Comprendre le plongeon du marché financier

taureau wall street credits randy lemoine (licence creative commons)

La chute récente des cours est normale et logique. Explication.

Par Jean-Pierre Chevallier.

taureau wall street credits randy lemoine (licence creative commons)
taureau wall street credits randy lemoine (licence creative commons)

 

Les cours des actions chinoises chutent, c’est la fin du monde. Tous les observateurs sont d’accord.

L’évolution de l’indice de la bourse de Shanghai est pourtant claire : l’augmentation des cours des actions depuis 10 ans est logique (et modérée), avec deux pics qui le sont dans la mesure où les investisseurs chinois perdent parfois le sens des réalités, comme d’autres…

Document 1 :

La chute récente de ces cours est donc normale et logique, bien moins importante que celle de 2008… avec encore un gain de 40% d’une année sur l’autre !

Quid des cours des actions américaines ? Le plongeon récent est lui aussi compréhensible après une augmentation continue des cours depuis 2009, un peu trop forte depuis 2014.

Document 2 :

Là encore une augmentation des cours de 50% depuis 2006 est normale et logique.

À ce jeu, le grand vainqueur est le DAX PR qui a pris 45% sur les 10 dernières années car la monnaie qui circule en Allemagne est largement sous-évaluée grâce aux membres de l’eurozone.

Document 3 :

Dax PR

Parmi les grands perdants de l’opération, la palme d’or revient aux capitalistes français tout heureux de se faire harakiri avec un euro surévalué et par leur copinage avec les pires socialistes du monde : en 10 ans, zéro gain ! Bravo les artistes !

Document 4 :

En cet été finissant, les mauvais investisseurs de tous pays ont pris une petite raclée. Les plus imprudents ont trop investi en titres américains dits sexy, l’équivalent des dot-com de la fin des années 90, qu’ils ont été obligés de revendre en catastrophe à perte (à la suite d’appels de marge), pour récupérer des dollars puis de les ramener en euros dans la zone comme le montrent les indices actions qui ont plongé lundi 24 août… alors que les rendements des bons à 10 ans des Trésors de l’eurozone ont monté, ce qui ne se produit pas habituellement en pareilles circonstances.

Document 5 :

Chevallier1

En effet, les mauvais investisseurs ont été obligés de récupérer leurs billes, alors qu’en cas de baisse des marchés d’actions, les investisseurs se reportent généralement sur l’obligataire dont les rendements baissent… ce qui s’est pourtant produit avec le 10 ans helvète qui a plongé en séance à un plus bas record (en dehors de celui de janvier après l’abandon de l’arrimage du franc à l’euro).

Document 6 :

Une fois de plus, la Suisse est le refuge traditionnel en cas de grands désordres en Europe.

Comme je l’ai déjà écrit maintes fois, le plus grand danger vient de l’€clatement qui s’inscrit très clairement dans la chute continue des rendements du Bund depuis juillet 2007 et qui aurait dû atteindre des valeurs négatives en l’absence des déclarations des gens de la Fed le 28 avril dernier, confirmant leur intention de relever leurs taux de base…

Document 7 :

Chevallier2

… ce qui a fait remonter anormalement les rendements du Bund qui auraient dû rejoindre en cette fin août ceux du Schatz.

Document 8 :

Chevallier3

Une pentification de la courbe des taux à zéro annonce toujours le pire… quand ces taux sont aux plus hauts. Avec des taux à zéro, c’est hors normes, du jamais vu. C’est la grande inconnue de l’€clatement. Les turbulences à venir provenant de la zone profitent aux Américains en contenant une croissance qui sans cela aurait pu être trop forte et inflationniste,

Document 9 :

Chevallier4

Grâce à ces tensions en zone euro, les gens de la Fed ne seront peut-être pas obligés de remonter leurs taux de base, comme l’a encore rappelé Dennis Lockhart, Président de la Fed d’Atlanta.


Sur le web

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.