Québec : Anticosti sauvée par le pétrole ?

Comme Terre-Neuve, cette île pourrait se passer de subventions si elle tirait parti de ses ressources naturelles.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Anticosti Cap Blanc-Dominique Blanc-Tardif- (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Québec : Anticosti sauvée par le pétrole ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 2 novembre 2015
- A +
Par Youri Chassin

 

Anticosti Cap Blanc-Dominique Blanc-Tardif- (CC BY-NC-ND 2.0)
Anticosti Cap Blanc-Dominique Blanc-Tardif– (CC BY-NC-ND 2.0)

 

Terre-Neuve était, il n’y a pas si longtemps, la province pauvre de la fédération. À ce titre, elle recevait des transferts de péréquation, jusqu’à ce qu’on se mette à y exploiter du pétrole. Aujourd’hui, Terre-Neuve ne reçoit plus de péréquation. Ses contribuables sont plus riches que la moyenne canadienne et ils participent par leurs impôts fédéraux à la cagnotte versée aux autres provinces.

Dans une certaine mesure, Anticosti est fortement dépendante de la « péréquation » offerte par les autres Québécois. Mais comme Terre-Neuve, son avenir peut s’avérer très prometteur.

Cette île longue de 217 km, située entre l’estuaire et le Golfe du St-Laurent, compte environ 210 habitants. Le taux de chômage, pratiquement nul durant la saison touristique, atteint environ 60 % en hiver. Sur l’année complète, le taux de chômage est ainsi nettement plus élevé que le taux de chômage de l’ensemble du Québec.

Les contribuables québécois dépensent aussi des sommes importantes pour l’île par l’entremise de programmes gouvernementaux. À titre d’exemple, la SÉPAQ Anticosti, qui a pour mandat d’administrer et de développer des territoires publics et des équipements touristiques qui lui sont confiés, reçoit une part des millions de dollars de subventions annuelles accordées au réseau par le gouvernement. Également, le montant des subventions pour le traversier de la desserte de l’île d’Anticosti et de la Basse-Côte-Nord, en 2012-2013, s’élevait à plus de 10 millions de dollars, selon un rapport du vérificateur général de 2014. Le maire se désole de constater que « tout est subventionné ici ».

Également, un certain nombre de projets ont été abandonnés à Anticosti au fil des années, faute d’appuis et de financement. Notamment un complexe de Spa, détente et golf, un projet de commercialisation de la viande de cerf et la construction d’un quai à Pointe-Nord.

Bref, de nouvelles sources de revenus ne seraient pas superflues. Or, il existe une belle opportunité d’enrichir l’île, ses habitants et le Québec dans son ensemble. Et cette opportunité passe par l’exploitation d’une richesse abondante de l’île : son pétrole.

L’entreprise québécoise Pétrolia a récemment annoncé qu’elle procède actuellement à la restauration de ses sites de forage sur l’île d’Anticosti, puisque ses travaux d’exploration sont terminés. L’entreprise a procédé à 12 forages verticaux  afin de déterminer le lieu où se feront les trois forages avec fracturation l’an prochain.

Le Québec abonde en ressources énergétiques, mais les efforts en vue de développer les réserves d’hydrocarbures de la province ont essuyé ces dernières années retards et obstacles réglementaires, en plus de l’opposition de groupes militants. Si le Québec donnait le feu vert tant attendu au développement de ses ressources, notamment pétrolières sur l’île d’Anticosti, l’économie du Québec en entier s’en porterait mieux. Sans compter que ce projet augmenterait de beaucoup la marge de manœuvre financière du gouvernement. Dans le cas d’Anticosti, on sent bien que ce n’est pas qu’une question financière, mais d’abord une question de fierté.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le vendredi, c’est traditionnellement poisson. Ce jour-ci, ce sera du Ordralfabétix, c’est-à-dire pourri, et par la tête comme il se doit.

La surprise est totale : on apprend par deux sources, Investigate et Disclose, que l’actuelle ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, est directement liée par des intérêts financiers et familiaux avec la seconde compagnie pétrolière en France, Perenco.

Apparemment, les trois enfants de la ministre – âgés de 5, 10, 13 ans en 2016 – et un de leurs cousins ont pris place à... Poursuivre la lecture

décroissance
3
Sauvegarder cet article

Par Germain Belzile et Alexandre Moreau, depuis le Canada. Un article de l'Institut économique de Montréal

 

Récemment, une série de capsules vidéo sur la « décroissance économique » et ses bienfaits a enflammé la toile québécoise. Cette série, produite par Radio-Canada, suggère que nous vivons sur une planète de moins en moins propre, plus pauvre, mal nourrie et que la santé des humains diminue.

Il n'y aurait qu'une minorité de riches qui tirent profit de la situation actuelle et ceux-ci alimentent une croissance ef... Poursuivre la lecture

Il fut longtemps considéré comme un truisme que, outre l’honnêteté, la qualité la plus attendue d’un gouvernement est la compétence, la disposition la plus appréciée le talent rehaussé d’une dose de courage et d’une pincée de clairvoyance.

Hélas, depuis près de 30 ans, une trivialité toujours plus insolente gagne dans l’indifférence générale ce qui n’aurait jamais dû cesser d’être un sanctuaire de la méritocratie comme celui qui éleva la jeune nation américaine au rang des nations les plus développées, grâce au chemin de fer et à un vi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles