Contre le droit au travail

Tocqueville, domaine public

Sur la réédition d’un texte inattendu de Tocqueville.

Par Fabrice Copeau.

Contre le droit au travail TocquevillePrononcé à l’Assemblée constituante le 12 septembre 1848 lors de la discussion sur l’adjonction d’un article ouvrant un « droit au travail » au projet de nouvelle constitution, ce discours retentissant demeurait jusqu’à présent enfoui dans la compilation des innombrables interventions du député Tocqueville au sein de ses Œuvres complètes. Accompagné de ses éclairantes notes préparatoires, il est pour la première fois l’objet d’une publication spécifique.

Ce texte révèle un Tocqueville inattendu, non plus le sociologue et historien mais un acteur profondément engagé dans les affrontements idéologico-politiques consécutifs à la Révolution de 1848 : un orateur et polémiste talentueux aussi peu « académique » et « modéré » que possible, proposant ici un condensé de sa philosophie politique.

C’est une contribution initiale et majeure à un débat de fond qui demeure d’actualité, où Tocqueville expose cursivement les raisons de son opposition tranchée au « droit au travail » et sa logique. Formules choc : son adoption ferait de l’État « le grand et unique organisateur du travail », « le maître et possesseur de chaque homme », le « propriétaire unique de chaque chose »

C’est aussi l’occasion de découvrir Tocqueville farouche adversaire du socialisme inspirant un tel droit. Autres formules choc : le socialisme est « une attaque directe contre la propriété et la liberté individuelles », « une nouvelle formule de la servitude humaine ».

Pierre Bessard qui préface cette édition est journaliste et président de l’Institut libéral suisse de Genève.

  • Alexis de Tocqueville, Contre le droit au travail, préface de Pierre Bessard, Les Belles Lettres, à paraître le 14 septembre 2015.

Sur le web