Portraits de dissidents soviétiques

L’auteur du livre ne propose aucune analyse des faits, il laisse le lecteur juger, à l’écoute de ce que ces personnes ont à nous dire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Portraits de dissidents soviétiques

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 9 novembre 2015
- A +

Par Jean-Baptiste Noé

coverLa lutte contre le communisme a le visage des grandes figures connues, comme Alexandre Soljenitsyne, Vaclav Havel ou Lech Walesa. Mais il y a aussi un grand nombre d’inconnus du grand public occidental qui ont lutté contre ce système, par des actes ordinaires de résistance spirituelle et intellectuelle. José Miguel Ceras est un écrivain espagnol qui est parti à leur rencontre. Il a parcouru les anciens territoires communistes, Lettonie, Estonie, Lituanie et Russie pour recueillir les témoignages de 60 dissidents spirituels. Le bal après la tempête est le livre issu de ces témoignages, publié pour la première fois en français. On y découvre un panel très varié de personnes ordinaires qui ont vécu sous le joug communiste : des médecins, des professeurs, des acteurs, des pasteurs luthériens, des prêtres, des chanteurs…

Tous les témoignages sont racontés à la première personne, comme si le dissident s’adressait directement au lecteur. L’auteur du livre ne propose aucune analyse des faits et des événements, il laisse le lecteur juger de lui-même, à l’écoute de ce que ces personnes ont à nous dire. Dans le foisonnement des témoignages, certaines plairont plus que d’autres aux lecteurs, en fonction de ses goûts et de ses sentiments. Mais l’intérêt premier du livre est de montrer que l’engagement personnel et la force des convictions, notamment spirituelles, peuvent venir à bout des systèmes totalitaires.

Le titre de l’ouvrage, Le bal après la tempête, fait référence au concerto pour flûte et orchestre de Vivaldi. Ce bal après la tempête, c’est celui de la joie des dissidents après l’effondrement du système oppressif communiste.

Post-scriptum : dans la présentation de l’ouvrage est donné le chiffre des déportations subies par les États baltes : entre 1940 et 1953, 200 000 Baltes ont été déportés en Sibérie. 120 000 Lituaniens, 50 000 Lettons, 30 000 Estoniens. 10% de la population adulte fut déportée ou enfermée dans les camps de prisonniers. Des chiffres qui permettent de mesurer l’ampleur de la répression soviétique.

  • Le Bal après la tempête, témoignages de dissidents et de chrétiens des Pays Baltes et de la Russie, Les Editions Blanche de Peuterey, octobre 2015.


Sur le webama

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans la même veine que ses romans précédents (nous avions eu notamment l'occasion de présenter ici le très emblématique Tour d’Ivoire), et de ceux qui suivent (dont une prometteuse satire de l’Éducation nationale en octobre prochain), Patrice Jean poursuit avec ses thèmes habituels : les régressions de notre époque, les dérives suscitées par les idéologies, le poids des conformismes et les moralismes à tendance totalitaire, toutes perversions qui aboutissent au recul des libertés.

Dans Tour d’Ivoire, déjà, nous avions affaire à un pers... Poursuivre la lecture

Première partie de cette série ici.

Seconde partie de cette série ici.  

 

 

L’opium des intellectuels

Ces intellectuels de gauche, dont Aron est si proche, à tout le moins par sa formation normalienne et philosophique, il les accuse de trahir leurs propres valeurs en se laissant subjuguer, à la fois par une doctrine du XIXe siècle que l’histoire a démentie, par un État dont la nature totalitaire devrait leur être odieuse et par un parti qui en est le représentant et l’exécutant dans nos frontières. Contr... Poursuivre la lecture

Laetitia Strauch-Bonart
2
Sauvegarder cet article

Cet essai de Laetitia Strauch-Bonart, rédactrice en chef au journal Le Point, vient utilement alimenter le débat sur ce qui caractérise l’évolution historique vers la France d’aujourd’hui, tout en posant un diagnostic approfondi et des réflexions d’avenir quant aux voies à emprunter pour espérer s’engager vers de meilleures orientations.

 

La vacuité du politique

Dès l’introduction de l’ouvrage, comme un trait caractéristique de notre inénarrable France d’aujourd’hui, la journaliste décrit ce fameux grand débat avec 60 inte... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles