La reconquête du pouvoir par Sarkozy

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La reconquête du pouvoir par Sarkozy

Publié le 4 juin 2015
- A +

Le regard de René Le Honzec.

reconquête sarko rené le honzec

Je viens de voir un documentaire de Stéphane Bern sur Napoléon très intéressant. Beaucoup de commentateurs n’ont pu s’empêcher de penser à Nicolas Sarkozy en le regardant. Il y a un petit quelque chose. Par exemple, cette reconquête du pouvoir après la défaite et l’exil (médiatique), c’est Napoléon revenant de l’Ile d’Elbe, l’Aigle volant de clocher en clocher. Bon, plutôt un merle piaillard volant de meeting en meeting. Mais, y’a de ça. Quant à Louis XVIII, c’est SM Hollande Ier, s’affolant, achetant tout le monde avec des promesses mirifiques et poussant ses généraux à aller affronter l’Aigle (ou le merle). Il y a aussi un je ne sais quoi chez Flanby, la taille rondelette, les maîtresses, le goût des intrigues.

Bon, pour Marine, je n’ai pas trouvé, ou alors il faudrait remonter à une héroïne genre Jeanne d’Arc, mais franchement, je la sens plutôt Madame Sans-Gêne. Tout ça pour dire que Napoléon-Sarko a repris l’expression du Tsar Poutine à propos des terroristes tchétchène : « On ira les buter jusque dans leurs chiottes ». Traduit par Nico, ça donne : « reconquérir la France centimètre par centimètre ». Je suppose que c’est une métaphore, parce que la France, c’est 64 0679 km2.

Seulement s’il parle des électeurs citoyens, c’est pas demain la veille, parce que les centimètres roses de Flanby Ier et ceux, bleus de « Je-ne-suis-plus-ta-fifille Ière », il va falloir en trouver, des idées, des propositions et des mensonges (ouais, pléonasmes) pour les attraper sur son petit ventre républicain.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
légion d'honneur
0
Sauvegarder cet article

Par Michel Gay.

Mais pourquoi Bonaparte a-t-il créé la Légion d'honneur ?

 

Une masse de granit

Napoléon Bonaparte était certes un génie militaire mais, vers 1800, sa priorité était de reconstruire une France à l'agonie, ruinée, haineuse et désespérée. La Terreur puis le Directoire avaient laissé le pays dans une déliquescence telle que "le peuple avait démissionné" selon le terme de Roederer en juin 1799 (prairial an VII).

Entre deux fulgurantes victoires, Bonaparte rentrait à Paris pour relancer l'économie, ... Poursuivre la lecture

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

Benjamin Constant a été l'infatigable défenseur de la limitation du pouvoir, clé de voûte de sa pensée politique. Il est des premiers que l'on peut qualifier de libéral en France. Léonard Burnand, spécialiste de Necker et de Germaine de Staël, vient d'en écrire la biographie. À l'heure où de prétendus libéraux s'aplatissent devant le pouvoir, dont ils justifient tous les empiétements, tout en quémandant prébendes et places, cette lecture s'impose sans doute.

Pourtant, à bien des égards, Benjamin Constant reste une énigme comme le souli... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles