrêterez de vous poser des questions inutiles du type ; pourquoi certaines personnes aiment ce que je n’aime pas ?

  • Part de la Russie dans le PIB mondial :

    2012 (retour officiel de Poutine comme président) : 3.4%
    2015 : 3.1%
    Prévisions FMI 2020 : 2.6%

    Quelle magnifique gestion! Le pays émergent a cessé de gagner des parts dans le PIB mondial et n’est donc plus émergent, économiquement il décline même !

    Bref, les chiffres parlent d’eux-mêmes…

    • Merci pour ces chiffres qui en disent long ? Poutine est un bien piètre gestionnaire, la fin de la manne énergétique révèle les failles.

    • ouais, bof , le PIB , ça fait longtemps que ce chiffre n’a pas trop de valeur puisqu’on y ajoute des choux et des carottes, et plus on fait des dépenses inutiles en les finançant par de la dette qu’on ne paiera jamais , plus on augmente le PIB.
      C’est clair qu’avec les sanctions et contre-sanctions et la baisse du rouble , le PIB (en dollars ) de la Russie va baisser. Les Russes nous achèterons moins de voitures , de machine-outils et d’agroalimentaire au prix européens ( donc baisse de notre PIB ) pour fabriquer les mêmes choses eux-mêmes ( mais en roubles dévalués, donc baisse du PIB en dollars , toujours ).
      Alors que les USA et l’UE continue à faire fonctionner les planches à billets et à émettre de la dette … ça fait monter le PIB 🙂

    • On fait dire n’importe quoi aux chiffres quand ils « parlent d’eux-mêmes ». Ca n’est quand même pas Poutine qui a fait baisser le prix du baril !

      France 1998 : 3.4%
      France 2010 : 2.9%

      • RIDICULE, vous venez de vous décrédibiliser TOTALEMENT ! Vous comparez la part du PIB d’un pays DEVELOPPE comme la France avec un pays comme la Russie dont le niveau de vie est bien plus bas et devrait par conséquent bénéficier de l’effet de rattrapage, comme tout pays en développement.

        Que la Russie voit sa part dans le PIB mondial avant même d’avoir atteint un stade de pays développé et à maturité montre à quel point la gestion économique de Poutine est lamentable ! La Russie, si elle était gérée correctement, verrait sa part dans le PIB mondial augmenter, pas dégringoler !
        La Russie n’est plus un pays émergent, c’est une puissance désormais déclinante qui essaye de compenser par l’agressivité militaire, mais ça ne change rien à la réalité.

        • Vous gâchez une gentille analyse simpliste avec des raisonnements poussés…

          • Ce n’est pas un message adressé à MichelO mais au éventuels lecteurs anonymes, il faut leur éviter les arguments relativistes et leur expliquer clairement les choses, sinon la propagande du Kremlin gagne, mais la vérité finit toujours par triompher, la connaissance aussi.

    • Je ne vois pas en quoi l’évolution de la part dans le PIB mondial d’un pays est un indicateur pertinent, pas plus que le seul PIB en valeur d’ailleurs, le PIB par habitant est pour moi un bien meilleur indicateur de l’évolution économique d’un pays.

      La vous avez les évolutions du PIB par habitant (en dollars américains constants de 2000) de la Russie, du Brésil, de la Chine et de l’Inde.

      https://www.google.fr/publicdata/explore?ds=d5bncppjof8f9_&met_y=ny_gdp_pcap_cd&idim=country:RUS:CHN&hl=fr&dl=fr#!ctype=l&strail=false&bcs=d&nselm=h&met_y=ny_gdp_pcap_kd&scale_y=lin&ind_y=false&rdim=region&idim=country:RUS:CHN:BRA:IND&ifdim=region&tstart=532306800000&tend=1415919600000&hl=fr&dl=fr&ind=false

      Je ne pense pas que l’on puisse dire que la Russie est en déclin.

  • Vladimir et Medvedev, les dignes héritiers du pitoyable Eltsine, à la tête d’un pays à peine plus peuplé que le Mexique, à peine plus riche que le Brésil, et qui a été mis en coupe réglée par leurs potes mafieux.

    J’ai un peu de mal à voir la différence qualitative avec le Vénézuéla, dans la pratique.

    • « Meuh trop facile : Poutine c’est Chuck Norris, il debunke de l’ours sibérien à main nu. Chavez il peut pas test.
      En plus, c’est rien qu’un sale gôchiste alors que Vladimir défend la tradition occidentale dans toute sa splendeur. L’économie? les libertés individuelles? on s’en fout! on veut du charisme! voilà! c’est dit! »

      J’ai fait du mieux que j’ai pu, j’ai du mal à jouer le Vladi-fanboy…

  • Les commentaires des pro-Poutine ici sont sérieusement flippants….USA par ci, Amérique par là..ce n’est absolument pas le Coeur de l’article mais ceux-ci cherchent à dévier l’attention des critiques envers le dictateur russe de cette façon..c’est vraiment pathologique cette obsession, un peu comme l’obsession des nazis avec les juifs, c’est grave et je me demande s’il n’y a pas de relents de maladie mentale chez ces gens.

    Vraiment flippants.

  • Ils sont beaux ceux qui nous citent la Russie face à la supposée décadence morale de l’Occident. Entre les ravages massifs de l’alcoolisme, l’assassinat d’opposants au polonium ou dans les parkings souterrains, les départements de propagande..je prendrais l’Occident à tout moment quand on en vient à la morale.

  • J’ai tout de même l’impression que ces pro-Poutine sont moins présents ces derniers temps, il faut dire qu’avec l’attentat contre l’avion russe, la crise économique violente en Russie et l’inefficacité des frappes russes en Syrie que Poutine est pas aidé..serait-ce le début de la fin du mythe qu’il a essayé de créer mais se fissure face au mur de la réalité ? J’en suis convaincu ! Aller en Syrie était une grave erreur.

    • Les trolls du Kremlin mettent des remarques sur chaque site ou ils opèrent. Ainsi ils peuvent progresser dans leur opération et trouvant le bon angle d’attaque, les bons sophismes, en comprenant ce que le publique pense et en adaptant ainsi leur discours.

      C’est pour cela que l’on a des poutinistes de tout bords, car la propagande russe est faite pour plaire à tout le monde. Ce n’est qu’une suite de slogans creux faits pour que tout le monde y trouve son compte. Ainsi nous avons tout un tas de gens complètement opposés qui pensent que Poutine est leur sauveur.

      Quand les trolls parlent de l’annexion de la Crimée en Allemagne, ils comparent cela à la réunification, en Israël ils mettent l’accent sur les prétendus nazis pendant qu’en Russie ils mettent l’accent sur un complot juif.

      Tout ça pour dire que depuis 2 ans maintenant, je crois que c’est la que ça a vraiment commencé, on a vu tout un tas de pseudos arriver sur Contrepoints pour ensuite subitement disparaitre. Mais il est impossible pour un Poutiniste de séduire des amoureux de la liberté correctement informés. Comme Contrepoints est une site peuplé de gens tous extrêmement cultivés dans chaque domaine que traite ce site, peut être vont ils simplement abandonner ?

      Vous imaginez, on pourrait enfin avoir un débat sérieux entre non poutinolatres sur sur nos désaccords.

      • Toutes ces dépenses militaires, ces dépenses de propagande…C’est quand même un sacré gâchis dans un pays dont les infrastructures datant de l’époque soviétique se dégradent à un niveau provoquant des milliers de morts chaque année, car tout réparer nécessiterait 2000 milliards de $, ce que l’Etat russe n’a pas, surtout maintenant, mais cet argent serait tellement plus utile pour les infrastructures, tellement nécessaire, et plus ils attendent plus la facture grimpera. Il y a des priorités bien plus grandes que l’expansionnisme militaire et la guerre en Syrie dans lequel le pays ne devrait même pas se lancer dans un contexte de crise économique…

  • je ne connaissait pas votre site très intéressant, mais ou il fait bon penser comme la majorité des gens qui post ici ,certains pro américain d’autre pro russe,chacun commente avec passion campe sur ses positions,bref il en résulte un imbroglio d’affirmations preuves a l »appui, de démentis ,preuves a l’appui aussi
    j’ai du mal a suivre tout cela avec lucidité, tant les débats sont passionnés..je vais poursuivre ma lecture des commentaires avant de soumettre ma propre vue des choses …au sujet de poutine et du (Poutine : mais qu’est-ce qu’ils lui trouvent tous?) déjà rien que cette question me fait dire d’y aller avec prudence …juste un point :remplacer dans cette interrogation le nom de Poutine par Hollande Sarko ,Obama…et on repart pour un tour…

  • Poutine est simplement à l’image de l’État russe. Focaliser la critique ou l’admiration sur l’homme est aussi illusoire que de croire qu’Obama a changé l’Amérique ou que François Hollande renouvelle la république.

  • La liberté est fille de l’ordre.
    Quand l’ordre est menacé, l’individu moyen balance sa liberté aux orties et se précipite dans les jupes du premier homme fort venu, pourvu qu’il garantisse l’ordre et une élémentaire sécurité.
    Avec un taux de chômage stratosphérique, une justice parodique et des forces de l’ordre débordées quand elles ne cantonnent pas leur rôle à une généreuse distribution de contredanses , il ne faut pas s’étonner de voir de plus en plus de monde se pâmer devant celui qui fait montre d’orgueil, d’une féroce détermination à agir et, pour tout dire, d’une grosse paire de baloches.

    •  » et, pour tout dire, d’une grosse paire de baloches. »

      Cette frustration sexuelle des pro-Poutine, fou ça, toujours ces références à la virilité et à la sexualité…Poutine n’a pas une grosse paire de baloches, c’est juste un chieur qui veut se faire remarquer et qu’on le prenne au sérieux. Un peu comme un enfant difficile qui casse tout pour forcer l’attention sur lui..

  • C’est incroyables ces grands humanistes qui se passionnent pour la syrie:
    entre les dirigeants turcs, arabes et de l’ei pour soutenir les sunnites ou iraniens et russes pour les chiites, il aurait été dommage de ne pas voir notre capitaine de pedalos .

    Les syriens voulant simplement vivre normalement devraient être rassurés…sans doute sont ils mal informés ?

    • Les trucs avaient proposé une zone d’exclusion aérienne qui aurait évité la majorité des morts de ce conflit. Ceux qui s’intéressent aux civils sont ceux qui veulent la fin des bombardements.

  • Excellent article!
    C’est l’évidence qui est souvent difficile à démontrer et à défendre: par définition l’évidence n’est pas démontrable et dès que l’on essaie on ressent une certaine insatisfaction.
    Car le problème est dans le dysfonctionnement cognitif des personnes qui nient ou qui ne voient pas l’évidence, par exemple que le « héros » de l’article est une ordure et un criminel, un dangereux psychopathe mégalomane aux ambitions nourries par la lâcheté et les renoncements des Occidentaux etc.
    Cet aveuglement volontaire de ses admirateurs vient, en partie, de l’antiaméricanisme et de la haine du libéralisme. Rien de nouveau sous le soleil, hélas.

  • Une bio, c’est bien mais, pour juger un homme politique, il faut le voir s’exprimer, discourir et alors on peut comprendre pourquoi Poutine a des admirateurs. Il est en tous cas le contraire du dictateur vociférant.
    Pour l’écouter, c’est très simple, aller sur youtube et faire son choix.

    J’ai choisi cette séquence pour ma part, celle de l’image (au final) de l’ours de la taïga https://www.youtube.com/watch?v=z6-KII5rTNo parce que c’est son intervention au club de Valdaï http://valdaiclub.com devant des personnalités de haut niveau. Vous remarquerez qu’un ancien premier ministre français est à ses côtés à la tribune.

    Sur les vidéos les plus récentes, comme le rappelait un commentateur politique, il maîtrise la situation, a plusieurs coups d’avance, il sait qu’il est fort et qu’il n’a pas à le prouver et constate que son pays retrouve sa place internationale
    C’est donc un leader réfléchi et posé parce qu’il est assuré qu’il a les moyens de mener la politique qu’il mène aujourd’hui, il ne subit pas et n’est pas stressé

  • Madame M-P, par votre système de FILTRAGE DES COMMENTAIRES vous êtes exactement semblable aux pratiques des pires régimes de gouvernance que vous mettez en cause …
    pour ne conserver ici que des accusations contre la Russie.
    Et c’est un Atlantiste qui ose vous le répéter (après que vous ayez OMIS de publier mon commentaire d’hier). Honte soit sur vous !

  • Chère Nathalie MP
    Ce que les gens lui trouvent ? Ils ont le sentiment -à tort ou à raison- que cet homme les aime et aime leur pays . Et pour eux , c’est une chose fondamentale.
    Maintenant , regardons nos dirigeants, et interrogeons nous : pourquoi ne les aimons nous pas ? N’est-ce pas justement, car nous avons le sentiment du contraire ?
    Vous dites dans les commentaires : l’etat c’est nous . Les russes ont le sentiment que Poutine fait corps avec eux (encore une fois , à tort ou a raison, mais c’est leur perception)
    De notre côté , je m’interroge : l’état est-ce moi ? Et la je reponds : non , ce n’est pas moi , l’état aujourd’hui me vole mes biens pour prendre des décisions qui me révoltent presque de manière systématique . L’état ne me protège pas , ni ne m’aime et c’est bien pour cela que Poutine est populaire et pas Mr Hollande.
    Vous êtes chrétienne, donc l’amour est fondamental , et voila , il semble que Mr Poutine soit un amoureux de son pays plus convainquant que Mr Hollande de notre pays .

    • L’Etat russe ne prend jamais de décisions révoltantes ? Quelle cécité ! C’est plutôt que bien trop de personnes, en Russie (mais c’est difficile car contrôle de la presse et d’internet, habitude de courber l’échine) et surtout chez nous, ont perdu la notion du révoltant pour ne voir que la grandiloquence boursouflée des discours sur la grande Russie éternelle !
      Je suis effrayée de comprendre (au vu de bcp de commentaires) qu’un tyran criminel et manipulateur qui aura la bonne idée de baisser les impôts et de faire trois quatre discours martiaux sur l’autorité trouvera chez nous une vaste majorité de soutiens !

      • @Nathalie MP
        « L’Etat russe ne prend jamais de décisions révoltantes ? » : ce n’est pas ce que je dis, vous ne m’entendez pas , vous portez un regard exterieur sur ce que devraient penser selon vous les russes . Eux trouvent dans leur majorité que ce n’est pas révoltant , ce que vous pensez vous, ce que je pense moi , n’a aucune espece d’importance , et cela s’appelle de l’ingérence.
        En revanche , de notre côté , tolérer et supporter un homme, Hollande porté par 15 % de personnes est une tyrannie , ne pensez vous pas ?
        La paille , la poutre et tout ça ….

      • Par ailleurs ou lisez vous que je le soutiens ? Moi, je comprends que le peuple russe le soutienne . Vous manifestement , êtes incapable de vous mettre dans leur tête .
        Rassurez vous , le peuple russe ne comprend pas non plus comment on peut supporter d’avoir le trio Hollande-Valls-Taubira à notre tête …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
poutine
1
Sauvegarder cet article

https://www.youtube.com/watch?v=2y40xZ5sGbM

 

Les premiers commentaires du discours « historique » ont insisté sur le fait que Poutine s’adressait par priorité au peuple russe pour redorer un blason terni par les Ukrainiens qui ont l’audace de lui résister, avec l’aide des Occidentaux.

De fait, il s’est situé dans ce qui lui semble être à la gloire de la grande et éternelle Russie : de Pierre le Grand à Joseph Staline, des tsars à l’URSS, les Russes peuvent être fiers de leur histoire, et c’est la raison pour laquell... Poursuivre la lecture

Par Ryan McMaken.

 

Au cours des deux dernières semaines, la Pologne et les États baltes ont tous fermé leurs frontières à la plupart des Russes qui cherchent à les franchir, en particulier ceux qui voyagent avec un visa de tourisme. L'interdiction des voyageurs russes (jusqu'à présent) ne restreint pas l'entrée en Pologne et dans les pays baltes des Russes provenant d'autres pays de l'espace Schengen. Cependant, depuis samedi dernier, la Finlande s'oriente également vers une interdiction des voyageurs russes et va plus loi... Poursuivre la lecture

Vladimir Poutine a donc annoncé la mobilisation. Il n’avait pas le choix. L’armée russe est sur le point d’être désintégrée, s’il n’est d’ailleurs pas déjà trop tard. La situation en Ukraine est un réel cauchemar pour ses troupes qui subissent revers après revers depuis 7 mois que dure l’expédition spéciale. Une opération qui peut d’ailleurs être qualifiée de spéciale surtout parce que spécialement mal préparée par excès de confiance et spécialement mal servie par une succession d’erreurs et de retards sur les événements.

Les meilleure... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles