Cristina Kirchner sur les pas de Jacques Chirac

L’Argentine et la France ont des points communs sur le plan politique et économique, ce qui n’est pas forcément bon signe.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cristina Kirchner sur les pas de Jacques Chirac

Publié le 3 novembre 2015
- A +

Par Fabio Rafael Fiallo.

Cristina Kirchner en 25 de mayo Fiesta patria popular en la plaza de todos credits Ministerio de Cultura de la Nación Argentina (CC BY-SA 2.0)
Cristina Kirchner en 25 de mayo Fiesta patria popular en la plaza de todos credits Ministerio de Cultura de la Nación Argentina (CC BY-SA 2.0)

Pour dépeindre la complexité de l’âme de ses compatriotes, l’écrivain Jorge Luis Borges avait défini l’Argentin comme étant « un Italien qui s’exprime en espagnol, pense comme un français et souhaiterait être Anglais ». L’analogie avec la France, laquelle n’est pas pour déplaire aux Argentins, ne se limite pas à la façon de penser ; on peut la relever dans d’autres domaines, moins flatteurs à dire vrai.

À commencer par le fait que les deux pays ont perdu progressivement, l’un plus que l’autre, pas mal de leur rayonnement international.

Au début du 20e siècle, l’Argentine dépassait l’Allemagne et la France en termes de PIB par tête et affichait un taux de croissance supérieur à celui des États-Unis. Aujourd’hui, elle combine inflation et récession et se retrouve au-dessous du Chili et du Pérou d’après le niveau de revenu moyen.

Quant à la France, elle est descendue dans le dernier quart de siècle de la 4e à la 6e place dans le palmarès des pays selon la taille économique, et pour de nombreux analystes, le déclin n’est pas fini.

Malaise partagé, aussi, dans le domaine culturel. Dans la classification PISA (Programme international pour le suivi des acquis des élèves), qui mesure la maîtrise de la langue et des mathématiques des élèves âgés de 15 ans dans 65 pays, l’Argentine arrive 59e. Tout en faisant mieux, la France, elle, ne peut se vanter d’y occuper que le 20e rang.

Puis, dans le classement de Shanghaï sur l’excellence des centres académiques, aucune université française ne figure parmi les dix meilleures, la mieux cotée se trouvant à la 35e place. Pour sa part, l’Argentine doit se contenter d’une peu honorable 151e place accordée à l’université de Buenos Aires. On est très loin de l’excellence culturelle qui fut jadis l’un des traits caractéristiques de ces deux pays.

L’érosion du poids économique et culturel de la France et de l’Argentine trouve sa source dans l’incapacité de leurs gouvernants à mener à bien des réformes indispensables et à leur tendance à déverser des choix politiques difficiles sur ceux qui viendraient leur succéder.

Dans les deux cas, la difficulté de réformer et le goût pour le déversement de problèmes sont en effet des tares que l’on retrouve dans plusieurs périodes de l’histoire de ces pays. Mais deux chefs d’État sortent du lot pour être passés maîtres dans cet art de l’irresponsabilité ; il s’agit de Jacques Chirac en France et de Cristina Kirchner en Argentine.

Rappelons, par exemple, la joie avec laquelle Chirac annonça, comme s’il s’agissait d’un exploit ou d’une délivrance, la promesse qu’il avait arrachée en octobre 2002 à ses partenaires européens de repousser la réforme de la Politique agricole commune jusqu’en 2013 – c’est-à-dire après un éventuel second quinquennat que, à cette époque, il n’excluait pas de briguer (2007-2012).

À en juger par les difficultés croissantes des agriculteurs français, il est difficile de voir dans la manœuvre de Chirac une réussite de sa présidence.

Rappelons encore la force avec laquelle Chirac vantait ce « modèle social que tout le monde nous envie », et qui, pourtant, déjà à cette époque, avait besoin de réformes courageuses si on tenait à le garder en vie.

La présidente sortante de l’Argentine, Cristina Kirchner, dont la présidence arrivera à terme le 10 décembre, aura pratiqué la même politique de déversement de problèmes.

En effet, comme Chirac le fit à l’égard de la réforme de la PAC, la Présidente de l’Argentine aura refusé de régler le contentieux qui l’oppose aux dénommés « fonds vautours » ; en fait des fonds d’investissement qui n’ont pas accepté, comme ils en avaient le droit, la décote des obligations d’État négociée par le gouvernement argentin avec 93% de ses créanciers suite à la cessation de paiement proclamée en 2001 par son prédécesseur et défunt mari, Nestor Kirchner.

Ce litige met à mal la capacité de l’Argentine à lever des fonds dans les marchés internationaux de capitaux, et ce à un moment où le pays en a bigrement besoin, vu l’état de ses réserves en devises et ses besoin de capitaux pour le développement économique.

Et de même que Chirac ne pouvait ignorer que l’agriculture française ne serait pas sauvée par son immobilisme et ses tactiques dilatoires à l’égard de la réforme de la PAC, ainsi Cristina Kirchner sait pertinemment que son successeur, quel qu’il soit, sera obligé de faire des concessions pour parvenir à un règlement du contentieux avec les « fonds vautours ».

Même politique de déversement à l’égard du modèle social, un modèle hypertrophié aussi bien en Argentine qu’en France. Deux Argentins sur cinq reçoivent une pension, un salaire ou une allocation du gouvernement, une proportion qui a doublé depuis l’arrivée au pouvoir des époux Kirchner. Quant à la France, la Cour des comptes n’a cessé de mettre en garde le caractère insoutenable de la situation financière de la Sécurité sociale.

Aussi, par manque de courage ou par opportunisme, ou pour les deux raisons à la fois, ces deux chefs d’État auront laissé à leurs successeurs la tâche ingrate de régler des problèmes épineux qu’ils auraient pu et dû prendre en main.

Comme pour faire oublier leur immobilisme, ces deux personnages auront eu tendance à flatter l’ego de leurs concitoyens. On aura ainsi vu Chirac dénigrer à plusieurs reprises la bouffe anglaise, juste à l’époque où la Perfide Albion s’apprêtait à ravir à la France la 5e place dans le palmarès de pays selon la taille économique. On aura vu aussi Cristina Kirchner, lors d’un voyage officiel en Chine, envoyer un tweet pour railler la façon de prononcer les « r » qu’ont les habitants de la 2e puissance économique mondiale.

Malgré ces plaisanteries peu diplomatiques, le déversement de problèmes, pratiqué par Jacques Chirac et Cristina Kirchner, aura aidé à créer les conditions pour que la France soit aujourd’hui dépassée par l’Allemagne et l’Angleterre ; et l’Argentine, par le Chili et le Pérou.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Je connais mal l’Argentine, mais je suis preneur d’une liste des méfaits des Kirchner. Parce que rivaliser avec Jacquouille, c’est ambitieux : lois mémorielles, dissolution idiote, principe de précaution, lâcheté généralisée devant la rue quand il s’agit de réformes. Assassinat politique de Madelin au bout de quelques semaines, absence de gouvernement d’union pour faire passer les reformes après l’épisode Le Pen, hara kiri sur les retraites en 1995, bref on peut allonger la liste à l’envi, Chirac s’est révélé etre un des présidents les plus piteux qu’on ait eus. Il faut croire qu’on le mérite…

    • Tout à fait d’accord. Or, Cristina Kirchner, elle aussi, est un anti-modèle de gouvernance. Contrôle de capitaux suicidaire, nationalisations contre-productives, recours à la planche à billets, confiscation de caisses de pensions dont les membres avaient payé en dollars, trucage de chiffres de l’inflation, j’en passe, et des meilleurs. Casseroles à n’en pas finir. CK est à n’en pas douter de la lignée de Chirac.

    • « dissolution idiote »

      Pour être réélu par 82 % des votants, ce n’était pas si idiot que cela de refiler le bébé à Jospin pour qu’il se casse les dents comme lui en 1988.

    • « Il faut croire qu’on le mérite… » En tout cas les Français l’aimaient bien et continuent à s’en souvenir avec émotion: avec lui, aucun problème n’était assez important pour éviter la proscratination., c’était rassurant: rien ne changeait vraiment!

      C’est bien cette absence de réformes aussi dérangeantes qu’audacieuses qui manquent et ont manqué aux politiciens depuis trop longtemps.

      C’est bien pour ça que la France stagne quand l’Italie, l’Espagne, la Grèce, même, se rendent compte que sans réforme, on s’endette chaque année, un peu plus jusqu’au jour où les taux d’intérêt remonteront!

      La succession de Fr.Hollande ne sera pas facile, à part l’aggravation de la fiscalité, il n’aura rien osé réformer non plus!

      Le « Moteur de l’Europe » qui ne pratique même pas les critères de convergence, alors que ce sont bien les pays qui bénéficient en premier lieu de ces critères respectés, permettant enfin au bout de plusieurs années, de disposer d’argent frais pour pousser un mouvement de croissance par des commandes de grands travaux d’infrastructure, par exemple, ou de logements.

      Cette lâcheté irresponsable de la France est simplement indigne!

    • Pour moi, Cristina Kirchner est encore pire que Chirac. En soi, Chirac était surtout un partisan de l’immobilisme. ce n’est pas lui qui a fait les réformes qui détruisent la France (cela a commencé avec Giscard mais c’est avant tout Mitterand ), il n’a rien fait pour résoudre les problèmes de la France. Par lacheté, il a laissé les choses s’aggraver. J’ai jamais compris ce que Chirac avait de droite

  • Le « Grand C… » de CHIRAC“, ne serait-il pas le Philippe PÉTAIN de la RANCE du tournant du siècle?

    Après avoir vécu/habité aux frais du Con-tribuable toute sa vie, il faut qu’il soit encore logé par le Fils HARIRI… alors que le gardiennage de son « château » coûte une blinde au Con-tribuable!

    Indéniablement, un grand Homme d’État!

    Ce pays est foutu.

    PS: pour voir son Fils spirituel JUPPÉ— »le meilleur d’entre nous! » favori des Merdias—se faire moucher par un Communiste pragmatique, c’est par ici: http://www.dreuz.info/2014/09/23/video-alain-juppe-se-prend-une-lecon-de-morale-de-lambassadeur-de-chine/#sthash.cxmu3ltA.dpbs

    • Cet (ancien) ambassadeur est « génial: lui ose dire tout haut tout ce que la presse de droite comme de gauche tait savamment, les deux côtés souffrant des mêmes maux dans le passé ou le présent: « manque de courage (ce qui s’appelle « lâcheté ») », « clientélisme », « égalitarisme », « popularisme », » démagogie », « politique limitée au niveau des moyens »: tous termes qui ont été utilisés et montrent bien que la Chine n’attend pas les « Lumiières » de la France qui n’ont d’ailleurs plus grand chose de crédible!

  • Le Péronisme a détruit l’Argentine et ce depuis près de 70 ans. L’Argentine l’un des pays les plus développés avec beaucoup de ressources souffre d’un maux : le péronisme

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Daniel Lacalle.

Les mots les plus dangereux en matière de politique monétaire et d'économie sont "cette fois-ci est différente". La grande erreur des politiciens argentins est de croire que l'inflation est multicausale et que tout se résout avec des doses croissantes d'interventionnisme.

L'indice des prix à la consommation en Argentine a connu une hausse de 58 % en glissement annuel en avril 2022, soit 2,9 points de pourcentage de plus que la variation enregistrée en mars dernier. Une véritable catastrophe. L'inflation en Ar... Poursuivre la lecture

Peut-on encore faire dérailler le train qui nous conduit sur la route de la servitude ? À quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle, même les plus optimistes des intellectuels libéraux doutent. Tout paraît joué d’avance, et le candidat qui remportera la mise prévoit d’appliquer un programme qui de toute façon sera aux antipodes de l’esprit du libéralisme.

Cette année, l’offre politique est globalement assez pauvre et aucun programme ne propose de réforme suffisamment courageuse et originale pour créer l’adhésion plein... Poursuivre la lecture

Compte tenu des informations éventuellement à disposition au sujet de l'élection présidentielle, il semble qu’il n’y aura pas de changement important des politiques françaises, quel que soit le candidat qui sera élu et quels que soient les élus du Parlement. Ce qui serait souhaitable serait d’obtenir des réformes permettant de donner au libéralisme une place beaucoup plus grande en France.

En effet, la France est un des pays du monde où le montant des impôts et des dépenses publiques est le plus élevé. Et par ailleurs il semble qu'elle... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles