Idéologie climatique : l’inquiétante dérive

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
religion climatique rené le honzec

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Idéologie climatique : l’inquiétante dérive

Publié le 18 septembre 2015
- A +

Par Thierry Levent

religion climatique rené le honzecChaque jour qui nous rapproche de la conférence climatique parisienne (COP21) suscite des prises de positions de plus en plus délirantes voire inquiétantes. Ainsi : « La criminalisation de la pensée déviante est en marche, et l’on peut compter sur nos intellectuels pour aider avec enthousiasme à sa mise en place ». En effet, l’appel récent pour stopper les crimes climatiques, soutenu par des intellectuels, relayé fébrilement par la presse, ne laisse plus la place au doute. Nous sommes bien engagés vers une dérive idéologique totalitaire qui ne dit pas son nom.

Consommer du pétrole s’apparente selon les signataires à un crime contre le climat. « Nous avons employé le terme de crime climatique, un terme fort, pour éveiller les consciences », indique Christophe Bonneuil, historien, chargé de recherche au CNRS et co-initiateur de cette initiative qui va rester dans les annales.

Par extension naturelle, les climatosceptiques participent activement à ce délit. Toute réflexion scientifique hétérodoxe argumentée sur le thème du réchauffement climatique anthropique (RCA) est impitoyablement connotée et censurée.

Outre la censure médiatique organisée (impossible de lire ou d’entendre dans les médias français la moindre analyse critique), le discrédit à l’œuvre utilise des arguments les plus éhontés. Ainsi le journal Les Échos, n’hésite pas à associer créationnisme et climato-scepticisme. Les mécanismes à l’œuvre consistant à discréditer une communauté scientifique et de citoyens qui osent douter, sont ceux utilisés par les activistes de Greenpeace envers le nucléaire ou les faucheurs volontaires de José Bové pour les OGM. Tous soutiens ou analyses favorables vous font passer pour un criminel doublé d’un suppôt du « grand capital qui s’en met plein les poches ». Le tout avec le soutien actif des médias et la complaisance de la justice. Il faut relire à ce sujet l’ouvrage de G. Rivière-Wekstein1 sur les méthodes de ces militants écologistes radicaux qui ont pris la science en otage (destruction de champs, opérations commandos, flicage d’agriculteurs, montages financiers et manipulation médiatique).L’impunité est quasiment totale, la désinformation atteinte, la peur et le doute instillés dans l’opinion publique. La peur irrationnelle des OGM interdit tout débat.

Sous couvert du fumeux concept de science citoyenne cher à Jacques Testard, signataire de l’appel, l’objectif est d’assécher la « mauvaise » science pour favoriser les « bons » axes de recherche. Encore une fois, l’exemple des OGM est caricatural. En effet des activistes anti-OGM font dorénavant partie des instances décisionnelles concernant la recherche sur les biotechnologies. Autrement dit, cette filière est sinistrée car idéologiquement incompatible avec ce que ces gens pensent être juste. L’extension à d’autres axes de recherche est évidemment envisageable pour ne pas dire à l’œuvre. La chimie, les nanotechnologies, le nucléaire, et d’autres peuvent donc se faire du souci si cette tendance se confirme.

Le copié-collé avec la science climatique est évident. Le même Testard voulait déjà traîner en son temps C. Allègre devant un tribunal international pour crime contre l’humanité (émission « À voix nue » sur France Culture) au motif de son scepticisme. Nombre de scientifiques doutant de la doxa du GIEC hésitent et rechignent à juste titre à manifester leurs interrogations.

Il est donc assez comique de lire Hervé le Treut, climatologue et directeur de l’Institut Pierre-Simon Laplace en première ligne sur le réchauffement climatique bien entendu anthropique : « J’en veux aux climato-sceptiques et aux médias d’avoir confisqué le mot de ­ »sceptique » à leur seul usage. Tout chercheur digne de ce nom devrait s’afficher comme sceptique, puisque le doute est l’essence même de la démarche scientifique. »

Un tas de gens s’échinent à faire part de leur scepticisme éclairé avec le succès médiatique que l’on sait. Par contre les signataires de l’appel eux ne doutent de rien.

Le délire climatique actuel et les crises de nerf de quelques centaines de militants écolos à jour de leur cotisation, risquent de nous faire rire, mais jaune dans très peu de temps. Le réchauffement géopolitique, lui, tend inéluctablement vers l’incandescence malgré les lunettes roses, vertes, bleues ou étoilées. Et le maudit CO2 n’est pour rien dans les vagues d’immigrations actuelles contrairement à ce que nous raconte l’inénarrable Pierre Radanne au CV scientifique évanescent !

Il sera alors temps de demander son avis à Nicolas Hulot, nouveau commandeur des croyants thermoclimatiques engagés, sur les vraies priorités… il sera trop tard.

 

  1. Rivière-Wekstein. Faucheurs de science. Les fanatiques sont dans nos campagnes, Éditions Le Publieur, 2012.
Voir les commentaires (35)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (35)
  • on croyait que la science avait réussi a vaincre l’obscurantisme ,qu’internet serait la connaissance a la portée de tout le monde ….
    http://www.liberation.fr/sciences/2015/09/18/pollution-routiere-dommages-collateraux-chez-les-enfants_1384664
    oui des ‘chercheurs’ nous disent que si vous habitez a moins de 150 m d’une route vos enfants auront une leucémie aiguë myéloblastique… a cause des moteurs diésel
    alors pour le climat , la chasse aux sorcières et les tribunaux de l’inquisition vont bientôt être remis au gout du jour et notre grand prêtre de l’apocalypse , monseigneur Hulo , officiera tous les soirs de décembre en direct a la TV pour apporter la parole divine et châtier les blasphémateurs .

    • Euh, non, c’est à cause du benzène, donc justement pas les moteurs diesel mais les moteurs à essence….

    • La solution est donc de mettre les voies de communication la ou il n’y a personne, et, du coup, les villes au bout de sentiers de campagne… Alphonse Allais est ressuscité.

      Quant aux signataires de ce prospectus dément, deux questions. Combien d’entre eux viendront se disputer les petits fours de COP 21 en Decembre? 100 %?
      Et parmi ceux ci, combien seront ven

    • Suite et fin: combien seront venu a pieds ou en vélo pour ne ps bruler d’énergies fossiles?

  • Un des mensonges proférés par les pro GIEC et plus particulièrement la propagande verte est : 99% des scientifiques soutiennent les chiffres avancés par le GIEC et donc un réchauffement climatique essentiellement anthropique. D’où sort ce chiffre ??
    Je lis sur Wiki qui n’est certes pas un modèle absolu de rigueur mais qui est quand même plutôt pro GIEC qu’au contraire « cependant un questionnaire non publié montre que MOINS DE 50 % DES SCIENTIFIQUES SONT EN ACCORD AVEC LES RESULTATS DU GIEC. »
    Etude non sourcée, hélas. Au fait, « pas publiée », le GIEC ne serait-il pas à la manœuvre pour l’étouffée ? Gageons que si les chiffres avaient été plus favorables au GIEC, les medias nous en rabattrait tous les jours les oreilles.

    De toute façon la science n’obéit pas à la démocratie d’opinion ou de vote, elle suit son chemin fait de rigueur et d’intelligence et ce n’est pas du côté des Verts et des journalistes qu’il faut rechercher ces qualités.
    J’ajoute que je ne suis ni pro GIEC ni climato sceptiques au sens de nier un réchauffement climatique anthropique. Je pense qu’en l’état de la science on n’en sait rien et ce n’est pas du côté du GIEC, sous tutelle politique et fermé comme une huitre aux thèses qui ne vont pas dans son sens que j’attends un jour la vérité.

    • Bien sur aucun scientifique n’a fait progresser la science en ayant raison seul contre tous ! -)))

      • Concernant le réchauffement climatique, on voit que les deux défenseurs de l’effet de serre se comportent comme des croyants.
        Le physicien de service a raison dans ses propos : la vérité scientifique n’est pas une histoire de majorité. Par contre, il ne présente pas d’arguments convaincants, en se référant à l’histoire : On pourrait prendre Galilée seul contre tous. Plus près de nous, on peut faire référence au combat qui opposa Pasteur et Berthelot, Pasteur, chimiste et découvreur de la microbiologie et Berthelot découvreur de la Chimie Organique. Il s’agit du débat sur la force vitale.

        Le débat sur la force vitale entre Pasteur et Berthelot se déroula pendant la deuxième moitié du 19ème siècle. La chimie organique demeurait un mystère : les moyens qu’on utilisait jusque là pour tenter de caractériser un produit, l’urée par exemple, détruisait le produit. Tous ces produit qui relevaient de la vie étaient considérés comme résultant de la « force vitale », une action de Dieu. Ainsi, le grand Pasteur défendait-il la théorie de la force vitale.
        A partir de carbone et d’hydrogène, Berthelot réussit à faire la synthèse de l’acétylène par décharge dans une ampoule électrique. A partir de cet acétylène il réussit à passer à l’éthylène et à l’alcool éthylique… Point besoin de la force vitale.
        Ce débat fut l’équivalent du débat d’aujourd’hui sur le climat. Il envahit l’Assemblée Nationale ! Clémenceau, lui qui pourtant n’était pas spécialement clérical, vint au secours de Pasteur. Le mot final fut apporté pur Buchner qui réussit à passer de l’alcool éthylique à l’acide acétique dans un milieu sans micro-organisme.

        Un deuxième exemple, de la même époque, est celui du travail de G. Thompson Lord Kelvin (les degrés K). Il calcula l’âge de la Terre à partir de la perte de chaleur du système Terre. Cet exemple est intéressant en ce sens qu’il repose, comme la prévision du climat sous l’effet du CO2, sur un modèle de calcul (même s’il n’y avait pas d’ordinateurs à l’époque. Lord Kelvin proposa pour âge de la Terre 6 ou 7 millions d’années… au lieu du consensus aujourd’hui 3.45 milliards d’années. Mais, mais… c’est là la beauté du raisonnement scientifique, à condition dit-il qu’il n’y ait pas de production de chaleur à l’intérieur du globe ! A l’époque, on ne connaissait pas la radioactivité naturelle productrice de chaleur par les désintégrations des isotopes radioactifs de U, Th, K…

    • Je suis tout à fait d’accord. Je n’ai pas la compétence scientifique pour avoir une opinion personnelle sur cette question, mais je ne supporte pas cette pensée unique , l’unanimisme qu’on veut nous imposer, le manque grotesque d’esprit critique des médias, la bêtise terrifiante de certains arguments, les arrières pensées politiques. J’en viens à souhaiter paradoxalement et assez bêtement, mais c’est ma façon de résister à ce déferlement scientiste et médiatique, que cette cop21 dont on nous rebat les oreilles, soit un bide.

  • Je propose la création d’un police politique verte et d’un brigade en charge de réprimer toute utilisation de combustibles fossiles ou d’électricité d’origine nucléaire. Dans ce dernier cas aucun rapport avec les émissions de CO2, au contraire, mais je m’en fiche.
    J’appellerais cette brigade les SAGES, Surveillance Anti Gaz à Effet de Serre qu’on pourrait contracter en SS pour les nostalgiques, avec comme emblème en brassard les 4 pales d’une éolienne.
    Heil Bonneuil.

  • c’était chez h16 du lourd du très lourd:
    http://www.itele.fr/chroniques/grand-decryptage-olivier-galzi/cop21-pour-quoi-faire-136723
    explosion de colère ridicule à 9:30 (le mec change carrément d’octave!)
    Répondre

    • C’est bon, ça !!! Excellente vidéo.

      Belle contradiction de Yannick Jadot (EELV). Car c’est LE lobbyiste des industriels des enr; or il se permet de « dénoncer » le lobbyisme alors qu’il fait exactement pareil, en particulier le lobbyismes des énergéticiens fossiles. Dès qu’il a une once de temps de parole, cet apôtre ne peut pas s’empêcher de placer le mot « énernie renouvelable ». Plus on l’écoute, plus on se dit qu’i doit être payé au nombre de mots « énergie renouvelable » lâchés quotidiennement sur les médias.

      Or les enr sont physiquement incomparables aux énergies fossiles, car en l’état elles sont fatales, intermittentes et imprévisibles au delà de quelques jours. Or Jadot et ses acolytes vendent carrément l’idée qu’elles pourraient les remplacer ! Ellesseraient moins chères ? Forcément puisque subventionnées et fatalement prioritaires dans des réseaux backupés déjà construits (coûts non inclus dans les enr mais bien réels). Malheureusement ce sont ce genre d’absurdités et de paradoxes refoulés qui nourissent souvent la violence des idéologues. Car il faut de la violence pour faire avaler les pillules que les gens ne veulent pas prendre !

      Bref, ça n’augure rien de bon, tout ça ! Dommage que le physicien « climato-exigent » à la table n’ait pas profité de cette occasion pour le rappeler à Jadot et à l’autre exité assis à ses côtés.

  • Pour ma part, j’ai acheté mes popcorns: suivre le crescendo dans le catastrophisme et la radicalisation religieuse est bizarrement fascinant.

  • appliquons la même logique du GIEC aux écolos. Puisque 98% des électeurs ne croient pas dans leur écologie, éliminons-les complètement !! (consensus des électeur = 100 -2% leur poids électoral)

    • Bien dit !

      voir la video d’itele, Jadot (EELV) n’auvait rien à faire à la table s’il s’apliquait la même logique « démocratique » avec laquelle il tente de délégitimer la présence d’un « climato-exigent ». Encore un beau paradoxe de ce chantre écologue !

  • Bof, ils font la même chose à chaque grand-messe. Il faut le prendre pour ce que c’est : du grand guignol.
    À chaque passage, ils se décrédibilisent, mais ne le voient en raison du contrôle de la pensée.
    Un jour, ils s’apercevront qu’ils sont seuls 😉

    • Le problème des obsessions quelles qu’elles soient, c’est que cela coupe de toutes les réalités. Si les zélecteurs ne les suivent pas, ils prendront une claque aux prochaines élections. Si les zélecteurs les suivent, c’est le pays qui prendra une claque. Quant à savoir si une claque sera suffisante pour remettre les idées en ordre, c’est une autre histoire …

    • Dieu vous entende mon fils. Allez en paix.

  • « J’en veux aux climato-sceptiques et aux médias d’avoir confisqué le mot de ­ »sceptique » à leur seul usage »

    Surtout quand on sait que le terme climato-sceptiques a été lancé par les réchauffistes pour dénigrer les sceptiques…

  • De toute évidence on s’achemine vers un régime totalitaire planétaire et il n’y a probablement déjà plus rien à tenter sauf un démenti cuisant de cette supercherie climatique induit par la léthargie annoncée de l’activité solaire qui conduira par voie de conséquence non pas un réchauffement mais un refroidissement durable, au moins jusqu’en 2060. Voir les récents billets laissés sur mon blog que Contrepoints n’a pas repris, dont celui-ci :
    https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/08/26/perturbation-climatique-globale-episode-5-lorigine-philosophique-de-la-supercherie-et-ses-retombees-politiques-planetaires/

    • Je ne peux qu’aller dans votre sens.
      J’ai acquis la certitude que cette histoire de réchauffement est une supercherie énorme et que la grand messe du COP 21 s’assimile à une secte.
      Comme toutes les religions, la religion du réchauffement est toxique pour les cervelles largement manipulées par les grands prêtres écolos et politiques de tout poil …. ça rapporterait des voix !!!.

      Un seul exemple: Leclerc et maintenant Auchan vous font bénéficier d’avantages si vous faites de travaux d’amélioration de votre habitat. Ce n’est pas innocent car ils doivent acquitter un taxe carbone à cause de la vente de carburants. En accordant des bons d’achat c’est autant de moins à payer en taxes ….. la pollution induite reste: la même mais les financiers s’y retrouvent … CQFD

  • Un conseil: lisez Jacques Henry!!
    Un article de Claude Brasseur présente brièvement un récent travail de recherche de cet homme curieux de tout et exceptionnellement instruit.

  • Les appels à interdire le scepticisme deviennent de plus en plus mainstream. C’est la prochaine étape.

  • Il s’agit effectivement d’une pandémie de délire, de paranoïa organisée par d’incessantes petites touches. Tentative de lobotomisation des peuples … à la sauce hollandaise… dont nul ne peut dire qu’elle corresponde à l’état d’esprit réel de la classe moyenne. Beaucoup de concitoyens sont sceptiques, sans pouvoir l’expliquer avec rigueur.
    Hors l’U.E., infectée de moult imbécilités et irréversible dans ses prises de positions, les grands pays vont nous régler le déroulement du COP21 : russes – chinois – indiens – d’autres …
    Ce qui conduira à des « rapports onusiens » en eau de boudin, espérons-le.

  • je suis charlie c’était pour la liberté d’expression non?
    ça voulait dire quoi au juste je suis charlie?
    c’est un crime de poser la question?
    hypocrisie schizophrénie…

  • Sur Contrepoints, les recherches en climatologie sont analysée par… THIERRY LEVENT. Et la rentrée littéraire analysée par NABILLA c’est pour quand ? /°

  • L’auteur
    @stef
    Merci stef, j’essaye de faire pire la prochaine fois.
    J’aime bien Nabilla, je comprends tout ce qu’elle dit, et vous?

  • les scientifiques ont établi deuis quelques années les raisons du changement de temps en Europe :

    l’indice ONA : l’OSCILLATION NORD ATLANTIQUE : https://fr.wikipedia.org/wiki/Oscillation_nord-atlantique

    extraits :
    Les variations de l’indice peuvent être grandes d’une année à l’autre mais on observe clairement sur le graphique des périodes de plusieurs années où l’indice moyen est plutôt positif (1980-1998), et d’autres où il est plutôt négatif (1955-1974)1. Ce cycle long de 20 à 25 ans donne un effet plus systématique sur le climat. En 2008, le cycle semble avoir montré une transition vers une nouvelle phase négative

    et

    Un indice ONA très positif est relié à une circulation zonale (d’ouest en est) plus prononcée, entre les deux entités car la différence de pression causant les vents est plus grande. De plus, l’anticyclone plus important sur les Açores fait remonter la circulation vers le nord. Les hivers sont alors doux mais pluvieux sur l’Europe du Nord mais plus secs autour de la Méditerranée4.

    Par contre, quand l’indice est négatif, la circulation d’ouest est plus faible ou plus au sud donnant des hivers froids…etc…

  • J’invite à ceux qui ont le courage de lire les rapports 1 et 2 de NIPPC (comme non IPPC=GIEC), où j’ai acquis la conviction que la méthode « consensuelle » du GIEC n’est pas scientifique.
    Que le climat soit en train de changer, c’est une chose, mais incriminer les activités humaines uniquement sur la base de corrélations, sans être de capable de démontrer les causalités, simplement car les scientifiques sont loin de maitriser la physique de ces échanges très complexes.

    http://www.nipccreport.org/reports/ccr2a/pdf/Summary-for-Policymakers.pdf

    Dans les équipes de NIPPC il y a Freeman DYSON, un physicien primé, comme référent.

  • Le combat vert a en effet toutes les caractéristiques d’une dictature. Toutes les dictatures sont assises sur la peur et l’endoctrinement. Ce dernier suppose une mainmise sur les médias qui deviennent dès lors le vecteur principal de la doctrine.
    La peur qui est inoculée ici est celle de l’avenir (ce qui est beaucoup plus grave que la peur des milices) ; l’endoctrinement consiste à faire admettre des contre-vérités par de pseudo arguments scientifiques, en éliminant du débat public tous ceux qui ont des opinions non-conformes à la doctrine officielle.
    Quand les peuples se rendront compte des enjeux, il sera trop tard…
    Mais il n’est pas interdit de prendre ses responsabilités et d’informer autour de soi.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Entretien avec Drieu Godefridi.

Vous avez soutenu dans plusieurs articles récents qu’il faudrait éviter de confondre les dossiers du climat et de l’écologisme, d’une part, et du covid d’autre part. Quels sont, selon vous, ces points de confusion ? 

J’observe une posture intellectuelle fort répandue, parmi nos amis, consistant à considérer covid et climat comme deux aspects d’une même réalité, celle de l’abolition progressive de nos libertés.

La principale porte d’entrée du covid au royaume du climat réside dans le fait qu... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Lecaussin. Un article de l'Iref-Europe

Steve Koonin, scientifique et ancien conseiller climat d’Obama, auteur d’un essai présenté récemment par l’IREF, vient de publier un article dans le Wall Street Journal dans lequel il fait un résumé du dernier rapport du GIEC qui est beaucoup moins catastrophique que ne l’ont fait croire la plupart des médias et des politiques. C’est important car ce rapport devrait retenir toute notre attention. Il sera un élément crucial lors de la prochaine Conférence des Nations-Unies sur les chan... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Michel Negynas.

Nous avons vu dans une série d’articles, via le prisme de la saga des moyennes mondiales des températures, combien l’affolement devant une éventuelle « catastrophe climatique » a des fondements scientifiques discutables.

Le GIEC, une institution indestructible

La courbe de l’évolution des températures mondiales fait partie de tous les scandales dont le GIEC est entaché sans que cela n’ait le moins du monde remis en cause sa domination scientifico-politico-idéologique sur la science. On nous affirme encore «  ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles