Déclin économique français : mythe ou réalité ?

Les données économiques confirment l’existence d’un véritable recul de la France en comparaison des pays de son rang.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Coq (Crédits : Olibac, licence CC-BY 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Déclin économique français : mythe ou réalité ?

Publié le 18 août 2015
- A +

Par Claude Robert.

Coq (Crédits : Olibac, licence CC-BY 2.0)
Coq (Crédits : Olibac, licence CC-BY 2.0), via Flickr.

 

Il n’est pas question de notion de « décadence » dans cette analyse, notion bien plus profonde, diffuse et durable que l’idée d’un simple « recul économique » éventuellement cyclique et passager. Néanmoins, tout le monde n’est pas d’accord avec ce soi-disant recul économique relatif de la France. L’objection la plus fréquemment opposée est qu’il est parfaitement normal qu’un vieux pays riche comme le nôtre se fasse damer le pion par des rivaux tels que la Chine. Pourtant, derrière cette objection se cachent en filigrane deux autres arguments, dont le premier n’est pas forcément vérifié, et le second pas forcément exprimé :

  • Les autres pays riches accusent le même recul que la France et sont doublés par les mêmes pays émergents.
  • La Chine est tellement peuplée qu’il était temps qu’elle nous dépasse. Mais les autres pays asiatiques qui nous auraient éventuellement doublé ne comptent pas. On ne peut pas comparer avec nous, ils partent de si loin…

Qu’en est-il en réalité ? Regardons les données économiques qui permettent de confirmer ou d’infirmer la notion de recul français. En économie, les indicateurs ne manquent pas, mais encore faut-il les analyser de façon comparative, avec d’autres pays, dont nos voisins immédiats, les plus historiquement proches de nous.

Part de marché dans les échanges mondiaux

La part de marché mondiale représente le poids d’un pays dans le monde, c’est-à-dire la proportion qu’il assume à lui seul dans la création et les échanges de richesses effectués sur la planète. La part des exportations est une donnée légèrement différente (qui ne considère que les exportations et pas ce qui est créé puis consommé sur le sol national) mais qui permet de se représenter parfaitement l’importance d’un pays dans les échanges internationaux.

PartMondialeExportMarchandises

Si l’on considère la part de la France dans les exportations mondiales de marchandises (source Rexecode), force est de constater que l’hexagone a vu sa part diminuer de moitié depuis 1996. Il ne s’agit que de marchandises, et c’est au plan mondial. On peut toujours supposer qu’il en est autrement en ce qui concerne les services, et que ce ne sont que des pays émergents qui ont doublé la France entre 1996 et aujourd’hui. Pour s’en assurer, il suffit de procéder aux mêmes comparaisons mais entre pays voisins, c’est-à-dire européens.

Or même par rapport à l’Europe, la tendance est identique, que ce soit pour les marchandises, ou pour les services, avec seulement une différence d’intensité :

PartEuropeExportMarchandises

En matière de services, la courbe est moins abrupte et semble avoir enrayé son recul depuis 2006. Mais elle accuse la même tendance générale :

PartEuropeExportServices

Que prouvent ces chiffres ? Ils confirment qu’aujourd’hui, la France ne représente plus que :

  • la moitié de ce qu’elle représentait en 1996 au niveau des exportations de marchandises mondiales (-50%),
  • 73% de ce qu’elle représentait en termes d’exportations de marchandises européennes (-27%),
  • à peine plus de 80% de ce qu’elle représentait dans le domaine des services (-19%).

Dans son dossier « Désindustrialisation et faiblesse de l’innovation » daté du 13 janvier 2012, La Documentation Française résume la tendance en ces termes :

« Tous les travaux récents font un constat accablant de la situation de l’industrie française ; ainsi, de 1980 à 2004, l’industrie a perdu 1,5 million d’emplois, soit un tiers de ses effectifs, et sa part dans le PIB est passée de 30 à 20%. Ces phénomènes caractérisent la désindustrialisation de l’économie française, l’industrie ayant atteint un maximum de 40% des actifs au début des années 1970 pour ensuite revenir à 20% aujourd’hui. »

Cette régression, qui est générale car elle affecte également les services, est inquiétante : elle ne se produit pas seulement au niveau mondial, mais également au sein de l’Europe, continent dans lequel il n’y a pourtant ni Chine ni pays émergents à faibles coûts de main d’œuvre. Certes, à la comparaison de ces tableaux, on devine un recul relatif de l’Europe, puisque la France perd beaucoup moins de terrain au sein des échanges européens que mondiaux. Mais cela signifie aussi qu’elle régresse encore plus vite que la moyenne européenne…

Ce constat permet à lui seul de tordre le cou à la croyance qui suppose que la France n’est doublée que par des pays émergents.

Richesse par habitant

déclin français rené le honzecLe Produit Intérieur Brut (PIB ou GDP) est la somme des valeurs ajoutées des biens et des services produits sur le territoire d’un pays. L’économiste J. Stiglitz a proposé un indicateur composite qui, en plus du PIB, intègre des éléments plus qualitatifs tels que les infrastructures médicales, sociales et culturelles, l’épargne disponible, etc. Mais ce nouvel indicateur est tout autant critiqué que le PIB lui-même et ne change pas de façon significative la hiérarchie des pays développés.

Le PIB per capita possède un avantage, celui de ne pas être influencé par l’effet volume. Il est représentatif du niveau de création de richesse par habitant d’un pays. Il résume par conséquent assez bien le niveau de vie. Il autorise également les comparaisons entre pays, sous réserve bien sûr que ceux-ci ne soient pas trop disparates au niveau de leur population et de la structure de leur économie (comparer le PIB/habitant de la Principauté d’Andorre avec celui de la France induit bien évidemment un biais important).

PIBperCapitaChiffres

Si l’on considère la progression du niveau de vie des Français entre 1970 et 2014, force est de constater que seulement cinq pays de cette sélection ci-dessous font pire. Le PIB/habitant de l’hexagone a progressé de +105% (il a donc un peu plus que doublé en 44 ans). Celui de l’Italie n’a progressé que de 88%, tandis que celui du Danemark, de la Suède et des Pays Bas, qui étaient déjà très élevés, n’ont cru respectivement que de 89%, 102% et 103%. Celui du Canada a suivi une trajectoire quasiment identique à celui de la France (+104%).

PIBperCapita

La Chine, qui partait d’un niveau très bas (et qui se trouve toujours loin derrière les pays développés) a vu sa richesse par habitant exploser, mais sa progression n’est pas du même ordre que celle des pays riches de ce tableau et ne peut y être comparée.

Par contre, que dire des pays développés qui font largement mieux que la France ? L’Irlande (+296%), le Japon (+148%), la Finlande (+146%), l’Autriche (+145%), l’Allemagne (+127%), le Royaume Uni (+126%), l’Espagne (+122%) et les USA (+119%) progressent nettement plus.

On peut toujours ergoter sur la trajectoire de l’Irlande, qui est un petit pays peuplé d’à peine 4,6 millions d’habitants, pays forcément plus réactif (bien que contrairement à une certaine croyance, la petite taille d’une nation ne garantit en rien sa réussite). Mais comment interpréter la trajectoire de la Finlande, du Japon ou de l’Allemagne, trois pays qui ont dépassé la France, ou même des États-Unis, pays à la fois gigantesque et qui se trouvait déjà à un niveau de richesse plus élevé ?

Il existe bien sûr un vent contraire initié par les pays émergents, qui est certainement à l’origine d’une plus forte pression concurrentielle mondiale. Mais cette pression ne peut expliquer que certains pays déclinent, tandis que d’autres progressent.

En comparant seulement avec les pays riches de l’échantillon ici analysé (Europe, Australie, Amérique du Nord, Japon), il est évident que la performance de la France est médiocre. Aucune justification structurelle ne permet d’expliquer son recul relatif par rapport à plus gros et plus développé qu’elle. Des pays plus importants en taille l’ont doublé. Des pays riches et bien plus peuplés ont fait beaucoup mieux. Seuls deux pays européens comparables ont fait nettement pire, l’Italie et le Danemark.

En  conclusion, les comparaisons en termes de parts des exportations mondiales (entre 1996 et 2014) et de richesse par habitant (entre 1970 et 2014) suffisent à confirmer l’existence d’un véritable recul économique de la France en comparaison des pays de son rang. L’argument consistant à justifier cette régression par la progression des pays émergents ne tient pas. La France est en proie à un sérieux problème de compétitivité.


Sur le web

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • Sans compter que la dette de 100% / PIB accompagné de QE infini, cela faire baisser le PIB privé par 2 en $.

    • Ainsi que l’engagement des retraites par répartition, assimilable à de la dette. Par ailleurs, il serait intéressant de faire état des capitaux privés, publics et des entreprises dans les comparaisons entre pays.

  • Bonjour
    Au risuqe de me répéter le village gaulois a magistralement raté LE VIRAGE DES REFORMES que tous ces pays ont fait.
    Conclusion c’est la Berézina avec en plus des socialistes au pouvoirs :qui dit pire ????
    Regarder de l’autre coté de la Manche ………

  • Sans préjuger du résultat, j’ai l’impression qu’il faudrait, toujours dans l’idée de bien comprendre les indicateurs, regarder le PIB par habitant en age de travailler.
    Pour permettre la comparaison, il faut prendre la même tranche d’age pour tous. Par exemple 20 ans pour la borne basse et 67 ans (ou plus) pour la borne haute.
    Cela doit permettre de ne pas prendre en compte un nombre d’enfant qui croît sur la période étudiée et abaisse la progression du PIB/habitant. Car une telle évolution peut être bonne pour l’avenir et vice versa.
    Cela permet aussi de ne pas inciter à « supprimer » tous les « vieux » pour améliorer l’indicateur.
    Cela juste pour mieux comprendre les évolutions sans remettre en cause l’idée générale de l’article que je partage.

    • Non, il n’y a pas plus d’enfants maintenant qu’il y a 40 ans en proportion… il y en a même moins par famille… et l’âge moyen qui augmente en est le reflet.
      Pour la borne haute, la vieillesse est une charge et il faut en fait produire plus pour conserver un même PIB par rapport à un nombre croissant d’improductfs. D’ailleurs le taux d’activité a baissé partout et pas qu’un peu
      Donc en final ce que vous proposez c’est un peu de la bidouille… les chiffres bruts y a que ça de vrai 😀

      Voir le tableau des moins de 20 ans qui sont passés de 33.1% en 1970 à 24.5% en 2012 en france et les autres pays en général c’est pire.

      http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=T12F032

      • En effet, le nombre de naissances dans les années 60 par exemple approchaient les 900 000 par an alors que là on est à 800 000. Les USA par contre sont au même niveau de naissances que dans les années 50 et 60, les années 2000 ont même été les meilleures jamais vu en nombre de naissances et surpassant donc les années baby boom.

  • Pourquoi avoir pris 1970 comme point de départ du PIB/habitant ? 1974 ou 79 aurait été plus logique, c’est à dire la fin des années de vaches grasses qui ont caractérisées l’après-guerre.

  • Les trois premières courbes montrent à l’évidence que la notion de: …. « croissance négative » …… si chère à la patronne du F.M.I. n’est pas une vue de l’esprit.

    Une croissance de ce type ça se mérite … nom d’un chien !!!!!

    il faut aller la chercher avec les dents … comme l’a si bien dit Bismuth premier

    Ah !!! j’oubliais que notre président faisait partie de la grande famille des « sans dents »

    Alors …

    Pas étonnant que tout aille si bien ….

  • Bel article qui est très intéressant, surtout l’augmentation du PIB/habitant. Ce qui est aussi très intéressant est que les USA ont certes eu une plus grande croissance du PIB/habitants malgré qu’ils soient partis d’une base plus élevée mais ce qui n’est pas dit est que la croissance de leur population a été bien supérieure sur la période donc ils n’auraient vraiment pas dû croître davantage ce PIB/habitant, et pourtant si…

  • On doit en effet ergoter sur le cas de l’Irlande qui est un parasite fiscal qui se nourrit de dumping et de distorsion fiscaux aux dépens des autres pays.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lionel Chanel.

Les Ouïghours, cette population turcophone et musulmane de la province chinoise du Xinjiang, sont assujettis au pouvoir communiste de Pékin depuis 1950. Les camps de rééducation, lieux d’enfermement et de tortures physique et psychologique, représentent l’aspect le plus répugnant du totalitarisme à l’œuvre en Chine contre cette minorité.

Des témoignages, comme celui de Gulbahar Haitiwaji, une rescapée de ces camps qui vient de sortir un livre sur son expérience de détenue, permettent de se faire une idée de l’... Poursuivre la lecture

Surprise ces derniers jours : l'Organisation mondiale de la santé (OMS), dont le but semble de se mêler de plus en plus de politique, a clairement pris position contre l'actuelle stratégie zéro covid actuellement déployée en Chine, rejoignant en cela les critiques déjà nombreuses de l'opinion internationale vis-à-vis de la politique interne de la Chine.

Eh oui : même pour une organisation ayant nettement tendance à préférer la centralisation et les mesures fortes (voire dictatoriales), ce qui est actuellement mis en place par les autor... Poursuivre la lecture

Il y a moins d’un an, en juillet 2021, le Secrétaire général du Parti communiste chinois (PCC) et président de la République populaire de Chine Xi Jinping avait toutes les raisons d’être heureux : non seulement c’est à lui qu’est revenu l’honneur de célébrer le centième anniversaire du PCC, mais surtout, c’est lui et aucun autre de ses prédécesseurs depuis Deng Xiaoping qui a réussi à impulser et incarner la troisième ère du glorieux socialisme chinois. Un socialisme « moderne », inspiré de Mao et de Deng malgré leurs contradictions et leurs ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles