Redonner de l’espoir aux enfants d’Afrique

On dispose aujourd’hui de suffisamment de moyens pour fournir une vie meilleure aux enfants d’Afrique.

Donald Kaberuka
Un article de Libre Afrique

Enfants, Burkina Faso, Afrique - Eric Montfort (CC BY-NC-ND 2.0)
Enfants, Burkina Faso, Afrique – Crédit photo : Eric Montfort via Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

 

Au tournant du XIXème siècle, nous savons tous que, même dans certains des pays riches d’Afrique, on trouve encore jusqu’à 30% des enfants qui n’ont jamais atteint l’âge de cinq ans. Aujourd’hui, des millions d’enfants ne vont toujours pas à l’école et continuent de se coucher affamés, une faim qui à son tour retardera le développement de leurs cerveaux et impactera négativement leurs notes à l’école et in fine leurs perspectives de carrière. Beaucoup d’entre eux travaillent encore dans des conditions inacceptables. Beaucoup sont victimes de traite et souvent meurent dans des États fragiles, et dans les pays en guerre ou en conflit prolongé.

Depuis le tournant du millénaire, il ne fait aucun doute que l’Afrique a franchi un cap. Sa performance encore fragile est incomplète, néanmoins il s’agit d’un renversement de situation. Tony Blair décrivait l’Afrique au début des années 2000 comme étant une cicatrice sur la conscience du monde. En mai dernier, il la décrit comme l’endroit le plus prometteur de la planète en raison de ses opportunités.

L’observation de la dynamique démographique montre que la croissance de la population dans des régions comme le Sahel reste très élevée, soit 3,9%, tandis que la migration interne s’est accélérée, avec 40% des personnes vivant maintenant dans des villes sans plan d’urbanisation et mal équipées, et subissant la misère et le chômage. En attendant, les moteurs de la croissance économique restent très limités, la transformation économique timide, et les parts de l’agriculture et de l’industrie sont en diminution, avec des économies africaines opérant encore à des niveaux inférieurs des chaînes de valeur mondiales.

En conséquence, les jeunes, environ 15 millions, qui entrent sur le marché du travail chaque année, ne peuvent trouver un emploi, soit parce qu’il y en a peu, soit parce que leurs compétences ne correspondent pas aux besoins. Et dans certaines régions, comme ils ne peuvent pas trouver d’emploi, ils deviennent des proies faciles des groupes terroristes, trafiquants d’êtres humains leur promettant un eldorado imaginaire, et finissent par périr en Méditerranée.

Alors quelles actions entreprendre aujourd’hui pour redonner de l’espoir aux enfants, et aux jeunes de l’Afrique ? Il y a beaucoup de choses que nous devons faire, mais aujourd’hui, je vais en retenir seulement trois.

— La première est que nous devons construire un continent pacifique et stable. Le plus grand défi que nous devons relever pour les jeunes en Afrique est la réhabilitation des États fragiles ou ceux qui sont en conflit. C’est à ce niveau  qu’un effort particulier est nécessaire. Non seulement parce que des millions sont piégés dans ces régions, mais en raison des effets de contagion régionaux tels que les réfugiés et les personnes déplacées. Voilà ce qui explique pourquoi sont en crise tous les systèmes, ceux de soins de santé primaire, d’éducation de base et d’infrastructure. Et pourquoi notre performance dans la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement est timide. Voilà pourquoi nous avons des enfants soldats et d’autres abus. Pensez à un jeune garçon ou une fille nés en Somalie en 1990. Pendant 25 ans, ils n’ont connu que la guerre et la mort. La crise de l’Ebola était une démonstration claire de la façon dont une épidémie parfaitement contrôlable pouvait devenir hors de contrôle et se transformer en une catastrophe humaine en raison de la défaillance des soins de santé primaires et la faiblesse des moyens.

— La deuxième chose qui interpelle les dirigeants africains est la lutte contre les inégalités et la promotion de l’inclusion. Cela signifie garantir aux enfants des familles pauvres, garçons et filles, l’accès à une école de qualité, et assurer qu’aucune région, ou groupe ethnique ou religieux ne soit délaissé. C’est le seul moyen de briser la transmission intergénérationnelle de la pauvreté. La croissance économique est seulement un moyen et non une fin en soi. La croissance économique qui n’est pas partagée est insoutenable socialement et politiquement. Elle gâche les talents, limite les perspectives économiques, et elle sape le fondement même des sociétés harmonieuses et pacifiques en entravant la mobilité sociale.

Il est tout à fait possible d’éliminer la pauvreté absolue d’ici 2030, si les économies africaines parviennent à croître constamment à un taux supérieur à 7%. Il y aura encore de larges pans de pauvreté, en particulier dans les pays les plus touchés, mais cet objectif est réalisable. Le principal défi à relever pour que ces économies enregistrent une croissance de plus de 7% annuels est de combler le déficit dans les infrastructures, en particulier dans le domaine de l’énergie. Nous avons ici à faire face aux contraintes énergétiques qui constituent un frein majeur à la croissance du continent.

— En troisième position, enfin, est un domaine l’Afrique est capable et offre même une réelle opportunité ; celui de l’économie numérique. L’essor de l’accessibilité à la téléphonie mobile a déjà fait une grande différence dans la vie des pauvres. Pensez à l’impact de l’inclusion financière. Je rêve d’un jour tous les jeunes africains auront accès à Internet à un prix abordable. Au XIXème siècle, les gens ont construit les chemins de fer pour connecter le monde entier. Le réseau ferroviaire global d’aujourd’hui est l’internet. C’est dans ce domaine que la connaissance doit se développer, les emplois être créés, et que nous pouvons accélérer l’accès à l’éducation, améliorer l’accès aux soins de la santé et aux marchés. À mesure que l’infrastructure des télécommunications s’améliore, j’espère que les États et le secteur privé collaborent pour rendre cela possible.

Le niveau de vie dépend peut-être des circonstances de votre naissance, de l’endroit vous habitez, et du type d’État qui vous gouverne. Cependant, ce dont je suis sûr est que l’on dispose aujourd’hui de suffisamment de moyens pour fournir une vie meilleure aux enfants du monde entier.


Article initialement publié en anglais par African Executive – Traduction réalisée par Libre Afrique. Le 29 juin 2015.