Québec : Anticosti sauvée par le pétrole ?

Comme Terre-Neuve, cette île pourrait se passer de subventions si elle tirait parti de ses ressources naturelles.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Anticosti Cap Blanc-Dominique Blanc-Tardif- (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Québec : Anticosti sauvée par le pétrole ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 2 novembre 2015
- A +
Par Youri Chassin

 

Anticosti Cap Blanc-Dominique Blanc-Tardif- (CC BY-NC-ND 2.0)
Anticosti Cap Blanc-Dominique Blanc-Tardif– (CC BY-NC-ND 2.0)

 

Terre-Neuve était, il n’y a pas si longtemps, la province pauvre de la fédération. À ce titre, elle recevait des transferts de péréquation, jusqu’à ce qu’on se mette à y exploiter du pétrole. Aujourd’hui, Terre-Neuve ne reçoit plus de péréquation. Ses contribuables sont plus riches que la moyenne canadienne et ils participent par leurs impôts fédéraux à la cagnotte versée aux autres provinces.

Dans une certaine mesure, Anticosti est fortement dépendante de la « péréquation » offerte par les autres Québécois. Mais comme Terre-Neuve, son avenir peut s’avérer très prometteur.

Cette île longue de 217 km, située entre l’estuaire et le Golfe du St-Laurent, compte environ 210 habitants. Le taux de chômage, pratiquement nul durant la saison touristique, atteint environ 60 % en hiver. Sur l’année complète, le taux de chômage est ainsi nettement plus élevé que le taux de chômage de l’ensemble du Québec.

Les contribuables québécois dépensent aussi des sommes importantes pour l’île par l’entremise de programmes gouvernementaux. À titre d’exemple, la SÉPAQ Anticosti, qui a pour mandat d’administrer et de développer des territoires publics et des équipements touristiques qui lui sont confiés, reçoit une part des millions de dollars de subventions annuelles accordées au réseau par le gouvernement. Également, le montant des subventions pour le traversier de la desserte de l’île d’Anticosti et de la Basse-Côte-Nord, en 2012-2013, s’élevait à plus de 10 millions de dollars, selon un rapport du vérificateur général de 2014. Le maire se désole de constater que « tout est subventionné ici ».

Également, un certain nombre de projets ont été abandonnés à Anticosti au fil des années, faute d’appuis et de financement. Notamment un complexe de Spa, détente et golf, un projet de commercialisation de la viande de cerf et la construction d’un quai à Pointe-Nord.

Bref, de nouvelles sources de revenus ne seraient pas superflues. Or, il existe une belle opportunité d’enrichir l’île, ses habitants et le Québec dans son ensemble. Et cette opportunité passe par l’exploitation d’une richesse abondante de l’île : son pétrole.

L’entreprise québécoise Pétrolia a récemment annoncé qu’elle procède actuellement à la restauration de ses sites de forage sur l’île d’Anticosti, puisque ses travaux d’exploration sont terminés. L’entreprise a procédé à 12 forages verticaux  afin de déterminer le lieu où se feront les trois forages avec fracturation l’an prochain.

Le Québec abonde en ressources énergétiques, mais les efforts en vue de développer les réserves d’hydrocarbures de la province ont essuyé ces dernières années retards et obstacles réglementaires, en plus de l’opposition de groupes militants. Si le Québec donnait le feu vert tant attendu au développement de ses ressources, notamment pétrolières sur l’île d’Anticosti, l’économie du Québec en entier s’en porterait mieux. Sans compter que ce projet augmenterait de beaucoup la marge de manœuvre financière du gouvernement. Dans le cas d’Anticosti, on sent bien que ce n’est pas qu’une question financière, mais d’abord une question de fierté.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Depuis son investiture l’an dernier, Joe Biden fait paraître Gaston Lagaffe comme un habile funambule jonglant sans se blesser avec des tronçonneuses. Non seulement il gâche tout ce qu’il touche sans en assumer la responsabilité au moins partielle, mais il rappelle la grande hypocrisie des médias quand vient le temps de rapporter les actions d’un président « du bon côté. »

En effet, alors que tout édit du méchant homme orange était perçu comme (insérer variant du fascisme à la mode), la même action effectuée par un démocrate est estimé... Poursuivre la lecture

Le Canada traverse une importante crise de la représentation qui a culminé en février dernier durant la révolte des camionneurs. Si la confiance d’une partie de la population envers la classe politique est chancelante, sa confiance envers les médias traditionnels est en chute libre, la montée dudit « complotisme » étant la plus forte manifestation de cette récente rupture. Au Québec, 50 % des gens croient aujourd’hui que les journalistes cherchent délibérément à les tromper, selon un sondage de la firme Edelman, publié fin mars dernier.

<... Poursuivre la lecture

Si le vote des Français en France concentre logiquement toute l’attention, celui des Français à l’étranger donne des éléments sur la mentalité des expatriés, émigrés voire des binationaux. Un vote qui peut toutefois avoir une certaine importance.

Le vote des Français à l’étranger a représenté 500 000 votes sur 1,4 million d’inscrits (un taux de participation de 35 %). 45 % ont voté pour Macron et 22 % pour Mélenchon, Zemmour faisant 8 % et Le Pen ne représentant que 5 %.

Ces chiffres méritent d’être étudiés de plus près, car ils... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles