Euro : la Grèce est le canari de la mine qui va exploser

canari looking at me credits kerelrobert via Flickr ( (CC BY-NC-ND 2.0)

Logiquement, la crise de l’euro va s’accentuer.

Par Jean-Pierre Chevallier.

canari looking at me credits kerelrobert via Flickr ( (CC BY-NC-ND 2.0)
canari looking at me credits kerelrobert via Flickr ( (CC BY-NC-ND 2.0)

Une union monétaire entre des pays souverains dont les niveaux et les gains de productivité sont différents ne peut conduire qu’à un désordre croissant, avec d’abord un lent effondrement du système productif dans le pays dont l’économie est la plus faible, puis une crise majeure et durable, comme cela a été le cas en Argentine qui avait imprudemment arrimé son peso au dollar (US$), ce qui est une évidence élémentaire pour tout monétariste…

L’€-crise, l’€clatement, l’€ffondrement provoqueront des désordres beaucoup plus importants que ceux qui ont été observés en Argentine au début de ce siècle car ils concernent plus de 300 millions d’Européens, c’est-à-dire un pôle majeur de l’économie mondiale.

La Grèce est le canari de la mine qui va exploser en provoquant des dommages collatéraux majeurs.

Les premiers signes de l’€-crise se sont manifestés en juillet 2007 lorsque les écarts entre les rendements du Bund et ceux des mauvais bons à 10 ans du Trésor français ont commencé à diverger sensiblement, d’abord de quelques petits points de base, puis de pourcentage, pour fluctuer ensuite calmement pendant 4 ans dans les 10 à 20 % (cf. cet indicateur que je suis depuis juillet 2007 !).
Enfin, l’€-crise a pris de l’ampleur à l’été 2011 avec des écarts grimpant jusqu’à 50 % et même 100 %…

Document 1 :

Chevallier1

… coïncidant avec le plongeon du rendement du Bund sous la barre critique des 2 %,

Document 2 :

Chevallier2

Des rendements de bons à 10 ans de Trésors de référence comme ceux du Bund sous la barre des 2 %, c’est historiquement et théoriquement totalement anormal.
À zéro et même en valeurs négatives, c’était inimaginable, impensable, comme… la faillite de la banque des frères Lehman !
Et pourtant, c’est devenu une réalité, comme pour ceux de la Suisse qui restent encore le refuge traditionnel des capitaux pendant les pires périodes les plus troublées.

Les rendements du Bund suivent clairement une tendance lourde baissière depuis juillet 2007 avec des fluctuations plus ou moins importantes, tendant vers zéro, niveau qui aurait dû être atteint en mai dernier si les gens de la Fed n’étaient pas intervenus pour confirmer qu’ils avaient la ferme intention de relever leurs taux de base en 2015,

Document 3 :

Chevallier3

L’écart entre les rendements du Bund et du Schatz (2 ans) tend lui aussi vers zéro, niveau qui aurait dû être atteint en cette fin août si les gens de la Fed n’étaient pas intervenus,

Document 4 :

chevallier4

Des écarts entre les bons du Trésor à 10 ans et à 2 ans d’un pays qui tendent vers zéro signifient qu’une crise majeure y couve, comme cela a été le cas aux États-Unis en 2006 avant les très grandes turbulences financières initiées par Ben Bernanke,

Document 5 :

chevallier5

La grande différence entre la situation des États-Unis en 2006-2008 et la situation présente en Allemagne est que les rendements américains étaient classiquement au plus haut, avec même une inversion de la courbe des taux,

Document 6 :

Chevallier6

La configuration actuelle est totalement inédite, atypique, historique.
Logiquement, l’€-crise va s’accentuer, se précipiter, le désordre allant croissant, conduisant à l’€clatement, l’€ffondrement de la zone euro.
La seule inconnue en est la date.

Complément : Dennis Lockhart, Président de la Federal Reserve Bank of Atlanta a confirmé au Wall Street Journal le 4 août que la Fed relèverait ses taux, a priori en septembre, ce qui a fait rebondir brièvement les rendements du Bund mais ils sont retombés rapidement sur leur tendance baissière.

Sur le web