« Les poches de l’Atlantique » de Stéphane Simonnet

Une nouvelle étude complète sur les dernières poches de résistance de l’armée allemande en France de la fin de la seconde guerre mondiale.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Les poches de l’Atlantique » de Stéphane Simonnet

Publié le 20 mai 2015
- A +

Par Jean-Baptiste Noé.

Stéphane Simonnet Les poches de l'atlantiqueL’approche du mois de juin suscite toujours des publications éditoriales sur la Deuxième Guerre mondiale, et notamment les combats du débarquement. Après avoir consacré deux ouvrages au commando Kieffer, Stéphane Simonnet nous propose cette fois une étude des poches de l’Atlantique. Alors que l’armée française se déploie vers Paris, les Allemands résistent dans des villes barricadées dont l’importance stratégique est grande, spécialement pour conserver l’accès à la mer. Royan, l’île d’Oléron, La Rochelle, Dunkerque, Saint-Nazaire, Lorient, voilà pour les principales poches. Comme les FFI ne suffisent pas, le Général de Gaulle envoie des troupes expérimentées, comme celles de la 2ème DB.

La réduction de ces poches a engendré des bombardements terribles sur les villes concernées, et bien souvent leur destruction. Les Allemands retranchés, comme les populations civiles, en ont fortement souffert, vivant ces combats de façon un peu oubliée puisque tous les regards étaient portés sur la prise des grandes villes, comme Paris ou Strasbourg.

C’est un des objectifs réussis de ce livre, que de rappeler ces combats, tenus à l’arrière du front, et néanmoins à l’avant d’un front majeur.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Eric Martel-Porchier. Un article de The Conversation

Si l’on compare l’actuelle guerre en Ukraine à deux conflits précédents qui ont impliqué l’armée soviétique et russe – la guerre soviéto-finlandaise de 1939 et la première guerre de Tchétchénie en 1994-1996 –, on ne peut qu’être surpris par leurs similitudes. Pourtant, les contextes historiques et sociaux sont totalement différents. Quelle proximité peut-il y avoir entre l’URSS de 1939, marquée par les terribles purges staliniennes et dont le gouvernement vit dans la peur d’une f... Poursuivre la lecture

Par Sergei Fediunin. Un article de The Conversation

En 2008, la Russie a lancé la grande réforme de ses forces armées. Au-delà de la modernisation des matériels et de l’armement, il s’agissait d’optimiser les effectifs et de professionnaliser les contingents.

Les effectifs ont été fixés à un million d’hommes. Dans les faits, les militaires professionnels, soldats comme officiers, dont le nombre total s’élève à plus de 700 000 personnes, sont toujours appuyés par quelques 260 000 conscrits. Environ 130 000 hommes de 18 à 27 ans s... Poursuivre la lecture

flotte russe
0
Sauvegarder cet article

Par Alexis Feertchak. Un article de Conflits

Plutôt habituées à la glace des mers de Barents et d’Okhotsk, les coques de la flotte russe n’ont jamais baigné en hiver dans une eau aussi chaude qu’en ce mois de février 2022, marqué par un climat géopolitique tout aussi réchauffé. Pour la première fois, probablement de toute l’histoire russe, la majorité des grands navires de la Voïenno-morskoï flot (VMF) sont déployés en mer Méditerranée orientale et en mer Noire, à proximité donc de l’Ukraine.

Une illustration symbolique de cette... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles