Volkswagen, ce coupable qui en cache un autre

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Logo VW détourné

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Volkswagen, ce coupable qui en cache un autre

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 25 septembre 2015
- A +

C’est à un tsunami de surprise feinte que nous avons eu droit la semaine passée : oh, vertuchou, Volkswagen a bricolé les logiciels embarqués dans ses voitures pour obtenir des résultats brillants aux tests anti-pollution aux États-Unis ! Le constructeur a menti, et il a même reconnu l’avoir fait ! Oh ! La pseudo-consternation a atteint rapidement la bourse, où l’action du constructeur a dévissé, et s’étend maintenant sur le marché européen, en touchant rapidement tous les autres constructeurs. Quel monde, mes amis, quel monde !

Ceci posé, revenons un peu sur Terre. Et si je parle de surprise feinte, c’est bien parce que les petites bidouilles des constructeurs pour faire passer leurs engins pour plus propres qu’ils ne le sont étaient connues de pas mal de monde. L’État, déjà, qui a savamment construit les normes, main dans la main avec les fabricants eux-mêmes, et qui devait bien se douter qu’il y aurait le cas des tests bâtis pour permettre aux modèles de remporter de bonnes notes, et les conditions réelles, franchement éloignées. Les automobilistes ensuite, dont l’écrasante majorité a pu constater l’écart entre la consommation affichée publicitairement, et qu’on ne peut obtenir que dans des conditions de roulage qui frôle la crédibilité par le mauvais côté de la tangente. Les associations écolo enfin, qui, toutes largement subventionnées par l’État, ont su tourner les yeux ailleurs le temps qu’il fallait pour ne pas voir les petits soucis de certaines motorisations.

Avant d’aller plus loin, cela ne retire, évidemment, absolument rien à la faute initiale de Volkswagen dans le cas qui nous occupe. Comme le précise avec raison Vincent Bénard dans son dernier article à ce sujet, le constructeur allemand a bel et bien fraudé, en masquant (de façon logicielle, donc) une production de gaz polluants (des oxydes d’azote, dans ce cas-là) bien au-dessus des normes admises en condition de conduite normale. Il mérite donc ce qui lui arrive actuellement.

VW gas auto

Maintenant, ce constat ne permet pas d’éviter de rappeler quelques évidences bien trop vite oubliées tant par la plupart des journalistes que, surtout, par ces politiciens qui commentent l’actualité du haut de leur morale irréprochable et de leur parcours dans leur domaine généralement exempt de toute fraude.

On pourra ainsi pouffer en lisant la demande péremptoire et assez gonflée de « totale transparence » de la part de la ministre de l’Écologie, par exemple. C’est bien joli de réclamer la transparence, mais il faudrait aussi pousser les explications techniques un tantinet pour bien faire comprendre exactement l’enjeu, du côté des constructeurs, de respecter des normes anti-CO2 toujours plus drastiques.

En effet, et n’importe quel chimiste pourra le confirmer, l’apparition des oxydes d’azote (NOx) en combustion signifie que le carburant a été brûlé à des températures et des pressions élevées, qui certes contribuent à une diminution de la production de CO2, mais favorisent aussi l’augmentation de la production des NOx. Pour les constructeurs, chaque effort fait pour baisser la quantité de dioxyde de carbone aura donc tendance à augmenter la production des NOx. Cette augmentation est en partie absorbée par des systèmes de catalyse en sortie (notamment à base d’urée), mais on comprend qu’il est très complexe, chimiquement parlant, d’avoir à la fois une baisse constante des émissions d’un gaz qui, rappelons-le, n’est absolument pas nocif comme le CO2, et dans le même temps, une diminution des NOx (qui eux, sont effectivement nocifs pour la santé).

À ce point, on comprend que la course à l’homologation étatique des moteurs provoque le renchérissement des mécaniques vendues (avec l’introduction de systèmes progressivement de plus en plus complexes), ou, moins honnêtement, l’apparition de trucs et astuces pour réussir les conditions, bien calibrées, de tests connus à l’avance. Si la dernière option est clairement punissable, la première laisse songeur quant au bilan de l’action de l’État dans le domaine automobile.

On pourrait évoquer, par exemple, l’apparition de voitures électriques badigeonnées de massives subventions qui, si elles permettent à certains de frimer dans des Tesla agréables à regarder, n’ont toujours pas permis de régler les problèmes d’autonomie (et loin s’en faut), de recharges (longues et épuisantes pour le réseau électrique) ou de recyclage en fin de vie. D’autant que l’État qui subventionne les lubies électriques, c’est d’autant moins pour d’autres technologies, parfois prometteuses mais enterrées.

epic cat fail

On pourrait rappeler que le développement en fanfare du diesel sur le sol européen ne doit à peu près rien au hasard et tout à la patte de l’État qui a sciemment encouragé son ascension par des taxations de plus en plus vexatoires sur l’essence. Ici, l’État stratège a bien frappé, et frappe encore : croyant soutenir une industrie automobile en concurrence avec le reste du monde en tabassant l’essence, l’État a introduit un biais énorme en faveur du diesel qui s’est effectivement révélé lucratif pour les constructeurs français… Jusqu’au moment où l’écart fiscal est devenu palpable (la Cour des Comptes évalue le – fameux – manque à gagner à 8 milliard d’euros) et où l’on s’est rendu compte que le diesel était particulièrement médiocre pour l’atmosphère.

epic fail

On pourrait se rappeler qu’ensuite, l’écologie entrant dans les mœurs et la politique, les normes antipollution se sont mises à pulluler. L’État, toujours aussi stratège, s’est retrouvé avec d’un côté un diesel favorisé et de l’autre une atmosphère à dépolluer, à coup de normes de plus en plus drastiques, et des tests d’homologation idoines (et négociés avec les constructeurs). Là encore, on a du mal à oublier complètement la part de responsabilité de l’État. On pourrait en effet se rappeler qu’il n’y a pas de lobbying sans des individus, des administrations, des élus à « lobbyiser » surtout lorsqu’ils ont un grand pouvoir sur l’avenir d’une filière.

Epic Fail

On pourrait enfin se rappeler que c’est encore l’État, au travers de la loi DMCA (protection des droits d’auteurs) qui a directement empêché que la tricherie soit révélée plus tôt : eh oui, selon cette loi, les constructeurs automobiles affirment qu’il est illégal pour des chercheurs indépendants de vérifier le code du logiciel contrôlant les véhicules, et ceci sans l’autorisation du fabricant, et cette interdiction a permis à Volkswagen de conserver ses manipulations à l’abri pendant des années.

Shipment of fail !

L’État qui édicte des normes, l’État qui édicte des interdits, l’État qui pousse certaines motorisations au détriment d’autres … Volkswagen est évidemment coupable (et il l’a reconnu), mais oublier l’État n’est pas oublier un détail de la pièce qui s’est jouée, c’est oublier le décor, la musique et le metteur en scène.

Alors, quand, sur tout ce bazar déjà bien glauque, on apprend que l’État envisagerait de redresser les torts causés avec … une bonne grosse interdiction des diesels d’ici 2025 (parce que ça marche, ces trucs là, qu’on vous dit : c’est efficace et ça n’apporte jamais d’intéressants effets de bords), on sait que là, on tient la solution, c’est évident ! Bingo !

bingo pas twingo

Toute cette affaire pue. Elle pue le capitalisme de connivence. Elle pue le lobbyisme débridé. Elle pue les petits arrangements, les compromis douteux, les arrangements entre copains et coquins. Elle pue de l’odeur âcre d’un diesel mal brûlé, elle pue d’une écologie politisée à mort et utilisée à des fins protectionnistes (ici, des USA contre l’Europe, jusqu’au prochain retour de bâton), elle pue l’interventionnisme de l’État à tous les niveaux.

Volkswagen paiera, cher, sa fraude, et c’est tant mieux. Mais cette affaire montre de façon éclatante l’incohérence des pouvoirs publics, tiraillés entre leurs lubies, leurs compromissions et les petits intérêts bien compris de ceux qui les dirigent. Tout ceci démontre encore une fois que la régulation étatique ne marche pas. Ceci montre à quel point on est éloigné d’un marché libre où les fraudeurs n’auraient jamais eu la possibilité de faire durer leurs manigances aussi longtemps, où l’État n’aurait jamais pu imposer des normes débiles et des tests ridicules, où le consommateur aurait pu se faire flouer sans rien pouvoir dire.

L’État stratège, quelle bouffonnerie !
—-
Sur le web

Voir les commentaires (74)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (74)
  • Pour ça, ça pue !
    Pour tourner un peu autour de l’agriculture, les différentes normes de pollution, en cours ou futures ou sur le point d’être, permettent aux constructeurs de sortir une nouvelle série tous les ans avec une belle inflation des prix en prime. Alors que les différentes etapes des normes (dites euro chez nous ou stage aux US) sont connus depuis des lustres et qu’il suffisait de prendre la norme ultime pour sortir le moteur correspondant. Mais c’est trop simple et ça ne gagné pas assez, et avec l’accord des autorités.

  • c’est trés rigolo cette histoire VW , j’ai eu la curiosité de regarder un pub avec le moteur en question …whaooo il ne consommait vraiment rien , 4.9 L/100km avec plus de 150 CV sous le capot et 223km/h en pointe , trop fort… la consommation réelle d’une petite clio 😉

    • Sans compter que ce 4,9L/100 KM, c’est un bien joli résultat mais calculé pour un parcours … qui n’existe pas: quelle est la façon de calculer cette consommation: à une vitesse de 90Km/h ou 120, « stabilisée » et sur quelle route, sur quel sol, sur route à plat ou en très légère pente, évidemment sans démarrage ni montée en vitesse, calculée sur le moteur ou sur le véhicule, en conditions théoriques ou réelles?

      Le seul test valable est votre consommation entre 2 pleins: ça, c’est le prix du volume de carburant que vous aurez, vous, consommé: le facteur qui vous permettra, avec les autres frais, de calculer votre prix au Km parcouru, critère intéressant pour faire vos choix.

      (Autre critère intéressant: la différence entre consommation « à 90 Km/h » et « en cycle urbain »: une grosse différence vous promet de mauvaises surprises!)

      • bah , chacun a sa propre consommation en fonction de ses habitudes routières et sa façon de conduire .
        sur ma voiture j’ai la consommation instantanées, elle varie de 0 a 15l/100km…mais ma moyenne est de moins de 6l en parcours long , en urbain , c’est plutôt 7l de gasoil sur des parcours de moins de 30mn..un écart fort raisonnable et dans les clous des données constructeur .
        ce qui veut dire qu’un test tel que fait actuellement est fiable si le constructeur joue le jeu !
        m’enfin , est ce que la consommation est un critère de choix…jamais sauf pour les gros rouleurs qui éviteront l’essence bien entendu car a puissance égale l’écart peut être gigantesque

        • La consommation, un critère de choix: oui et non: c’est personnel aussi, suivant l’usage.
          Et, personnellement, « mon écologie » rationnelle commence par éviter le gaspillage, particulièrement de l’énergie par augmentation technique des rendements: les km de bouchons quotidiens sont clairement une pollution aberrante, malodorante, déplaisante! (Et je me fiche du « climat », n’étant scincèrement convaincu de rien!).

  • Comme d’habitude, l’Etat Stratège ne sait faire que des co***ries.

    Ceka vous surprend? Il suffit pourtant d’entendre ce que dit notre chère ministre de l’écologie, ancienne DGA porte-parole de la BPI qui devait booster, d’après les dires des savants économistes socialistes, l’économie française, ancienne présidente de la région Charente-Poitou qu’elle a réussi à mettre sur la paille avant d(être éjectée,ancienne etc…etc…

    Nous pourrions également parler de notre cher ministre des finances, ancien ministre du travail, ancien etc… etc…, qui a toujours tout raté mais est toujours aussi content de lui, le Ravi de la Crèche en somme, et qui va finir de pantoufler au Conseil Constitutionnel pour services rendus à la cause.

    Nous pourrions multiplier les exemples à l’infini, dans tous les partis. Ces gens ne sont que des incapables, des carriéristes, capables de tenir des discours incompréhensibles pendant des heures, de brasser du vent.

    Mais nous continuons à voter pour eux. Allez comprendre, Charles.

  • « la régulation étatique ne marche pas »

    Elle est globalement inefficace d’une part – ce qui est mauvais pour l’économie. Et elle a de dangereux effets de bords totalement négligés – ce qui est dangereux pour la société.

    D’une part on bloque l’émergence de solutions mieux adaptées et on jette l’argent du contribuable par les fenêtres. D’autre part on encourage la création de systèmes mafieux à tous les étages. Regardons les conséquences à long terme avec l’URSS : ils ont été forcés d’abandonner l’idéologie de la planification, mais on se débarrasse moins facilement du système mafieux. Conclusion : les systèmes mafieux sont notre avenir à long terme.

  • Une question naive :

    Comment mettre en place des normes ( de santé / sécurité etc…) pour les produits sans que l’etat légifère?
    Ou alors il n’y a pas besoin de normes?

    • Des normes privées. 🙂

    • La responsabilité légale et pénale à mon avis. Et l’indispensable évaluation des résultats et surtout des effets de bord négatif. Si on ne peut trouver et évaluer un effet négatif à un choix quel qu’il soit, c’est qu’on n’a pas cherché !

    • Il est très facile de mettre en place des normes sans légiférer, ça s’appelle des recommandations, des certifications, des classifications. Par exemple, l’industrie navale fonctionne ainsi : l’assureur établit son barème en fonction de l’évaluation que fait un organisme reconnu — et privé — de la qualité du navire. L’Etat se contentera ensuite de refuser l’accès de ses eaux aux navires non-assurés, donc incapables au sens libéral d’assumer leurs responsabilités.

      Evidemment, ça ne marche que pour les normes sensées, c’est à dire celles qui visent à éviter des conséquences néfastes mesurables et économiquement chiffrables.

    • Il n’est pas besoin de norme. Juste, éventuellement, des labels décernés par des associations de consommateurs. Et une justice indépendante qui condamne, le cas échéant, les mauvaises pratiques (médicaments ou véhicules plus dangereux qu’annoncé par exemple).

      • Il est la le probleme, pour pouvoir attaquer une entreprise qui vend un produit dangereux, il faut que la loi définisse ce qu’est un produit dangereux. Et pour cela , il faut que le legislateur puisse dicter des normes à respecter non?

  • Excellent article, excellent rappel. Il tape dur là où ça fait mal.

  • A propos de la technologie « hybrid air ».

    Le lien sur les technologies « parfois prometteuses  » fait référence à une déclaration du CEO de Peugeot. Je me suis demandé depuis longtemps si cette technologie du stockage énergétique par air comprimé n’était pas LA bonne solution. Malheureusement, entre le lobbying, la possible erreur ou impasse technologique et l’engouement stupide pour « l’électrique », les batteries de science-fiction ou les piles à combustible de la même marque, il est difficile de se faire une idée.

    • bah , c’est sans doute la solution la moins onéreuse pour faire croire qu’il y a de l’énergie a récupérer lors des freinage ou en descente ..toutefois y a encore des kg a transporter inutiles dont on se passerait bien 😉

      • J’ai roulé récemment dans une Toyota Prius de 11 ans, dans la région de Genève et de Gex: la consommation est raisonnable mais pas miraculeuse: 4,9 à 5 L/100KM.

        Mais ce qui m’a étonné, c’est que les batteries sont d’origine, après 11 ans! C’est une longévité exceptionnelle pour une batterie habituelle de véhicule classique.

        Heureux gadget (puisque c’était en montagne): la commande spéciale « frein moteur » qui permet de freiner avec un bénéfice électrique en descente (ou en ville) et avec une efficacité comme on la retrouve avec un moteur diesel.

        Autre critère: bien des taxis new-yorkais sont des Prius.

        Enfin, plusieurs marques ont adopté ce principe hybride.

        C’est donc une alternative qui peut être maintenant intéressante et fiable, d’autant plus que vous n’aurez plus à « essuyer les plâtres », ce qui comporte toujours un risque supplémentaire!

        • « la consommation est raisonnable mais pas miraculeuse: 4,9 à 5 L/100KM »
          Il faudrait pouvoir comparer avec d’autres véhicules sur le même type de parcours. Je possède une hybride Toyota (Auris) et également un diesel Toyota moins puissant, avec ce dernier je suis incapable de réaliser des consommations équivalentes à l’hybride sur des trajets identiques. Deuxièmement mon hybride a remplacé un véhicule essence de type citadine et d’une cylindrée modeste de 1,4l, en conso moyenne j’ai gagné plus de 3l/100km sur mes habitudes de parcours. C’est peut être pas miraculeux mais c’est tout de même un progrès.

          Sur toutes les autos que j’ai pu posséder (Ford, Citroen, Peugeot, Renault, Seat, …), Toyota a toujours été le plus proche de la conso normalisée, en revanche concernant les rejets réels, je n’en ai aucune idée.

          • Manifestement le choix d’une hybride à la place de votre citadine 1,4L (ce qui n’est plus une « petite » cylindrée, actuellement) est un succès pour vous. J’ai peut-être eu tort de comparer avec ma consommation habituelle (peu de « ville ») de 5,5 L de Diesel avec une vieille Mercedes A 1994 cc turbo-d mais aussi avec d’autres véhicules diesel +/- 0,5L/100 km. Donc bénéfice avec une hybride: heureusement, vu le surcoût de départ: je retire « pas miraculeux » vous laissant libre de votre terme qui sera sans doute au moins « substantiel »!
            J’ai eu 3 Toyota: oui, pas toujours révolutionnaire mais du sérieux et du fiable … longtemps!
            Bonne route!

            • « (peu de « ville ») »
              Ceci explique la différence modeste, mon hybride fait bien plus de ville que de route. Sur 200 km de nationale mon diesel est plus économe, c’est le défaut de l’hybride qui sera je pense corrigé dans les années à venir.
              Le scandale VW fera réfléchir pas mal de constructeurs automobiles

        • Bof, avec Honda Civic essence de 1.2L dans les années 90, je consommais de 4.5 à 4.9L au 100 km. Sur du plat, et d’excellents faux plats pas faux culs du tout. Le véhicule devait peser 900 kg.
          Avec une Honda Civic essence de 1.6L modèle 1998, 1100-1200 kg, en 2005 à 2009, je consommais 4.9L au 100 km, sur un parcours Genève, col de la Faucille Les Rousses, et retour. Pied léger à la montée, en 4 ième quand c’était possible.

          Donc un véhicule essence qui consomme 3L au 100 km, cela devrait être possible. Seul bémol : le prix.

          • Vous devez regarder loin, en voiture, en anticipant et vous avez le pied léger: bravo!

          • Il y a des centaines de vidéos qui montrent qu’une simple Prius peut consommer à peine 3l/100km en moyenne sur un plein (le record est même à moins de 3l). Moi même j’atteins des consos de moins de 4l sur certains trajets. La seule comparaison possible est avec le même conducteur (Spritmonitor est un excellent site pour comprendre que le conducteur est souvent la clé d’une faible consommation, on y voit des amplitudes énormes avec le même modèle).

    • A ma connaissance, le stockage de l’énergie par compression/détente d’un gaz est un casse-tête en raison de la gestion de la chaleur, et le rendement plutôt mauvais.

      • Oui, le rendement est mauvais. Mais l’intérêt du lien est de voir que l’état fusille des recherches après les avoir favorisées, en toute incohérence.

        • Le Stop and Start a pourtant été inventé par … Volkswagen !

        • H16 a raison , le sujet de discussion est celui qu’il précise ( «  »Mais l’intérêt du lien est de voir que l’état fusille des recherches après les avoir favorisées, en toute incohérence. » ») et on pas celui de savoir si telle ou telle bagnole consomme plus ou moins que ce que spécifient ses publicités …

          • L’état n’a pas à fusiller des recherches. Et pas à en favoriser non plus, ce qui dans la majorité des cas lui éviterait dès les départ d’avoir à se poser ensuite la question de les fusiller…

  • Et dire que certains vont foncer vers les VE croyant faire là une action pour le climat, et dire que les énergies renouvelables contribuent à dilapider un argent qui aurait été bien plus utile dans la recherche et le développement pour trouver de vraies solutions, et dire que l’on nous limitera bientôt les routes à 80 kmh et dire que les constructeurs nous affichent des bolides à plus de 200 kmh.

    Mais au fait une petite cylindrée tournant à plus de 2500 tours/min avec un chassis en alliage léger, et roulant à 130 kmh maxi, ça consommerait combien ???

    • Il a existé un proto développé par Loremo basé sur un faible Cx. (voir wiki)
      Turbo diesel 28ch 700Kg 2l/100Km

      • Il y a régulièrement des « compétitions de faible consommation » sur circuit, entre véhicules construits par des groupes d’élèves d’écoles techniques avec des consommations qui frisent le ridicule. L’intérêt en est la liberté de combiner les solutions où tous les facteurs énergivores sont étudiés (frottement, aérodynamisme, poids du véhicule, pertes en chaleur …): à voir! (Sans compter la stimulation intellectuelle de l’imagination technique des élèves poussée par ce côté compétitif entre (grandes et moins grandes) écoles et en même temps, l’avantage d’apprendre le travail en équipe pluridiciplinaire.)

  • Rien ne prouve que d’autres constructeurs ne trichent pas aussi.
    Aucun autre constructeur n’aurait relevé la tricherie, y compris en France, ou aux USA, dans une guerre économique où logiquement, on se serait intéressée à cette faculté technique de respecter une réglementation inatteignable ?
    Pourquoi ne pas faire un contrôle aléatoire de tout diesel, hum ?
    Ça pue aussi sa guerre économique et…. politique. Ce n’est pas n’importe quelle entreprise, ni n’importe quel pays qui est visé, mais le 1er exportateur mondial. Même si bien sûr, on ne peut cautionné la tricherie, ça pue.

    • C’est évidemment « la bonne question à ne pas poser » … maintenant: la bourse souffrirait mal que toutes les marques s’effondrent! Je soupçonne cependant que VW ne soit évidemment pas la seule! Reste à savoir qui et dans quel pays, sera assez curieux pour ça!

    • Mon vieux diesel de 1997, qui émet un petit nuage voir quand on accélère en 3 ième vers 75 km/h, finalement n’est pas si polluant… Et l’Ânesse du Poitou aimerait pourtant le faire retirer de la circulation…

  • Excellent, mon bol de Nox du matin 🙂

  • avis aux experts : quand nous allons au contrôle technique, les gaz sont mesurés par une sonde placée dans l’échappement : qu’est-ce qu’on mesure ? en quoi un programme informatique pourrait-il falsifier la lecture de la mesure puisqu’on mesure le gaz à la sortie…y a un truc qui m’échappe…

    • Le programme ne falsifiait rien, il gérait le véhicule (moteur, système antipollution, …) pour le mettre en condition de basse pollution, quitte à sacrifier tout le reste : puissance, consommation, etc.

      • Oui bon il y avait falsification, le programme détectait si le capot était ouvert, si les roues bougeaient et se mettait en mode test (dégradé et irréaliste) .
        La norme US pour les NOx 0.043 g/Km, en Europe 0.25, Japan 0.28.

    • « qu’est-ce qu’on mesure ? »
      Au contrôle technique, pas grand chose, juste l’opacité des gaz d’échappement.

  • Y’a pas à dire, un Français en France est plus malin qu’un Allemand aux US.
    C’est quand même plus simple d’adapter les normes aux voitures que l’inverse ou, plus bête encore, d’adapter les logiciels aux normes.

  • Oui, et si la première tricherie serait celle du réchauffement climatique avec ses chiffres bidouillés impossibles à vérifier. Tricherie sur tricherie c’est le chaos !

    • Je ne conseillerais à personne, en France, de mettre publiquement en doute le réchauffement climatique avant l’année prochaine!

      Il en irait probablement de sa santé et de son confort: gâcher le « Barnum » de la conférence de Paris sera considéré comme un fait de haute trahison nationale et une agression de la personne du Président qui en attend un prestige personnel boosté et quelques point de plus de popularité!

      Je n’ai pu m’empêcher d’observer qu’il adorait, littéralement, se sentir un « Grand », parmi les Grands, dans ces conférences internationales et ces G chiffrés! Comme il adore aller guerroyer en Afrique ou dans les pays du Moyen-Orient, jouissant clairement de son titre de chef des armées qui n’a pas, pour cela, besoin de la caution des représentants du peuple!

  • Toyota est très en retard sur l’hybride « série » (à brancher sur secteur), car ils savent que leurs clients n’y trouveraient aucun intérêt : coût à l’achat, complication de l’offre par rapport à leur système hybride, non rentable sauf subvention…
    A l’inverse, les autres constructeurs doivent faire un saut de génération pour compenser la course des normes écologiques.

    Dans le cas de ces tests, la réponse de l’encadrement VW a été probablement un « je ne veux pas savoir » quand les ingénieurs sont venus leur demander comment gérer les normes qu’ils avaient signés.
    J’ai bien peur que le temps où les gouvernements travaillaient main dans la main avec leurs constructeurs nationaux a disparu : désormais il y a un gouffre entre les politiques et leurs normes toujours plus restrictives et les entreprises qui jouent risquent ou au final, délocalisent…

    Nos poumons seront sains, mais nous mourront de faim.

    • Quand on parle de l’automobile, en France, on parle de Renault (Nissan) et de PSA, Peugeot-Citroën: Qu’uen restera-t-il dans 10 ans?

      Renault construira ailleurs ses « Dacia », vendues en France, et Nissan vendra sans doute les 2 marques en Asie, avec, c’est possible, des véhicules +/- identiques, sous les 2 marques, adaptées différemment au marché « local », l’asiatique étant destinée à un avenir plus prometteur en nomre, probablement.

      Et PSA vendra sous son nom, probablement, un nombre de véhicules bien plus important en Chine qu’en Europe, des véhicules produits là-bas, en participation chinoise importante.

      Il reste a défendre en France le côté « intelligence », la R&D, à haute valeur ajoutée, y compris en s’adaptant aux exigences des marchés asiatiques sans plus trop compter sur la production française de véhicules « populaires » où le prix d’achat est important et qui deviendra, probablement, moins compétitive qu’avec des véhicules d’importation. Le « Graal » restera LA voiture de prestige française, capable de rivaliser avec les grandes marques allemandes et ex-britanniques et, pour les sportives, les italiennes, un cran en dessous, les américaines.
      Si on réduit la part de diesel, PSA qui a vendu des moteurs dans toute l’Europe, sous sa marque ou à d’autres, risque de perdre un marché juteux.

      • « Il reste a défendre en France le côté « intelligence » … »

        Il ne faudrait surtout pas prendre les pays asiatiques comme la Corée, la Chine, le Japon … pour des imbéciles ! A part dans le domaine aéronautique (et c’est bientôt fini), je crois que l’on est rattrapés voire dépassés. Les seules niches qui restent encore sont peut-être le domaine militaire qui dépend en plus de volontés et d’influences politiques. (La dernière mode étant de refuser sous pression des US la livraison des contrats durement acquis grâce à notre savoir faire en telecom militaire)

        La haute technologie de demain n’est surement pas l’automobile (l’avenir de la production de masse est plutôt chez Dacia – et le luxe encore et toujours chez les Allemands). On est dépassé sur l’électronique, la robotique, le nucléaire. On n’a pas su conserver notre avance ou on l’a même sabordé. Il va falloir sérieusement retrousser ses manches car les marchés juteux à forte valeur ajoutée permettant de financer les gabegies, c’est en fait fini depuis longtemps.

        • Oh non! depuis quelques années, déjà, comme vous, je constate que l’Asie fait plus que rattraper son ancien retard technologique.

          D’ailleurs, là-bas aussi, ils commencent à sous traiter la production répétitive à des pays dont la main d’oeuvre (voisine) est encore moins chère (Vietnam, entre autres) tandis qu’ils forment des ingénieurs de très bon niveau en proportion impressionnante.

          C’est bien pour ça que je parle de 10 ans.

          Et vous avez donné le terme qui convient pour les domaines où les Occidentaux pourraient conserver une avance: des « niches »: garder la tête de file dans ce qui ne se fait pas ailleurs ou pas aussi bien! Et sans négliger « l’espionnage industriel »! (On se souviendra de la façon dont au Japon, on a copié l’industrie photographique et optique allemande de renommée internationale, à l’époque: pour les armes, ce sera pire!).

    • « Toyota est très en retard »
      Vous remarquerez que Toyota a laissé tomber le diesel bien avant l’affaire VW, les petits moteurs sont des PSA et désormais les plus gros des BMW. Toyota a toujours eu du flair pour la technologie automobile. Le diesel n’est plus rentable, ils mettent le paquets sur l’hybride depuis déjà un moment (d’ailleurs Mercedes vient d’annoncer officieusement qu’ils allaient progressivement abandonner le diesel au profit de l’hybride, Toyota a toujours eu de l’avance sur ses concurrents)

  • Les automobilistes ensuite, dont l’écrasante majorité a pu constater l’écart entre la consommation affichée publicitairement, et qu’on ne peut obtenir que dans des conditions de roulage qui frôle la crédibilité par le mauvais côté de la tangente.

    M’enfin, vous n’y êtes pas : sur verglas, glace vive, c’est très crédible… 🙂

    Quant à l’Ânesse du Poitou en train de braire, elle aimerait bien toucher quelques milliards, sans en voir les conséquences. Ben, qu’elle continue à braire et pis c’est tout…

    Quant au protectionnisme, qu’il soit européen ou US, on ne peut en dire du bien.

    • L’anesse du Poitou (enfin, elle est aussi poitevine que ma grand mère alsacienne pouvait l’être)…ne voyagerait-elle pas déjà gratos à l’ile maurice ? Les avions à pédales ça existe ? :p

      • La « Ségolénitude » est une galaxie qui a d’ores et déjà, perdu toute créditude, à mon avis!

      • « Les avions à pédales ça existe ?  »

        Certes, mais elle va suer comme un phoque et non comme un âne. Et cela, c’est du gaz à effet de serre, c’est toxique.
        Et c’est pas bien du tout. Qu’elle reste à la maison, sans bouger, et donne l’exemple.

    • D’ailleurs sur glace vive c’est être dans les clous, surtout s’il n’y en a pas sur les pneus !

  • « L’apparition de voitures électriques badigeonnées de massives subventions »
    8.000€ sur plus de 100.000€. C’est pas vraiment badigeonné. (pour la Tesla)

    « qui, si elles permettent à certains de frimer »
    Ca fait du bien. C’est tellement rare de nos jours de se faire du bien 🙂

    « dans des Tesla agréables à regarder »
    C’est gentil de le reconnaître.

    « n’ont toujours pas permis de régler les problèmes d’autonomie (et loin s’en faut) »
    Je roule au quotidien avec.
    Et je fais des milliers de Km en vacances.
    C’est juste une question de gestion.
    Et ça passe sans aucun problème.
    De plus, les Super Chargeurs Tesla se développant, le « problème » autonomie en est de moins en moins un…
    Et Tesla annonce des des autonomies de près de 700 Km sous peu

    de recharges (longues »
    Non, 20 minutes pour 50%
    Le temps de prendre un petit café.
    Ou 80% pour 1h. Le temps de manger un morceau 🙂

    « et épuisantes pour le réseau électrique) »
    En qoui ?

    « ou de recyclage en fin de vie »
    Prévu par tesla. On ne jette pas la voiture à la poubelle.

    • Bonjour Laurent75005 (bel arrondissement)

      Avouez que c’est quand même une voiture de niche. (non pas de riche lol)

    • Je comprends qu’on ait plaisir à se payer une bagnole à 100000 E. Je comprends un peu moins pourquoi on fait appel au contribuable à hauteur de la contribution moyenne d’IR de 3 foyers fiscaux pour vous inciter à ce plaisir.

      • @ MichelO
        Laurent75005 n’est en rien responsable de la prime reçue!
        Est-elle plus ou moins injuste que les sommes prélevées ou allouées par l’état: c’est l’affaire de l’état, pas du consommateur!
        Idem pour les délires « écologiques » de l’état ou pour sa politique fiscale.
        Et qui dit que payer ses impôts n’est pas encourager le gouvernement à dépenser?
        N’êtes-vous pas encore prêts à une « désobéissance civile » qui freinerait les revenus pour modifier les dépenses idiotes de cet état délirant?
        En tout cas, chercher « la voie la moins imposée » (légale) me semble bien, dans votre cas français, une gestion « de bon père de famille »!

    • Je crois que dans vos calculs de subvention, vous avez oublié quelques bricoles. Vous avez noté ce qui se voit, vous avez passé complètement ce qui ne se voit pas, et là, ça fait des paquets.

      « Tesla annonce des des autonomies de près de 700 Km sous peu » : oui, et demain, pour sûr, on rase gratis. En attendant, les batteries représentent une capacité de stockage d’énergie catastrophique par rapport au litron d’essence ou de gasoil. Et si l’autonomie est si bonne, pourquoi diable les gens ne se ruent pas sur les voitures électriques (tesla ou non) ?

      « En qoui ? »
      Tant que le nombre de véhicules électriques est faible, tout va bien. Le jour où la demande pour des recharges électrique dépasse 2 ou 3% du réseau, on sera mal (et là, le nucléaire sera le seul à fournir en pic). Bref : pour le moment, les voitures électriques sont amusantes pour quelques individus, mais c’est ingérable pour une utilisation massive partout.

      « « ou de recyclage en fin de vie » »
      Non. La gestion des batteries reste un cauchemar pour tous les constructeurs, Tesla compris. Ils ont des idées sur le papier, mais le recyclage est très coûteux. Le lithium, c’est chiant à manipuler.

    • Mais vous avez parfaitement le droit de prendre le risque de finir grillé comme un poulet suite à un petit choc…
      Cela ne me regarde pas.
      Vous voyez, je suis très libéral…

      « Ca fait du bien. C’est tellement rare de nos jours de se faire du bien »

      Ben mon pauvre, s’il vous dépenser 100’000 Euros pour vous faire du bien, je vous plein sincèrement.
      Et votre dame, elle est blonde?

    • « Ca fait du bien. C’est tellement rare de nos jours de se faire du bien »

      Oui : Tout le monde a une Tesla. Si à 50 ans on n’a pas une Tesla, c’est qu’on a quand même raté sa vie …

    • Veinard!

      J’ai eu l’occasion de faire un essai: « Luxe, calme et volupté »! Et ce silence!!!
      C’est une voiture fabuleuse! D’accord: non, ce n’est pas de la grande série populaire!
      Et pour les vacances, ses 2 énormes coffres, ce doit être un sérieux atout!

      N’écoutez pas les grincheux (conservateurs, réac, jaloux, nostalgiques, peureux?): vous avez une voiture aussi « exclusive » qu’une Bentley que vraiment exceptionnelle.!
      Récompense d’avoir été dans les premiers à oser faire ce pari sur l’avenir.
      Heureusement qu’il y a des pionniers!

  • Encore une fois l’état crée un climat d’incertitude ( interdiction possible du diesel dans 10 ans) qui ne va être propice aux investissements. Les nouveaux moteurs à essence sont bien plus polluants que les anciens et c’est le contraire pour le diesel. Condamner le diesel est une absurdité car il sera toujours préférable de consommer moins , ce qui est le cas des diesel et la recherche est capable d’améliorer les choses à condition de ne pas fixer des objectifs stupides ( comme la baisse maximale de CO2, qui n’est pas un poison). Notons que la même stupidité concerne l’agriculture avec l’obsession des nitrates ( qui n’est pas un poison et qui est même bénéfique pour les maladies cardio vasculaires).

  • Puisqu’il s’agit du moteur diesel TDI pour des voitures souvent citadines, quid des normes anti-pollution urbaines en Europe et en particulier en France ? Je rappelle que la mégapole tokyoite, 38 millions d’habitants, est peu polluée (je ne parle naturellement pas des concentrations industrielles au sud de Yokohama et de Chiba mais de la ville elle-même) et pour des raisons très simples à énumérer : interdiction des moteurs 2 temps, interdiction du diésel pour les véhicules de moins de 20 tonnes de CU, tous les bus ou presque sont hybrides et utilisent du GPL, tous les taxis utilisent obligatoirement du GPL, les plus de 20 tonnes ne sont autorisés que sur certains axes routiers. Si Toyota a développé la Prius c’était dans ce contexte législatif. Enfin, mais c’est une anecdote qui contribue à diminuer la pollution visuelle des automobiles : il est interdit de stationner sa voiture dans la rue. Si on désire acheter une voiture on doit justifier de la propriété d’une place de parking privé devant sa maison ou dans l’immeuble où on réside … Imaginez les rues de Paris sans aucune voiture en stationnement, comme ce serait beau !!!

  • Selon la Cour des Comptes, le différentiel de taxes entre le gasoil et l’essence sans plomb provoquerait un manque à gagner à 8 milliard d’euros par an.

    Quelle incroyable erreur d’analyse ! On croyait pourtant la Cour dotée des meilleurs experts de la République, experts que le monde entier nous envie. Pas si sûr… En effet, loin d’être un manque à gagner, il s’agit tout bonnement d’un trop-perçu de taxes sur l’essence.

    Remboursez, que diable !

    Après plusieurs décennies, le cumul du trop-perçu représente 200 à 300 milliards. Toute affaire cessante, il convient désormais que l’Obèse rembourse cette erreur fiscale à chaque propriétaire de voiture essence, par exemple sous la forme d’une détaxation partielle ou complète de l’essence à la pompe durant les prochaines décennies. Cette mesure de salubrité publique ne manquera pas de rééquilibrer sensiblement le marché automobile.

    On se souvient que l’essence hors taxes est 20% moins chère à produire que le gasoil. Si on ajoute à cette économie la détaxation pour remboursement du trop-perçu, le prix du litre de sans plomb 95 devrait bientôt se situer 50% en-dessous du prix du litre de gasoil.

  • ll est tout à fait possible de rouler avec une VW ou une Audi sans polluer, en utilisant les possibilités du logiciel. Je vous donne le truc : rouler capot ouvert et sans tourner le volant.

  • Avant de se risquer dans ce trucage les dirigeants de VW pouvaient méditer sur la belle et triste histoire de la petite bouteille ronde qui fut un magnifique succès marketing et financier mais commençait à faire de l’ ombre à une célèbre marque de boisson US jusqu’ ce que une fine mais vraiment très fine analyse etc ….

  • « l’incohérence des pouvoirs publics ».
    Aucune incohérence là dedans. Les pouvoirs publics sont pilotés par un personnel politique dont le seul but est de racler un maximum de fric dans un minimum de temps.
    Très cohérent comme démarche, au contraire.

  • Generals Motors commet une faute qui est responsable de la mort de 174 personnes et cela fait un moins grand scandale que Volkswagen qui n’a pas respecté quelques normes totalement débiles faites par des idéologues. GM n’a été condamné qu’à une amende de 900 millions dollars.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour le porte-parole de l'Élysée Olivier Véran :

« Il faut réguler les jets privés […] les symboles sont importants… »

https://twitter.com/franceinter/status/1561966255179014144?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1561966255179014144%7Ctwgr%5E56ca06b3afddf835f84b43efe26250820d7e256a%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.radiofrance.fr%2Ffranceinter%2Fpodcasts%2Fl-invite-de-8h20-le-grand-entretien%2Fl-invite-de-8h20-le-grand-entretien-du-mardi-23-aout-2022-9777670

Je deviens très pessimiste quand j’e... Poursuivre la lecture

Achat d'or pouvoir d'achat
5
Sauvegarder cet article

S’il est quelque terme économique mal compris en France (et parfois ailleurs) c’est bien celui de pouvoir d’achat.

 

Pouvoir d’achat du revenu monétaire

Certes, quand quelqu’un a un pouvoir d’achat, il prend conscience de ce qu’il peut acheter en un moment donné avec l’argent dont il dispose. C’est un genre d’approche statistique du pouvoir d’achat, qui va donc augmenter (ou diminuer) avec le revenu, et qui va varier suivant le niveau des prix des biens et services achetés.

La structure des dépenses envisagées est do... Poursuivre la lecture

La situation n’est pas réjouissante : alors que l’État français entend se mêler de tout et régir la vie de ses habitants presque dans ses moindres dimensions, non seulement cette prétention se fait au prix d’un endettement faramineux (choix de société, diront certains) et de déficits permanents, mais cette politique de gribouille se fait sans vision du lendemain, sans réelle perspective, et sans aucune rigueur ni efficacité.

Un constat accablant qui met en jeu tant le présent que notre avenir, qui s’en trouve lourdement hypothéqué.

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles