Xavier Bertrand et la séparation des pouvoirs

Xavier bertrand-fondapol(CC BY-SA 2.0)

Xavier Bertrand propose de fusionner les ministères de la Justice et de l’Intérieur dans un ministère de l’Autorité.

Par le Parisien Libéral

Xavier bertrand-fondapol(CC BY-SA 2.0)
Xavier bertrand-fondapol(CC BY-SA 2.0)

 

Des raisons de ne pas en croire ses yeux, l’actualité n’en manque pas. Mais parfois, les compteurs sont explosés.

Aurait-on pu imaginer que Xavier Bertrand, un député maire, ancien ministre, propose de fusionner les ministères de la Justice et de l’Intérieur dans un ministère de l’Autorité ?

xavier bertrand-citation

Non vous ne rêvez pas. Un gaulliste, un élu de la droite dite modérée, propose de s’asseoir sur la séparation des pouvoirs, qui n’est que l’un des fondements des démocraties occidentales depuis Montesquieu.

Il nous propose un schéma institutionnel digne de 1984, dans lequel le « ministère de l’amour » (Miniamour) s’occupe de la torture ; souvenez vous d’Orwell :

« … quatre ministères se partageaient la totalité de l’appareil gouvernemental. Le ministère de la Vérité, qui s’occupait des divertissements, de l’information, de l’éducation et des beaux-arts. Le ministère de la Paix, qui s’occupait de la guerre. Le ministère de l’Amour qui veillait au respect de la loi et de l’ordre. Le ministère de l’Abondance, qui était responsable des affaires économiques. Leurs noms, en novlangue, étaient : Miniver, Minipax, Miniamour, Miniplein.»

Monsieur Bertrand se plaint du fait que la justice relâcherait trop de prévenus interpellés par la police. En a-t-il discuté avec Claude Guéant ? A-t-il évoqué le sujet avec Sylvie Andrieux ? Eux ont été vus par la police, mais ils sont toujours dehors. Xavier Bertrand n’a-t-il, au contraire, jamais entendu parlé des comparutions immédiates, procédures qui ne sont jamais appliquées aux quelques hommes politiques de l’UMP/Les Républicains comme à ceux du Parti Socialiste ?

Certes, Xavier Bertrand (Les Républicains) ne nous prend pas par surprise : lui et son parti politique ont toujours préféré la république à la démocratie. Après avoir, entre 2007 et 2012, étendu le champ d’application du secret défense ou créé la Hadopi, l’UMP/Les Républicains ont voté, en 2015, aux côtés du Parti Socialiste, leurs soi-disant adversaires, la Loi Renseignement, une loi qui, rappelons-le, permet à des fonctionnaires de police de se passer de l’avis d’un juge pour déclencher des écoutes.

Franchement, si on pense que tout ne va pas bien en France, pour autant, nous ne voulons pas vivre dans un pays encore pire. Nous n’avons pas besoin de fusionner ministères de la Justice et de l’Intérieur dans un ministère de l’Autorité, nous avons besoin que les juges et les politiques fassent au contraire respecter la séparation des pouvoirs. Avec des hommes politiques tels que Xavier Bertrand, on se dit qu’il y a danger.


Sur le web