Amérique centrale : une occasion pour les investisseurs aventuriers ?

Investir en Amérique latine pourrait réserver de bonnes surprises !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
the trip home credits kenny louie licence (CC BY 2.0)), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Amérique centrale : une occasion pour les investisseurs aventuriers ?

Publié le 22 mai 2015
- A +

Par Sébastien Maurice avec James McKeigue.

the trip home credits kenny louie licence (CC BY 2.0)), via Flickr.
the trip home credits kenny louie licence (CC BY 2.0)), via Flickr.

Peu de gérants de fonds sont prêts à prendre le risque de s’embarquer avec des actions d’Amérique Centrale. La région est en effet souvent associée à la corruption, au trafic de drogue et à la pauvreté. Pourtant, en matière d’investissement, suivre la foule est rarement l’assurance d’avoir raison à long terme. L’investisseur « contrarien » se rapproche du libéral : le boulevard du consensus inspire la défiance.

Si en juin 2013 vous aviez acquis Cable and Wireless, société de télécommunication réalisant la majorité de son activité en Amérique Centrale et dans les Caraïbes, vous afficheriez une plus-value latente de 71 %. Pour ceux qui ne sont pas encore positionnés, il n’est pas trop tard.

Car nous pensons que l’histoire du développement de cette région ne fait que commencer et que l’économie est sur le point de connaître une forte accélération. Nous vous expliquerons comment en profiter.

L’ouverture au libre-échange avec l’Europe

Cette région est déjà une plateforme importante de sous-traitance industrielle pour le marché nord-américain, notamment dans le textile, grâce à une main d’œuvre abondante et bon marché ainsi qu’à des infrastructures énergétiques solides et performantes.

À présent un accord commercial bilatéral vient d’être conclu avec l’UE. Cet accord prévoit une réduction des taxes douanières sur 92% des importations provenant de l’Amérique Centrale à destination de l’Europe, qui représente un marché de 500 millions d’habitants !… de quoi permettre un véritable boom des échanges commerciaux, qui devrait profiter en particulier aux compagnies de transport et aux fabricants locaux de biens à forte valeur ajoutée.

De nouvelles infrastructures pour se connecter au marché mondial

L’Amérique centrale est engagée dans un programme pharaonique de développement de ses infrastructures énergétiques et de transport. Par exemple, au Nicaragua, la construction d’un nouveau canal interocéanique parallèle au canal de Panama.

D’autres projets sont en cours au Panama et au Guatemala représentant un total de 43,4 milliards de dollars d’investissement. À cela s’ajoute un soutien des États-Unis de plus d’un milliard de dollars.

Des régimes fiscaux pro croissance

L’Index of Economic Freedom indique que l’ensemble des pays d’Amérique centrale bénéficie d’un degré de liberté fiscale particulièrement élevé. Le poids global des prélèvements obligatoires dépasse rarement 20 % du PIB, soit deux fois moins que ce que nous subissons dans notre vieille Europe.
Malgré ce faible niveau de prélèvements obligatoires, les finances publiques sont saines, comme en témoigne la parfaite maîtrise de l’endettement public (autour de 40% du PIB en dehors du cas de Belize). Le risque d’alourdissement de la fiscalité au cours des prochaines années est donc réduit.

Cette situation explique en partie le taux de croissance de la région. De plus, cela nous assure que les fruits de la croissance économique bénéficieront directement à la population plutôt que d’être absorbés par la sphère publique.
Des dépenses de consommation privées dynamiques dans un contexte de développement économique rapide devraient donc assurer de belles années pour les actions des compagnies qui opèrent dans cette région du monde.

Deux pistes pour en profiter ?

Pour les investisseurs européens tels que vous et moi il est difficile d’accéder à ce marché.
De plus, il n’existe aucun ETF permettant de se positionner spécifiquement sur l’Amérique centrale.
Cependant, nous avons trouvé deux sociétés prometteuses dont la majorité du chiffre d’affaire est réalisé dans cette région et dont les actions sont cotées sur les bourses européennes et américaines.

La première est Cable and Wireless (CWC.L), compagnie de télécommunication britannique offrant ses services en Amérique centrale et dans les Caraïbes. Depuis notre première recommandation d’achat le cours s’est apprécié de 71 %, mais il n’est pas encore trop tard. La société possède encore un potentiel de valorisation avec un PEG (rapport entre le PER et le taux de croissance attendu du bénéfice pour l’année prochaine) inférieur à 1 et une valorisation boursière qui ne représente qu’un peu plus de quatre fois les bénéfices bruts de cette année.

Copa Airlines (CPA) représente également une opportunité à long terme étant donné la correction subie par le titre à la suite de la crise frappant le Venezuela. Depuis elle a procédé à une réorganisation de ses vols afin de réduire son exposition à cette destination. La moitié du chiffre d’affaire concerne des clients utilisant l’Amérique centrale comme point de départ ou comme destination finale. Elle offre un rendement de 3,6 % et le titre s’échange à un PER attractif de 12,5 (contre 17,9 pour la moyenne sectorielle). Au cours actuel le PER pour 2016 est même attendu à 9,9, ce qui illustre la forte croissance du bénéfice prévu.

Plus d’analyse de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Surement que vu de l’extérieur c’est vrai. Pour passer à al réalité c’est un autre problème. Une fois que l’on a paye´tous les bakchich il ne doit plus rester grand chose.
    Les espagnols qui sont assez bon en chemin de fer et autres métros viennent de se casser les dents en construisant la ligne 12 de métro à Mexico qui ne marche pas et qui a du par conséquent a du être fermée. Je l’ai prise une fois elle n’avait rien de revolutionnaire

    • Bonjour Auguste,

      Vous avez raison à propos du Mexique, c’est d’ailleurs pour cela que nous préférons parler de l’Amérique Centrale (qui s’étend du Guatemala au Panama).

      Il fallait investir au Mexique lorsqu’ils ont rejoint l’union nord américaine, maintenant c’est le tour de l’Amérique centrale de s’engager dans ce processus d’intégration.

      Bonne soirée

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alexandre Massaux. Un article de l'Iref-Europe

Les monarchies parlementaires, comme certains pays du Commonwealth et scandinaves, dominent les classements des libertés économiques et politiques. L’importance donnée au Parlement tout comme la non-politisation du chef de l’État offrent un cadre institutionnel propice à des décisions libérales.

La mort du prince consort Philip Mountbatten, mari de la reine Elizabeth II, a soulevé des questions relatives au rôle de la monarchie dans nos sociétés modernes. Certains en France von... Poursuivre la lecture

Commerce mondialisation libre-échange Afrique
0
Sauvegarder cet article

Par Julien Gourdon. Un article de The Conversation

La Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) a été officiellement lancée le 1er janvier 2021. Cet instrument stratégique vise à soutenir les économies africaines, à favoriser leur développement et à faciliter leur intégration.

S’il est trop tôt pour dresser un bilan de son action, cet article entend examiner les bénéfices potentiels et les défis relatifs à la mise en place de cet accord.

Pourquoi l’agenda « intégration régionale » a été relancé en 2018

Entre 2... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

L’Afrique rêve d’unité, bien qu’elle soit profondément divisée en plus de 50 pays complètement différents.

L’Union africaine, organisme qui cherche à jouer enfin un rôle important (on ne l’a pas entendue au Sahel ou ailleurs) rêve de lancer un grand plan continental d’infrastructures, et pour cela a confié sa présidence à Macky Sall, actuel président du Sénégal.

Le Sénégal est un pays singulier en Afrique. Il est un des rares à ne pas avoir connu d’épisodes violents, à se développer honorablement et à être resté largement démocr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles