Sondage : les Français insatisfaits du redécoupage des régions

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sondage : les Français insatisfaits du redécoupage des régions

Publié le 24 octobre 2015
- A +

À moins de deux mois des prochaines élections régionales, BVA et la Presse régionale publient aujourd’hui un sondage consacré à la nouvelle carte des régions1.

Carte des régions-sondage BVA

Seulement 41% des Français se déclarent satisfaits du projet global de redécoupage des régions

Alors que les habitants de Haute Normandie (54%) et de Basse Normandie (51%) s’avèrent les plus convaincus, c’est dans l’Est de la France que les habitants se montrent les plus critiques à l’égard de cette réforme, notamment les Alsaciens, qui n’approuvent qu’à 14% la nouvelle carte des régions.

Dans chacune des régions, des différences de satisfaction à l’égard des fusions réalisées

Outre les Alsaciens, sont également réservés les Picards (35% sont satisfaits de leur fusion avec la région Nord-Pas-de-Calais), les Languedociens (36% sont satisfaits de leur fusion avec la région Midi-Pyrénées) et les Francs-Comtois (37% de satisfaits de la fusion avec la Bourgogne).

Ce sont les habitants de régions qui n’ont pas connu de fusion qui se montrent plutôt satisfaits du statu quo territorial, notamment en régions PACA (72%) et Île-de-France (67% de satisfaits).

Choix de la capitale régionale : des habitants satisfaits… quand leur ex-capitale a été désignée

En ce qui concerne la perception des capitales régionales désignées, elle diffère très fortement selon l’ancienne région d’origine des habitants. Par exemple, si Rouen est un choix qui satisfait 78% des Hauts-Normands, il ne satisfait que 15% des Bas-Normands qui auraient certainement marqué une préférence plus nette pour Caen. À l’exception de Bordeaux qui semble une capitale régionale plus consensuelle en région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, ce constat se retrouve pour Lille, Strasbourg, Dijon, Lyon et Toulouse.

  1. Une enquête réalisée auprès d’un échantillon représentatif de plus de 12 400 Français.
Voir les commentaires (22)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (22)
  • 2 zones ,1zone libre et 1zone occupée ..liberée de quoi et occupée par qui …? a vous de choisir …

  • Le découpage supprime le regionalisme et devient purement technocratique supprimant l’âme de la politique de proximité (exception pour la corse)

    à ce compte là, pourquoi ne pas avoir simplement repris le découpage en 8 interregions utilisé pour les élections européennes, ou mieux ,supprimer les régions en reportant ce qui peut l’être sur les départements, et en recentralisant le reste ?

    • supprimer les régions n’était pas possible, ça aurait mené à la disparition de fauteuils confortables pour plein de politiques. Simplifier, oui, mais sans toucher aux jobs des copains s’il vous plaît !

      • Le but n’était manifestement pas d’éliminer une couche du « mille feuille » (Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué?). Il n’était certainement pas non plus de diminuer le pouvoir politique ni son corollaire, le pouvoir de l’administration.

        S’agit-il d’une « rationalisation » comme cela se voit dans les fusions d’entreprises? J’en doute! Une rationalisation devrait supprimer les doublons, simplifier la gestion, diminuer les frais de personnel, entre autres: aucun politicien n’a intérêt à tout cela!

        Même si la population aspire à cette simplification administrative coûtant moins et plus efficace, quitte à remplir les formalités par internet et ne pas devoir se déplacer encore plus loin qu’avant.

        Par contre le sondage s’explique bien: l’homme, spontanément, est résistant au changement et répugne donc à quitter le connu pour l’inconnu: le maximum de satisfaits est de 54%! Cela n’a rien d’un raz de marée d’enthousiasme!

        De plus, comme déjà expliqué, je ne suis pas sûr que les gens ne sont pas résignés à subir le pouvoir, faute de pouvoir y changer quoi que ce soit: la défense concrète de leurs intérêts personnels les préoccupent bien plus que l(a) (dés)organisation du pays! (Car comme dans les fusions d’entreprises, une phase transitoire d’adaptation précèdera tout bénéfice ou même toute évaluation du résultat)

  • Bonjour
    Je suppute que le redécoupage des régions a été fait avec des arrières pensées d’optimisation électorale.

    • C’est possible mais complètement aléatoire! Le vote des citoyens est difficilement prévisible même si le résultat simplifié est déjà connu: la gauche va perdre des régions, la droite, en gagner et le FN en obtenir sans doute une ou deux.

      Rien que la météo peut changer le nombre de votants, alors?

      Je crois percevoir, de l’extérieur, une certaine exaspération face à la politique, en France (rassurez-vous: je ne lis pas que Contrepoints): de là à s’engager soi-même, il y a une vraie différence!

      Réfléchissez à cette phrase découverte (elle n’est pas de moi, auteur inconnu) il y a plusieurs années: c’est un axiome à enseigner à Science Po comme à l’ENA:

      « En politique, quand les dégoûtés s’en vont, il ne reste que les dégoûtants! »

      Je crois qu’elle vaut son pesant de cacahuètes!

  • SI ça ne tenait qu’à moi Il n’y aurait que 5 régions : Nord-Est, Nord Ouest, Sud-Est, Sud Ouest et une région comprenant tous les DOM-TOM.

    Et bien sûr dégraissage à la clé et fédéralisation permettant une mise en concurrence dz ces régions pour les talents et entreprises, comme aux Etats-Unis.

    • Le Texas est plus grand que la France.

        • La france est donc plus petit que le texas 🙂

          • Oui et? S’il cherche à dire que la France ne peut pas être fédéraliser car trop petite je tiens à rappeler au l’État du Delaware est 5 fois plus petite que la Belgique :p

            • 1) Les paradis fiscaux (Delaware) n’ont aucun intérêt à être grands! ou: Un grand pays avec de vastes plaines agricoles, des ressources naturelles importantes, une industrialisation de pointe exploitant les deux, sera bien moins attiré vers le commerce des services que le commerce des biens à exporter: seule vraie façon de s’enrichir.

              2) Il est ridicule de comparer France et USA (Problème d’échelle et d’importance mondiale)! Par contre, dans l’idée primitive des « États-Unis d’Europe », la France aurait pu devenir le « Texas » de l’Europe. Les USA ne comportent que 3 niveaux de pouvoirs: fédéral, état, local, loin d’un « mille feuille » à la française: il n’y a donc pas de « régions » à fusionner, pas de département non plus, pas de doublon entre association de communes et communes.

        • Le découpage administratif n’est pas une question de taille.

          L’exemple du fédéralisme qui fonctionne est les USA. Avec des Etats comme le Texas plus grand que la France. Mais surtout avec un sentiment d’appartenance régionale extrêmement fort, comme au Texas. Pour rappel, au Texas, certains texans refusent encore l’autorité de Washington en 2015 (« sovereign citizen of the Union State of Texas »). Pourtant le Texas est l’un des états les plus performants des USA.

          Quel est le rapport entre un creusois et un basque ? Aucun. Les lorrains et les alsaciens ne peuvent pas se voir. Les basques et les alsaciens ont un sentiment d’appartenance régionale extrêmement fort.

          Bref, il est ridicule de croire qu’en augmentant la taille des régions on va régler les problèmes de gaspillage.

  • Je me demande combien va faire « Unser Land » le parti régionaliste en Alsace… Ca serait fun qu’il dégomme ces partis jacobins en carton que sont le PS, LR, FN, FDG, EELV

  • Je me demande si les français auraient été insatisfaits par quelque autre découpage ou même qu’ils auraient été insatisfaits par aucun redécoupage 🙂

  • Dans mon quotidien régional, il est dit « Même si dans leur ensemble les Français se déclarent satisfaits des choix opérés par François Hollande, … »
    On notera donc que 41% est considéré comme une « satisfaction d’ensemble » par la presse « indépendante ».

  • Le redécoupage des régions n’est qu’une énième modification administrative décidée par des technocrates de salons parisiens, qui occupe les médias et donne l’impression que l’on s’occupe du « peuple de province », les sans-dents qui vivent « au-delà » du périph’. Mais fondamentalement ça ne change rien au fonctionnement hyper centralisé, dirigiste et bureaucratique de notre pays.

  • Rappelons-nous les deux principaux objectifs de cette pitoyable réforme :
    1) Réaliser des économies.
    2) Avoir des régions fortes.

    1) Un simple coup d’oeil à l’étranger montre qu’avoir des « grosses régions » ne génère tout simplement aucune économie. On constatera qu’on dépensera encore davantage.
    2) Ces ensembles moins démocratiques, plus lourds, moins réactifs, ne seront pas plus forts que le cumul des forces de ses précédentes entités.

    Cette réforme est d’une stupidité absolue. En fait non, c’est très bien vu : on ne parlera ni de chômage, ni de dette : bravo, magnifique écran de fumée !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

L’abstention est un phénomène complexe qui touche toutes les démocraties des pays développés et la démocratie française en particulier. Elle est devenue l’un des symboles de la crise que les démocraties traversent au XXIe siècle.

La sociologie électorale privilégie l’approche inductive et fait régulièrement le point sur l’évolution du profil des abstentionnistes. L’économie politique préfère l’approche déductive et l’hypothèse de rationalité.

Elle pose une question simple : est-ce qu’il est rationnel de voter ?

Cet articl... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Jonathan Frickert.

Boudées par plus de deux Français sur trois, les élections régionales et départementales ont illustré une nouvelle fois un profond malaise démocratique.

Depuis trois semaines, beaucoup se sont interrogés sur les solutions à ce malaise. Moins en ont questionné les causes.

Beaucoup ont évoqué dès le premier tour la complexité d’un double scrutin. Or, cela s’était déjà produit en 2001, sans que cela ne provoque l’indifférence actuelle. D’autres encore ont mis le doigt sur le poids des thématiques natio... Poursuivre la lecture

Par François Lainée.

En trompe-l’œil, les résultats du vote ont fait apparaître les élus comme des vainqueurs glorieux, voire même des cadors en route pour l’Élysée. Et le pire, c’est que certains d’entre eux semblent y croire vraiment, oubliant qu’ils ne sont en fait que des nains au pouvoir. Après le désastre, le circus politicus continue comme avant ?

21-27 juin : élections régionales et départementales. Les élus en charge des aides sociales, des routes et du transport ferroviaire local, des lycées et collèges, des pompiers e... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles