AirBnB à Paris, ça suffit à la fin !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
logo AirBnB

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

AirBnB à Paris, ça suffit à la fin !

Publié le 22 mai 2015
- A +

Ouh là, mes petits amis, il ne faudrait pas que la France sombre complètement dans l’ultralibéralisme ! Déjà — à en croire nos journalistes, intellectuels et sociologues — qu’elle est complètement à la botte du capitalisme triomphant depuis que ces libéraux de Chirac, puis, pire encore, Sarkozy, et enfin, ce libertarien foufou de Hollande se sont emparés du pouvoir dérobé à un peuple trompé, il ne faudrait pas qu’elle se laisse totalement aller. Dès lors, on comprend que s’intensifie la traque contre les abominables initiatives comme AirBnB.

C’est donc en toute logique que la Mairie de Paris a sans plus attendre lancé ses brigades d’intervention rapide contre les propriétaires de biens dans la capitale qui ont eu l’idée insupportable de contracter avec d’indécrottables touristes afin de leur louer une chambre pour quelques jours.

Et depuis le mercredi 20 mai, une vingtaine de matons de gros bras de nervis d’inspectrices « Bureau de la protection des locaux d’habitation de la mairie de Paris » investissent ces lieux de dérapage capitaliste évident et réalisent sur le champ l’ensemble des indispensables contrôles inopinés pour enfin réguler ces abominables locations.

Rassurez-vous, les touristes, même s’ils sont réveillés un peu brutalement, sont prestement dégagés de toute responsabilité : ils ne sont pas concernés, puisque le contrôle vise uniquement le porc capitaliste de propriétaire qui leur loue ainsi son appartement et de manière récurrente.

Au moins, les adresses à visiter n’auront pas été trop dures à trouver : faisant appel d’une part à leur époustouflante sagacité en allant sur les sites internet pourvoyeurs de ces illégalités affreuses (AirBnB, HouseTrip, Wimdu, etc…), et d’autre part en mobilisant les plus beaux réflexes citoyens de voisins délateurs, la Brigade de Rétorsion de la Cupidité Mal Placée a pu rapidement passer au crible de ses efficaces contrôles plus de 80 adresses dans le Marais.

Eh oui, tout ça ne pouvait durer : des gens qui font ce qu’ils veulent de leurs propriétés, des touristes heureux qui contractent de gré à gré une solution pratique au problème de logement dans la capitale qui ne passe pas par l’État ni l’une ou l’autre corporation acoquinée, tout ça était une véritable injure au bon sens, à l’équité, à la bonne marche de la société parisienne. En plus, (horreur des horreurs) ce genre de pratiques ne permet pas l’indispensable ponction libératrice qui diminuera l’abysse de dettes de la ville et autorisera la Mairie (et sa frétillante équipe municipale) à conserver son train de vie complètement idoine avec ce trou budgétaire colossal.

logo AirBnB
logo AirBnB

Et puis surtout, il faut bien comprendre que la Loi, c’est La Loi, et puis c’est tout. Pour que la France continue à être ce paradis que le monde nous envie, il faut de l’ordre, de la régulation, et rappeler que la résidence secondaire, marque indélébile d’enrichissement honteux, ne bénéficie pas de la même largesse (déjà trop grande) offerte aux résidences principales : pour oser proposer ce type de logement à des touristes pour de courts séjours, il faut avoir rempli les bons cerfas, effectuer un changement d’usage des lieux, et – évidemment – acquitter une compensation financière à la Mairie.

Messieurs les propriétaires, petits profiteurs abjects, il faut bien comprendre que chaque fois que vous louez votre résidence secondaire, non seulement, des chatons sont tués, mais en plus ces logements se retrouvent ainsi soustraits au parc d’habitat ordinaire, ce qui est torrible, tillégal et tinterdit dans une ville où la population peine déjà à se loger et où nombre de miséreux, les bras tordus par les convulsions qu’ils s’imposent en mendiant au bord des routes, ne peuvent espérer qu’un pont ou une bouche de métro comme seul foyer pour la nuit ! Tout ça, à cause de vous !

D’ailleurs, Libération, l’épave journalistique bien connue le phare du monde moderne, est formel : le phénomène devient numériquement préoccupant. Selon des estimations des services municipaux (réputés pour leur fiabilité diabolique), entre 25.000 et 30.000 logements, jadis dévolus à la location pour des personnes travaillant et vivant à Paris, sont récemment devenus ces meublés touristiques à plein temps qui font maintenant la honte de cette capitale, la richesse indue de ces exploiteurs de touristes, et le malheur des âmes tendres qui aiment les chatons et se retrouvent à loger sous des ponts. Rindez-vous compte m’ame Ginette, dans certains immeubles du Marais, un appartement sur quatre a été transformé en meublé touristique.

Devant ces dérives scandaleuses, les autorités agissent donc et c’est bien normal : une fois le constat de location meublée touristique illégale établi et correctement tamponné par l’ensemble de la bureaucratie pointilleuse de la ville de Paris, la Brigade de Répression du Grand Capitalisme entre en contact avec le propriétaire pour qu’il régularise en rendant gorge (option 1), en payant le bakchich nécessaire à huiler les rouages (option 2), ou en remettant le logement sur le marché locatif ordinaire (option 3), parce que bon, ça suffit les conneries à la fin. Si aucune de ces options n’est choisie, le fou s’expose aux tribunaux qui le condamnera à de lourdes amendes, et par ici les pépettes dans la popoche parisienne : en 2014, 20 propriétaires détenteurs de 56 meublés illégaux ont été condamnés à 567 000 euros d’amende.

Bref, on le voit, la traque est maintenant lancée. Bien sûr, Ian Brossat, le noble adjoint PCF (évidemment PCF) au maire de Paris en charge du logement tient à rappeler qu’après tout,

« On est en période de crise. Si les gens peuvent mettre un peu de beurre dans les épinards en louant leur appartement quand ils partent en vacances, tant mieux, ajoutait-il. Seuls les multipropriétaires qui achètent des appartements pour les transformer en cash machine sont visés par la ville. »

Eh oui : le problème, au fond, n’est pas l’humble propriétaire qui tente d’amortir son logement, mais bien ces salauds de turbo-propriétaires multicapitalistes sans foi ni loi autre que celle du cash qui veulent transformer leurs appartements en … en rendements !

Ah, décidément, la France est pourtant simple à comprendre : et d’une, votre bien ne vous appartient pas, car l’État sait mieux que vous ce qu’il convient d’en faire. Et de deux, le foncier, sur Paris, est géré de main de maître par la Mairie, qui a permis de conserver, dans toute la ville, des biens abordables et en bon état de salubrité générale. Dès lors, lorsque cette Mairie dit « stop », il faut arrêter de danser et contredanser à tout va. Et de trois, les touristes à Paris sont une plaie dont on se passe très bien. Il conviendra donc de pourchasser les opportunités de les loger à coûts modérés d’autant que c’est bien connu, ces encombrants mammifères vacanciers « ne font pas de courses. Ils vont au restaurant ou mangent des sandwichs », les cons ! Et de quatre, les finances publiques ont le plus grand besoin de rentrées fraîches que ce commerce ne satisfait pas puisqu’il n’a – c’est absolument certain – aucune retombée positive.

L’action est prise. Parions qu’elle fera tache d’huile sur tout le pays et qu’enfin, les petits malins qui offraient ce genre de prestations scandaleuses seront vite calmés.

Ouf. On a vraiment frôlé de très près la création d’une activité rémunératrice !

enjoy socialism
—-
Sur le web

Voir les commentaires (49)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (49)
  • Ils ne se rendent même pas compte qu’ils vont perdre des touristes à cause de cela, d’autres grandes destinations mondiales profiteront d’AirBnB c’est tout 🙂

    • ils ruident des gens, font monter les prix, tuent le tourisme…

      qu’est-ce qu’ils en ont a faire, c’est pas leur blé.
      le maire vise l’élection, et les électeurs visent une plus value de leur 40m2 acheté 2million.

      c’est pourtant vers cette économie individualisé, écolo-économe (oui, bien exploiter ses actifs c’est sauver des resources et de l’argent)…

      mais paris, comme la France veulent surtou que les riches d’aujourd’hui restent riche comme aujourd’hui…
      surtout pas d’enrichissement des riches, et encore moins des moins riches.

      j’en ai marre. c’est des malades.

      • Bah, les riches sont riches, faut pas s’en faire pour eux, ils vivent bien et ne sont pas à plaindre, même s’ils devraient avoir le droit de s’enrichir davantage bien sûr.
        C’est surtout pour la classe moyenne ou les plus modestes qui pourraient se faire un peu de revenus qui leur feraient du bien que ça me dérange, pourquoi vouloir tabasser ses propres électeurs ?

        • Dans ce cas précis, les plus modestes ne sont évidemment pas concernés, vu qu’ils sont dans l’incapacité d’acheter quoique ce soit sur paris (qui fasse + de 2m²)

          Les classes moyennes sur paris sont soient des gens qui ont hérité, soit des personnes qui y sont installées de longues dates (>20 ans). Les prix actuels dissuadent toute classe moyenne d’investir ce marcher. (je parle bien évidemment à l’achat).

      • « c’est pourtant vers cette économie individualisé, écolo-économe (oui, bien exploiter ses actifs c’est sauver des resources et de l’argent)… »
        Dans un pays libre c’est l’idéal mais dans le notre j’ai du mal à voir le bienfait immédiat de cette écolo économie. J’y vois plutôt des distorsions de concurrence qu’ils faudraient éviter en libérant ou déréglementant toute notre économie.

  • Je me suis toujours dit que pour travailler dans ce type d’administration « Bureau de la protection des locaux d’habitation de la mairie de Paris » , la seule motivation ne peut être que d’être fonctionnaire. C’est pas possible d’avoir l’ambition de travailler dans de telles administration.

    • « C’est pas possible d’avoir l’ambition de travailler dans de telles administration. »

      Si, Akaki Akakiewitch a cette « ambition ».

    • En fait vous pêchez par excès d’optimisme. Nombre de ces fonctionnaires le sont parce que bon, fonctionnaire ça permet de gagner pas mal, ne jamais risquer d’être viré et de ne quasi rien faire en se plaignant du surmenage. Mais nombre aussi est là parce que une vie à faire chier les autres et à les empêcher de faire ce qu’ils veulent, ça n’a pas de prix.

  • J’ai bien ri!Merci
    Hélas…triste constat pour ce pays.
    Au fait, avant de s’en prendre à ces s*** de propriétaires, il serait de bon ton que la Mairie de Paris aille jeter un oeil sur son parc de logements sociaux car un grand nombre de leurs locataires ont mis leur appartement en sous-location saisonnière sur ces sites….A l’année… dans le Marais évidemment mais pas uniquement. Est-ce compatible avec leur contrat de bail …à vie?
    J’aimerais qu’un journaliste digne de ce nom ait le courage d’aller y faire un tour et en fasse part ouvertement!

  • Et en plus les petits malins qui connaissent AirBnB doivent aussi connaître Uber et non les taxis crasseux. Oh, nom d’une pipe, quelle horreur ❗ Cela empêche les taxes de rentrer à grands flots dans les caisses. Il leur faut donc éliminer AirBnB.

    Ces méchants propriétaires, par hasard, ne serait-ce qu’un joyeux zazard, ils ne paieraient pas des impôts des fois ❓ Ils n’entretiendraient pas leurs biens ❓ Ah, mais, oups, y a plus d’artisans à Pantin … Cela fera moins de circulation avec des fourgons motorisés au gazole … ❗ De l’air pur, enfin, le reste ne vaut rien … ❗

  • Quel culot quand même, alors que de leur côté, mairie et état profitent à leur aise des logements de fonction…

    • Ben non! C’est logique!

      La politique française est un métier essentiellement à but lucratif, entre autres « facilités officieles », et il permet un statut privilégié (qu’en Français d’usage en « République », on appellerait « un citoyen un peu plus égal que les autres »).

      Pourquoi voudriez-vous qu’ils renoncent à ce racket légal? Personne ne leur a jamais demandé de se sacrifier, ce n’est en rien leur but! Ils ont l’impression de « travailler pour le « bien commun » dont ils partagent avec leur administration la portion majoritaire!

  • Pourquoi des voisins « délateurs »…?
    Parce que le turnover dans une location touristique n’a rien à voir avec celui d’une copropriété lambda, parce que une famille avec bagages qui déménage pour laisser la place à une autre famille avec bagages qui emménage cela fait du bruit, parce que les touristes ne vivent pas comme les autochtones et que les piétinements au retour de Paris by night, les allées et venues, douches et bruits divers peuvent ne pas remplir d’aise les dits voisins qui alertent le syndicat des copropriétaires et/ou le syndic.
    La location touristique peut facilement pourrir la vie des occupants d’un immeuble sans que ceux-ci soient nécessairement hostiles au libéralisme… 🙂

    • Avertir les touristes et leur demander de respecter certaines règles devrait suffire, de là à tout faire pour saper le concept en lui-même, c’est un peu fort de café..

    • Ça, ça se gère très bien avec des règlements de copropriété efficace. L’Etat qui y met son gros groin humide, c’est typique d’une certaine mentalité bien marquée, qui ne nous rappelle pas les heures les plus libérales du pays.

    • Tous ces problèmes se règlent en privé avec dédommagement si nécessaire aux autres copropriétaires.
      Mais, bon cela ne serait possible que si l’on disposait d’une Justice efficace veillant au respect du droit et pas d’un vil potentat syndical à la solde de l’idéologie socialiste.

    • Pourquoi un touriste ferait-il plus de bruit avec sa valise à roulettes qu’un voisin avec son chariot de courses ?
      J’ai eu un voisin au dessus qui devait bosser tard (restauration ?) et prenait sa douche à 2h du matin. Je l’entendais régulièrement, ça ne me dérangeait pas mais preuve que les horaires atypiques ne concernent pas que les fêtards, aussi (et plus) ceux qui les servent.

    • Et toi quand tu prends ta douche tu demandes l’autorisation à la mairie ? Si ton fils rentre tard de soirée, tu veux que la mairie lui mettes un PV parce qu’il a marcher un peu fort sur les marches ?
      J’ai vécu en appartement, à Paris, pendant assez longtemps, il n’y avait pas encore tout cela, et les jeunes qui rentrent de soirée existaient, les mecs qui mettaient leur musique fort avec fenetre ouverte aussi… bref on a pas attendu les touristes pour connaitre la vie des autres.

      • Et on peut leur en faire la remarque, et appeler la police s’ils refusent de baisser la musique à 1 h du matin.

    • Les problèmes de voisins pourrissent la vie de beaucoup de français, au point que certains sont en dépression et proches du suicide (ne pas dormir => dépression => suicide).

      Cela n’est en rien spécifique aux locations saisonnières ni aux locations en général.

      Il faut que la police soit efficace et que de les jeunes flics ne copinent pas avec des fêtards alcoolisés (vu de mes yeux).

    • Bien sûr! Vu que ces touristes sont évidemment des sauvages pas du tout aussi civilisés bien sûr que les « autochtones » forcément bien plus policés, chauvins, prétentieux et … xénophobes! Alors que ces voisins sont surtout jaloux et envieux et, selon les bonnes vieilles traditions, délateurs courageusement anonymes. Tous « Charly », of course!

    • Offrez une moquette à votre voisin du dessus … Il vous regardera d’un autre œil …

  • Le titre était trompeur, j’ai eu peur. Vivant à Madrid je me rends compte que malgré´le phare qu’est Paris ce que je suis le premier à reconnaître, la gestion socialiste n’a pas été un grand succès. On peut faire la comparaison actuelle avec d’autres grandes capitales européennes et avec le passé, il y a eu un enlaidissement un appauvrissement d’une ville à l’abandon comparable à Barcelone qui est sale avec des transports en commun en mauvais état.
    J’utilise Airbnb j’en suis tres content que les hôteliers parisiens fassent un effort sur les prix surtout le rapport prix confort

  • Quand une famille venue fraichement d’Afrique c’est installée dans mon immeuble (1er arrondissement de Paris) j’ai pensé a AirBnB car la télé était allumée « a fond » 24h sur 24. Mais non, c’était juste une réquisition pour un logement social. Au bout de 3 mois, j’ai déménagé vu que les plaines n’aboutissaient pas et que la vie était devenue impossible. Bravo la mairie de Paris !

  • Et une interdiction de plus au palmarès ou l’art de reporter les problèmes (du logement) sur ceux qui n’en sont pas responsables …
    Vous allez voir qu’avec une taxe de derriière les fagots le problème sera résolu immédiatement … C.Q.F.D.

  • Pour Uber et les VTC, les nouvelles sont très bonnes puisque le conseil constitutionnel vient de leur interdire la maraude électronique et de les obliger à rentrer à leur base entre 2 courses. Vous vous rendez compte ? Un service axé sur la satisfaction des clients, manquait plus que ça dans notre beau pays que tout le monde nous envie notre modèle social…
    Je suis désespéré par autant de c…….

    • Parce que nos dirigeants n’ont pas les co….. de faire sauter toute la réglementation du transport de personne.
      C’est classique du système socialiste à la française, on permet à des personnes de s’engouffrer dans une brèche libérale de l’économie pour finir par leur taper sur la gueule au bout de quelques années; et c’est la même avec tout (i.e. le diesel, les taxes …..).

    • non, tu n’a pas lu la réponse du CC
      http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/les-decisions/acces-par-date/decisions-depuis-1959/2015/2015-468/469/472-qpc/decision-n-2015-468-469-472-qpc-du-22-mai-2015.143800.html
      paragraphe 13 qui vaut son pesant d’ironie :
      « Considérant que le législateur a estimé que la possibilité, pour l’exploitant d’un véhicule dépourvu d’une autorisation de stationnement, d’informer à la fois de sa localisation et de sa disponibilité lorsque son véhicule est situé sur la voie ouverte à la circulation publique a pour effet de porter atteinte à l’exercice par les seuls taxis de l’activité qui leur est légalement réservée
      […]
      l’interdiction […] est cependant limitée
      En effet, d’une part, ces dispositions n’interdisent pas […] d’informer le client à la fois de la localisation et de la disponibilité d’un véhicule lorsque celui-ci ne se trouve pas sur une voie ouverte à la circulation publique ; qu’elles ne leur interdisent pas, d’autre part, d’informer le client soit de la seule localisation soit de la seule disponibilité d’un véhicule lorsqu’il se trouve sur une voie ouverte à la circulation publique ; qu’enfin, elles n’apportent aucune restriction à la possibilité pour les personnes exerçant une activité de transport public particulier de personnes et pour leurs intermédiaires d’informer le client du temps d’attente susceptible de séparer la réservation préalable de l’arrivée d’un véhicule »

      idem le paragraphe 23
      « que, par ailleurs, l’obligation énoncée ne s’applique, d’une part, que si le conducteur ne peut justifier d’une réservation préalable, quel que soit le moment où elle est intervenue, ou d’un contrat avec le client final et, d’autre part, que s’il se trouve dans l’exercice de ses missions ».
      En clair, le conducteur N’est PAS tenu de passer par sa base entre deux courses, il doit seulement s’y diriger OU stationner HORS de la CHAUSSEE (une place de parking fait l’affaire !), et cela seulement si il n’a pas déjà une réservation ou jusqu’à ce qu’il en reçoive une nouvelle !

      Le CC ne censure pas, non pas parce qu’il valide le principe de l’interdiction, mais au contraire parce que l’interdiction telle qu’elle est formulée est tellement ridicule et facile à contourner qu’elle est sans portée pratique, donc qu’on ne peut pas la considérer comme « une atteinte manifestement disproportionnée à la liberté d’entreprendre des personnes ».
      Bref, il dit au gouvernement et au législateur » oui tu as formellement raison et je ne te censure pas sur deux points, vu que ce que tu as écrit est tellement con que c’est même pas la peine, et je te préviens, en en censurant un 3ieme, que si jamais tu tente de boucher les énormes trous dans ton filet alakon ™, je te censure »
      Le reste est de la communication : le gouvernement triomphe, il n’est pas trop censuré.
      Mais en réalité, c’est UBER qui rigole, il n’a plus qu’à suivre la voie gentiment ouverte par le CC : remplacer la disponibilité+localisation par disponibilité+délai d’arrivée, et prévoir quelque place hors de la chaussée. Les taxis sont les dindons de la farce avec cette victoire à la Pyrrhus.

      • On pourrait voir apparaître une sorte d’adhésion à Uber contre mise à disposition d’une place de parking privé.
        Un peu comme les box internet qui autorisent l’accès itinérant des autres clients du même opérateur.
        Uber disposerait alors d’un vaste parc de stationnement non public sur lequel un chauffeur se met en attente. Les propriétaires gagnant des points de réduction (Miles…) quand leur place est utilisée.

        C’est un moyen de contournement que permet l’innovation numérique, mais que l’Etat est totalement incapable d’anticiper.

      • C’est franchement difficile à croire: vous vous rendez compte de quelle énergie de combien de personnes « ultra-compétentes », d’administratifs, de personnel logistique, juste pour dire à un ministre que son service juridique s’est montré (ce n’est pas la seule fois, avec ce gouvernement) comme des bras-cassés in compétents! Quelle gabegie! Mais, c’est vrai, la France a trop de fric!

    • On sera bientôt sauvé par le développement des bus.
      http://m.lesechos.fr/dossier/dossier.php?idd=366510&ida=366512

      Non, je plaisante.

  • Pas d’inquiétude pour les propriétaires, 6 mois de préparation pour obtenir une trentaine d’infractions présumées et finir par 15 condamnations max sur les 30 000 locations illégales.

    M. BROSSAT a donc résolu 0.05% du problème. Ca c’est de l’efficacité publique ! Félicitations M. BROSSAT pour le travail accompli.

    • celui qui s’est fait prendre a quand même du payer 10 000 euros par appartement… ça fait cher quand même. sans compter qu’ils ne pourront pas se refaire après, trop surveillés.

    • tout est dans le spectacle et la com et la frime!

  • L’argent corrompt, il ne que voir le bordel à Charlie, dire que des millions de cocus ont défilés pour ça !

    Cela me rappelle l’élection de Mitterand, de jeunes militants s’étaient précipités sur la côte, pour détruire les plages privées des riches..Quel meilleur exemple que la Madrague à ST Tropez ? Arrivé sur place, il y a une petite sortie sur une plage privée, et une majestueuse sur une autre plage, forcément la bonne, il se précipitent, détruisent barrières et jardin et ouvre la belle plage à tous…Le lendemain ils s’aperçoivent qu’ils ont détruit la somptueuse propriété d’une élue COMMUNISTE…BB en rit encore !

    A Paris c’est idem ! 75% des vilains propriétaires pris la main dans le pot de confiture de la location airbnb , sont de braves socialistes BOBOS…Insultes, on rend les carte du PS..

    Les salopards de propriétaires à Paris sont majoritairement Socialistes…Ahahahah les clichés ! On voulait plier l’UMP, on trouve des Socialos….. Alors La Mairie PS freine, et on va abandonner cette stupide idée de s’en prendre à son propre électorat.

    @toto les journalistes sont à 95% de gauche, vous pourrez toujours attendre ce genre de rapport…

  • Rappelons que la première chose que voit le touriste étranger de la France, c’est :
    – soit le RER B,
    – soit les taxis parisiens.

    Franchement, c’est incroyable qu’on reste une grande destination touristique. Et je parle même pas des flopées de mendiants agressifs, du métro parfumé à la pisse ou tout simplement de Roissy-Charles-De-Gaulle …

  • Vous, les Français de l’étranger: si vous avez un « piston » ou un « chausse-pied, revenez donc en France: la politique y est devenue un commerce très rentable, peu taxé et où la justice fait ce qu’on lui dit! Aucune qualification demandée, une carte d’identité suffit.

    La « patente » est à régler au piston, sur le reste de la carrière (Ben oui! C’est « normal »!)

    Grande gu…le indispensable!

    P.F.

  • Bonsoir h16, voilà un autre genre de traque que vous avez déjà évoquée mais qui apparemment continue de plus belle : http://www.larep.fr/loiret/actualite/pays/gatinais/montargis/2015/05/20/un-couple-du-montargois-condamne-a-verser-plus-de-500-000-pour-lotos-illegaux_11447485.html

    Et pendant ce temps là, Sylvie Andrieux et Thomas Thévenoud sont toujours députés et Agnès Saal vient de retrouver un job. Ouf, tout va bien !

  • Si cette opération de la Mairie de Paris a pu avoir lieu, c’est que des infos ont été données par ceux que H16 appelle « des voisins délateurs »à défaut, aucun contrôle sérieux ne pourrait être fait au hasard.
    J’ai donc voulu expliquer pourquoi ces gens qui ne sont pas nécessairement de la lignée direct des vichystes pouvaient en arriver là.
    Il n’est pas utile de chercher à me démontrer que mon fils peut aussi prendre sa douche à 2h du matin, que tout le monde fait du bruit ou que ce n’est pas une raison valable.
    Je ne justifie rien, j’explique comme dirait Audiard…
    Le règlement de copropriété prévoit l’utilisation des parties privatives « en bon père de famille » (expression désuète déjà dans le collimateur des snipers qui traquent le machisme ou la stigmatisation des familles monoparentales)
    Les locations touristiques induisent plus d’allées et venues, plus de bruit, plus de personnes qui connaissent les codes d’entrée, les occupants temporaires sont moins préoccupés de sécurité que les occupants à demeure etc…

    Les copropriétaires/voisins mécontents se trouvent donc en alliés objectifs avec les services de la Mairie qui eux traquent les « pépettes »plus que les fauteurs de trouble.
    Y a-t-il un moyen simple de régler cela avec un règlement de copropriété efficace ? j’en doute car modifier un règlement de copropriété est un parcours du combattant qui demande une majorité absolue et les copropriétaires qui occupent leur bien n’ont aucun intérêt à le faire.
    Quel propriétaire va accepter ce qu’il considère comme des nuisances pour le seul bénéfice d’autrui ?
    Aucun.

    • « Y a-t-il un moyen simple de régler cela avec un règlement de copropriété efficace ? j’en doute »

      Toute la mentalité et le malheur français résumé en une question et sa réponse. On n’a pas essayé, on ne va pas essayer, on doute. Il faut que l’État intervienne. Le savoir vivre, les bonnes manières, l’application d’un règlement intérieur avec d’éventuelles sanctions entre adultes consentants, … Ca n’existe pas. Ca ne marche pas. Les autres pays (Suisse par exemple) où ça existe et ça marche sont des illusions.

      • C’est bien la confiance des Français dans « les institutions » qui nuit le plus au libéralisme: ce pays (enfin, ses habitants) est bien « conservateur » dans tous les domaines, bien plus tourné vers son passé (fort édulcoré et embelli) et la récupération de ses privilèges historiques! Mais tous ces mythes sont en train de se casser la g…le contre la réalité, très mal aidés par vos « autorités » actuelles qu’on peut qualifier, je crois, en-dessous de tout!

        Il est archi temps de les réveiller!
        Merci pour vos articles, sérieux mais marrants aussi!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Reportage à Balap, Torgan, Burabay, Schuchinsk, Akmolinskaia oblast, nord du Kazakhstan - Le 20 novembre 2022

 

Dimanche 20 novembre 2022 : le Kazakhstan organisait sa septième élection présidentielle depuis la disparition de l’Union soviétique, une élection anticipée provoquée par la démission du président en exercice, Kassym-Jomart Tokaïev, réélu sans surprise dès le premier tour avec le score très confortable de 82 %.

Caractéristique de ce scrutin : un taux de participation catastrophique dans les grandes villes o... Poursuivre la lecture

Photo d'une rizière au Vietnam
2
Sauvegarder cet article

Phung Xuan Vu, huit ans, et son frère de dix ans étaient chargés de nourrir leur famille qui souffrait constamment de famine.

La seule façon d'y parvenir, avant que les réformes du Doi Moi de 1986, axées sur le marché libre, ne commencent à produire leurs effets, était d'utiliser des bons d'alimentation. Le bien le plus important de la famille était un carnet de coupons alimentaires qui tenait dans la paume de la main d'un enfant de dix ans, ce qui le rendait facile à transporter mais aussi facile à perdre. Comme il était plus âgé, le ... Poursuivre la lecture

photo d'une foule
8
Sauvegarder cet article

Par Ferghane Azihari. Un article de l'Iref-Europe 

Voilà des décennies que prospèrent les scénarios apocalyptiques sur une hypothétique pénurie des ressources. Cette frayeur inaugurée par Thomas Malthus n’a cessé de faire des émules parmi les héritiers du courant dérivé de son nom : le malthusianisme. En 1798, Malthus publie son célèbre ouvrage sur la population. Il craignait que la démographie ne progresse plus rapidement que la production de nourriture et promettait à son pays, le Royaume-Uni, des famines à répétition. Échec de la pr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles