Dubaï : l’âge adulte

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dubaï : l’âge adulte

Publié le 27 juin 2015
- A +

Une croissance démesurée et tape-à-l’œil a mené l’Émirat en 2008 au bord de la faillite. Aujourd’hui, les constructions flamboyantes mais fragiles semblent avoir laissé place à un développement plus lent mais plus sûr, davantage régulé et soutenable.

Un article de Trop Libre.

Dubaï de nuit (Crédits : Crazy Diamond, licence CC-BY-ND 2.0), via Flickr.
Dubaï de nuit (Crédits : Crazy Diamond, licence CC-BY-ND 2.0), via Flickr.

Une crise violente

Le développement rapide de Dubaï, cette capitale du Golfe, ne manque pas d’impressionner. Ville modeste et isolée, vivant de la pêche jusqu’à la fin du XIXe siècle, la capitale est aujourd’hui le lieu de toutes les folies : îles artificielles, tour la plus haute de la planète (Burj Khalifa de 828 mètres), station de ski en plein désert…

Mais ces extravagances eurent un prix. En 2008, le conglomérat d’investissement Dubai World, financier de ces projets et responsable du développement de Dubaï, annonce des difficultés à rembourser ses 59 milliards de dollars de dette. La plupart des projets de construction s’arrêtent et les prix sur le marché de l’immobilier, jusque-là en surchauffe, baissent de 40% en un an.

Des leçons tirées

Le plafonnement des prêts accordés, dont les montants trop élevés ont créé une véritable bulle immobilière, couplé à des mesures anti-spéculation a été adopté afin d’éviter une nouvelle crise financière. Les investisseurs, désormais en majorité dans la région, ont rendu les dettes plus soutenables, ramenant la confiance sur le marché dubaïote.

De nombreux points forts

Aujourd’hui, Dubaï peut se vanter d’une croissance annuelle de plus de 4,5% l’an et d’une économie diversifiée dans laquelle le pétrole, moteur de son développement originel, ne représente plus que 4% du PIB. Le tourisme, comptant pour 25% du PIB, est désormais un des moteurs principaux de l’économie. En 2014, 11,6 millions de touristes se sont pressés à Dubaï, un chiffre en hausse de 5,6% par rapport à l’année précédente. À cela s’ajoute une diversification croissante du secteur touristique lui-même, jusque-là ciblant majoritairement le domaine du luxe. Cette tendance à la hausse devrait d’ailleurs s’accentuer à  l’approche de l’Exposition Universelle de 2020, conférant à Dubaï (7e ville la plus visitée au monde !) des perspectives économiques confortables.

Contrepoints613 - Dubaï - René Le HonzecParallèlement, Dubaï dispose d’autres atouts considérables tels que sa compagnie aérienne Fly Emirates qui, profitant d’une position géographique centrale entre l’Asie et l’Europe et d’un pétrole peu onéreux, se place désormais première compagnie mondiale. Cette dernière compte d’ailleurs pour 44% des commandes d’avions Airbus A380. À côté d’elle, le port de Jebel Ali de l’Émirat, port le plus chargé du Moyen Orient et qui draine aujourd’hui 20% des conteneurs mondiaux, devrait devenir premier port à conteneurs au monde d’ici 2030.

Aux années folles semble donc succéder une croissance plus saine, diversifiée et donc davantage durable. L’avenir de Dubaï est-il néanmoins assuré ?… Affaire à suivre.

Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Une chose m’échappe complètement à propos de Dubaï : comment se fait-il que cette ville, et plus généralement les Émirats, pays situé en plein dans la poudrière du Moyen-Orient, n’attisent pas une immense convoitise, et ne soit victime d’aucune attaque terroriste ?

    • Peu de chance qu’un local fasse une attaque car ils ont de bonnes conditions de vie plus le fait qu’ils ont des services de renseignement et une police éfficace. Dubai est à des années lumières des dictatures socialistes du moyen orient au niveau de l’éfficacité des services régaliens. On peut aussi ajouter à cela que Dubai est surement le modèle du « conservatisme musulman » qui a réussit à allier un certain respect des libertés civiles (pas de voile obligatoire, alcohol autorisé, état de droit…) avec un respect des traditions locales. Le peu d’intervention de l’état dans l’économie permet aussi au gens de ne pas etre frustré par le manque de démocratie, contrairement aux pays dirigés par un des partis baath.

      • Merci pour la réponse. Je comprends mieux pourquoi Dubaï n’est pas rongé de l’intérieur par le terrorisme islamiste. En revanche j’ai toujours du mal à comprendre pourquoi les libertés dont vous parlez ( « pas de voile obligatoire », « alcool autorisé », etc) n’attisent pas davantage la colère de terroristes islamistes étrangers qui, d’un point de vue géographique, se trouvent à proximité des Émirats. Selon vous, ce qui freine ces terroristes étrangers, c’est l’efficacité de la police et des services de renseignement des Émirats. Je trouve que cette explication revient un peu à croire que chaque agent secret des Émirats est aussi bon que James Bond. Mais bon, peut-être que vous avez raison.

        • C’est en effet certainement la cible la plus tentante au monde. Certainement aussi un des endroits les plus surveillés. L’attaque d’avant-hier au Koweït n’est pas pour rassurer.

        • « Selon vous, ce qui freine ces terroristes étrangers, c’est l’efficacité de la police et des services de renseignement des Émirats. »

          Ils sont bien plus aidés par la géographie que vous le pensez. Leur petit bout de mer est si important d’un point de vue géopolitique qu’il est impossible d’y bouger sans que quelqu’un ne regarde ce que vous faites. Du coté du désert l’Arabie saoudite constitue une première cible et un rempart contre les terroristes. Il n’y a pas de continuité entre les zones peuplées de l’AS et des UAE, si quelqu’un se balade dans le désert il est donc facilement repérable.

          C’est un peu comme se demander pourquoi il n’y a pas une plus grande proportion d’immigration clandestine latino américaine au Canada. La plupart sont très satisfait des US et les chances qu’ils arrivent au Canada sans se faire attraper sont très faibles.

          « chaque agent secret des Émirats est aussi bon que James Bond. »

          Ces gens cumulent les moyens, la technologie et le niveau de formation des services occidentaux avec la brutalité de n’importe quelle dictature absurde qu’il y a sur le monde.

          • Ok, je comprends mieux : Si les terroristes ne s’attaquent pas à Dubaï, ce n’est pas qu’ils n’en ont pas envie, c’est juste que d’autres endroits du moyen orient sont plus facilement atteignables.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Yves Montenay.

Le voyage qui suit se déroule à la fin des années 1970. Les pays producteurs de pétrole n’avaient pas encore construit les forêts de gratte-ciels d’aujourd’hui, ni financé à grande échelle l’islamisme et le terrorisme international.

En 1974, j’ai fait mon premier voyage sur la Lune, c’est-à-dire en terre d’Islam, dont elle est un des symboles comme en témoignent les croissants de lune des drapeaux.

C’est l’époque du premier choc pétrolier, les prix du pétrole s’envolent et Jean, grand cadre de l’entrepr... Poursuivre la lecture

Par Robin Mills[1. Robin Mills is PDG de Qamar Energy, et l'auteur de The Myth of the Oil Crisis (Praeger).].

Alors que la raffinerie géante d’Abqaïq en Arabie saoudite brûle encore, tous les regards se tournent vers les conséquences de cet événement sur les prix du pétrole. Cette attaque par missile, ou drone, attribuée par les Américains aux alliés de l’Iran présents au Yémen ou, plus probablement, en Irak, a temporairement réduit de moitié les capacités de raffinage du Royaume. Cependant, plus important que les effets à court terme... Poursuivre la lecture

Par Younes Belfellah.

Alors que l’émir du Qatar, Cheikh Tamim Al Thani, été en visite en France le vendredi de la semaine dernière, sa rencontre avec le président français n’a pas débouché sur une solution pour la crise du Golfe qui dure maintenant depuis plus d’une année. Malgré les nombreuses tentatives de médiation extérieure, le Qatar et les pays du « quartet » ne sont pas prêts de se réconcilier.

En effet, on assiste entre les pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) à la multiplication des lignes de fracture et des po... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles