Le Québec est loin de l’austérité, en voici encore une preuve !

Il n’y a jamais eu autant de fonctionnaires au Québec

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Rigueur austérité (Crédits 401kcalculator.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Québec est loin de l’austérité, en voici encore une preuve !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 8 octobre 2015
- A +

Par Michel Kelly-Gagnon, depuis Montréal, Québec

Rigueur austérité (Crédits 401kcalculator.org, licence Creative Commons)
Rigueur austérité (Crédits 401kcalculator.org, licence Creative Commons)

Répétons-le encore une fois : il n’y a jamais eu autant de fonctionnaires au Québec.

À tel point que la part des travailleurs du secteur public représente maintenant 27 % de la main-d’œuvre totale au Québec. Plus du quart ! C’est un record, selon des économistes de la Banque Nationale.

Nous sommes donc très loin de vivre l’« austérité » au Québec, malgré les slogans que peuvent crier à tue-tête les centrales syndicales.

Cette tendance de l’État à s’alourdir constamment est une tendance lourde. Le même genre de nouvelle faisait la Une en début d’année, où on soulignait que les 22 ministères et 66 organismes de la fonction publique comptaient sur davantage de personnel en 2012-2013 que cinq ans auparavant.

Aussi, en 2012, on pouvait lire que l’effectif de la fonction publique québécoise avait non pas diminué, mais augmenté de 3 % dans les huit premières années de pouvoir des libéraux.

Le contribuable en moi, qui a subi comme vous une pluie de taxes et de hausses de tarifs ces dernières années, est donc très soulagé d’apprendre que le gouvernement actuel soutient avoir réduit, depuis un an, des postes à temps complet dans le secteur public et parapublic à hauteur de… 0,3 %.

Mais pour l’« austérité », on repassera.

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • est-ce la langue ou le désir de se rapprocher des français, qui semble avoir mené ce pays vers de funestes directions ?

  • Si les syndicats et groupe d’intérêt montent au barricades pour une austérité imaginaire, ça sera quoi le jour ou il faudra mettre la hache pour de vrai.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Canada traverse une importante crise de la représentation qui a culminé en février dernier durant la révolte des camionneurs. Si la confiance d’une partie de la population envers la classe politique est chancelante, sa confiance envers les médias traditionnels est en chute libre, la montée dudit « complotisme » étant la plus forte manifestation de cette récente rupture. Au Québec, 50 % des gens croient aujourd’hui que les journalistes cherchent délibérément à les tromper, selon un sondage de la firme Edelman, publié fin mars dernier.

<... Poursuivre la lecture

Si le vote des Français en France concentre logiquement toute l’attention, celui des Français à l’étranger donne des éléments sur la mentalité des expatriés, émigrés voire des binationaux. Un vote qui peut toutefois avoir une certaine importance.

Le vote des Français à l’étranger a représenté 500 000 votes sur 1,4 million d’inscrits (un taux de participation de 35 %). 45 % ont voté pour Macron et 22 % pour Mélenchon, Zemmour faisant 8 % et Le Pen ne représentant que 5 %.

Ces chiffres méritent d’être étudiés de plus près, car ils... Poursuivre la lecture

Peut-on encore faire dérailler le train qui nous conduit sur la route de la servitude ? À quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle, même les plus optimistes des intellectuels libéraux doutent. Tout paraît joué d’avance, et le candidat qui remportera la mise prévoit d’appliquer un programme qui de toute façon sera aux antipodes de l’esprit du libéralisme.

Cette année, l’offre politique est globalement assez pauvre et aucun programme ne propose de réforme suffisamment courageuse et originale pour créer l’adhésion plein... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles