La moitié des Français non imposés ? La grande imposture

Les Français les plus pauvres payent également des impôts qu’ils ne voient pas !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La moitié des Français non imposés ? La grande imposture

Publié le 12 novembre 2015
- A +

Par Bernard Zimmern.

Contrepoints - Impôts - René Le Honzec

L’un des objets d’indignation de ceux qui payent des impôts sur le revenu est de savoir ou d’apprendre qu’au moins la moitié des Français n’en payent pas. Le pendant de ce mythe est de voir le gouvernement détaxer les plus bas revenus de quelques dizaines ou centaines d’euros et de clamer qu’il ne fait payer que les riches. Dans les deux cas, il s’agit d’une énorme fumisterie car les plus pauvres payent des impôts mais des impôts qu’ils ne voient pas.

Le premier est bien sûr la TVA (148 milliards en 2014) dont on sait depuis longtemps qu’elle touche moins les hauts revenus car en pourcentage de ces revenus, leur part du produit consommé soumis à cette taxe est plus faible et la part de leurs investissements plus importante.

Le second impôt est la CSG–CRDS (94 milliards) dont le produit a largement dépassé celui de l’impôt sur le revenu (70 milliards) et qui est payé sur tous les salaires. La grande différence est que la CSG est retenue à la source alors que l’impôt sur le revenu est déclaré par les contribuables et payé par eux, et donc fortement ressenti alors que l’autre est ignoré. Comme la TVA que l’on paye sans s’en rendre compte, en mangeant, en buvant, en dormant, en naissant, et même en mourant.

Cet impôt indolore est ce qui a permis au gouvernement français dont Valéry Giscard d’Estaing était le ministre des Finances, de presque doubler le nombre de fonctionnaires entre 1960 et 1980 en donnant à chaque fois un tour de vis supplémentaire lorsque le budget public débouchait sur un déficit.

C’est ce danger qu’ont voulu éviter les Américains en s’abstenant de créer une TVA et de continuer à alimenter le budget fédéral et les budgets locaux par un impôt sur le revenu payé et donc ressenti par les contribuables. Le résultat est que l’impôt payé par les contribuables américains est resté stable autour de 20% du PIB (ceci ne comprend pas les prélèvements sociaux comme la retenue de 12,5% sur les salaires pour financer les retraites) alors qu’il s’est envolé en France.

Il est donc assez surprenant de voir le gouvernement s’engager sur un prélèvement à la source de l’IR et une fusion avec la CSG car cela va faire disparaître le mythe de la détaxation des plus pauvres. Il est vrai que, suivant les recommandations de Thomas Piketty, le gouvernement rendra l’impôt résultant beaucoup plus progressif alors que la CSG était théoriquement un impôt à taux fixe, si l’on oublie le taux majoré pour les revenus financiers.

En imposition comme en finances publiques, l’important est la communication, pas la réalité, jusqu’au jour très proche où celle-ci va finir par exploser.


Sur le web.

Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • oui, comment vont ils s’y prendre apres ca pour dresser les francais les uns contre les autres, sans ce formidable outil de clivage idéologique qu’est l’impot sur le revenu progressif?

  • Pourquoi vous arrêtez-vous aux impôts sur le revenu, à la TVA et la CSG ? En France, on n’a plus d’argent mais on n’a jamais manqué d’idées pour prélever des impôts.

  • le mythe de la détaxation des plus pauvres

    Il va s’éroder, parce que les plus riches feront moins d’efforts, voir émigreront encore plus, parce que cela atteindra les classes moyennes, et qu’il faudra donc prélever plus de taxes sur les plus pauvres, et cela ne sera pas sans conséquences le jour du réveil.

  • Pas d’accord !
    La CSG n’est pas un impôt mais une contribution versée par ceux qui bénéficient d’une couverture maladie de nos monopoles (RSI, CNAM,etc). Le jour où ces monopoles tombent, les salaires n’auront plus de prélèvements de CSG. C’est pour cela que la fusion IR+CSG ne pourra pas arriver.

    • Mais si c’est un impôt, la preuve il est obligatoire et il dépend des revenus (vrai que ce soit proportionnel ou progressif) et non du service rendu comme une véritable assurance (ce que n’est pas l’assurance maladie) dont le cout dépend du risque assuré.
      Par ailleurs ne rêvez pas, si l’assurance maladie n’était plus un monopole, l’état s’arrangerait pour récupérer l’économie faite par les plus riches (ceux qui cotisent actuellement plus qu’ils ne consomment) en créant un impôt compensatoire supplémentaire. L’assurance maladie n’est qu’en partie une assurance, c’est aussi un outil de transfert social que ni la gauche ni la droite non libérale ne veulent fondamentalement modifier.
      On en revient toujours au même problème français, le véritable libéralisme n’a jamais existé, contrairement à l’étatisme forcené qui plait à tous nos politiciens.

      • CSG/CRDS ne sont pas obligatoires, cela dépend de l’affiliation au régime légal français, cf arrêt de Ruyter.
        (à voir pour la suite car grandes manoeuvres en cours coté du gvt pour rattraper les non asujettis au régime de SS).

        Par ailleurs, nul besoin de créer un impôt compensatoire -> les cotisations maladie/vieillesse/risques divers étant déductible fiscalement, dès lors que vous remplacez les taux de cotisations actuels par une assurance moins chère (voir non déductible fiscalement), vous aurez des rentrées fiscales supplémentaires.

      • « Par ailleurs ne rêvez pas »
        +1
        Un jour un politicien fera une réforme qui ne changera rien mais qui mettra officiellement le système en accord avec le droit.

      • Non les xsg/rds ne sont pas de l’impôt. Voir site de l’URSSaf, ne sont assujettis que ceux qui sont à la charge d’un régime français d’assurance maladie.
        Le gouvernement nie bien sûr cela, contre l’avis maintes fois répété de la CJUE, suivie récemment par le conseil d’etat, qui affirment leur statut dr cotisations.
        Et l’état à bien entendu un grand intérêt à aller vers cela, et pas seulement pour éviter de perdre la manne des nons résidents…

  • l’état mélange les impôts et les règlements pour les assurances personnelles, ce qui est très dangereux et trompeur.

    par ailleurs, ce que l’on ne dit pas c’est que l’on condamne les bas salaires à rester ainsi, l’employeur ne pouvant pas suivre.
    En effet pour augmenter le niveau de vie d’une personne qui fait bien son travail,il est nécessaire de faire une culbute beaucoup trop importante sur le salaire à cause des impôts progressifs et autres effets de seuil(perte aide au logement, taxe d’habitation, redevance diverses,…..)

  • D’après les caciques de Bercy, la France serait, paraît-il, dans un climat d’hystérie fiscale. Ah bon ? On se demande bien pourquoi…

    Et ce n’est pas fini. En effet, non seulement les collectivistes usurpant le pouvoir ne peuvent s’empêcher d’augmenter un peu plus leur pression fiscale déjà écrasante, mais encore les banques envisagent sérieusement de taxer les comptes bancaires pour financer les taux négatifs de SuperMariole.

    Il n’y a pas besoin d’efforts insurmontables pour spéculer que les compulsions éteignant les usurpateurs (et ceux qui espèrent demain usurper à leur tour) ne vont certainement pas contribuer à calmer l’hystérie ambiante.

  • « Le premier est bien sûr la TVA (148 milliards en 2014) dont on sait depuis longtemps qu’elle touche moins les hauts revenus car en pourcentage de ces revenus, leur part du produit consommé soumis à cette taxe est plus faible et la part de leurs investissements plus importante. »

    ce ne suis pas d’accord avec ce qui précède. en effet, quand on investit, on paye aussi la tva. un artisan qui s’achète un nouveau véhicule, il paye la tva. un maçon qui investi dans une grue de chantier, il paye la tva.
    et qu’un riche épargne au lieu de tout consommer immédiatement ne veut pas dire qu’il paye moins de tva, ça veut dire qu’il payera la tva plus tard, et peut être même plus de tva si le taux en a été modifié entre temps.
    et le pauvre, si il dépense tout son revenu immédiatement et n’épargne rien du tout, il a de gros postes de dépense exonérés de tva (loyer de son logement) ou avec faible tva (alimentation), alors que le riche qui a beaucoup d’argent s’achètera plus souvent des montres, des bijoux pour sa femme, des véhicules à moteurs à forte tva.
    bref, halte à cette légende urbaine qui voudrait que la tva soit un impôt injuste car les pauvres en payeraient plus que les riches, c’est tout l’inverse.

    • Sauf erreur de ma part, la TVA qu’un industriel, un artisan, un commerçant paie sur ses investissements est déductible de celle qu’il doit acquitter sur ses ventes.
      Sinon, d’accord, ce n’est pas un impôt si injuste. Mais il faudrait que les produits de première nécessité en soient exemptés.

  • Vivement qu’il nous trouve une petite taxe en plus d’un impots sur l’impots sur l’impots genre une doublette de la TVA pour les riches au dessus de 4000 euros « puisque vous êtes riche a 4000euros on vont double votre TVA , on se promènera avec ça feuille d’impôts….

    Ou alors on double la CSG si si c’est possible sale riche qui profite.

    Bref dans tous les cas il est prévue un bon 10% d’impôts en plus pour 2016 donc yaka et les pistes sont multiples foncière habitation carburant énergie société ne vous inquiétez ça va tomber

    • Noter bien que c’est déjà la cas pour toutes les « prestations » réalisées par les municipalités. Le prix des cantines, garderie, crèche, activités sportives et autres sont presque toujours indexés sur le revenu fiscal de référence. Et les socialistes introduisent des « tarifs sociaux » qui ont exactement le même effet sur les téléphone, électricité, gaz, mobile, internet, … Et c’est aussi le cas avec de nombreuses gratuités pour par exemple les transports au niveau régional si par exemple on est chômeur (avec un effet de seuil très important). Après les impôts progressifs, on a aussi des prix progressifs …

  • Certes, la formule : « la moitié des Français ne paient pas d’impôt » est fausse, mais le problème n’en demeure pas moins. Le tableau page 183 de http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/FPORSOC15l_FTLo4redistribution.pdf montre que 40% des Français sont plus riches après le paiement des impôts (et avoir du coup bénéficié de la redistribution de ceux des autres) qu’avant.

  • Si ce n’est toi (qui paie l’impôt) c’est donc ton frère qui paiera le sien et le tien en sus (en te faisant payer plus cher ou en te payant moins cher).

    La charge fiscale est répartie sur tout le monde, à proportion inverse de la capacité de chacun de nous à obliger les autres à nous payer contre leur gré, pour cette simple raison. C’est pour ça que les consommateurs d’argent public que sont les élus et professions protégées n’en portent aucunement le poids, tandis que tous les autres, du patron au SDF, se partage le poids écrasant de l’état.

    Les taux, les assiettes, les seuils et les plafonds ne sont que poudre aux yeux.

  • « …au gouvernement français dont Valéry Giscard d’Estaing était le ministre des Finances, de presque doubler le nombre de fonctionnaires entre 1960 et 1980… »
    Serait-ce grâce à Giscard que les haut-fonctionnaires ont pris le pouvoir en France ?
    La gauche n’ayant fait que poursuivre sur cette voie sinistre ?

  • La vérité, c’est surtout que la classe moyenne et les riches sont matraqués fiscalement depuis 30 ans. Les riches, les investisseurs, les patrons, bref l’élite qui crée de la richesse s’en va et s’expatrie, n’en pouvant plus du socialisme redistributeur à outrance; le haut de la classe moyenne est en train de les suivre (ingénieurs, cadres…); quant au reste de la classe moyenne, elle commence à sentir la pression fiscale et ne tardera pas à y résister, aussi bien politiquement qu’en essayant de s’expatrier ou d’échapper, par tous les moyens, à l’impôt socialiste…. Voilà où nous mène ce dernier: moins de création de richesse, moins de rentrées fiscales, environnement défavorable à l’investissement et instabilité sur tous les plans (la France est de plus en plus classée comme étant un enfer fiscal)…

    Le problème n’est pas tant que les pauvres paient ou non la TVA, il réside dans le fait qu’aujourd’hui, 46% (chiffre inimaginable) des Français paient pour les 54% restant, car l’impôt sur le revenu sert à faire fonctionner des services publics et des aides diverses dont on connaît les premiers bénéficiaires… Cette situation est inacceptable, tout le monde devrait payer l’impôt sur le revenu, au travers d’une flat tax, pour voir que l’Etat ce n’est pas seulement des « services » mais aussi un coût. Et on ne devrait pas se retrouver dans une situation absurde où ceux qui travaillent et investissent sont littéralement volés pour des raisons idéologiques!

    • Dans une société équilibrée, il n’y a rien d’anormal à ce qu’une partie raisonnable (surement pas plus de la moitié !) de la population traversant une mauvaise passe soit soutenue par un autre partie. C’est de la solidarité entre égaux et cela passe d’autant mieux que ceux qui soutiennent se disent qu’ils pourraient être à la place de ceux qui sont soutenus. En revanche s’il y a une forte coupure entre les deux parties de la population et si celle qui est soutenue cherche visiblement à vivre aux crochets de l’autre sans faire un effort pour s’en sortir, là le pire est à craindre. La partie qui fait vivre l’autre pourrait rapidement en conclure que cette autre partie de la population ne lui sert à rien, bref les parfaits ingrédients d’une guerre civile.

    • Bjr !
      Je vous cite :  » tout le monde devrait payer l’impôt sur le revenu…  »
      Vos propos sont bizarres pour un libéral , car moi je crois au contraire que PERSONNE ne devrait payer l’impôt sur le revenu !
      Sachez que cet impôt ne sert actuellement qu’à payer les intérêts de la dette. Vous voulez donc continuer à nourrir la bête ? A payer beaucoup trop grassement nos hommes et femmes politiques qui se goinfrent grâce aux deniers publics?
      Sachez aussi que l’impôt sur le revenu a été créer en 1914 par Joseph Caillaux uniquement en vue
      de soutenir l’effort de guerre et qu’il devait être PROVISOIRE !!!
      Mais évidemment quand nos  » zélites  » ont vu comment ils pouvaient s’octroyer des indemnités faramineuses en nous spoliant , aucun gouvernement ne l’a supprimé !
      Quant à la TVA ? elle a été créer en 1954 par Maurice Lauré , haut fonctionnaire des impôts .
      Demander que tout le monde paye , c’est cautionner le communisme ou le fascisme ( pléonasme )car PERSONNE ne devrait en payer ! Ni d’impôt sue les successions , mutation ou donation car si quelque chose ml’appartient , je dois rester libre d’en faire ce que je veux ou de le donner à qui je veux . C’est à moi ! je ne comprends même pas que ces pseudos-lois mafieuses soient passées sans révolte du peuple !
      L’Etat c’est le mal , le cancer de la société et des libertés , c’est l’OPPRESSION PERMANENTE ! L’Etat c’est
      le fascisme : vote obligatoire , mutuelle obligatoire ( même si la votre était très bonne ) , détecteur de fumée obligatoire , liberté de pensée supprimée ( loi Gayssot , un communiste , rien d’étonnant donc ) , compte pro obligatoire pour les auto-entrepreneurs , des radars partout ( mais toujours autant de délinquance dans les banlieues ), INTERDICTION du cash pour les paiements de plus de 1000 euros ( alors qu’une telle mesure totalitaire aurait dû faire descendre des millions de gens dans la rue , et là , bizarrement , aucun syndicat complice pour appeler à manifester…. taxe sur les abris de jardin ( là gauche et droite s’entendent pour la garder : elle a été crée sous Sarko et conservée sous Nullande !
      Ne votez plus pour ceux qui veulent vous RENDRE ESCLAVE !
      On n’a pas besoin de lui , tout pourrait se créer grâce à la libre association des personnes . Et quant aux services publics , la sécurité des personnes , ou l’entretien des routes , le marché saurait le faire et même beaucoup mieux !
      Les députés et le gouvernement ne servent , c’est vraiment là leur SEUL BUT et il faut bien le comprendre , qu’à imposer DES LOIS LIBERTICIDES ET A NOUS VOLER !
      Vous allez me dire : c’est frustrant car nous ne pouvons rien faire ! Et bien si , nous pouvons ARRETER de NOURRIR LA BETE !
      A la limite , il faudrait se déposséder , ne plus rien avoir , pour que la BETE n’ait plus rien non plus ! Car c’est notre faute : en effet , à chaque fois que nous la nourrissons , elle reprend vigueur et peut continuer , à cause de nous , à augmenter la dette publique !

  • Sans oublier : Taxe d’habitation, taxe foncière, redevance tv, taxe sur les carburants, sur l’alcool et le tabac, sur les boissons gazeuses, taxe patronale, sur le recyclage, la copie privée, sur l’énergie …
    Difficile d’en faire une liste exhaustive tellement il y en a.
    Malheureusement il reste encore des gogos pour avaler « ce n’est pas un impôt, c’est une contribution »

  • Bonsoir,

    L’impôt sur le revevu, c’est que dalle de la spoliation de ma richesse.

    Le coût de la vie en france est trop élevé afin d’avoir un niveau social confortable en ce 2015.

    L’europe, le g20, le g8, le g5, l’otan, les réunionites locales régionale nationales umpspcfnvertjaunemédiamédicojudiciaireetlasantéetlesplanquésquidevraienttousêtreenprison.

    Bref, vous l’aurez compris, c’est pas moi qui me lève le matin pour financer tout ça 🙂

    Bon courage!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
impôt équitable indemnités de licenciement
2
Sauvegarder cet article

Par Laurence M. Vance. Un article du Mises Institute

Le représentant John Linder (élu républicain de Géorgie) s'est retiré du Congrès et l'animateur de talk-show Neal Boortz est silencieux depuis des années, mais leur plan fiscal ne veut tout simplement pas mourir.

Dans le New York Sun, John W. Childs, homme d'affaires milliardaire et donateur du parti républicain, plaide en faveur du remplacement du système actuel d'impôt sur le revenu par une taxe de vente (sales tax) nationale. Il écrit :

Il existe une meilleure soluti... Poursuivre la lecture

Cette fois-ci, c’est vraiment parti : avant-hier, j’ai reçu le premier tract électoral de la présidentielle 2022 dans ma boîte aux lettres ! C’était un petit mot de notre insoumis national Jean-Luc Mélenchon. Enfin, insoumis… À la façon particulière des politiciens incrustés depuis toujours dans le système. Il fut quand même vingt ans sénateur, ministre de Lionel Jospin (PS), député européen pendant huit ans, et il est actuellement député français depuis 2017. Mais bref. J’avais cinq minutes, j’ai lu.

Et puis il ne faudrait pas oublier... Poursuivre la lecture

Après Miss France, Mister France ! Logique. On est pour l’égalité homme femme ou on ne l’est pas. En 2017, Emmanuel Macron avait remporté le titre haut la main. Depuis l’Élysée qu’il occupait depuis peu, il avait brillamment dominé de toute la hauteur de sa pensée complexe le féroce entretien de culture générale que lui avait infligé un Laurent Delahousse plus irrévérencieux que jamais. Cette année, un candidat s’impose à l’évidence dans la compétition. Je veux bien sûr parler de notre fabuleux ministre de l’Économie Bruno Le Maire !

J... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles