Quel lien entre immigration et inégalités ?

L’immigration a pris depuis les années 1980 une importance croissante : son rôle est capital pour comprendre l’évolution des statistiques sur les inégalités.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Norman Rockwell Mosaic credits Shannon (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quel lien entre immigration et inégalités ?

Publié le 11 juin 2015
- A +

Par Bernard Zimmern.

Norman Rockwell Mosaic credits Shannon (CC BY-NC-ND 2.0)
Norman Rockwell Mosaic credits Shannon (CC BY-NC-ND 2.0)

 

L’Europe est actuellement l’objet d’une aggravation brutale de l’immigration en raison de l’instabilité qui s’étend dans de nombreuses régions du monde, suite au retrait de la puissance américaine et l’apparition de nouvelles ambitions impérialistes de Daech à la Chine en passant par la Russie.

Mais l’immigration pour des raisons économiques, la recherche d’une existence meilleure, est un agent à l’origine des migrations depuis toujours, c’est elle qui a peuplé l’Amérique, ce continent vide au début du XXIème siècle.

L’immigration semble avoir pris depuis les années 1980 une importance croissante, comme un aspect de la mondialisation ; on l’a vu, elle s’est envolée aux USA à partir de 1980 et atteint plus d’un million d’immigrés par an. Et son rôle est de plus en plus capital pour comprendre l’évolution des statistiques sur les inégalités.

 

L’immigration ne joue-t-elle pas le rôle d’une réduction des inégalités entre pays, mais d’une aggravation au sein des pays d’immigration, les pays riches ?

Même si cet aspect n’a pas été entièrement oublié par les économistes, il est à peu près ignoré des économistes dits égalitaristes qui ont concentré l’essentiel de leurs études sur la part prélevée par les plus riches, les 10%, 1% ou 0,1% et laissé croire que l’augmentation de la richesse des plus riches se faisait au détriment de celle des plus pauvres, sans mesurer que c’était en très grande partie, sinon en totalité, parce que le nombre des pauvres avait considérablement crû.

En d’autres termes, les égalitaristes se sont concentrés sur la partie haute de la courbe de Lorenz de la distribution des revenus ou des patrimoines, sans se préoccuper de la partie basse, celle des plus pauvres.

Un modèle autre que le modèle marxiste des riches s’enrichissant aux dépens des pauvres nous paraît à l’œuvre dans les pays développés : des riches qui sont à 70% des entrepreneurs et qui par leurs innovations s’enrichissent eux-mêmes et la communauté nationale, mais permettent à une population grandissante de passer du 1 dollar par jour de revenu de beaucoup de pays en voie de développement, à des revenus 20 à 100 fois plus élevés une fois immigrés et qui profitent même de cette sortie de la misère pour envoyer des fonds à leurs familles restées au pays.

Les inégalités s’accroissent dans le pays d’immigration par le mécanisme de calcul que nous allons décrire, mais les inégalités entre pays se réduisent.

Et il faut garder à l’esprit que les inégalités telles que mesurées par les égalitaristes ne tiennent pas ou peu compte des transferts mis en place dans la plupart des pays développés pour réduire ces inégalités, par exemple les retraites par répartition qui constituent maintenant dans la plupart des pays le patrimoine le plus important pour 90% de la population et dont la valeur globale actualisée se compare à une fraction significative du patrimoine monnayable, généralement seul répertorié par les instituts de statistiques. En France, les deux sont du même ordre de grandeur, autour de 10.000 milliards.

Pourquoi l’immigration, ou plus généralement l’appauvrissement de la partie basse de la population, contribue-t-elle à accroître la mesure des inégalités ?

Par les méthodes mêmes qu’utilisent les économistes, et particulièrement les égalitaristes, pour mesurer les inégalités.

Cette mesure est généralement effectuée à partir de la courbe de distribution dite de Lorenz, qui consiste à répartir toute la population intéressée du plus pauvre au plus riche de gauche à droite sur la base du rectangle en noir et de totaliser en ordonnée leurs revenus (ou patrimoines) ; et un coefficient dit de Gini, du nom de l’économiste qui l’a inventé comme le rapport entre les surfaces A et A+B.

Si tous les revenus sont les mêmes, la courbe suit la diagonale et la surface A est nulle, donc le Gini est nul (égalité parfaite). Si tout le revenu est concentré sur la personne la plus riche, la courbe suit les côtés du rectangle, la surface A devient égale à A+B et le Gini est alors égal à 1 (inégalité absolue). Les Gini sont généralement entre 0,25 et 0,50, les transferts ayant pour effet de les réduire.

Si maintenant on ajoute à la base une population qui ne possède rien ou ne gagne presque rien, symbolisée en étendant la base en noir vers la gauche, le nouveau coefficient de Gini sur cette population est le rapport A+C divisé par A+B+C. Ce rapport est plus élevé que le rapport précédent : A divisé par A+B1. Donc le coefficient de Gini a augmenté, les inégalités se sont accrues

L’effet de l’introduction de populations pauvres se reflète de la même manière dans les autres méthodes de mesure des inégalités, par exemple le rapport entre le revenu à la limite du 9ème et du 10ème quintiles et le revenu à la limite du 1er et du 2ème quintiles. De même, le critère qu’affectionnent les égalitaristes est le total des revenus reçus (ou du patrimoine détenu) par les 10% les plus riches qui a augmenté puisque 10% couvrent plus de personnes dans une population accrue.

La zone des non revenus ne s’étend pas seulement par l’immigration, elle peut aussi s’étendre si, à population inchangée, les revenus des plus pauvres diminuent. Ceci semble être le cas en France où le Gini des revenus serait passé de 0,29 à 0,31 de 2009 à 2013 parce que le nombre des chômeurs a considérablement progressé et que, malgré les aides sociales, avoir un emploi reste le déterminant en matière de revenu.

Ce que cette analyse doit rappeler est que le facteur déterminant de revenu ou de richesse est d’avoir ou non un emploi. C’est ce que viennent chercher les migrants d’Afrique plus que les aides sociales. C’est ce que sont venus chercher les migrants latinos vers les USA.

L’enjeu majeur de notre société n’est pas plus d’égalité mais plus d’emplois.

C’est malheureusement ce que ni Bercy ni nos parlementaires ne savent comment créer et la lutte contre les inégalités est pour eux un succédané. Mais qui crée du chômage et plus d’inégalités donc, va exactement à l’inverse du but recherché.

Sur le web

  1. En effet, le complément à 1 du Gini est le rapport de la surface B à A+B dans le premier cas, de B à A+B+C dans le second et il a donc diminué puisque le numérateur de la fraction est resté le même et que le dénominateur a augmenté.
Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • « L’Europe est actuellement l’objet d’une aggravation brutale de l’immigration … »
    Pourquoi l’Europe ?
    Les flux migratoires, dus à la misère engendrée par des désordres de toutes sortes, concernent toutes les régions du monde et participent à la mondialisation de la pyramide sociale, autant par le relèvement du sort des migrants eux-mêmes, tel qu’il en résulte globalement, que par leur contribution à l’accroissement de richesse de leurs pays d’accueil.

    « Pourquoi l’immigration, ou plus généralement l’appauvrissement de la partie basse de la population, contribue-t-elle à accroître la mesure des inégalités ? »
    N’est-ce pas tout simplement parce que cette base, qui constitue un ultime niveau zéro, s’oppose à un sommet, n’ayant pour limites que l’ambition des hommes et les ressources de leur habitat ? Sommet qui croît inexorablement, précisément du fait de l’augmentation incessante du nombre d’êtres humains peuplant la planète (200 à 250 000 chaque jour).

    • D’apres wikipedia (http://fr.wikipedia.org/wiki/Croissance_d%C3%A9mographique) le solde démographique mondial est d’environ 86 millions de personnes dans le monde.
      il faudrait calculer pour voir si cela suffit à expliquer l’apparente accroissement de la possession des plus riches

      • 80 000 000/365 = 235616,43

        Calculez, calculez, et faites-nous part de vos résultats. Mais n’oubliez tout de même pas que les migrants ne sont pas seuls à œuvrer à l’enrichissement de la société ; les nationaux et même les plus riches y contribuent.

    • Qui a décrété un tel non-sens ? Nous sommes tous dans le même bateau.

      • L’article parle de l’immigration et de son effet sur l’accroissement apparent des inégalités. Mais ce qui marche au niveau d’un pays, ne marche plus au niveau mondial, sauf à reprendre dans votre précédent commentaire: l’accroissement démographique comme cause de l’augmentation apparent des inégalités.

  • L’enjeu majeur de notre société n’est pas plus d’égalité mais plus d’emplois.

    Exactement. S’ils continuent sur la voie empruntée, ils n’arriveront à rien. Et ce coefficient de Gini n’est qu’un indicateur, mauvais de plus.

    Excellent article.

  • Les mesures de l’inégalité sont gravement invalidées par trois choses:
    1) la prise en compte du patrimoine en période de gonflement artificiel de ceux-ci, les avantagés du phénomène n’en profitant pas du tout.
    2) la non prise en compte de l’assistance qui se traduit par des transferts d’usage non monétaires généralisés en occident (nourriture, logement chauffage et électricité à cout nul)
    3) la prise en compte de l’immigration, l’acceptation par ceux ci de condition de vie parfaitement étrangères avec celles du pays où on mesure leur « pauvreté ». Pourquoi ne pas mesurer l’indice gini de France + Guinée équatoriale ?

    Bref, pour les véritables libéraux, attentifs aux incroyables tromperies que des journalistes et économistes sous éduqués, incompétents et corrompus (sans parler de ceux qui battent leur femme), tout cela n’a pas de valeur et pas d’intérêt.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il y a quelques temps, j’avais publié un billet portant sur la bande dessinée de l’économiste Bryan Caplan intitulée Open Borders, qui faisait l’apologie de l’immigration. Même si cette œuvre était très convainquante, certains pourraient préférer un livre plus formel sur cette question.

Ces derniers mois, j’ai lu deux livres sur le sujet de l’immigration. Le premier intitulé Wretched Refuse, par Alex Nowrasteh et Benjamin Powell (ANBP) est un ouvrage très empirique, qui épluche toute la littérature académique sur les impacts de l’immig... Poursuivre la lecture

Par Alessandro Mazzola. 

 

Giorgia Meloni, 45 ans, leader du parti d’extrême droite Fratelli d’Italia, se prépare à présider le 68e gouvernement italien depuis la Seconde Guerre mondiale, qui sera le gouvernement le plus à droite depuis Benito Mussolini.

La coalition dans laquelle sa formation tient le premier rôle a en effet obtenu près de 44 % des suffrages (plus de 26 % pour Fratelli d’Italia, 9 % pour la Lega de Matteo Salvini et 8 % pour Forza Italia de Silvio Berlusconi) aux législatives tenues ce 25 septembre.... Poursuivre la lecture

Outre la santé, l’immigration est sans doute le sujet politique le plus polémique aux États-Unis. Les deux principaux partis se renvoient constamment la balle sans apporter de solution constructive à ce problème criant.

Car n’en déplaise à la vice-présidente, à qui incombe le problème, la frontière est très poreuse. Selon les dernières estimations, deux millions de personnes pourraient avoir traversé la frontière d’ici la fin septembre. On vient même de nuit pour tenter sa chance, et depuis le Pakistan parfois.

Et ce ne sont pas... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles