Chine : fausse croissance donc fausse crise ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
chine-croissance

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Chine : fausse croissance donc fausse crise ?

Publié le 28 août 2015
- A +

Par Yves Montenay.

Après une période de fascination assez incompréhensible pour le soi-disant miracle chinois, voici que l’amorce de sa fin semble une catastrophe planétaire ! Les bourses s’effondrent dans le sillage des matières premières. Je pense au contraire que le dégonflement chinois n’est pas la catastrophe annoncée. Pour cela, distinguons d’abord la vraie croissance de la fausse.

La vraie croissance

chine-croissance
chine-croissance

Pour les pays en retard, le rattrapage des pays plus développés permet assez facilement une vraie croissance. Ce fut le cas des « 30 glorieuses » (1946-73) en France, rattrapage de plus de 10 ans de crise et de guerre. Et ce rattrapage fut encore plus net dans l’Allemagne détruite d’après 1945, puis au Japon et en Corée, à la fois retardataires et détruits. Cette « vraie croissance » s’explique largement par l’acquisition quasi gratuite des nouvelles technologies, utilisées à l’occasion du passage des paysans en ville, où leur productivité est plus forte que dans les exploitations traditionnelles. Un garagiste permet à beaucoup plus de tonnes de rouler qu’un maréchal-ferrant, le conducteur d’une grue ou d’un bulldozer construit plus de routes (ou d’autres choses) qu’une armée de manœuvres, qui eux, sont devenus ouvriers de l’automobile, véhicules qui rouleront sur les routes ainsi construites.

Cette transition est concrètement mise en œuvre par l’apparition de multiples entrepreneurs individuels et de nouvelles grandes entreprises (dans le transport ou la distribution des nouveaux produits, plus tard dans le numérique…). Et par l’État pour certaines infrastructures intellectuelles, matérielles ou juridiques, en proportion et en efficacité variables selon les pays (on se souvient que la France est passée de quelques dizaines à quelques milliers de kilomètres d’autoroutes depuis que leur construction par le privé a été autorisée).

En Chine, cela a joué comme ailleurs, et cette partie « vraie » va demeurer, sauf guerre civile, ce qui va limiter la « catastrophe ». Nous commercerons toujours massivement avec cette « vraie » Chine, notamment les entreprises françaises qualifiées en matière environnementale.

Le problème est qu’il s’est ajouté la « fausse croissance » que j’ai dénoncée dans mes articles précédents. De quoi s’agit-il et que va coûter sa disparition ?

La fausse croissance

Elle ne commence pas par une appropriation par les hommes d’un progrès de la technique ou de l’organisation, mais par une injection d’argent. Par exemple, en augmentant massivement les salaires (la France de 1936 ou de mai 68), ou en faisant exploser les dépenses publiques (toujours la France en 1981). L’argent peut venir aussi du détournement par la classe politique de l’excédent du commerce extérieur (cas de la Chine) ou de celui du pétrole.

La suite des événements est prévisible : une période euphorique que l’on appelle « croissance », et un retour à la réalité : on ne peut éternellement consommer plus que ce l’on a produit, en empruntant à d’autres ou en leur confisquant partie de leurs gains. L’exemple de la Grèce l’illustre parfaitement, avec une période de « croissance » jusqu’en 2008 et le retour à la case départ depuis : les diminutions de l’emploi et des salaires ne font que ramener le pays à son niveau du début des années 2000. Il peut même retomber encore plus bas du fait de la dégradation de l’infrastructure de production matérielle et humaine pendant cette euphorie : on peut imaginer qu’en Grèce, les recrutements dans une fonction publique déjà pléthorique ont privé le pays de personnel hôtelier alors que la demande des touristes étrangers est forte. Autant de possibilités en moins de retrouver le niveau de vie antérieur.

Avant ou en dehors de l’euro, cette euphorie se termine souvent par une dévaluation déclenchant mécaniquement une hausse des prix reprenant ce que l’on avait distribué, ce qui illustre bien qu’il s’agissait d’une fausse croissance. Cette minute de vérité peut aussi être sans cesse repoussée en utilisant l’argent de l’endettement. C’est le cas de la France des années 2000 et de bien d’autres.

L’expérience montre qu’il n’y a pas de différence entre l’argent de la dette et les recettes pétrolières ou tout autre argent tombé du ciel. Les pays pétroliers (sauf la Norvège) gaspillent cet argent comme le fait la Chine avec celui de l’excédent de son commerce extérieur. Dans un premier temps, les statistiques seront euphoriques, et on parlera alors de la forte croissance des pays en question. Mais que voit celui qui voyage sur place ?

Quelques exemples de gâchis

Dans les années 1975, où des torrents d’argent se déversaient sur la péninsule arabique, j’ai observé des files de cargos chargés de ciment attendre de pouvoir entrer dans un port d’Arabie trop petit, et des hélicoptères tenter de récupérer leur cargaison avant que le ciment ne prenne.

Dans le port j’ai vu des tours construites par Bouygues ne jamais être inaugurées parce que les hommes et les femmes ne devaient jamais se croiser, et surtout pas dans les ascenseurs. On disait qu’une autoroute avait été détruite et refaite quelques mètres plus loin (j’ai bien dit « mètres ») pour montrer qu’on ne badinait pas avec un donneur d’ordre.

J’ai ensuite constaté ou vu rapporter les mêmes gâchis dans 100 pays. Aujourd’hui c’est l’explosion à Tanjin d’une usine chimique à financement « politique » d’un prince rouge. Usine idéalement située là où elle n’aurait pas dû être et construite en économisant sur les réglementations de sécurité et d’environnement. Bref un projet qui n’a rien d’industriel au sens occidental du terme.

N’oublions pas que l’argent du pétrole est celui des consommateurs (« riches » Français ou pauvres Indiens), et que celui des réalisations pharaoniques chinoises est celui des ouvriers de ce pays qui ont permis les exportations. Leur niveau de vie a donc été ponctionné, théoriquement pour la croissance d’un autre secteur (souvent les travaux publics et la construction, ici la chimie et, de plus en plus, le luxe). Mais on voit dans le cas de cette usine chimique, que la ponction a été perdue, et bien au delà si l’on prend en compte les morts, les destructions et le massacre de l’environnement.

La croissance constatée dans les statistiques lors de la construction puis du fonctionnement (lorsqu’il finit par avoir lieu) de telles réalisations est doublement « fausse », d’une part parce qu’il s’agit plus d’un gâchis que d’un investissement, et d’autre part parce qu’on ne tient pas compte de la croissance qui n’a pas eu lieu ailleurs du fait de ces prélèvements.

À fausse croissance, fausse crise ?

Pourquoi ces gâchis, tout considérables qu’ils soient, ne me semblent néanmoins pas devoir entraîner de véritable crise ?

D’abord, si la réalité a été masquée depuis plusieurs années, les flux réels avaient déjà baissé, bien avant que les statistiques ne sèment l’inquiétude et que les bulles financières et immobilières n’éclatent. Une partie du choc a donc été déjà ressentie, comme en témoignent le ralentissement de l’économie mondiale et les cours des matières premières depuis déjà de nombreux mois.

Ce qui est donc atteint, et le demeurera « un temps certain » c’est la consommation de matières premières, ce qui est certes rude pour la plupart des pays producteurs de pétrole ou spécialisés dans les matières premières, comme l’Australie ou la RD Congo. Mais c’est un ballon d’oxygène pour le reste de la planète, dont la Chine. Par ailleurs était-il vraiment souhaitable d’épuiser d’excellents gisements de cuivre ou de pétrole (comme ceux de la péninsule arabique, particulièrement bon marché) pour en gaspiller le contenu ? Et cela alors que les pays producteurs croupissent souvent dans une distribution de la rente paralysant tout réel développement ?

Enfin, ces péripéties chinoises devraient nous permettre, notamment en France, de réfléchir à ce qu’est la vraie croissance : ce qu’on apporte effectivement aux populations et donc aux entreprises qui les servent et les emploient. Le problème en Chine, est qu’une information libre permettrait mieux de tenir compte de leurs besoins, mais il ne semble pas qu’on en prenne le chemin.

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Ce qui est hallucinant avec la Chine c’est que sa dette totale atteigne 282% du PIB alors même que le pays n’a pas atteint le stade de pays développé. En Occident et Japon la dette a fortement grimpé bien après être devenus développés et surtout quand la croissance a vraiment ralenti, pas en pleine période de croissance forte ! Le pays est aussi devenu vieux bien avant de devenir riche..Le pays a vieilli et s’est endetté trop vite par rapport à son stade de développement, de sacrés défis à relever bien avant l’heure donc !

  • La Chine est un pays paradoxal, où il suffit de ne pas aller pendant 6 mois dans une ville, pour ne rien reconnaître.. La preuve Wenling dans la province du Zhejiang : la ville des milliardaires ! (ils rachètent les Châteaux du Bordelais, Volvo, Rover, la Transnytrie, le Port du Pirée en partie…)- C’était une grande ville
    assez traditionnelle.. 6 mois plus tard, c’est une ville moderne et propre avec des Palaces de grand luxe…
    et tout le centre ville moderne avec ses apparetments à 450 000Euros et beaucoup plus, tous pleins..
    BMW voiture reine, et des entrepreneurs pas méchants : au feu, vous pouvez leur demander s’ils peuvent
    vous emmener faire un tour dans leur Lamborghini ou Bentley, et ne refusent jamais.
    Certains y voient un pays de vieux, pourtant il n’y a que des jeunes partout : les Policiers, semblent juste sortis du Lycée, au commissariat = pareil, à l’hôpital = pareil, dans les supermarchés Carrefour, AL Campo, Wallmart, Tesco = pareil, au marché aux légumes =pareil, dans les restaurants = pareil…et partout : Guangzhou, Xinhui (vers HongKong), Shanghai, Suzhou, Taizhou, Ningbo : et les clients sont également des Jeunes–…Je sais ce qu’est une ville de vieux : j’ai étudié à Limoges et à Nice.

  • On devrait peut-être mesurer la croissance au savoir-faire de sa population par rapport au savoir-faire requis par le commerce et l’industrie – bref à l’adéquation entre l’éducation et le besoin des entreprises. Mais alors on constaterait que la France est en récession depuis 30 ans …

  • « Une partie du choc a donc été déjà ressentie »

    Certes, mais ce sont les anticipations qui importent dans l’affaire. Les prévisions de croissance mondiale à +3%, calculées par agrégation des statistiques nationales, ne tiennent pas encore compte de la correction de la croissance chinoise imaginaire, proclamée à plus de 7%, vers une croissance plus réaliste oscillant quelque part entre -3% et +3%. En outre, la rectification ne doit pas seulement s’appliquer aux prochaines années mais probablement aux 6 ou 7 ans précédents.

    Autrement dit, si on souhaite rétablir une certaine confiance dans les anticipations de croissance mondiale, il convient de réduire le PIB chinois d’environ un tiers. On préférera certainement procéder par retouches progressives des statistiques sur la prochaine décennie, en prolongeant le mensonge jusqu’à ce qu’il rejoigne la réalité en douceur. En attendant, les anticipations seront entachées de défiance pour un longue période.

    La prise de conscience de la réalité chinoise doit être combinée avec le nécessaire désendettement qui attend les pays occidentaux et leurs Etats obèses en fin de vie (réduction des dépenses ou défauts en cascade). Quant aux pays émergents, ils vont être ou sont déjà stoppés nets en plein décollage. Voilà qui nous promet une décennie de stagnation économique mondiale particulièrement troublée, avec effet ciseau lié à cinq phénomènes :
    – les dévaluations monétaires consécutives aux folles politiques discrétionnaires des gouvernements et des BC
    – la correction générale des marchés financiers survalorisés par un facteur 2, voire plus
    – la purge des mauvais investissements, notamment ceux liés à l’hallucination collective du RCA
    – le vieillissement de la population et autres événements massifs (migrations, regain de pauvreté, insécurité)
    – la maturité des technologies héritée du XXe siècle sans véritable relais clair pour l’instant (IA, robotique, biotechnologies, énergie, conquête spatiale ?)

    Aggravant encore ces perspectives, certains pouvoirs périmés pourraient être tentés par l’isolationnisme, l’extrémisme, ou pourquoi pas la guerre civile comme internationale, dans l’espoir vain de se maintenir en place, tel le joueur de poker désargenté se lançant dans un tapis désespéré. Evidemment, ils n’aboutiront qu’à détruire un peu plus leurs pays, ajoutant à la confusion générale.

    • « Aggravant encore ces perspectives, certains pouvoirs périmés pourraient être tentés par l’isolationnisme … »

      C’est ce qui me semble le plus inquiétant ! Les prévisionnistes se plantent toujours car ils ne tiennent pas compte des actions correctives induites par les dérives, qui si elles ne changent pas les tendances ruinent néanmoins leurs analyses. Mais quand il s’agit d’un phénomène de rupture comme la prise de pouvoir par un groupe isolationniste, il me semble qu’il n’y a plus de contre-réaction et donc basculement.

      Par exemple, la Grèce a basculé : alors qu’elle se trouvait dans une situation critique mais sans cesses compensée lui donnant une maigre chance en cas de reprise économique, elle est maintenant dans une situation ubuesque et il faut vraiment avoir consommé des substances hallucinogènes pour lui voir un avenir …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Le 17 janvier 2022, aux Cafés Géographiques, Michel Bruneau a présenté son livre, L’Eurasie. Continent, empire, idéologie ou projet.

Voici ce que j’en ai retenu.

L’idée générale est de comprendre que l’Europe et l’Asie forment un seul continent et notamment que les États ou les empires (une vingtaine) ont souvent été à cheval sur les deux. Les plus connus sont ceux d’Alexandre, l’empire romain puis byzantin, ceux des turco-mongols dont l’empire ottoman, et la Russie.

La géo-histoire

Michel Bruneau commence par une rapide ... Poursuivre la lecture

Lors de ses vœux, Bruno Le Maire a critiqué les industriels qui ont délocalisé sans justification. Ils manqueraient de patriotisme.

Monsieur le ministre de l’Économie, avec tout le respect que je vous dois, permettez-moi de vous rappeler ce que vous n’ignorez pas : si les entreprises industrielles délocalisent ce n’est pas, comme vous le dites, pour « gagner un centime par pièce » mais parce que depuis quarante ans, aucun gouvernement n’a mis en œuvre les réformes effectuées par nos voisins et que, concernant ce sujet, Nous attendons t... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Pour comprendre pourquoi les hommes politiques font fausse route face à la crise, il est bon de se rappeler les thèses défendues par Friedrich Hayek. Voici 10 idées-clés de l'auteur autrichien. Par David Azerrad. Un article de l'Institut Coppet.

Inspiré d’un essai de Bruce Caldwell, éditeur de The Collected Works of F. A. Hayek, dans lequel ce dernier identifie les 10 thèmes clés de la pensée de Hayek.

1.  Les récessions sont inévitables

Des alternances de périodes de croissance économique et de périodes de stagnation ou... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles