Ces avions qui disparaissent

Comment certains avions peuvent disparaître en ne laissant quasiment aucune trace.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
avion C-FFYG EMB-175by Doug (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ces avions qui disparaissent

Publié le 10 août 2015
- A +

Par Stéphane Montabert

avion C-FFYG EMB-175by Doug (CC BY-NC-ND 2.0)
avion C-FFYG EMB-175by Doug (CC BY-NC-ND 2.0)

Il arrive parfois que des avions disparaissent dans un accident aérien quasiment sans laisser de traces. Je ne fais pas ici référence à une catastrophe aérienne comme celle du MH370, revenu par hasard sur le devant de l’actualité après que de ses débris eurent flotté jusqu’à l’île de la Réunion, mais à ces appareils dont le site de disparition est dûment identifié et qui pourtant semblent nulle part. Reste au mieux un cratère béant, et parfois presque rien.

Je fais référence par exemple au Vol 93 de United Airlines, détourné par des pirates lors des attentats du 11 septembre et perdu en Pensylvannie après une rébellion des passagers. Citant Wikipedia :

Selon les récits de témoins, l’avion a piqué brusquement du nez, est tombé comme une pierre et s’est pulvérisé au sol, le kérosène explosant en une boule de feu. Le profond cratère dessinant l’empreinte de l’avion dans le sol meuble de cette ancienne mine à ciel ouvert manifeste la verticalité de l’impact. Par ailleurs, deux ensembles de débris retrouvés au sud de l’Indian Lake et à New Baltimore, à 3 et 12 km de l’impact, se trouvent alignés avec un moteur (unique pièce de taille notable retrouvée, à 600 mètres de l’impact).

Le crash d’un Boeing 757-200, un appareil de 47m de long et 39 d’envergure, a donc livré très peu de débris.

Cette disparition fait aussi écho à celle du fameux Vol 77 d’American Airlines détourné contre le Pentagone, et dont l’absence de traces donna lieu aux théories du complot les plus délirantes – pour peu qu’on oublie délibérément l’avion disparu, les témoins visuels, les fragments retrouvés dans les décombres, les passagers décédés et autres menus détails…

accident aérien
Pentagone, 11 septembre 2001

Mais l’attaque commença plus tôt ce jour là, à 8h46 du matin, avec l’impact d’un premier avion contre la tour 1 du World Trade Center. Si l’acte saisit d’effroi des milliers de témoins, personne n’eut la présence d’esprit de filmer l’impact de l’avion, sauf deux cinéastes français, les frères Naudet, venus effectuer un reportage sur les pompiers de New York. La première révélation de ces images n’eut lieu que six mois plus tard, lors de la première diffusion de ce qui devint un témoignage sur ce jour historique ; dans l’intervalle, de nombreux « complotistes » prétendirent là encore que la première tour n’avait pas été frappée par un avion mais par un missile et que l’absence de débris visibles en était la preuve.

Si le 11 septembre 2001 a fourni un nombre tragique de catastrophes aériennes, les interrogations du public sur les avions qui disparaissent ne se limitent pas à ces seuls attentats. Lorsque le pilote dépressif de Germanwings Andreas Lubitz décida de précipiter son appareil contre une paroi rocheuse des Alpes en mars 2015, les commentaires de divers articles sur le sujet montrèrent eux aussi une préoccupation du public sur l’absence apparente de débris. Comment l’Airbus A-320 avait-il pu être pulvérisé au point de laisser si peu de pièces derrière lui ? À côté de cela, certaines catastrophes aériennes laissent des débris sur des kilomètres, n’est-ce pas étrange ?

C’est en repensant à ces gens, pas toujours mal intentionnés, que m’est venue l’idée de retrouver une vieille vidéo, datant des premiers jours d’Internet, permettant d’expliquer et d’illustrer ce phénomène. Bien entendu, elle est désormais sur Youtube :

La vidéo montre, au ralenti, l’impact d’un F-4 Phantom à quelque 800 km/h contre un mur de béton au laboratoire américain de Sandia en 1988. Je ne sais pas exactement dans quel contexte ce test était réalisé (probablement pour « prouver » la solidité de l’enceinte d’une centrale nucléaire contre un crash aérien) mais la démonstration est spectaculaire : l’appareil, pesant plus de 14 tonnes à vide, est littéralement pulvérisé contre le béton, réduit en poussière alors que chaque particule de métal qui le compose prend une trajectoire orthogonale au solide mur sur son chemin. Le nuage de poussière à l’impact n’est pas un effet de l’appareil percutant le béton ; c’est l’appareil percutant le béton. Il ne creuse pas de trou dans la surface.

Il existait à l’époque une deuxième vidéo du même laboratoire, malheureusement pas retrouvée sur Youtube, montrant un test ultérieur conduit cette fois-ci avec seulement le réacteur d’un Phantom F-4. L’argument avancé pour ce deuxième essai était que le réacteur seul rassemblait l’essentiel de la masse de l’avion entier et avait l’avantage de coûter beaucoup moins cher ! et les images montraient les mêmes effets.

Cette vidéo démontre, mieux que n’importe quelle explication, pourquoi un avion disparaît presque complètement à l’impact, pour peu que quelques conditions soient réunies :

  • Il doit arriver intact au point d’impact ; si l’avion se brise en altitude, les morceaux sont dispersés sur une large zone et des débris au hasard peuvent arriver au sol à peine endommagés. L’exemple le plus frappant dans cette catégorie est celui de la navette américaine Columbia, qui explosa en vol à 70 km d’altitude et dispersa ses débris sur des dizaines de kilomètres… Lesquels furent parfois récupérés par des particuliers qui les mirent en vente sur eBay, notamment une broderie intacte d’un patch de mission cousu sur une combinaison d’astronaute à bord.
  • Il doit percuter une surface solide ou raisonnablement solide. Une construction en béton renforcé comme un building ou une roche granitique, par exemple.
  • Il doit percuter la zone d’impact avec un angle proche de 90°, et évidemment à la plus haute vitesse possible, ce qui explique que des avions de tourisme légers ne se pulvérisent pas même lorsqu’ils heurtent le sol de plein fouet.

Lorsque ces trois conditions sont réunies, comme dans la vidéo du Phantom F-4 contre le mur de béton, alors l’avion est proprement pulvérisé. Il n’en reste quasiment que de la poussière, et bien malin qui saurait identifier le type d’appareil et ce qui lui est arrivé à partir d’un sachet du résultat…

Évidemment, hors laboratoire, pareil crash ne se produit pour ainsi dire jamais, ce qui est d’ailleurs préférable, permettant aux familles des victimes d’identifier les restes de leurs proches et aux enquêteurs de comprendre ce qui s’est passé. Mais les débris retrouvés sont souvent trop peu nombreux et trop peu spectaculaires pour que le grand public accepte l’idée du crash.

Il restera des personnes réfractaires aux informations présentées ici. Parmi les arguments rationnels qu’elles pourraient avancer, l’idée qu’un avion de ligne et un chasseur monomoteur n’ont « rien à voir ». Si cette remarque a du vrai ce n’est pas exactement dans le sens où elles l’entendent, le F-4 du laboratoire de Sandia étant beaucoup plus dense qu’un avion de ligne, dont le fuselage est creux et les moteurs de plus de 8 tonnes situés sous les ailes. Si un 777 est bien plus lourd, totalisant 143 tonnes à vide, sa densité est plus faible car répartie sur une envergure bien plus grande.

Les avions modernes donnent une apparence de solidité et de résistance rassurantes ; malgré tout, ils restent des engins conçus pour être les plus légers possible à l’aide de matériaux comme le carbone et l’aluminium bien plus fragiles que l’acier et dont le point de fusion est inférieur à la chaleur de combustion du kérosène embarqué. De part leur conception et leur composition, en cas de crash dans certaines circonstances il est possible qu’ils se désintègrent à l’impact – sans le moindre besoin de faire appel à une théorie du complot.

Sur le web

Voir les commentaires (70)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (70)
  • Dans le même esprit, Top Gear avait crashé à 190 km/h une voiture contre un mur (en métal, a priori). La voiture avait été pulvérisé.

  • Merci pour votre bon sens, vos connaissances élémentaires en physique (que nous avons tous appris au collège…E=1/2m*v² pour ne citer que celle-ci…) qui « pulvérisent » toute idée idiote de et fantaisiste de complot et répondent rationnellement à la question posée.

  • si seulement cela pouvait marcher avec l’état …

  • Bonjour,

    Voir également Vol 1771 Pacific Southwest Airlines, il y a des photos illustrant l’état du site après l’impact à la verticale.

  • Le complotisme est du domaine du religieux. Aucun argument, aucune preuve ne fera changer d’avis un complotisme.
    La majorité des théories du complot ont à la base été inventé par les services de propagande de l’URSS comme le raconte très bien Mihai Pacepa, ancien chef de la Securitate roumaine, dans son livre « The Kremlin Legacy »

    • Si les soviétiques ont lancé tant de théories du complot en Occident, c’est d’une part parce qu’ils en ont fabriqué en quantité industrielle à des buts de subversion et de propagande, mais c’est aussi qu’ils étaient eux-mêmes portés à y croire. La mentalité paranoïaque des communistes russes, qui subsiste au sein du régime de Poutine, a conduit les services secrets et les dirigeants russes à croire eux-mêmes à des complots occidentaux contre eux qui étaient tout à fait imaginaires.
      Par exemple, ils ont délibérément saboté leur excellent réseau d’espionnage établi en Grande-Bretagne avant guerre, parce qu’ils étaient persuadés, à tort, que leurs agents avaient été retournés par les Britanniques et les intoxiquaient avec de faux secrets. Le KGB a cru que les informations transmises étaient trop belles pour être vraies… mais c’est qu’elles étaient vraies, et que leurs espions étaient exceptionnels.
      Ils pensaient vraiment que le Printemps de Prague avait été organisé par la CIA, et lorsque le KGB a intercepté des documents secrets américains qui prouvaient que Washington n’y était pour rien, cette information a été bloquée le long de la chaîne hiérarchique, pour ne pas déplaire au pouvoir politique qui était convaincu d’un complot.
      – La prévalence actuelle des théories du complot est donc la preuve de l’imprégnation de l’opinion publique occidentale par la désinformation séculaire soviéto-russe, et du succès des méthodes de subversion de Moscou.

    • Bonjour, comment se fait-il que des tours explosent étage par étage alors qu’il n’y a qu’un incendie tout en haut ?

      Merci.

      • Je ne parle même pas de la tour WTC 7 qui s’effondre sans avoir été touché par un avion …

        Les « officialistes » sont encore plus bornés que les « complotistes » car eux parlent tout de suite de leurs adversaires avec des termes condescendants et arrogants !

        • Environ 30 à 40% de la structure interne de la Tour 7 s’est partiellement effondrée sous le poids des débris des tours 1 et 2, couplé à un incendie terrible qui à ravagé le bâtiment sur une dizaine d’étage pendant plus de 6 heures, sans possibilité d’intervention (canalisation rompues après les chutes des tours jumelles). De quoi venir à bout de n’importe quelle construction.
          On pourrait aussi relever les tours 6 et 5 qui se sont elles aussi effondrées par la suite à cause des débris. Mais c’est comme les mission Apollo 12 & cie, quand on ne veut voir que ce que l’on veut croire…

        • nolife: « car eux parlent tout de suite de leurs adversaires avec des termes condescendants et arrogants ! »

          Reopen911 est un festival d’âneries et de théories toutes plus débiles les unes que les autres qui se contredisent entre elles en plus, c’est encore moins crédible que certains mythes religieux au point que « complotiste » est quasi devenu une insulte sur le net.

          Mais c’est le fond qui est le plus ridicule: des américains qui feraient péter trois de leur symboles majeurs (un ne suffit pas?) et ajouteraient 5000 concitoyens (tant qu’a faire) et quelques immeubles en prime (ben voyons) pour… partir dans un conflit de plus alors qu’ils en alignent presque 30 depuis 60 ans ?

          Seul des enfants peuvent croire un conte pareil.

          • Le pire c’est que les complotageurs sont doués pour faire sauter des immeubles avec une technique inédite et sans que personne ne remarque rien, mais ils oublient de laisser des preuves menant tout droit à Sadam!

          • Bah voilà, insultes, mépris .. en attendant AUCUN argument et de toute façon, il n’y en a pas sur l’effondrement du WTC 7 …

            • nolife: « en attendant AUCUN argument »

              Relis mieux, il y en a un de fondamental:
              -Pourquoi auraient-t-ils empilés autant de destructions et de morts pour un but aussi banal (pour eux) qu’un conflit de plus..

              La réponse est tellement ridicule et de ce fait dérangeante pour vous que tu ne vois même pas la question. Et après vous vous plaignez qu’on vous traite de demeurés, lol quoi.

        • Vous n’avez jamais vu un immeuble s’effondrer sans être touché par un avion?

      • A quel autre mode de ruine vous attendriez-vous pour une tour ? Où pensez-vous que devraient aller l’air et les débris quand les plafonds rejoignent les planchers ? Pourquoi pensez-vous qu’une structure incendiée ne devrait pas s’écrouler ?

      • Les températures de l’incendie alimenté par le vent fort à cette altitude atteint les 400°C au cœur de la tour, et entre 700°C et 1000°C sur sa périphérie (façade). L’impact des avions a exposé les protections thermiques des poteaux en acier de la structure, qui perdent de leur résistance face à de telles températures. Toute la structure devient instable, et les planchers intérieurs s’affaissent progressivement sur eux mêmes, alors que ces derniers ne sont censés que supporter que leur propre poids, jusqu’à déclencher un point de rupture.

        Revoir les images des effondrements: La partie de la tour sud située au dessus de la zone d’impact ne s’effondre pas de manière droite au départ, elle s’effondre sur un côté. En s’effondrant, cette partie entraîne avec elle 30 étages. Une masse critique qui entraîne par la suite toute la tour: à chaque étage démoli la masse et la vitesse des étages en chute augmentent, accélérant la rupture des étages inférieurs.

      • Un étage qui s’effondre, et c’est tout le poids du sommet qui vient frapper, étage par étage, jusqu’en bas, enfonçant chacun l’un après l’autre.

        • Attention il faut comprendre l’énergie potentielle et l’énergie cinétique; c’est pas comme si c’était des concept physiques qu’on apprend au collège quand même!

      • nolife, si vos arguments sont forts, pourquoi vous n’arrivez même pas à convaincre les complotistes du 11/9 QUI NE SONT D’ACCORD SUR RIEN?

        • Ils sont d’accord sur le fait qu’un incendie ne fait pas exploser un immeuble et aussi NE FAIT PAS EXPLOSER UN IMMEUBLE VOISIN, CHOSE QU’AUCUN DES GENIES QUE VOUS ETES N’A EXPLIQUE …

          Enfin, si les libéraux étaient capable de lucidité et d’esprit critique sur l’Amérique, ça se saurait …

          • « Environ 30 à 40% de la structure interne de la Tour 7 s’est partiellement effondrée sous le poids des débris des tours 1 et 2, couplé à un incendie terrible qui à ravagé le bâtiment sur une dizaine d’étage pendant plus de 6 heures, sans possibilité d’intervention (canalisation rompues après les chutes des tours jumelles). De quoi venir à bout de n’importe quelle construction.
            On pourrait aussi relever les tours 6 et 5 qui se sont elles aussi effondrées par la suite à cause des débris. Mais c’est comme les mission Apollo 12 & cie, quand on ne veut voir que ce que l’on veut croire… »

          • Ah bon, un immeuble a « explosé »?

            Encore une nouvelle théorie?

      • La réalité est que justement tout le monde a été surpris (sauf peut être quelques spécialistes) par la façon dont un gratte ciel s’effondre. C’est complètement différent de l’imaginaire collectif et des films. Si cela avait été fait volontairement, cela donc aurait été fait de façon beaucoup plus « crédible ». Et si c’était un complot, que de complexité pour pas grand chose … Pour faire disparaître des documents, un simple incendie suffit largement (Crédit Lyonnais et ses archives, tests des hélices du Charles de Gaulle); Pour déclencher une guerre, un incident militaire est beaucoup plus facile à organiser.

        • Deres: « Et si c’était un complot, que de complexité pour pas grand chose  »

          Exact:
          Voir l’opération Himmler ou des allemands déguisés en polonais « attaquent » la radio de Gleiwitz et laissent une dizaines de cadavres de prisonnier polonais ce qui leur a suffit pour rentrer dans le 2eme conflit mondial au motif d’une agression de la Pologne.
          https://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Himmler

          Jamais un état n’a eu besoin de beaucoup plus comme excuse.

          Et les complotistes expliquent sans rire qu’après une trentaines de conflit en 60 ans les américains auraient eu cette fois là besoin de faire exploser DEUX de leur symboles majeurs, le pentagone, quelques immeubles en plus (pour être sur?) et 3000 concitoyens (ben voyons).

          Il faut vraiment être benêt pour y croire.

  • La théorie du complot a aussi émis l’hypothèse d’un détournement du vol MH370 pour aller se scratcher sur la base de Diego Garcia – base aéronavale importante britannique mais louée aux Américains – afin de briser la présence américaine dans l’Océan Indien. Curieusement Diego Garcia se trouve précisément situé au niveau des courants marins qui ont peut-être ramené des débris vers les îles proches de Madagascar. On en saura plus quand les barnacles auront été méticuleusement analysées. Naturellement si cette théorie était exacte alors l’avion aurait été abattu par un missile ou la chasse américaine.
    La Royale (la marine française) n’a jamais avoué avoir abattu la caravelle effectuant je crois la liaison Nice-Ajaccio alors qu’elle effectuait des manoeuvres d’entrainement au large de la Corse : c’est aussi une théorie qui se défend !

    • Il ne suffit pas d’avoir une théorie plausible, il faut aussi prouver que la théorie la plus simple et évidente n’est guère probable. N’importe quel accident d’avion pourrait sinon être attribué à une chute de météorite.

  • Sous d’autres angles :

  • Ce qu’il y a de bien avec ce genre d’articles qui insistent lourdement sur un point précis (ici : l’avion « tombé » sur le pentagone), c’est qu’on sait tout de suite pour qui l’auteur roule…….

    • Demandez-vous plutôt plutôt pour qui roulent les conspirationnistes du 9/11…

      http://www.conspiracywatch.info/Le-serment-d-allegeance-de-Thierry-Meyssan-aux-mollahs_a494.html

    • Je me souviens très bien des journées qui ont suivi le 11 septembre 2001. J’étais un peu privilégié, à l’époque, d’avoir une connexion haut-débit et l’habitude de m’en servir ainsi qu’être bilingue anglais-français, car cela m’a permis immédiatement de m’intéresser aux évènements. Par exemple, 2 ou 3 jours après je pouvais déjà consulter les photos prises par un des pompiers qui était intervenu au Pentagone. L’incendie éteint, il avait fait des clichés persos des pièces d’avion qui jonchaient l’intérieur dévasté du bâtiment, et les avait uploadées sur son site perso – un espace web simpliste quasi-vierge (pas de blogs à l’époque). Sur un forum de discussion d’amateurs d’aéronautique (dont je faisais partie), il avait demandé aux bonnes âmes d’identifier l’appareil.

      Ainsi j’ai pu assister sans le savoir, aux premières loges, aux prémisses d’un phénomène qui allait prendre une importance surprenante par la suite: le crowdsourcing… mais c’est un autre sujet…

      Rapidement des photos des pièces correspondantes furent indiquées par les férus d’aviation. Nez du radôme, soufflante du moteur, jambe de train d’atterrissage, etc. chaque morceau a été reconnu, et collait parfaitement au modèle d’avion annoncé disparu: un Boeing 757.

      C’est pour ça que, lorsque les premières théories complotistes ont fait leur apparition, j’ai violemment roulé des yeux. Que ces théories ridicules persistent encore aujourd’hui me navre et me consterne. Mais bon. Tout le monde ne pouvait pas être là où j’étais, ni avoir participé à ce que j’ai vécu.

      • -on ne peut rien y faire ! L’état d’esprit propice à l’explication du monde par le complot caché a quelque chose d’universel (lire Pierre André Taguieff), le 11/09 n’a fait que s’ ajouter à quelque chose de préexistant.

        -Au moment même où se passaient les attentats de NY, Lyndon B Larouche (un des chefs de file des conspirationnistes américain) était interviewé sur une radio. Sans plus d’éléments, il a en direct émis l’idée que « le gouvernement devait y être pour quelque chose ».

  • Il existe des traceur GPS très peut couteux qui permettent de suivre en temps réel la position d’une voiture, d’un bateau…directement sur internet. Je comprend même pas que les avions de ligne n’en soient pas équipé.

    • Ça marche quand il y a une connection mais certaines zones sont hors visibilité des satellites ….

      • A ma connaissance le réseau iridium n’a pas de trou de couverture. Il peut arrivé que le nombre de satellite visible soit faible (3-4) ce qui induit un manque de précision mais rien de plus. En tout état de cause quelques courte de périodes de perte de signal ne sont pas réellement un handicap lorsque l’on fait un suivit permanent.

        • Là, on cesse d’être très peu coûteux. Surtout si on veut que ça fonctionne même quand le pilote veut le couper et que l’information soit stockée de manière fiable mais discrète, et le tout pour pallier deux pertes de boites noires en 50 ans. 50 ans à 5000 avions en moyenne = 125 milliards de minutes, à 1$ la minute, sans parler du coût de l’installation, de sa maintenance, du traitement des fausses alertes, etc.

          • Combien de millions dépensés en pure perte à chercher le Rio-Paris dans la première campagne?

          • On doit pouvoir optimiser et envoyer par exemple les dernières minutes si l’ordinateur détecte un problème potentiel.
            Mais les boites noires flotantes me semblent avoir plus de chance d’être adoptée.

  • Les complots plus c’est gros moins cela a de chance d’être vrai pour une bonne et simple raison : le facteur humain. Plus il y a de gens dans un complot, plus il y a de chance que le complot soit éventé d’une manière ou d’une autre et surtout aujourd’hui à l’ère des nouvelles technologies. Mais alors pourquoi le silence des autorités dans certains cas ? Et bien encore une fois c’est simple : quand un truc comme le 11 septembre a lieu, c’est à cause de l’incompétence ou de la nonchalance et donc le silence qui s’en suit n’a pour but que de masquer au mieux cette incompétence et cette nonchalance. Car il vaut mieux faire planer le doute sur un complot que de dire ouvertement qu’on est stupide et qu’on en a rien à foutre …..

    • C’est peut être un moteur de la complotologie : je préfère croire que mon gouvernement a organisé un « false flag » plutôt que de penser qu’il n’a pas été capable de déjouer une attaque pas préparée de façon pas totalement discrète et qu’en plus il n’est pas capable d’intercepter un avion civil sur son territoire.

      • Le choc pour les américains « invincible » d’avoir subis bien pire que pearl-harbor a cause de 19 types seulement et quelques accessoires de super-marché en a entrainé certain dans le déni.

  • Pourtant on voit très bien quelque chose ressortir à droite après l’impact…
    La poussière émise n’est donc pas exclusivement l’avion, mais aussi la structure…

    Article pas forcément très objectif…

    • « Pourtant on voit très bien quelque chose ressortir à droite après l’impact… »
      C’est le bout de l’aile, qui dépassait du mur et a donc continué sa route. On le voit très bien sur l’autre angle de vue.

      • Bien essayé !
        Mais NON.
        Sur la première séquence, de loin, on voit du mouvement très à droite, et c’est trop sombre pour être l’aile, et beaucoup plus au centre de la trajectoire, pas déporté.
        Et cela, évidemment, est tronqué sur le gros plan au ralenti..

        • Secondes 13, 14 et 15 !

        • adermex: « Bien essayé ! Mais NON. »

          Et puis c’est tellement logique… Pour entrer dans un conflit de plus (Les usa en ont fait 30 en 60 ans) les gars ce sont dis qu’envoyer un avion ne serait pas assez (???) alors ils ont mis des explosifs en plus. Facile !
          « ET c’est cool on va faire péter une deuxième tour, avions et explosifs, super simple et pas détectable du tout… et puis le pentagone et puis quelques immeubles aussi » (wtf!???)
          « Et puis on va soudoyer les gars des labos, des faux pompiers, de faux flics et ils vont faire disparaitre toutes les preuves »

          Vous avez quel age franchement.

          • 51.
            Vous devriez lire les rapports d’experts…

            • 60 tonnes qui rentrent dans un immeuble ça fait de sacrées ondes de pressions. Rien ne choque les spécialistes des catastrophes, on voit sans cesse des trucs qui semblent bizarre ou impossible.

              Par contre expliquer la motivation de ce complot est tellement impossible que je n’ai jamais vu un complotiste répondre à cette question (voir plus haut nolife).

          • Comprenez-les, ce sont des amateurs de films (James Bond)

            Plus de destruction = plus d’effets spéciaux = mieux

        • Mais si. Aux secondes 41, 42, 43, on voit très distinctement que c’est le bout de l’aile, qui dépassait du mur.

          • continuez donc à faire l’autruche…

            • Vous avez raison, cette vidéo du F4 a été truqué en 1988 afin de valider les futures impacts sur les tours 5 ans plus tard. Ils sont trop forts à la CIA et ils pensent à tous.

              • Et il ne faut pas sous-estimer les pouvoirs d’Elvis caché dans sa base du pole-nord et doté des appareils derniers cri des Ummites !

                • Il faut être timbré pour penser de deux appareils de 200 tonnes incluant la moitié de carburant hautement explosif lancés à 500mph puissent faire effondrer des tours sans l’intervention des illuminatis, dont le chef est Elvis Presley.

                  Bon, dans le meilleur des cas ils vont répondre que les signaux cellulaires ne peuvent être captés depuis l’avion 😀

                  • Bobjack: « dont le chef est Elvis Presley. »

                    Certains témoignages avérés font état de Michael Jackson comme chef de la base. 😉

                    • Nah Michael Jackson est a la préretraite, il lui ont donné la tâche simple de diriger la base qui contient le décors servant au faux alunissage 😀

  • Il existe une vidéo de simulation de crash d’un fuselage d’avion volontairement lancé à 1000 km sur un mur de béton (test de résistance). On vois parfaitement au ralenti le fuselage de l’avion se désintégrer pratiquement entièrement sur le mur. Au final il ne reste que quelques minuscule débris le reste de l’appareil est littéralement vaporisé par l’énergie dégagé par l’impact.

  • « sa densité est plus faible car répartie sur une envergure bien plus grande »
    ———-
    sa densité est plus faible car +sa masse+ est répartie sur….
    ce n’est pas la densité qui est répartie sur… mais la masse, du coup c’est moins dense par unité de volume.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jon Hersey. Un article de la Foundation For Economic Education

La croissance de la startup Boom illustre parfaitement la beauté et la puissance des marchés. Ils incitent à expérimenter pour trouver la meilleure réponse aux besoins des clients, car une entreprise gagne lorsque ses clients gagnent aussi.

La startup Boom Supersonic, basée à Denver au Colorado, développe actuellement un avion de ligne qui dépassera la vitesse du son en vol et United Airlines a annoncé son intention d'en acheter 15, avec une option pour 35 de pl... Poursuivre la lecture

Par Michel Negynas.

C’était mon rêve d’enfant de prendre l’avion pour aller à l’autre bout du monde. Mais je pense que vous ne vous rendez pas compte des rêves dont on doit préserver les enfants. L’aérien, c’est triste, mais ne doit plus faire partie des rêves d’enfants aujourd’hui.

Mme la Maire de Poitiers semble considérer que le seul intérêt de prendre l’avion, c’est d’aller d’un point à un autre. Et décide de « préserver » l’enfant de certains rêves… Elle a fait l’unanimité contre elle, car on ne part pas impunément en guerr... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Ça y est, l’avion vient de se poser. Roger, mon irritant voisin de fauteuil, va pouvoir relâcher ses sphincters après un vol d’autant plus éprouvant qu’il se sait grugé par les compagnies aériennes : pour un siège trop étroit et des cacahuètes douteuses, elles lui ont soutiré son bel argent qui ira engraisser des actionnaires apatrides turbocapitalistes.

À présent, avant de retrouver ses occupations habituelles, il va devoir traverser l’aérogare ce qui pourrait être l’occasion de se détendre voire de réaliser de bonnes affaires.

Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles