La Chine va-t-elle provoquer l’apocalypse sur les T-Bonds US ? (1)

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Chinese Dragon-epsos .de(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Chine va-t-elle provoquer l’apocalypse sur les T-Bonds US ? (1)

Publié le 4 octobre 2015
- A +

Par Ben Traynor

Chinese Dragon-epsos .de(CC BY 2.0)
Chinese Dragon-epsos .de(CC BY 2.0)

On parle beaucoup des risques que cela représenterait si la Chine se mettait sans crier gare à inonder le marché des bons du Trésor US qu’elle détient. Mais que se passerait-il si la Fed les rachetait directement ?

Vous avez peut-être déjà entendu parler de ce scénario. Voici comment cela se présente :

  • La Chine a amassé une grande quantité de bons du Trésor US…
  • Ce faisant, elle a soutenu le prix de ces obligations…
  • Ce qui a réduit à zéro leur rendement (qui évolue inversement aux prix) et a abaissé les coûts d’emprunt pour le gouvernement américain…
  • Si la Chine cesse d’en acheter pour en vendre massivement, les rendements pourraient grimper en flèche, déclenchant potentiellement un effondrement financier.

Devrions-nous alors nous inquiéter ?

Je ne le pense pas. De toutes les menaces financières qui nous entourent, je dirais que celle-ci arrive en bonne fin de liste. Pour comprendre pourquoi, il faut commencer par comprendre pourquoi la Chine a amassé tant de bons du Trésor US.

Comment réaliser une croissance tirée par les exportations

Comme tout le monde le sait, l’économie chinoise a connu une croissance spectaculaire ces vingt dernières années. Ceci a été possible grâce à une croissance classique, tirée par les exportations. La Chine a absorbé la demande du reste du monde et cette demande a alimenté son économie.
En termes techniques, la Chine s’est développée rapidement en maintenant un excédent de la balance des comptes courants. Le compte courant mesure les flux entrants et sortants de biens, de services et les revenus des investissements à l’étranger.

Avec un excédent, il y a davantage d’argent qui entre que d’argent qui sort. Or, inévitablement, pour avoir un excédent de compte courant, il faut avoir un déficit du compte de capital. Ce sont les deux revers d’une même médaille et ils doivent s’équilibrer.

Le compte de capital enregistre les changements de détenteurs des actifs d’un pays (tels que les actions, les obligations, etc.). Si vous achetez une obligation dans un autre pays, ce flux d’argent apparaît dans le compte de capital, dans notre cas, de l’argent qui sort de Chine.
Nous avons donc de l’argent qui entre via le compte courant et de l’argent qui sort (qui est investi hors du pays) via le compte de capital.

La croissance chinoise étant basée sur l’exportation, cela signifie qu’il y avait beaucoup d’argent qui entrait dans le pays via le compte courant. Jusqu’ici tout allait bien, la Chine avait son excédent de compte courant.

Cependant, le reste du monde avait également un fort désir d’investir en Chine et de profiter de son boom économique. Ceci a entraîné une augmentation des entrées dans le compte de capital. Cela pose un problème lorsqu’on veut avoir un déficit du compte de capital.

Un effet secondaire inévitable

C’est à la banque centrale, la Banque Populaire de Chine (BPC), qu’a été confié le soin d’assurer un déficit du compte de capital.

La BPC a dû exporter suffisamment de capital pour compenser à la fois l’excédent du compte courant et les entrées nettes de capital provenant des étrangers investissant en Chine. C’est pourquoi elle a fini par amasser des bons du Trésor US en grande quantité.

Dans les grandes lignes, voici comment cela s’est passé :

La BPC est intervenue sur les marchés monétaires pour empêcher une trop forte hausse du yuan. Elle a acheté des dollars, les payant en yuans. Cela compensait l’argent qui entrait en Chine (pour payer les exportations chinoises et pour faire des investissements dans le pays).

Puis la BPC a recyclé les dollars qu’elle a achetés en investissant dans des actifs libellés en dollars.
Le seul marché financier assez grand pour absorber une telle quantité de dollars était les États-Unis.
Et les bons du Trésor US, en tant que marché le plus vaste et le plus liquide au monde, étaient le choix évident.

Cette réserve de bons du Trésor US en Chine est donc une conséquence directe et inévitable de sa politique commerciale. Toutefois, récemment, il semble que la BPC se soit mise à vendre cette réserve. Devrions-nous nous inquiéter de cela ? Je ne le pense pas. À suivre !

Pour plus d’analyses et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • La Chine ne détient qu’environ 27% de la dette américaine par l’achat des bons du trésor. La grande majorité les 2/3 le sont par des américains ( institution financières banques, particuliers etc… ) la Chine restele premier pays à détenir de la dette US devant le Japon 20% environ.

    D.J

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jean-Éric Branaa.

Depuis le 6 janvier 2021, se pose la question de la place de Donald Trump dans le débat public, notamment en vue des prochaines échéances électorales. Cette interrogation relance en même temps la question de la survivance de ce que l’on a appelé le « trumpisme ». Après quelques mois de sidération face à une victoire qui n’avait pas été anticipée, en 2016, on a vu se multiplier l’utilisation de ce terme, régulièrement invoqué dans les articles ou les reportages les plus dramatiques sur l’état du pays de Lincoln.Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Ce qui m’a frappé au cours de cette année 2021, ce n’est pas le virus, mais l’extension de l’autoritarisme sous sa forme dramatique comme sous sa forme rampante et bureaucratique. J’ai remarqué également la numérisation et le retour en force des marchés qui « se vengent » des dictatures notamment par l’inflation. Bien sûr, le virus a joué son rôle, mais il a plutôt été l’occasion que la raison de fond.

La violence autoritaire

Cette violence a gagné une grande partie du monde, et s’il fallait donner un premier prix, il reviendrait au My... Poursuivre la lecture

Malgré de nombreuses et ardues négociations, les démocrates ne pourront pas adopter leur fameux projet Build Back Better (BBB) pour l’instant. L’un des leurs, le sénateur de la Virginie occidentale Joe Manchin, a annoncé qu’il s’opposerait au titanesque projet de loi de trois billions (12 zéros) de dollars.

Évidemment, les réactions négatives ont été presque instantanées. Chez les démocrates, on doute de la loyauté de Manchin envers son parti. Joe Biden a même promis « de lui parler » et ne semble pas regretter ce message agressif. Mai... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles